Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 3 : la propagande allemande à travers Le Trait d’Union

Les prisonniers de guerre sont soumis à une propagande allemande multiforme : des brochures, des affiches, des conférences, Radio-Stuttgart, des mouvements collaborationnistes comme Jeune Europe. Mais l’outil principal reste le journal Le Trait d’Union. N’ayant pas travaillé directement sur cette source, je vais faire le compte-rendu de la maîtrise d’histoire que lui a consacrée Philippe Goldman en 1975 sous la direction de Jacques Droz : La propagande allemande auprès des prisonniers de guerre français à travers le Trait d’Union, 1940-1945. Des journaux équivalents sont créés pour les prisonniers britanniques, The Camp, et arabes :Lisan al Asir.

Le Trait d’Union apparaît très tôt, puisque le premier numéro date du 23 juin 1940. Prévu d’abord comme un tract, il prend rapidement la forme d’un journal comptant quatre à huit pages, pour que les prisonniers puissent y écrire et donc s’en emparer. Son rythme de parution est hebdomadaire, jusqu’en septembre 1940, puis bi-hebdomadaire jusqu’en janvier 1944, puis à nouveau hebdomadaire jusqu’en février-mars 1945. Il est abondamment et gratuitement distribué par les sentinelles et les bibliothèques des camps, dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos. Philippe Goldman a évalué son tirage à environ 400 000 exemplaires. Édité par l’OberKommando des Wehrmacht, et plus précisément la Wehrmacht Propaganda IV, qui s’occupe de la propagande en direction des pays étrangers, ses locaux sont installés à Berlin. Les prisonniers ne connaissent pas exactement la provenance de ce journal : beaucoup pensent au ministère de la propagande – le titre est écrit en lettres gothiques -, d’autres, moins nombreux, pensent à la propagande de l’armée (ce qui est le cas) et certains croient même qu’il émane de la mission Scapini (Service diplomatique des prisonniers de guerre, dirigé par Georges Scapini, qui, nommé par le gouvernement de Vichy, « défend » les intérêts des prisonniers français face aux Allemands). Mais tous ont très vite identifié la propagande qui en émane. 

Les articles, signés, sont envoyés à la rédaction du journal par des prisonniers– ainsi, aux yeux des Allemands, les prisonniers ne peuvent pas dire que la propagande leur est imposée -. Les auteurs sont très nombreux mais seuls trente-trois captifs, enfermés en majorité dans des Stalags, ont envoyé plus de deux articles : ils exercent avant guerre des professions littéraires comme journalistes, professeurs mais on remarque aussi quatre paysans, deux ouvriers, deux syndicalistes, un médecin, un prêtre. Une étude plus approfondie de leurs articles montre qu’ils n’adhèrent pas tous à la Collaboration au début de leur participation au journal, notamment les journalistes qui n’ont pu s’empêcher de poursuivre, en captivité, leur métier. Peu à peu cependant, ils entrent dans le système de propagande sans quoi leurs articles n’auraient pas continué à être retenus. Un seul est permanent du journal : le rédacteur en chef Félicien Laubreaux, frère d’Alain Laubreaux qui écrit dans Je suis Partout, principal journal collaborationniste et antisémite à partir de 1941. C’est lui qui incite son frère prisonnier à collaborer. Après sa libération, Félicien Laubreaux retourne en Allemagne et devient délégué à Berlin de l’Association des prisonniers de la guerre 1939-1940. Car, souvent, les prisonniers qui écrivent des articles sont libérés prématurément. Lui succède alors Roger Chazerault, qui animait le Cercle Jeune Europe au Stalag II B. Outre les prisonniers, les sources du Trait d’Union sont aussi la presse collaborationniste française et la presse allemande. Le journal est abondamment illustré, les discours d’Hitler y sont reproduits, certains discours de Pétain résumés, des informations de la mission Scapini diffusées.

Trois grands thèmes constituent l’ensemble des articles. D’abord ce que Philippe Goldman a appelé la propagande négative, c’est-à-dire les critiques et les attaques à l’égard des politiciens de la IIIe République – à l’exclusion de Pierre Laval -; des Juifs et des Francs-maçons, souvent réunis dans les mêmes articles; des Britanniques et des Américains; des Soviétiques à partir de juin 1941; et des « terroristes », c’est-à-dire les Résistants. S’il est difficile de connaître les réactions des prisonniers lecteurs, les évolutions des thèmes permettent de remarquer que la propagande antisémite et anti-Franc-maçon s’épuise à partir de 1941, témoignant du peu d’intérêt des prisonniers pour ce sujet. Les articles contre les Résistants permettent de renseigner les prisonniers sur l’importance du phénomène, puisque la censure laisse passer, de temps à autre, des informations qui font sens pour les captifs : «  en 1941, la police a procédé à 5 390 arrestations et 12 773 perquisitions pour propagande communiste ou actes de terrorisme ». (Le Trait d’Union, n° 174, maîtrise p. 182). Le journal évoque aussi « La Légion des Combattants », et là encore, un article laisse apparaître une critique dans le numéro 50 (maîtrise p. 191), même si elle prend une tournure qui peut sembler inattendue :

« Vous avez vu la création d’une « légion des combattants » 1914-1939. un beau « tollé » parmi nos camarades, et cette fois, ils ont raison. Les animateurs de cette légion n’ont pas eu le tact d’attendre le retour des prisonniers (…) ».

Le Trait d’Union diffuse également une propagande que Philippe Goldman qualifie de positive, évoquant Pétain, la Révolution nationale – essentiellement le retour à la terre et le régionalisme, deux thèmes particulièrement évocateurs pour les prisonniers – , l’Empire dont la maîtrise constitue une base pour attaquer les Britanniques et les Américains, les aspects économiques de la nouvelle Europe, l’Allemagne d’Hitler et la Collaboration : 

« Et puis moi d’abord, je n’aime pas les Allemands et je ne les aimerai jamais. « Aimer », voilà le grand mot lâché. Les malheureux ne peuvent pas arriver à dissocier « aimer » de « collaborer », mais à ma connaissance, aucun dictionnaire n’a jamais donné « aimer » comme synonyme de « collaborer » . (…) Dans l’affaire qui nous intéresse il faut considérer avec impartialité les avantages très importants que ne manquera pas de nous rapporter cette collaboration ». (n° 253/4, maîtrise p. 228).

Contrairement à ce que laisse croire cet article pragmatique, la Collaboration n’a jamais été majoritaire dans les camps, les Français ayant en face d’eux des Allemands geôliers, rendant toute idée de rapprochement difficile à imaginer, et encore plus à mettre en œuvre.

Enfin le dernier thème abordé par Le Trait d’Union concerne des articles économiques, culturels, des informations politiques et militaires : l’évocation de la défaite allemande de Stalingrad étant exploitée par la propagande comme preuve de la dangerosité de la menace soviétique. Mais la rubrique qui remporte le plus de succès est titrée « L’ écho des camps » et recense les matchs, expositions, les compte-rendus des pièces de théâtre ou de concerts. De très nombreux prisonniers pourvoient ainsi le journal avec les résultats de leurs activités, à la fois pour voir leur nom dans le journal mais aussi pour informer les autres camps. Ils n’ont pas le sentiment de collaborer puisque la propagande est exclue…. En apparence seulement : en montrant les prisonniers occuper agréablement leur captivité et finalement sembler heureux, c’est à une propagande insidieuse et d’autant plus dangereuse que les autorités allemandes se livrent.

Quel fut le succès de ce journal ? Les prisonniers interrogés par Philippe Goldman indiquent qu’ils l’ont lu au début de la captivité, lorsqu’aucune autre activité n’était encore en place et qu’à défaut de bibliothèque, de colis apportant des livres, le journal était la seule source de lecture en français. Et jusqu’en 1942, une page entière intitulée « Pour se retrouver » permettait aux pères, aux fils, aux frères, aux amis et compagnons d’armes de se localiser dans l’ensemble des Stalags et Oflags. Ensuite, l’Echo des camps est lu, tout comme les pages d’humour et c’est à peu près tout, puisque même les mots croisés propageaient la propagande, comme le montrent ces quelques définitions (maîtrise p. 53) : 

« – le principal coupable de la guerre de 1939 (Chamberlain)

– menteur célèbre (Churchill)

– femme de l’aryen (aryenne)

– appel journalier des navires anglais (S.O.S.)

– un adversaire habile des Anglais, Amiral allemand contemporain (Reader).

A partir du moment où d’autres sources d’information apparaissent, progressivement à partir de l’année 1941 – les gardiens allemands, la population au contact des Kommandos, les journaux allemands, la radio clandestine à partir de 1943 – Le Trait d’Unionn’est plus utilisé, selon les témoignages des prisonniers, qu’aux toilettes ou pour allumer le feu. 

Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 2 : censure et autocensure

Les journaux des camps sont pour les prisonniers des sources d’informations concernant les activités, les loisirs dans le camp. Prodiguant des cours, réalisant des compte-rendus de livres, ils ont un intérêt culturel certain, tout en offrant aussi des pages de détente, avec histoires drôles, mots croisés, dessins humoristiques, mais aussi permettent aux captifs de diffuser les contes et poèmes qu’ils écrivent.

Bien que prévus par la Convention de Genève, les journaux sont soumis à la censure des Allemands et les rédacteurs doivent donc s’abstenir de tout article à caractère politique. Pour l’essentiel, cette interdiction a été suivie, mais des allusions plus ou moins voilées échappent à la surveillance. Ainsi le remplacement à la tête du Commissariat général aux prisonniers de Maurice Pinot par André Masson, en janvier 1943, fait l’objet de commentaires. Ce Commissariat accueille les prisonniers rapatriés, les aide à se réinsérer et assiste les familles. Maurice Pinot y menait une action efficace et reconnue, mais il est remplacé par André Masson, un ancien prisonnier de guerre rapatrié, mais surtout un collaborateur notoire. Les prisonniers réagissent à cette nomination de deux manières : ils utilisent d’abord, pour la commenter, la presse collaborationniste à laquelle ils ont le droit de s’abonner. Ainsi, citant le journal L’Oeuvre,du 27 mars 1943 qui écrivait : « l’union des prisonniers ne doit pas être une massonnerie », les rédacteurs de L’Equipe(Stalag XVII A) utilisent ce qui est une faute de frappe et/ou d’orthographe (deux « s » à la place d’un « ç ») pour ajouter : « c’est tout-à-fait notre avis » et d’expliquer : 

« Nous nous sommes toujours refusé à dire le bien que nous ne pensions pas de M. André Masson (…). Pour tout dire, M. André Masson ne nous intéresse pas (…) » (n°42, mars 1944). 

Un autre moyen, pour contourner la censure, est de dessiner : un numéro d’avril 1942 du journal L’Equipe est illustré de cloches ailées lâchant des bombes sur la terre. Sous le titre « histoire vraie », sans aucune légende, un dessin dans le journal  L’Ephémère représente un homme et une femme – qui est en fait un homme grimé – croisant sur une route un soldat allemand et un autre met en scène un prisonnier sur le quai d’une gare, gardé par un soldat allemand et qui regarde une femme qui n’a de féminin que les vêtements (journal du Stalag IX A, février 1944 et mai 1944). Il s’agit ici d’indiquer que des évasions ont réussi.

Cependant ces allusions sont rares, n’apparaissant réellement qu’en 1944, alors que la discipline allemande s’est relâchée, les gardiens étant désormais des hommes plus âgés et moins fanatisés que les jeunes, partis sur le front russe depuis la deuxième moitié de l’année 1942. 

Il est cependant de nombreux sujets, non politiques, qui n’apparaissent pas ou très peu dans le journal du camp. Car à la censure il faut ajouter l’autocensure, qui touche des thèmes variés mais délicats à évoquer pour le prisonnier.

L’évocation des femmes est rarissime dans les journaux des camps. Certains poèmes y font allusion, la femme – épouse ou fiancée – étant totalement idéalisée : elle aime, elle attend, elle est loyale, sincère, elle veille sur elle et sur la maison, elle attend le retour du prisonnier. Cependant un journal, Le Piaf, du Stalag II B, crée dès le premier numéro une rubrique féminine, intitulée « au creux de la main d’une femme ». Ecrite par des prisonniers du camp, elle imagine les lettres qu’une femme envoie à son mari. A travers elle, apparaissent les sujets qui tiennent à coeur aux prisonniers et qu’ils n’abordent pas, à commencer par l’infidélité, crainte majeure des prisonniers prise très au sérieux par le gouvernement de Vichy qui promulgue des lois contre ceux qui détournent les femmes des captifs. L’intérêt de cette rubrique est qu’elle tient lieu de soupape de sécurité. Abordant avec tact des questions épineuses, elle calme et raisonne le prisonnier, comme une épouse le ferait avec son mari. Signant les articles « Elle….sans lui », les rédacteurs traitent ainsi, en transgressant l’autocensure, de thèmes qui n’ont pas toujours un rapport avec les femmes mais qui préoccupent la population du Stalag. Citons pêle-mêle les prisonniers libérés, rentrés en France, qui n’écrivent pas ; les profiteurs de guerre ; les civils qui oublient les prisonniers ; le marché noir dans le camp, les « gangs » qui se créent et se réservent les travaux les moins difficiles, ainsi que l’évoque François Mitterrand : 

« Il y avait l’esprit du « gang » et l’esprit « du gang » commandait aux membres du « gang » de s’emparer de cette place où l’on triait des pommes pourries et des pommes pas pourries. Et au bout de 8 jours ou de 10 jours, comme je n’étais pas membre du « gang » je fus – comme tant d’autres – réservé pour les travaux plus durs. » ( Leçons de choses de la captivité, Paris, les grandes éditions françaises, 1947)

Les journaux n’évoquent pas non plus le travail des prisonniers. D’abord parce qu’ils se sont fixés pour but de distraire les prisonniers, leur changer les idées, leur remonter le moral. Mais aussi parce que le travail, aussi pénible physiquement soit-il, est surtout perçu comme une mise en esclavage du soldat (l’expression revient souvent chez les prisonniers) obligé de travailler pour l’ennemi. Même les sous-officiers – et ceci malgré la Convention de Genève – sont astreints à travailler.

Enfin, ce n’est qu’en lisant entre les lignes que l’on peut découvrir certains aspects de la vie des prisonniers. Ainsi les compte-rendus sportifs indiquent que les Français affrontent dans des matchs de football, par exemple, des Serbes, des Italiens, des Yougoslaves, des Polonais…. Seuls les prisonniers belges bénéficient de leur propre page dans les journaux, comme les Bretons, les Corses ou les Auvergnats peuvent écrire des articles régionaux. Les soldats des autres nationalités ne sont pas évoqués parce qu’ils ne sont pas considérés comme des ressortissants de pays étrangers, mais comme des prisonniers. A l’exception des Soviétiques, auxquels il n’est pas fait allusion, pour des raisons de censure, tous les captifs sont traités de la même façon par les Allemands.

Soumis à la censure mais aussi à une autocensure que les prisonniers se sont tacitement imposés, les journaux des camps témoignent, tout autant par ce qu’ils disent que par ce qu’ils taisent, des difficiles années de captivité.