Quand un feuilleton révèle une mémoire. Colditz et les prisonniers de guerre

A l’heure où les réseaux sociaux s’interrogent sur la véracité et la qualité de l’évocation de l’histoire dans la multitude de séries historiques diffusées par les nombreuses chaînes de télévision, le feuilleton Colditz témoigne de l’ancienneté de ce débat. En 1975, ce feuilleton anglo-américain prend pour sujet les prisonniers de guerre. Colditz est une forteresse de Saxe qui devint l’Oflag IV C destiné aux officiers évadés récidivistes. Un des prisonniers, le major britannique Pat. R. Reid écrit ses mémoires en 1952 et son livre,The Colditz Story, inspire en 1955 un film britannique, Les Indomptables de Colditz. Le feuilleton dont Pat . R. Reid est le conseiller technique, est tourné entre 1972 et 1974 et diffusée en France au début de l’année 1975, le samedi soir à 21h35 sur TF1pendant 13 semaines, entre le 11 janvier et le 12 avril. Il permet de suivre les protagonistes dès leur arrivée et jusqu’à la libération de l’Oflag IVC. Le succès d’audience en France, entre 30 et 35 %, (Télé7Jours,n°775, du 22 au 28 mars 1975.), est comparable à celui des Brigades du Tigre ou de Kojak, les feuilletons à succès de l’époque.

La Fédération nationale des combattants prisonniers de guerre se réjouit de cette diffusion:  

« L’admirable série en 13 épisodes, programmée le samedi soir sur la première chaîne a conquis tous les téléspectateurs et surtout les anciens prisonniers. Tout y est juste (…). Les Allemands ne sont pas présentés comme des imbéciles ni les prisonniers de guerre comme des petits saints. (…) A quand un Colditzfrançais ? » ( Le PG, n°517, mars -avril 1975).

Le journal de télévision Télé7Jours lui consacre un premier reportage dans la semaine du 11 au 17 janvier 1975, c’est-à-dire pour la diffusion du premier épisode. L’article est titré « Histoire d’une forteresse allemande. Colditza pulvérisé en Angleterre les records des Forsyte» et précise que ce feuilleton a gagné deux prix à la télévision britannique qui récompensent ainsi une audience énorme et enthousiaste. On y apprend également que deux livres du major Pat Reid, L’Histoire de Colditz et Colditz après sont disponibles et que le producteur, Gérard Glaister est un ancien pilote de la RAF, de même que le chef opérateur. Un autre article, dans le même numéro, précise qu’un Français, le lieutenant Pierre Mairesse-Lebrun s’est évadé de Colditz en jouant à saute-mouton, et qu’un épisode lui est consacré. En revanche, Télérama ne lui accorde qu’un article qui évoque la forteresse, le livre de Pat Reid mais pas la série. 

Les téléspectateurs s’expriment rapidement : les premières lettres sont reproduites à partir du 8 février, après quatre épisodes. La toute première est envoyée à Télé7Jours par le Colonel Lahille, résidant à Toulouse :

« Pendant près de trois mois, Colditz va tenir le petit écran de TF1 le samedi soir. Votre numéro 765 consacre un article à cette longue série. C’est très bien, mais il faut en savoir plus. Je me trouvais en ce lieu, de juillet 1944 à avril 1945, et je peux préciser les raisons pour lesquelles Colditz, qui recelait à peine 200 officiers, jouit d’une pareille célébration en Angleterre. Cela tient essentiellement aux deux motifs suivants : d’une part, certains officiers au caractère très énergique, par suite, soit des circonstances de leur capture, soit de leur comportement et de leurs agissements jugés inacceptables par les Allemands, étaient incarcérés à Colditz d’où, en principe toute évasion était impossible ; d’autre part, des responsabilités qualifiées de « proéminentes » (c’est ainsi qu’elles étaient désignées) y étaient rassemblées par notre ennemi. S’y trouvaient : un héritier de la Couronne d’Angleterre (6eou 7e), le fils du général Alexander, le fils du maréchal Douglas Haig, un lord, un député canadien, etc… et je n’aurai garde d’oublier l’illustre héros national : le squadron leader Bader qui, amputé des deux jambes très au- dessus des genoux, avait pris part, dans cet état, à la Bataille d’Angleterre. Bien sûr, le feuilleton révèlera quelques-unes des aventures les plus cocasses et, aussi, tragiques, qui se sont déroulées dans cette forteresse, mais je voudrais croire que ces quelques mots supplémentaires seront d’un modeste intérêt pour vos lecteurs et téléspectateurs. »

Mais c’est la lettre d’un autre ancien de Colditz, Edgard Duquel, vice-président des anciens évadés de Colditz, qui provoque un tournant dans la mémoire de la captivité. Il envoie au courrier des lecteurs une lettre titrée « Colditz, les Français en tête », dans lequel il signale que les Français sont la nationalité qui a réussi le plus d’évasions (douze succès), devant les Britanniques (sept réussies) et les Néerlandais avec six évadés. Le « Groupe des évadés, anciens de Colditz » réagit de la même façon et écrit, dès le 10 mars 1975 –c’est-à-dire avant même la fin de la diffusion de la série- une lettre à Pat Reid :

« (…) Vous êtes un auteur très scrupuleux de la vérité historique. L’émission de la BBC Colditz ,par son seul titre, pouvait laisser croire qu’elle était une page d’histoire de la captivité (..) Or cette production relève pour une part de la pure invention et lorsqu’elle s’inspire de faits authentiques, elle les transforme de telle manière qu’ils deviennent méconnaissables pour les initiés; ceux-ci constatent après avoir vu neuf épisodes que la tension permanente existant entre captifs et geôliers n’est pas rendue avec son acuité réelle et que l’ambiance de ce camp spécial s’en trouve sérieusement altérée. (…) Absence totale des Hollandais comme des Belges et pratiquement celle des Français de la Communauté colditzoise, alors que le colonel allemand, invisible à l’époque de notre internement, figure et fait preuve de noble compréhension. (…) Nous sommes fort désagréablement surpris de voir que malgré vos oeuvres estimables pour leur respect de la vérité, vous avez accepté de garantir personnellement l’authenticité historique de ce médiocre feuilleton ». (SHD, 1K491, dossier Colditz)

Devant les reproches adressés par les prisonniers de guerre français détenus à Colditz aux Britanniques – s’être appropriés les faits d’armes français- la réaction de TF1 est immédiate. Après la diffusion du dernier épisode, le 12 avril 1975, à 22h30, une émission de Christian Bernadac, rédacteur en chef de TF1 et intitulée « Les Grandes Évasions françaises de Colditz » est organisée. Elle commence par un film, réalisé par Robert Werner, envoyé spécial de TF1 dans l’ancien Oflag. On suit le retour d’anciens captifs sur les lieux et il décrit ainsi cette expérience : 

« Une équipe de TF1 et moi-même étions allés à Colditz après la diffusion d’un feuilleton américain consacré à la forteresse, parce qu’il y avait eu « détournement historique ». En effet, les plus fameuses histoires d’évasion, les plus denses exemples d’opiniâtreté, de ruse, de courage, avaient été attribués à des prisonniers anglais alors que le général Le Ray, Frédo Guigues, Mairesse-Lebrun et bien d’autres, étaient proprement oubliés.

Et ces histoires, relatées à la télévision, avaient pourtant été les leurs ! (…) Je revois Frédo accroupi sous le toit de Colditz et découvrant la radio qu’il avait confectionnée trente-deux ans auparavant ! Elle était couverte de poussière. Le guide allemand qui nous accompagnait à travers le château, était médusé ! Grâce à cette radio, en 1943, Frédo Guigues suivait en pleine nuit, à la barbe des sentinelles, la progression des Alliés vers la victoire »

Cette diffusion est commentée ensuite, en plateau, par le général Le Ray, premier évadé de Colditz, Pierre Mairesse-Lebrun, un des premiers évadé, le baron Élie de Rothschild et Edgar Duquel. Le recours aux témoins directs s’inscrit à la suite du documentaire de Marcel Ophüls Le Chagrin et la Pitié en 1971 et du livre de Robert Paxton, La France de Vichy , en 1972, tous deux ayant inauguré une nouvelle façon de faire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, donnant la parole à des acteurs jusqu’alors négligés. 

Ce travail remarquable de décryptage de contre-vérités, réalisé par la télévision française, connaît des suites, puisque dès 1976, une littérature « colditzoise » fleurit. Quelques livres étaient parus auparavant comme celui du général Le Brigant, Les Indomptables, en 1948 ou le livre à compte d’auteur de Frédéric Guiges, Colditz 1941-1943 en 1970 ou bien l’ouvrage d’André Perrin, Évadé de guerre via Colditz en 1975. Mais ils étaient passés inaperçus. Après le feuilleton et surtout après le débat, les livres recueillent une plus grande audience. Alain Le Ray, le premier évadé de la forteresse de Colditz, fait paraître le texte qu’il avait écrit à l’origine pour laisser une trace à l’usage de ses entants, sous le titre Première à Colditz chez Arthaud. En 1979, Maxime Guenet, qui fut lui aussi captif dans la forteresse, écrit ses mémoires sous le titre Le Secret de Colditz, aux Editions France-Empire qui publient aussi le livre de Léonce Petitcolin , Les Fortes Têtes. 1940-1944 : la forteresse de Colditz, en 1985. André Maloire, qui ne fut pas captif à Colditz, recueille les témoignages d’anciens de Colditz, qui paraissent dans le livre Colditz. Le grand refus. Captifs peut-être, vaincus jamais aux éditions Le Condor en 1982.

Enfin, des suites plus inattendues sont à évoquer après cette émission. Ainsi, le « Groupe des évadés, anciens de Colditz », qui fut formé entre décembre 1944 et avril 1945, décide de se doter d’une capacité juridique en déclarant ses statuts à la Préfecture de Police, au Bureau des Associations loi 1901, le 25 août 1977, et cette demande paraît au Journal officiel le 5 octobre 1977.

Ce feuilleton fut un révélateur : il plut à l’opinion publique parce qu’il montrait des évasions. Il fit réagir les anciens prisonniers et les associations qui s’organisèrent pour rétablir la vérité en utilisant pour la première fois un medium de grande diffusion et d’accès facile. En apparence,Colditz rassemblait tout le monde, alors qu’en fait il a fait surgir clairement les différentes images souhaitées par les uns et les autres : une image inchangée depuis la fin de la guerre, historiquement datée et idéalisée contre une image rajeunie, plus conforme à la réalité historique. 

La genèse d’un classique : La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français (1939-1945) de Yves Durand

A l’orée des années 1970, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale évolue, sous l’impulsion de Marcel Ophüls dont le film Le Chagrin et la Pitié, sorti en 1971, donne la parole à des Français dont tous n’ont pas été résistants et de Robert Paxton qui, dans son livre La France de Vichy (1940-1944) paru en 1973 montre la collusion entre Pétain et les Nazis. Des acteurs de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’alors peu ou pas médiatisés, veulent faire entendre leur voix et voir leur mémoire se diffuser. Les prisonniers de guerre sont à la pointe de ce mouvement. 

A la fin du mois d’octobre 1971, lors de son vingtième congrès au Puy-en-Velay, la Fédération nationale des Combattants Prisonniers de guerre (F.N.C.P.G.) estime que le temps est venu de promouvoir l’étude et la recherche concernant la captivité. Ce faisant, elle vise directement le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, instauré en 1951, l’accusant de n’avoir pas privilégié cet axe de recherche historique, ou plutôt de n’avoir pas développé des recherches spécifiques sur la captivité. Durant cette période, un seul article de La Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale est consacré aux prisonniers de guerre : « Les Prisonniers des Kommandos et l’Image de la France » rédigé par François Boudot en 1968.

La Fédération se propose alors de collecter auprès de ses adhérents toute la documentation dont ils pourraient disposer : journaux de camp, tracts, textes, objets, photographies, dessins, paroles et musiques de chansons, récits etc. afin d’organiser une exposition nationale, une bibliothèque de la captivité et un Musée national de la captivité. Pour ce faire, elle prend contact avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale et les archives de guerre, mais compte surtout sur ses adhérents et sur sa propre capacité à les fédérer autour de ce nouveau projet. C’est à la jeunesse que la Fédération pense. Elle veut aider les étudiants des deuxième et troisième cycles à orienter leurs travaux sur la captivité et sur le rôle des associations de combattants prisonniers de guerre dans la nation, envisageant même pour cela la création de bourses d’études. 

D’autres actions ont été envisagées, ainsi un débat aux Dossiers de l’Ecran. Cette émission-phare de la télévision organisait depuis 1967 des débats de société en direct réunissant des spécialistes après la diffusion d’un film. La Fédération essuie un refus de la part du producteur, Armand Jammot,en décembre 1973.

Mais deux grands projets sont lancés en 1974 et annoncés dans le numéro de mai-juin du PG, le journal de la F.N.C.P.G. Le premier concerne l’histoire de la captivité :

« C’est un maître assistant d’histoire contemporaine à l’Université d’Orléans, Yves Durand, qui entreprendra, avec ses élèves, les travaux envisagés par le groupe. Il s’agit là d’une tâche collective immense, donc de longue haleine. »

Lorsque Yves Durand accepte d’écrire l’histoire de la captivité, il a participé pendant plus de dix ans aux travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et il a déjà publié deux ouvrages sur la période 1939-1945 : Vichy. 1940-1944 chez Bordas en 1972 et Libération des pays de Loire chez Hachette en 1974.

«Léopold Moreau –mon collègue au lycée Pothier– m’a proposé de préparer un ouvrage sur la captivité pour le compte de la FNCPG dont il était alors un des principaux dirigeants nationaux en 1975 (…) Cette proposition lui a été inspirée par le fait que j’avais déjà publié deux ouvrages sur la période (…). » (collection personnelle, lettre d’Yves Durand, 7 février 2002)

Léopold Moreau est alors vice-président de la F.N.C.P.G. La Fédération assure la publication et la diffusion par souscription auprès de ses adhérents, facilite les recherches d’Yves Durand, au même titre que l’Union nationale des Amicales de camps, l’Union nationale des Évadés, l’Association des Cheminots combattants anciens prisonniers de guerre et l’association des Combattants prisonniers de guerre de la Seine. Yves Durand n’avait jusqu’alors aucune connaissance précise sur la captivité :

« Ni mes relations, familiales ou autres, ni mes travaux antérieurs n’avaient particulièrement attiré mon attention sur les prisonniers.» (lettre du 7 février 2002)

Les étapes de ce projet peuvent être suivies dans Le PG puisque dans presque tous les numéros à partir de l’été 1974, il est précisé que des étudiants en histoire de l’université d’Orléans-La-Source travaillent sur la captivité et qu’il leur faut du matériel. Ces travaux aboutissent à des devoirs de maîtrise soutenus dans la deuxième moitié des années 1970 : Philippe Goldmann, La Propagande allemande auprès des prisonniers de guerre français à travers le « Trait d’Union » ; Gérard Boyer, Les Prisonniers de guerre du Loiret et leurs familles. 1940-1945 ; Nicole Bonnet, Image du prisonnier de guerre français à travers la presse locale des débuts de la captivité aux lendemains de la Libération. Le plan du livre est adopté au début de l’année 1977 et Yves Durand propose un questionnaire à cent prisonniers de guerre dans chaque association départementale. A partir de 1978, deux étudiantes, installées au siège de la Fédération à Paris, classent les documents et dépouillent les questionnaires. Un conseiller technique assiste la direction fédérale pour la fabrication et l’impression de l’ouvrage et deux sous-commissions sont créées pour la conception et la réalisation du livre et pour la diffusion et le financement. 

Le second projet concerne l’action des prisonniers de guerre évadés et rapatriés avant 1945 a été proposé par Jean Védrine, membre d’honneur de la F.N.C.P.G. et qui a été, durant sa captivité, homme de confiance, puis membre du commissariat de reclassement des prisonniers de guerre où, aux côtés de François Mitterrand, il organise des centres d’entraide et fabrique de faux papiers pour faciliter les évasions. Il est, après la guerre, secrétaire général de la Fédération nationale des prisonniers de guerre. Jean Védrine a mis ses dossiers à la disposition d’Yves Durand. 

Ces deux ouvrages, l’un écrit par un historien, l’autre de manière très scrupuleuse par un témoin, se complètent et répondent à la préoccupation de la F.N.C.P.G., à laquelle d’autres associations de prisonniers de guerre apportent leur concours. La participation des prisonniers de guerre à cette entreprise, des plus connus aux plus anonymes, est immédiate et massive, ce qui montre qu’elle répond à une demande, qui n’était pas visible autrement et qui s’est peut-être révélée avec l’envoi des questionnaires au domicile des anciens prisonniers. 

En 1978, une souscription de 10 000 exemplaires du livre d’Yves Durand est lancée auprès des lecteurs du PG, dont le succès conduit à augmenter le tirage prévu à 20 000 exemplaires. Le samedi 18 octobre 1980 est organisée, au Palais des Congrès de la Porte Maillot, une manifestation pour le lancement et la vente du livre. 22 000 exemplaires ont été vendus fin 1980, qui suscitent une deuxième, puis une troisième édition. Entre 1980 et 1982, 41 000 exemplaires ont été édités. Il constitue, encore à ce jour, le livre de base pour tout chercheur sur la captivité française de la Seconde Guerre mondiale. Le livre de Jean Védrine, Dossier PG-Rapatriés,1940-1945,sort en 1987. Les travaux pour la rédaction d’une histoire de la captivité sont lancés.