Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 3 : la propagande allemande à travers Le Trait d’Union

Les prisonniers de guerre sont soumis à une propagande allemande multiforme : des brochures, des affiches, des conférences, Radio-Stuttgart, des mouvements collaborationnistes comme Jeune Europe. Mais l’outil principal reste le journal Le Trait d’Union. N’ayant pas travaillé directement sur cette source, je vais faire le compte-rendu de la maîtrise d’histoire que lui a consacrée Philippe Goldman en 1975 sous la direction de Jacques Droz : La propagande allemande auprès des prisonniers de guerre français à travers le Trait d’Union, 1940-1945. Des journaux équivalents sont créés pour les prisonniers britanniques, The Camp, et arabes :Lisan al Asir.

Le Trait d’Union apparaît très tôt, puisque le premier numéro date du 23 juin 1940. Prévu d’abord comme un tract, il prend rapidement la forme d’un journal comptant quatre à huit pages, pour que les prisonniers puissent y écrire et donc s’en emparer. Son rythme de parution est hebdomadaire, jusqu’en septembre 1940, puis bi-hebdomadaire jusqu’en janvier 1944, puis à nouveau hebdomadaire jusqu’en février-mars 1945. Il est abondamment et gratuitement distribué par les sentinelles et les bibliothèques des camps, dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos. Philippe Goldman a évalué son tirage à environ 400 000 exemplaires. Édité par l’OberKommando des Wehrmacht, et plus précisément la Wehrmacht Propaganda IV, qui s’occupe de la propagande en direction des pays étrangers, ses locaux sont installés à Berlin. Les prisonniers ne connaissent pas exactement la provenance de ce journal : beaucoup pensent au ministère de la propagande – le titre est écrit en lettres gothiques -, d’autres, moins nombreux, pensent à la propagande de l’armée (ce qui est le cas) et certains croient même qu’il émane de la mission Scapini (Service diplomatique des prisonniers de guerre, dirigé par Georges Scapini, qui, nommé par le gouvernement de Vichy, « défend » les intérêts des prisonniers français face aux Allemands). Mais tous ont très vite identifié la propagande qui en émane. 

Les articles, signés, sont envoyés à la rédaction du journal par des prisonniers– ainsi, aux yeux des Allemands, les prisonniers ne peuvent pas dire que la propagande leur est imposée -. Les auteurs sont très nombreux mais seuls trente-trois captifs, enfermés en majorité dans des Stalags, ont envoyé plus de deux articles : ils exercent avant guerre des professions littéraires comme journalistes, professeurs mais on remarque aussi quatre paysans, deux ouvriers, deux syndicalistes, un médecin, un prêtre. Une étude plus approfondie de leurs articles montre qu’ils n’adhèrent pas tous à la Collaboration au début de leur participation au journal, notamment les journalistes qui n’ont pu s’empêcher de poursuivre, en captivité, leur métier. Peu à peu cependant, ils entrent dans le système de propagande sans quoi leurs articles n’auraient pas continué à être retenus. Un seul est permanent du journal : le rédacteur en chef Félicien Laubreaux, frère d’Alain Laubreaux qui écrit dans Je suis Partout, principal journal collaborationniste et antisémite à partir de 1941. C’est lui qui incite son frère prisonnier à collaborer. Après sa libération, Félicien Laubreaux retourne en Allemagne et devient délégué à Berlin de l’Association des prisonniers de la guerre 1939-1940. Car, souvent, les prisonniers qui écrivent des articles sont libérés prématurément. Lui succède alors Roger Chazerault, qui animait le Cercle Jeune Europe au Stalag II B. Outre les prisonniers, les sources du Trait d’Union sont aussi la presse collaborationniste française et la presse allemande. Le journal est abondamment illustré, les discours d’Hitler y sont reproduits, certains discours de Pétain résumés, des informations de la mission Scapini diffusées.

Trois grands thèmes constituent l’ensemble des articles. D’abord ce que Philippe Goldman a appelé la propagande négative, c’est-à-dire les critiques et les attaques à l’égard des politiciens de la IIIe République – à l’exclusion de Pierre Laval -; des Juifs et des Francs-maçons, souvent réunis dans les mêmes articles; des Britanniques et des Américains; des Soviétiques à partir de juin 1941; et des « terroristes », c’est-à-dire les Résistants. S’il est difficile de connaître les réactions des prisonniers lecteurs, les évolutions des thèmes permettent de remarquer que la propagande antisémite et anti-Franc-maçon s’épuise à partir de 1941, témoignant du peu d’intérêt des prisonniers pour ce sujet. Les articles contre les Résistants permettent de renseigner les prisonniers sur l’importance du phénomène, puisque la censure laisse passer, de temps à autre, des informations qui font sens pour les captifs : «  en 1941, la police a procédé à 5 390 arrestations et 12 773 perquisitions pour propagande communiste ou actes de terrorisme ». (Le Trait d’Union, n° 174, maîtrise p. 182). Le journal évoque aussi « La Légion des Combattants », et là encore, un article laisse apparaître une critique dans le numéro 50 (maîtrise p. 191), même si elle prend une tournure qui peut sembler inattendue :

« Vous avez vu la création d’une « légion des combattants » 1914-1939. un beau « tollé » parmi nos camarades, et cette fois, ils ont raison. Les animateurs de cette légion n’ont pas eu le tact d’attendre le retour des prisonniers (…) ».

Le Trait d’Union diffuse également une propagande que Philippe Goldman qualifie de positive, évoquant Pétain, la Révolution nationale – essentiellement le retour à la terre et le régionalisme, deux thèmes particulièrement évocateurs pour les prisonniers – , l’Empire dont la maîtrise constitue une base pour attaquer les Britanniques et les Américains, les aspects économiques de la nouvelle Europe, l’Allemagne d’Hitler et la Collaboration : 

« Et puis moi d’abord, je n’aime pas les Allemands et je ne les aimerai jamais. « Aimer », voilà le grand mot lâché. Les malheureux ne peuvent pas arriver à dissocier « aimer » de « collaborer », mais à ma connaissance, aucun dictionnaire n’a jamais donné « aimer » comme synonyme de « collaborer » . (…) Dans l’affaire qui nous intéresse il faut considérer avec impartialité les avantages très importants que ne manquera pas de nous rapporter cette collaboration ». (n° 253/4, maîtrise p. 228).

Contrairement à ce que laisse croire cet article pragmatique, la Collaboration n’a jamais été majoritaire dans les camps, les Français ayant en face d’eux des Allemands geôliers, rendant toute idée de rapprochement difficile à imaginer, et encore plus à mettre en œuvre.

Enfin le dernier thème abordé par Le Trait d’Union concerne des articles économiques, culturels, des informations politiques et militaires : l’évocation de la défaite allemande de Stalingrad étant exploitée par la propagande comme preuve de la dangerosité de la menace soviétique. Mais la rubrique qui remporte le plus de succès est titrée « L’ écho des camps » et recense les matchs, expositions, les compte-rendus des pièces de théâtre ou de concerts. De très nombreux prisonniers pourvoient ainsi le journal avec les résultats de leurs activités, à la fois pour voir leur nom dans le journal mais aussi pour informer les autres camps. Ils n’ont pas le sentiment de collaborer puisque la propagande est exclue…. En apparence seulement : en montrant les prisonniers occuper agréablement leur captivité et finalement sembler heureux, c’est à une propagande insidieuse et d’autant plus dangereuse que les autorités allemandes se livrent.

Quel fut le succès de ce journal ? Les prisonniers interrogés par Philippe Goldman indiquent qu’ils l’ont lu au début de la captivité, lorsqu’aucune autre activité n’était encore en place et qu’à défaut de bibliothèque, de colis apportant des livres, le journal était la seule source de lecture en français. Et jusqu’en 1942, une page entière intitulée « Pour se retrouver » permettait aux pères, aux fils, aux frères, aux amis et compagnons d’armes de se localiser dans l’ensemble des Stalags et Oflags. Ensuite, l’Echo des camps est lu, tout comme les pages d’humour et c’est à peu près tout, puisque même les mots croisés propageaient la propagande, comme le montrent ces quelques définitions (maîtrise p. 53) : 

« – le principal coupable de la guerre de 1939 (Chamberlain)

– menteur célèbre (Churchill)

– femme de l’aryen (aryenne)

– appel journalier des navires anglais (S.O.S.)

– un adversaire habile des Anglais, Amiral allemand contemporain (Reader).

A partir du moment où d’autres sources d’information apparaissent, progressivement à partir de l’année 1941 – les gardiens allemands, la population au contact des Kommandos, les journaux allemands, la radio clandestine à partir de 1943 – Le Trait d’Unionn’est plus utilisé, selon les témoignages des prisonniers, qu’aux toilettes ou pour allumer le feu. 

Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 2 : censure et autocensure

Les journaux des camps sont pour les prisonniers des sources d’informations concernant les activités, les loisirs dans le camp. Prodiguant des cours, réalisant des compte-rendus de livres, ils ont un intérêt culturel certain, tout en offrant aussi des pages de détente, avec histoires drôles, mots croisés, dessins humoristiques, mais aussi permettent aux captifs de diffuser les contes et poèmes qu’ils écrivent.

Bien que prévus par la Convention de Genève, les journaux sont soumis à la censure des Allemands et les rédacteurs doivent donc s’abstenir de tout article à caractère politique. Pour l’essentiel, cette interdiction a été suivie, mais des allusions plus ou moins voilées échappent à la surveillance. Ainsi le remplacement à la tête du Commissariat général aux prisonniers de Maurice Pinot par André Masson, en janvier 1943, fait l’objet de commentaires. Ce Commissariat accueille les prisonniers rapatriés, les aide à se réinsérer et assiste les familles. Maurice Pinot y menait une action efficace et reconnue, mais il est remplacé par André Masson, un ancien prisonnier de guerre rapatrié, mais surtout un collaborateur notoire. Les prisonniers réagissent à cette nomination de deux manières : ils utilisent d’abord, pour la commenter, la presse collaborationniste à laquelle ils ont le droit de s’abonner. Ainsi, citant le journal L’Oeuvre,du 27 mars 1943 qui écrivait : « l’union des prisonniers ne doit pas être une massonnerie », les rédacteurs de L’Equipe(Stalag XVII A) utilisent ce qui est une faute de frappe et/ou d’orthographe (deux « s » à la place d’un « ç ») pour ajouter : « c’est tout-à-fait notre avis » et d’expliquer : 

« Nous nous sommes toujours refusé à dire le bien que nous ne pensions pas de M. André Masson (…). Pour tout dire, M. André Masson ne nous intéresse pas (…) » (n°42, mars 1944). 

Un autre moyen, pour contourner la censure, est de dessiner : un numéro d’avril 1942 du journal L’Equipe est illustré de cloches ailées lâchant des bombes sur la terre. Sous le titre “histoire vraie”, sans aucune légende, un dessin dans le journal  L’Ephémère représente un homme et une femme – qui est en fait un homme grimé – croisant sur une route un soldat allemand et un autre met en scène un prisonnier sur le quai d’une gare, gardé par un soldat allemand et qui regarde une femme qui n’a de féminin que les vêtements (journal du Stalag IX A, février 1944 et mai 1944). Il s’agit ici d’indiquer que des évasions ont réussi.

Cependant ces allusions sont rares, n’apparaissant réellement qu’en 1944, alors que la discipline allemande s’est relâchée, les gardiens étant désormais des hommes plus âgés et moins fanatisés que les jeunes, partis sur le front russe depuis la deuxième moitié de l’année 1942. 

Il est cependant de nombreux sujets, non politiques, qui n’apparaissent pas ou très peu dans le journal du camp. Car à la censure il faut ajouter l’autocensure, qui touche des thèmes variés mais délicats à évoquer pour le prisonnier.

L’évocation des femmes est rarissime dans les journaux des camps. Certains poèmes y font allusion, la femme – épouse ou fiancée – étant totalement idéalisée : elle aime, elle attend, elle est loyale, sincère, elle veille sur elle et sur la maison, elle attend le retour du prisonnier. Cependant un journal, Le Piaf, du Stalag II B, crée dès le premier numéro une rubrique féminine, intitulée « au creux de la main d’une femme ». Ecrite par des prisonniers du camp, elle imagine les lettres qu’une femme envoie à son mari. A travers elle, apparaissent les sujets qui tiennent à coeur aux prisonniers et qu’ils n’abordent pas, à commencer par l’infidélité, crainte majeure des prisonniers prise très au sérieux par le gouvernement de Vichy qui promulgue des lois contre ceux qui détournent les femmes des captifs. L’intérêt de cette rubrique est qu’elle tient lieu de soupape de sécurité. Abordant avec tact des questions épineuses, elle calme et raisonne le prisonnier, comme une épouse le ferait avec son mari. Signant les articles « Elle….sans lui », les rédacteurs traitent ainsi, en transgressant l’autocensure, de thèmes qui n’ont pas toujours un rapport avec les femmes mais qui préoccupent la population du Stalag. Citons pêle-mêle les prisonniers libérés, rentrés en France, qui n’écrivent pas ; les profiteurs de guerre ; les civils qui oublient les prisonniers ; le marché noir dans le camp, les « gangs » qui se créent et se réservent les travaux les moins difficiles, ainsi que l’évoque François Mitterrand : 

« Il y avait l’esprit du « gang » et l’esprit « du gang » commandait aux membres du « gang » de s’emparer de cette place où l’on triait des pommes pourries et des pommes pas pourries. Et au bout de 8 jours ou de 10 jours, comme je n’étais pas membre du « gang » je fus – comme tant d’autres – réservé pour les travaux plus durs. » ( Leçons de choses de la captivité, Paris, les grandes éditions françaises, 1947)

Les journaux n’évoquent pas non plus le travail des prisonniers. D’abord parce qu’ils se sont fixés pour but de distraire les prisonniers, leur changer les idées, leur remonter le moral. Mais aussi parce que le travail, aussi pénible physiquement soit-il, est surtout perçu comme une mise en esclavage du soldat (l’expression revient souvent chez les prisonniers) obligé de travailler pour l’ennemi. Même les sous-officiers – et ceci malgré la Convention de Genève – sont astreints à travailler.

Enfin, ce n’est qu’en lisant entre les lignes que l’on peut découvrir certains aspects de la vie des prisonniers. Ainsi les compte-rendus sportifs indiquent que les Français affrontent dans des matchs de football, par exemple, des Serbes, des Italiens, des Yougoslaves, des Polonais…. Seuls les prisonniers belges bénéficient de leur propre page dans les journaux, comme les Bretons, les Corses ou les Auvergnats peuvent écrire des articles régionaux. Les soldats des autres nationalités ne sont pas évoqués parce qu’ils ne sont pas considérés comme des ressortissants de pays étrangers, mais comme des prisonniers. A l’exception des Soviétiques, auxquels il n’est pas fait allusion, pour des raisons de censure, tous les captifs sont traités de la même façon par les Allemands.

Soumis à la censure mais aussi à une autocensure que les prisonniers se sont tacitement imposés, les journaux des camps témoignent, tout autant par ce qu’ils disent que par ce qu’ils taisent, des difficiles années de captivité.


Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 1 : la mise en place

A partir de l’été 1941, rarement avant, une organisation se met en place dans les camps de prisonniers. Ils forment alors, ainsi que l’a montré Yves Durand (La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français. 1939-1945,1980), une communauté qui s’est ressaisie après le choc de la défaite et de l’arrivée en Allemagne, et qui se structure face aux Allemands. Ainsi se mettent en place l’encadrement français du camp avec le bureau de l’homme de confiance, la réception régulière de lettres et de colis et l’organisation des loisirs. C’est alors que les journaux apparaissent.

L’instruction et les distractions sont prévues dans la Convention de Genève de 1929, à l’article 17 : « Les belligérants encourageront le plus possible les distractions intellectuelles et sportives organisées par les prisonniers de guerre ». Un officier allemand, le Betreuer, est chargé de la prise en charge idéologique des prisonniers de guerre, pour éviter que leur moral ne soit trop atteint par la captivité ce qui pourrait déboucher sur des révoltes. Il doit aussi déceler ceux susceptibles d’être gagnés à la cause allemande et d’influencer les autres. Un des moyens pour parvenir à ce statu quo, voire à une collaboration, est le journal du camp. Les Allemands fournissent le matériel (papier, machine à ronéotyper) et lisent le journal avant parution de sorte qu’aucun caviardage n’apparaisse. Mais ils n’imposent pas l’équipe rédactionnelle ni les buts du journal. 

Les Français s’emparent rapidement de cette opportunité qui permet à la fois d’unir le camp et les Kommandos, d’informer les prisonniers, de témoigner de la richesse et du dynamisme de leur vie privée de liberté et de symboliser leurs pensées. Tous les camps ont leur journal, qui ne commencent pas à la même période car les Allemands n’insistaient pas si les prisonniers refusaient. Hormis l’activité de censure, les Allemands n’interviennent pas dans la rédaction de ces journaux car les prisonniers connaissent la Convention de Genève. Pour avoir dérogé à cette règle, L’Optimiste, journal du Stalag II B dans lequel le Betreuer était très actif, fut contraint, par les autorités allemandes, de disparaître et fut remplacé par Le Piaf. Par ailleurs, un journal ouvertement collaborationniste, Le Trait d’Union, existe déjà.

Le choix des rédacteurs relève à la fois des Allemands et des Français. Des Allemands parce que le tri qu’ils ont effectué, pour envoyer des hommes travailler en Kommando et pour en garder d’autres, ne relève d’aucun hasard : ils gardent dans le camp tous les hommes qui, dans le civil, sont étudiant, professeur, avocat, journaliste, musicien… L’objectif premier n’est pas de favoriser la création du journal, mais de garder au camp les éléments qui pourraient être les plus subversifs. Les Français choisissent aussi les rédacteurs : le Français contacté par les Allemands constitue l’équipe rédactionnelle en fonction de ses affinités, et des professions. L’équipe rédactionnelle du journal L’Equipe, du Stalag XVII A est composée de Jean Diwo, étudiant et pigiste au journal Paris Soir avant guerre, de trois professeurs d’anglais, d’histoire-géographie et d’espagnol, d’un élève de l’école des Chartes, d’un directeur d’assurance, d’un artiste peintre, d’un dessinateur, d’un typographe, et d’un architecte. Venant de toutes les régions de France, aucun ne se connaît avant guerre. Leur moyenne d’âge est d’environ trente ans. L’Ephémère, journal du Stalag IX A, est rédigé par quatre prêtres, deux acteurs professionnels dont Yves Brainville, et Bernard Monsour, ancien secrétaire de Maurras. Le Piaf, le journal du Stalag II B, rassemble des instituteurs, un garagiste, un militaire de carrière et un journaliste d’une agence de presse. Si l’on cherche des points communs à ces journalistes de captivité, ils sont majoritairement littéraires, avec une surreprésentation du corps enseignant, et sous-officiers. La Convention de Genève de 1929 prévoit que « (…) Les sous-officiers prisonniers de guerre ne pourront être astreints qu’à des travaux de surveillance, à moins qu’ils ne fassent la demande expresse d’une occupation rémunératrice (…) » (article 27). Mais, à partir du printemps 1942, des pressions de plus en plus fortes s’exercent sur les sous-officiers qui refusent de travailler. Les vexations, les humiliations sont les prémices d’un envoi dans des camps disciplinaires à Kobierzyn ou Rawa Ruska. Participer au journal permet de rester au camp en ne cédant pas aux injonctions allemandes contraires à la Convention de Genève. Les rédacteurs du journal occupent souvent d’autres fonctions : président de la Caisse de Secours, directeur de l’université du camp, directeur du groupement artistiques : ce sont des personnalités du camp. La stabilité de l’équipe est forte, mais les colonnes sont ouvertes à des journalistes occasionnels qui envoient des articles : le médecin, le prêtre, les soldats des Kommandos qui envoient des compte-rendus ou des poèmes : 35 % des 500 Kommandos du Stalag XVII A participent au journal.

Les journaux sont distribués gratuitement, envoyés par le service de la poste dans les Kommandos avec les lettres et les colis. Si leur format (plus ou moins A4) évolue peu, le nombre de pages commence modestement (deux à quatre pages) jusqu’à compter une quinzaine de pages et un tirage évoluant entre 1500 et 3000 exemplaires. Parfois présentés comme des bimensuels, ils paraissent le plus souvent une fois par mois. A partir de l’été 1942, la Direction du Service des Prisonniers de guerre se substitue par la force des choses aux Allemands pour approvisionner les camps en papier jusqu’à l’automne 1944. Ce manque de papier force ainsi les Allemands à autoriser l’impression des journaux, qui occasionne un changement important puisque, alors que les machines à ronéotyper étaient dans le camp, les imprimeries sont en ville. Le journal L’Equipebénéficie ainsi de l’imprimerie, à Vienne, du Volkischer Beobachtung, le journal officiel nazi. Les copies sont d’abord envoyées et lorsque la composition du journal est prête, un des journalistes se rend en ville – qui n’est pas toujours à proximité du camp -, accompagné d’un garde, pour relire les épreuves et mettre en page, incluant, comme c’était déjà le cas dans les journaux ronéotypés, des illustrations.

Destinés à être provisoires, les journaux accompagnèrent la vie des prisonniers de guerre durant toute la captivité. Ceux-ci rapportèrent des exemplaires en France à leur libération, d’autres furent trouvés en Allemagne, si bien que des collections presque complètes de très nombreux journaux de camps sont reconstituées et disponibles aux Archives nationales et au Service Historique de la Défense, au château de Vincennes.

A la recherche des prisonniers de guerre… … dans quelques ouvrages récents sur la guerre

Les mois qui viennent de s’écouler ont vu fleurir des ouvrages généralistes sur la guerre. Qu’il s’agisse du Dictionnaire de la guerre et de la paix, rédigé sous la direction de Benoît Durieux, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et Frédéric Ramel, et paru aux PUF en 2017 ou d’Une histoire de la guerre du XIXème siècle à nos jours, sous la direction de Bruno Cabanes, édité chez Seuil en 2018, ces deux ouvrages permettent de réfléchir à la définition, aux évolutions et aux conséquences des conflits et à leur impact sur les soldats. L’occasion est aussi donnée d’y rechercher les prisonniers de guerre. Le Dictionnaire de la guerre et de la paix ne propose pas d’entrée « prisonnier de guerre », « captivité », « stalag » ou « oflag ». Certes aucun dictionnaire ne prétend à l’exhaustivité. Cependant, le prisonnier appartient doublement à l’univers guerrier : s’il n’est plus un combattant, il reste néanmoins un soldat, fait prisonnier pendant une guerre, ainsi que son nom l’indique. De manière moins directe, il ressortit également au domaine de la paix puisque nombre de prisonniers de guerre ont, après leur libération, oeuvrer pour le rapprochement entre les peuples, aussi bien dans les organisations de jumelages interurbains que dans des organisations internationales d’anciens prisonniers de guerre, rapprochant des ennemis de jadis.

Pour trouver les prisonniers de guerre dans le Dictionnaire, qui s’adresse aux « étudiants, chercheurs, enseignants, journalistes, praticiens, grand public » (avant-propos), donc à un public vaste, il est donc nécessaire de faire appel à des connaissances et de la logique.

L’organisation fournissant informations aux familles, aide et soutien aux captifs étant le Comité international de la Croix-Rouge, j’en recherche l’entrée et y lit la description du rôle et de l’action du CICR. L’allusion à « l’élaboration d’un droit international humanitaire contemporain » m’incite à poursuivre dans cette direction. Le premier texte définissant précisément les combattants prisonniers de guerre, les séparant des civils, étant la Convention de Genève, je cherche ces entrées….. qui n’apparaissent pas. En fait, les Conventions de Genève sont expliquées dans l’entrée « Humanitaire (Guerre et ) » qu’il faut compléter par l’entrée « droit des conflits armés » pour avoir une évolution historique de la notion ainsi que la différence avec les Conventions de La Haye (qui s’occupent de la conduite des hostilités quand Genève tente de garantir un traitement humain pour les captifs). L’entrée « Crimes de guerre » permet d’accéder à l’évolution du statut de prisonnier de guerre, d’abord appliqué indistinctement aux civils et aux militaires, avant qu’une différence plus précise ne soit instaurée. Enfin l’entrée « victime » évoque le « Droit international humanitaire » et la protection spéciale accordée en 1929 aux captifs.

Comité international de la Croix-rouge ; crimes de guerre ; victimes ; Humanitaire ; droit des conflits armés : l’axe, pour décrire la captivité de guerre, est juridique et humanitaire. C’est une image juste, évidemment, mais qui, outre la complexité pour la retrouver dans l’ouvrage, présente deux limites. Elle n’insiste pas, au-delà des définitions, sur la spécificité des prisonniers (ce que les anciens prisonniers de guerre déplorent constamment). Ils sont des victimes, tout comme les « blessés militaires, malades et naufragés, personnel sanitaire, civils dans les territoires occupés et la population civile ». Les différences de traitement entre officiers et non gradés, entre nationalités durant notamment les deux guerres mondiales, ne sont pas évoquées. Le nombre de soldats concernés durant la Guerre de Sécession, la Guerre de 1870, les guerres mondiales, l’Indochine, l’Algérie, le Vietnam…. aurait mérité une entrée, s’appuyant sur les recherches historiques récentes : Raphaëlle Branche pour la guerre d’Algérie (Prisonniers du FLN, Payot, 2014), Fabien Théofilakis pour les prisonniers allemands de la Seconde Guerre mondiale en France (Les Prisonniers de guerre allemands (France, 1944-1949), Fayard, 2014)…. jusqu’à Delphine Richard qui vient de se voir attribuer la bourse de doctorat de la fondation Heilbronn pour son travail sur Les Prisonniers de guerre juifs de France , 1940-1945. L’essor de cette branche de l’histoire militaire est grandissant depuis le livre fondateur de Yves Durand en 1980 (La Captivité. Histoire des Prisonniers de guerre français (1939-1945).

Une Histoire de la Guerre du XIXè siècle à nos jours s’appuie sur un plan thématique en quatre parties : la guerre moderne, mondes combattants, expériences de guerre et sorties de guerre. Un article entier, intitulé « des prisonniers par millions » apparaît dans « mondes combattants ». Ecrit par Fabien Théofilakis, il présente une évolution de la captivité depuis 1793, montrant que la figure du citoyen-soldat oblige les belligérants à garder sur leur sol les soldats ennemis prisonniers qui combattent pour leur patrie, à la différence des mercenaires des périodes précédentes. En découlent la construction de camps et autres pontons, une différence de traitement entre les officiers et les hommes de troupe, l’importance de l’intendance pour gérer la multitude de prisonniers et l’apparition d’un droit humanitaire les protégeant. « Rien n’est plus révélateur de la nature des régimes politiques et du type de confrontation à l’oeuvre pendant le conflit que le traitement des prisonniers » (p. 371) : cette réflexion au sujet de la Seconde Guerre mondiale peut s’appliquer à tous les conflits et l’article poursuit la réflexion jusqu’à la fin de la Guerre froide. Les nouvelles conflictualités (guérillas, terrorisme, mercenaires…) voient décliner le nombre de prisonniers de guerre nationaux, mais interrogent sur le niveau de protection des individus pris en combattant. S’achevant sur des renvois « le temps du citoyen-soldat », « ce que dit le droit » et « les mythes de l’impérialisme britannique », qui permettent un approfondissement, cet article accorde une importance non négligeable (onze pages) aux prisonniers de guerre et démontre, s’il en était besoin, qu’ils ont toute leur place dans un ouvrage sur la guerre.

Quand un feuilleton révèle une mémoire. Colditz et les prisonniers de guerre

A l’heure où les réseaux sociaux s’interrogent sur la véracité et la qualité de l’évocation de l’histoire dans la multitude de séries historiques diffusées par les nombreuses chaînes de télévision, le feuilleton Colditz témoigne de l’ancienneté de ce débat. En 1975, ce feuilleton anglo-américain prend pour sujet les prisonniers de guerre. Colditz est une forteresse de Saxe qui devint l’Oflag IV C destiné aux officiers évadés récidivistes. Un des prisonniers, le major britannique Pat. R. Reid écrit ses mémoires en 1952 et son livre,The Colditz Story, inspire en 1955 un film britannique, Les Indomptables de Colditz. Le feuilleton dont Pat . R. Reid est le conseiller technique, est tourné entre 1972 et 1974 et diffusée en France au début de l’année 1975, le samedi soir à 21h35 sur TF1pendant 13 semaines, entre le 11 janvier et le 12 avril. Il permet de suivre les protagonistes dès leur arrivée et jusqu’à la libération de l’Oflag IVC. Le succès d’audience en France, entre 30 et 35 %, (Télé7Jours,n°775, du 22 au 28 mars 1975.), est comparable à celui des Brigades du Tigre ou de Kojak, les feuilletons à succès de l’époque.

La Fédération nationale des combattants prisonniers de guerre se réjouit de cette diffusion:  

« L’admirable série en 13 épisodes, programmée le samedi soir sur la première chaîne a conquis tous les téléspectateurs et surtout les anciens prisonniers. Tout y est juste (…). Les Allemands ne sont pas présentés comme des imbéciles ni les prisonniers de guerre comme des petits saints. (…) A quand un Colditzfrançais ? » ( Le PG, n°517, mars -avril 1975).

Le journal de télévision Télé7Jours lui consacre un premier reportage dans la semaine du 11 au 17 janvier 1975, c’est-à-dire pour la diffusion du premier épisode. L’article est titré « Histoire d’une forteresse allemande. Colditza pulvérisé en Angleterre les records des Forsyte» et précise que ce feuilleton a gagné deux prix à la télévision britannique qui récompensent ainsi une audience énorme et enthousiaste. On y apprend également que deux livres du major Pat Reid, L’Histoire de Colditz et Colditz après sont disponibles et que le producteur, Gérard Glaister est un ancien pilote de la RAF, de même que le chef opérateur. Un autre article, dans le même numéro, précise qu’un Français, le lieutenant Pierre Mairesse-Lebrun s’est évadé de Colditz en jouant à saute-mouton, et qu’un épisode lui est consacré. En revanche, Télérama ne lui accorde qu’un article qui évoque la forteresse, le livre de Pat Reid mais pas la série. 

Les téléspectateurs s’expriment rapidement : les premières lettres sont reproduites à partir du 8 février, après quatre épisodes. La toute première est envoyée à Télé7Jours par le Colonel Lahille, résidant à Toulouse :

« Pendant près de trois mois, Colditz va tenir le petit écran de TF1 le samedi soir. Votre numéro 765 consacre un article à cette longue série. C’est très bien, mais il faut en savoir plus. Je me trouvais en ce lieu, de juillet 1944 à avril 1945, et je peux préciser les raisons pour lesquelles Colditz, qui recelait à peine 200 officiers, jouit d’une pareille célébration en Angleterre. Cela tient essentiellement aux deux motifs suivants : d’une part, certains officiers au caractère très énergique, par suite, soit des circonstances de leur capture, soit de leur comportement et de leurs agissements jugés inacceptables par les Allemands, étaient incarcérés à Colditz d’où, en principe toute évasion était impossible ; d’autre part, des responsabilités qualifiées de « proéminentes » (c’est ainsi qu’elles étaient désignées) y étaient rassemblées par notre ennemi. S’y trouvaient : un héritier de la Couronne d’Angleterre (6eou 7e), le fils du général Alexander, le fils du maréchal Douglas Haig, un lord, un député canadien, etc… et je n’aurai garde d’oublier l’illustre héros national : le squadron leader Bader qui, amputé des deux jambes très au- dessus des genoux, avait pris part, dans cet état, à la Bataille d’Angleterre. Bien sûr, le feuilleton révèlera quelques-unes des aventures les plus cocasses et, aussi, tragiques, qui se sont déroulées dans cette forteresse, mais je voudrais croire que ces quelques mots supplémentaires seront d’un modeste intérêt pour vos lecteurs et téléspectateurs. »

Mais c’est la lettre d’un autre ancien de Colditz, Edgard Duquel, vice-président des anciens évadés de Colditz, qui provoque un tournant dans la mémoire de la captivité. Il envoie au courrier des lecteurs une lettre titrée « Colditz, les Français en tête », dans lequel il signale que les Français sont la nationalité qui a réussi le plus d’évasions (douze succès), devant les Britanniques (sept réussies) et les Néerlandais avec six évadés. Le « Groupe des évadés, anciens de Colditz » réagit de la même façon et écrit, dès le 10 mars 1975 –c’est-à-dire avant même la fin de la diffusion de la série- une lettre à Pat Reid :

« (…) Vous êtes un auteur très scrupuleux de la vérité historique. L’émission de la BBC Colditz ,par son seul titre, pouvait laisser croire qu’elle était une page d’histoire de la captivité (..) Or cette production relève pour une part de la pure invention et lorsqu’elle s’inspire de faits authentiques, elle les transforme de telle manière qu’ils deviennent méconnaissables pour les initiés; ceux-ci constatent après avoir vu neuf épisodes que la tension permanente existant entre captifs et geôliers n’est pas rendue avec son acuité réelle et que l’ambiance de ce camp spécial s’en trouve sérieusement altérée. (…) Absence totale des Hollandais comme des Belges et pratiquement celle des Français de la Communauté colditzoise, alors que le colonel allemand, invisible à l’époque de notre internement, figure et fait preuve de noble compréhension. (…) Nous sommes fort désagréablement surpris de voir que malgré vos oeuvres estimables pour leur respect de la vérité, vous avez accepté de garantir personnellement l’authenticité historique de ce médiocre feuilleton ». (SHD, 1K491, dossier Colditz)

Devant les reproches adressés par les prisonniers de guerre français détenus à Colditz aux Britanniques – s’être appropriés les faits d’armes français- la réaction de TF1 est immédiate. Après la diffusion du dernier épisode, le 12 avril 1975, à 22h30, une émission de Christian Bernadac, rédacteur en chef de TF1 et intitulée « Les Grandes Évasions françaises de Colditz » est organisée. Elle commence par un film, réalisé par Robert Werner, envoyé spécial de TF1 dans l’ancien Oflag. On suit le retour d’anciens captifs sur les lieux et il décrit ainsi cette expérience : 

“Une équipe de TF1 et moi-même étions allés à Colditz après la diffusion d’un feuilleton américain consacré à la forteresse, parce qu’il y avait eu « détournement historique ». En effet, les plus fameuses histoires d’évasion, les plus denses exemples d’opiniâtreté, de ruse, de courage, avaient été attribués à des prisonniers anglais alors que le général Le Ray, Frédo Guigues, Mairesse-Lebrun et bien d’autres, étaient proprement oubliés.

Et ces histoires, relatées à la télévision, avaient pourtant été les leurs ! (…) Je revois Frédo accroupi sous le toit de Colditz et découvrant la radio qu’il avait confectionnée trente-deux ans auparavant ! Elle était couverte de poussière. Le guide allemand qui nous accompagnait à travers le château, était médusé ! Grâce à cette radio, en 1943, Frédo Guigues suivait en pleine nuit, à la barbe des sentinelles, la progression des Alliés vers la victoire »

Cette diffusion est commentée ensuite, en plateau, par le général Le Ray, premier évadé de Colditz, Pierre Mairesse-Lebrun, un des premiers évadé, le baron Élie de Rothschild et Edgar Duquel. Le recours aux témoins directs s’inscrit à la suite du documentaire de Marcel Ophüls Le Chagrin et la Pitié en 1971 et du livre de Robert Paxton, La France de Vichy , en 1972, tous deux ayant inauguré une nouvelle façon de faire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, donnant la parole à des acteurs jusqu’alors négligés. 

Ce travail remarquable de décryptage de contre-vérités, réalisé par la télévision française, connaît des suites, puisque dès 1976, une littérature « colditzoise » fleurit. Quelques livres étaient parus auparavant comme celui du général Le Brigant, Les Indomptables, en 1948 ou le livre à compte d’auteur de Frédéric Guiges, Colditz 1941-1943 en 1970 ou bien l’ouvrage d’André Perrin, Évadé de guerre via Colditz en 1975. Mais ils étaient passés inaperçus. Après le feuilleton et surtout après le débat, les livres recueillent une plus grande audience. Alain Le Ray, le premier évadé de la forteresse de Colditz, fait paraître le texte qu’il avait écrit à l’origine pour laisser une trace à l’usage de ses entants, sous le titre Première à Colditz chez Arthaud. En 1979, Maxime Guenet, qui fut lui aussi captif dans la forteresse, écrit ses mémoires sous le titre Le Secret de Colditz, aux Editions France-Empire qui publient aussi le livre de Léonce Petitcolin , Les Fortes Têtes. 1940-1944 : la forteresse de Colditz, en 1985. André Maloire, qui ne fut pas captif à Colditz, recueille les témoignages d’anciens de Colditz, qui paraissent dans le livre Colditz. Le grand refus. Captifs peut-être, vaincus jamais aux éditions Le Condor en 1982.

Enfin, des suites plus inattendues sont à évoquer après cette émission. Ainsi, le « Groupe des évadés, anciens de Colditz », qui fut formé entre décembre 1944 et avril 1945, décide de se doter d’une capacité juridique en déclarant ses statuts à la Préfecture de Police, au Bureau des Associations loi 1901, le 25 août 1977, et cette demande paraît au Journal officiel le 5 octobre 1977.

Ce feuilleton fut un révélateur : il plut à l’opinion publique parce qu’il montrait des évasions. Il fit réagir les anciens prisonniers et les associations qui s’organisèrent pour rétablir la vérité en utilisant pour la première fois un medium de grande diffusion et d’accès facile. En apparence,Colditz rassemblait tout le monde, alors qu’en fait il a fait surgir clairement les différentes images souhaitées par les uns et les autres : une image inchangée depuis la fin de la guerre, historiquement datée et idéalisée contre une image rajeunie, plus conforme à la réalité historique. 

La genèse d’un classique : La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français (1939-1945) de Yves Durand

A l’orée des années 1970, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale évolue, sous l’impulsion de Marcel Ophüls dont le film Le Chagrin et la Pitié, sorti en 1971, donne la parole à des Français dont tous n’ont pas été résistants et de Robert Paxton qui, dans son livre La France de Vichy (1940-1944) paru en 1973 montre la collusion entre Pétain et les Nazis. Des acteurs de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’alors peu ou pas médiatisés, veulent faire entendre leur voix et voir leur mémoire se diffuser. Les prisonniers de guerre sont à la pointe de ce mouvement. 

A la fin du mois d’octobre 1971, lors de son vingtième congrès au Puy-en-Velay, la Fédération nationale des Combattants Prisonniers de guerre (F.N.C.P.G.) estime que le temps est venu de promouvoir l’étude et la recherche concernant la captivité. Ce faisant, elle vise directement le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, instauré en 1951, l’accusant de n’avoir pas privilégié cet axe de recherche historique, ou plutôt de n’avoir pas développé des recherches spécifiques sur la captivité. Durant cette période, un seul article de La Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale est consacré aux prisonniers de guerre : « Les Prisonniers des Kommandos et l’Image de la France » rédigé par François Boudot en 1968.

La Fédération se propose alors de collecter auprès de ses adhérents toute la documentation dont ils pourraient disposer : journaux de camp, tracts, textes, objets, photographies, dessins, paroles et musiques de chansons, récits etc. afin d’organiser une exposition nationale, une bibliothèque de la captivité et un Musée national de la captivité. Pour ce faire, elle prend contact avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale et les archives de guerre, mais compte surtout sur ses adhérents et sur sa propre capacité à les fédérer autour de ce nouveau projet. C’est à la jeunesse que la Fédération pense. Elle veut aider les étudiants des deuxième et troisième cycles à orienter leurs travaux sur la captivité et sur le rôle des associations de combattants prisonniers de guerre dans la nation, envisageant même pour cela la création de bourses d’études. 

D’autres actions ont été envisagées, ainsi un débat aux Dossiers de l’Ecran. Cette émission-phare de la télévision organisait depuis 1967 des débats de société en direct réunissant des spécialistes après la diffusion d’un film. La Fédération essuie un refus de la part du producteur, Armand Jammot,en décembre 1973.

Mais deux grands projets sont lancés en 1974 et annoncés dans le numéro de mai-juin du PG, le journal de la F.N.C.P.G. Le premier concerne l’histoire de la captivité :

« C’est un maître assistant d’histoire contemporaine à l’Université d’Orléans, Yves Durand, qui entreprendra, avec ses élèves, les travaux envisagés par le groupe. Il s’agit là d’une tâche collective immense, donc de longue haleine. »

Lorsque Yves Durand accepte d’écrire l’histoire de la captivité, il a participé pendant plus de dix ans aux travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et il a déjà publié deux ouvrages sur la période 1939-1945 : Vichy. 1940-1944 chez Bordas en 1972 et Libération des pays de Loire chez Hachette en 1974.

«Léopold Moreau –mon collègue au lycée Pothier– m’a proposé de préparer un ouvrage sur la captivité pour le compte de la FNCPG dont il était alors un des principaux dirigeants nationaux en 1975 (…) Cette proposition lui a été inspirée par le fait que j’avais déjà publié deux ouvrages sur la période (…). » (collection personnelle, lettre d’Yves Durand, 7 février 2002)

Léopold Moreau est alors vice-président de la F.N.C.P.G. La Fédération assure la publication et la diffusion par souscription auprès de ses adhérents, facilite les recherches d’Yves Durand, au même titre que l’Union nationale des Amicales de camps, l’Union nationale des Évadés, l’Association des Cheminots combattants anciens prisonniers de guerre et l’association des Combattants prisonniers de guerre de la Seine. Yves Durand n’avait jusqu’alors aucune connaissance précise sur la captivité :

« Ni mes relations, familiales ou autres, ni mes travaux antérieurs n’avaient particulièrement attiré mon attention sur les prisonniers.» (lettre du 7 février 2002)

Les étapes de ce projet peuvent être suivies dans Le PG puisque dans presque tous les numéros à partir de l’été 1974, il est précisé que des étudiants en histoire de l’université d’Orléans-La-Source travaillent sur la captivité et qu’il leur faut du matériel. Ces travaux aboutissent à des devoirs de maîtrise soutenus dans la deuxième moitié des années 1970 : Philippe Goldmann, La Propagande allemande auprès des prisonniers de guerre français à travers le « Trait d’Union » ; Gérard Boyer, Les Prisonniers de guerre du Loiret et leurs familles. 1940-1945 ; Nicole Bonnet, Image du prisonnier de guerre français à travers la presse locale des débuts de la captivité aux lendemains de la Libération. Le plan du livre est adopté au début de l’année 1977 et Yves Durand propose un questionnaire à cent prisonniers de guerre dans chaque association départementale. A partir de 1978, deux étudiantes, installées au siège de la Fédération à Paris, classent les documents et dépouillent les questionnaires. Un conseiller technique assiste la direction fédérale pour la fabrication et l’impression de l’ouvrage et deux sous-commissions sont créées pour la conception et la réalisation du livre et pour la diffusion et le financement. 

Le second projet concerne l’action des prisonniers de guerre évadés et rapatriés avant 1945 a été proposé par Jean Védrine, membre d’honneur de la F.N.C.P.G. et qui a été, durant sa captivité, homme de confiance, puis membre du commissariat de reclassement des prisonniers de guerre où, aux côtés de François Mitterrand, il organise des centres d’entraide et fabrique de faux papiers pour faciliter les évasions. Il est, après la guerre, secrétaire général de la Fédération nationale des prisonniers de guerre. Jean Védrine a mis ses dossiers à la disposition d’Yves Durand. 

Ces deux ouvrages, l’un écrit par un historien, l’autre de manière très scrupuleuse par un témoin, se complètent et répondent à la préoccupation de la F.N.C.P.G., à laquelle d’autres associations de prisonniers de guerre apportent leur concours. La participation des prisonniers de guerre à cette entreprise, des plus connus aux plus anonymes, est immédiate et massive, ce qui montre qu’elle répond à une demande, qui n’était pas visible autrement et qui s’est peut-être révélée avec l’envoi des questionnaires au domicile des anciens prisonniers. 

En 1978, une souscription de 10 000 exemplaires du livre d’Yves Durand est lancée auprès des lecteurs du PG, dont le succès conduit à augmenter le tirage prévu à 20 000 exemplaires. Le samedi 18 octobre 1980 est organisée, au Palais des Congrès de la Porte Maillot, une manifestation pour le lancement et la vente du livre. 22 000 exemplaires ont été vendus fin 1980, qui suscitent une deuxième, puis une troisième édition. Entre 1980 et 1982, 41 000 exemplaires ont été édités. Il constitue, encore à ce jour, le livre de base pour tout chercheur sur la captivité française de la Seconde Guerre mondiale. Le livre de Jean Védrine, Dossier PG-Rapatriés,1940-1945,sort en 1987. Les travaux pour la rédaction d’une histoire de la captivité sont lancés.

1949 : La carte de combattant est accordée aux prisonniers de guerre

Le 1er janvier 1946 , Le PG, journal de la Fédération nationale des prisonniers de guerre (FNPG) édite une affiche qui réclame, outre des revendications matérielles et financières, la défense de l’honneur des prisonniers de guerre. Les combattants ont besoin de la reconnaissance du pays alors qu’ils ont subi un double traumatisme : les combats de 1940 et la captivité : 

(…) L’obtention d’une pension, d’une décoration, la mention d’un nom dans un document historique ou autre, ne sont pas des satisfactions régressives, comme des récompenses à un élève méritant. Ils assurent aux anciens combattants que la collectivité reconnaît sa dette et que les années de souffrances, inscrites dans leur chair et leur esprit, reçoivent un sens. Ces témoignages de reconnaissance (…) ne signifient absolument pas un sentiment de supériorité sociale mais, au contraire, la réassurance que le lien avec la nation et l’État est clairement affirmé. Cette reconnaissance est une condition fondamentale pour la réintégration du combattant dans la vie du temps de paix ; elle renforce sa cohérence existentielle, c’est-à-dire psychosociale, qui a été ébranlée par l’expérience inoubliable de la guerre ». (Claude Barrois, Psychanalyse du guerrier, Paris, Hachette, 1993)

Leur honneur a été bafoué au printemps 1945 et notamment lors du procès Pétain, durant lequel Daladier déclara que la France était mieux armée que l’Allemagne, rejetant la responsabilité de la débâcle sur les combattants de 1940. Ainsi, les anciens prisonniers souffrent du silence des Français, de la presse et du Gouvernement à l’occasion de la cérémonie organisée le 27 juillet 1947 pour le rapatriement des corps des prisonniers de guerre morts en captivité, ainsi que de ce retour tardif. Or, ce sont des raisons essentiellement financières qui l’expliquent. Tout fait défaut avant 1947 : les cercueils, les produits de désinfection pour les opérations d’exhumation et les transports. 

Recevoir la carte de combattant, voici l’objectif  des anciens prisonniers et de leur Fédération, forte d’un million de membres en 1946. Ils pensent l’obtenir sans difficulté puisque les anciens captifs de la Grande Guerre en avaient bénéficié. La première fédération des prisonniers de guerre avait été créée dans ce but en janvier 1921, regroupant vite 60 000 membres. C’est en 1922 que la médaille de la Victoire, refusée en 1920, leur permettait d’être reconnus comme combattants et de bénéficier des avantages financiers correspondant à ce statut. Or les espoirs des prisonniers de la Seconde Guerre mondiale sont rapidement déçus : ils ne sont pas considérés comme des combattants. La Convention de Genève qui les protège durant la guerre, les trahit un peu en l’occurence puisqu’ils sont considérés comme des « soldats non combattants ». Leurs contre-arguments sont cependant précis et affutés : ils ont combattu, ont fait leur devoir. S’ils ont été maintenus captifs par les Allemands, c’est bien pour ne pas reprendre le combat. Ils sont donc, durant leur captivité, des combattants potentiels ainsi que le prouvent les consignes que diffusent auprès d’eux les Résistants par le poste « honneur et patrie » pour mener le combat sur le sol ennemi; c’est également ce qu’atteste le général De Gaulle dès 1943 en qualifiant de front des barbelés, « le front de la Résistance intérieure en Allemagne ». D’autres décorations sanctionnent, selon eux, les actions d’éclat, mais la carte du combattant gratifie le fait d’avoir combattu.

Les refus essuyés sont perçus comme des injustices, des vexations, une atteinte à l’honneur des prisonniers. Or il faut attendre 1949 pour que la carte du combattant soit attribuée, les prisonniers étant victimes des remaniements gouvernementaux nombreux sous la IVe République. Qu’on en juge : en 1946, le ministre de tutelle des prisonniers, Laurent Casanova, communiste, annonce son désir d’accorder la carte. Mais l’Union française d’associations de combattants –UFAC- s’y oppose, à moins que le prisonnier ait appartenu à une unité combattante. La FNPG refuse cette condition, la captivité étant pour elle le prolongement du combat, et n’accepte comme limitation à l’obtention de la carte qu’une attitude antipatriotique dans les camps ou durant l’Occupation. En janvier 1947, c’est François Mitterrand, membre fondateur de la FNPG et donc ancien prisonnier, qui est nommé ministre. Il se heurte au refus de l’UFAC et aux hésitations du Conseil des ministres concernant le coût budgétaire que provoquerait l’acceptation d’une telle mesure. Mais finalement, la détermination de la Fédération, une grande manifestation nationale des anciens prisonniers de guerre et l’insistance de François Mitterrand débouchent sur le décret du 29 janvier 1948 octroyant la carte de combattant aux prisonniers de guerre -l’arrêté d’application date du 4 mai-.

« La carte du combattant est attribuée pour les opérations commencées le 3 septembre 1939– aux militaires mobilisés ou engagés dans les armées de Terre, de Mer ou de l’Air, ayant combattu en France ou hors de France, ayant subi la captivité ou ayant été blessés. »

Mais l’UFAC dépose en décembre 1948 un pourvoi en cassation contre l’arrêté du 4 mai. La Fédération réagit immédiatement en donnant la parole aux prisonniers pour montrer leur  diversité et leur importance dans la société. S’expriment alors Jacques Perret, l’auteur du Caporal épinglé, puis Jacques Hélian, musicien dans l’orchestre de Ray Ventura;  le journaliste Marcel Roels,; Maurice Bruezière, professeur de lettres au lycée Condorcet; Roger Pecheyrand, instituteur et lauréat de l’Académie française;  Monsieur Lantheaume, docteur en médecine;  Édouard Jolly, docteur en droit et avocat; Roger Debouzy, rédacteur en chef-adjoint du journal parlé de la Radiodiffusion française;  Georges Lepeltier, président de la FNCPG;  A. Roze, inspecteur de l’enseignement primaire;  Robert Merle, l’auteur de Week End à Zuydcoote et  le général Loizeau. 

Néanmoins, en ce début d’année 1949, le décret Mitterrand est suspendu. Il faut avoir appartenu à une unité combattante durant 90 jours avant la captivité pour être considéré comme un ancien combattant, et les prisonniers de guerre de 1940 ne répondent pas à cette condition, pour cause de Blitzkrieg. Une grande avancée est réalisée, le 2 août 1949, par le ministre des Anciens Combattants Victimes de guerre, R. Bétolaud, qui décide par décret que les prisonniers de guerre obtiennent la carte de combattant s’ils ont participé à des opérations de combat qu’elle qu’en soit la durée et s’ils ont été détenus et gardés militairement en territoire occupé par l’ennemi pendant au moins six mois ou immatriculés comme prisonniers de guerre dans un camp en territoire ennemi pendant au moins 90 jours. Contre toute attente, ce décret provoque une manifestation dans Paris de 80 000 prisonniers, car les délais indiqués exclus des évadés et des internés en camps de représailles. L’instabilité gouvernementale inhérente à la IVe République porte à la tête du ministère des Anciens Combattants Victimes de guerre, M. Jacquinot, un indépendant, qui réalise l’action décisive en publiant le 23 décembre 1949, après pression de l’amicale des parlementaires anciens prisonniers de guerre un décret d’attribution de la carte du combattant avec arrêté d’application immédiat. Les points 4 et 5 concernent les prisonniers de guerre : 

« (les militaires) (…)

-qui ont été soit détenus comme prisonniers de guerre pendant six mois en territoire occupé par l’ennemi soit immatriculés dans un camp en territoire ennemi, sous réserve d’avoir appartenu, au moment de leur capture, sans condition de durée de séjour et pendant la période où elle avait cette qualité, à une unité combattante.

-qui ont été détenus comme prisonniers de guerre pendant six mois en territoire occupé par l’ennemi, soit immatriculés dans un camp en territoire ennemi où ils ont été détenus pendant 90 jours au moins, sous réserve d’avoir appartenu, antérieurement à leur capture ou postérieurement à leur détention, sans condition de durée de séjour et pendant la période où elle avant cette qualité, à une unité combattante. (..) »

Les principales modifications reposent sur la non-indication de la durée d’appartenance à une unité combattante, qui permet à de nombreux prisonniers de guerre de bénéficier du statut de combattant et sur le fait que le prisonnier de guerre peut ne pas avoir appartenu à une unité combattante au moment de sa capture.

Ce décret permet à neuf prisonniers sur dix d’obtenir la carte de combattant. Mais d’autres revendications, financières et matérielles, restées sans solution, amènent les anciens captifs à rester mobilisés à l’orée des années 1950.

Indochine 1945 : des prisonniers de guerre français méconnus.

La parution chez Tallandier du livre de Guillaume Zeller, Les Cages de la Kempeitaï. Les Français sous la terreur japonaise. Indochine mars-août 1945 donne l’occasion d’évoquer les prisonniers de guerre français en Indochine pendant la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller n’évoque pas seulement les militaires prisonniers de guerre, mais tous les Français présents dans la colonie et également les 24 millions d’autochtones, qui, à partir de l’attaque japonaise du 9 mars 1945, furent exécutés immédiatement ou bien emprisonnés et torturés. Cependant, s’il est parfois difficile de séparer le sort des militaire de celui des civils, ce compte-rendu va mettre en évidence le sort des prisonniers de guerre, donc des soldats. Commençant en 1937, lorsque le Japon attaque tour à tour la Mandchourie puis la Chine, Guillaume Zeller dresse avec une grande clarté le tableau d’un territoire très disputé. L’Indochine constitue une des deux voies d’approvisionnement terrestre de la Chine et intéresse le Japon dans sa politique d’expansion, à tel point que l’Amiral Decoux, nommé gouverneur général par Pétain en 1940, accepte de laisser des aérodromes à disposition des Japonais et la possibilité de stationner des troupes sur le territoire du Tonkin. Des combats s’engagent jusqu’en septembre 1940, lorsque Hiro Hito donne l’ordre de cesser l’offensive. Les 2 500 Français faits prisonniers sont alors libérés, mais la menace japonaise continue à planer.

L’armée d’Indochine, dans sa majorité, reste fidèle à Pétain qui mène une politique d’émancipation en direction des Indochinois et de discrimination à l’égard des Juifs, des francs-maçons et des gaullistes. Durant toute la guerre, l’Indochine subit des menaces du Japon, de la Thaïlande qui réclame des territoires, du communisme d’Hô Chi Minh (connu alors sous le nom de Nguyen Ai Quoc), de mouvements nationalistes et des bombardements alliés. Des réseaux résistants hostiles à la politique de neutralité à l’égard du Japon, allié des Nazis, s’organisent dès l’été 1940.

Le coup de force japonais, préparé dès l’automne 1944, intervient le 9 mars 1945 et vise simultanément la totalité du territoire indochinois. Les combats les plus intenses ont lieu au Tonkin, là où l’armée française était la plus nombreuse. 40 000 Européens vivent alors en Indochine, dont 18 000 militaires avec leurs familles résidant dans les citadelles. Tous sont visés par l’attaque rapidement menée,beaucoup sont tués. Les civils ne sont pas épargnés : ils sont pourchassés, violés, massacrés quels que soient l’âge ou le sexe. Mais ce sont surtout les militaires qui sont victimes d’exécutions sommaires. 

Après le mois de mars, alors que la Kempeitaï – la gendarmerie militaire qui gère la répression – torture essentiellement des civils mais aussi des militaires, la plupart des soldats sont concentrés dans des casernes ou des citadelles. Victimes de tortures, sous alimentés, ils travaillent au ravitaillement, à l’entretien des lieux, creusent des tranchés et autres structures militaires. Ces prisons servent de viviers de main d’oeuvre pour envoyer, à partir du mois de juin et alors que la mousson commence, les prisonniers dans des camps de concentration « l’un à Hoa Binh à 60 km à l’ouest de Hanoï, l’autre à Paksong, au Laos, à 50 km à l’est de Paksé » (p. 187). Ils s’y rendent à pied ou en camion et découvrent, au milieu de la jungle un camp principal entourés de petits camps. Ils construisent eux-mêmes leurs abris, sont sous alimentés et construisent des pistes, des fossés, arrachent des souches, construisent des ponts. Les morts sont nombreux, dus aux mauvais traitements, à la sous-alimentation, aux maladies et blessures infectées et laissées sans soin. Les évasions sont empêchées par l’état de santé des prisonniers, mais également par des miradors, des patrouilles, et aussi parle système de la triade : organisés en groupe de trois, si l’un des trois prisonniers s’évade, les deux autres sont fusillés. La mortalité est considérable.

Dans les premiers jours qui suivent le 9 mars, les soldats sont capturés et tués immédiatement : décapités au sabre, tués par des mitrailleuses, achevés à la baïonnette et à coup de pioche. Ainsi dans le secteur de Lang Son, près de 300 prisonniers de guerre sont massacrés le 13 mars. Le bilan est impressionnant : « Presque tous les chefs de corps des différents régiments d’Indochine sont morts ou captifs. Parmi les officiers généraux et supérieurs les plus opérationnels, seuls ont pu échapper au piège le général Sabattier, commandant de la division du Tonkin, le général Alessandri, commandant de la deuxième brigade de cette même division, et le colonel François, chef de corps du 1erRTT ». (p. 132). Certains ont réussi à s’échapper et tentent, avec des civils, de se réfugier dans la brousse, le maquis ou en Chine. Beaucoup finissent par être capturés, les autres meurent d’épuisement ou de maladie.

La capitulation du Japon le 2 septembre 1945 n’entraine pas la libération immédiate des prisonniers de guerre. Les accords de Potsdam prévoient que les Chinois du Guomintang et les Britanniques pénètrent en Indochine, mais le Viet Minh cherche à s’imposer sur le territoire et le Gouvernement provisoire de la République française, exclu de la conférence de Potsdam, veut rétablir son autorité sur la colonie. Enfin les Japonais sont toujours présents. Ils doivent être désarmés au sud de l’Indochine par les Britanniques et au nord par les Chinois. Mais la neutralisation des Japonais est très lente et commence réellement en novembre 1945. Tous ne sont pas désarmés et les Britanniques leur confient même la surveillance d’aérodrome ou de gares. Les Britanniques décident finalement de laisser les Français reprendre le contrôle de la situation. Leclerc arrive à Saïgon le 5 octobre 1945 et les dernières troupes britanniques quittent l’Indochine en mars 1946. Alors, très rapidement, les Japonais sont rapatriés vers leur archipel, le départ total est achevé en mai 1946.

L’arrivée des troupes de l’armée française crée des tensions et des vexations : les prisonniers de guerre sont considérés comme des traitres, qui sont restés loyaux envers Pétain, mais que néanmoins l’armée accepte de réintégrer, alors qu’eux estiment avoir fait leur devoir. Leurs souffrances ne sont pas reconnues. Considérés comme des prisonniers de guerre à l’instar de ceux détenus en Allemagne, ils demandent le statut de déporté, leurs lieux de détention étant reconnus comme des lieux de déportation par un arrêté du Ministère des Anciens combattants et victimes de guerre datant du 22 janvier 1951. Le statut de déporté politique leur est reconnu au début des années 1990. Et seulement deux mentions de « mort en déportation » ont été attribuées en janvier 2016.

Ce livre, bien informé, d’une lecture aisée et stimulante, s’appuie sur des sources historiques et des archives, des travaux universitaires et des témoignages. Il ouvre des pistes de recherche, la principale pour moi étant de réfléchir à la différence de problématique entre ces prisonniers de guerre de 1945 et ceux détenus en Allemagne : leur proximité avec les civils qui ont partagé en partie leur sort ; les lieux de détention classés lieux de déportation ; les exactions commises par les Japonais. Evalués à12 000 en mars 1945 (Jean-Louis Margolin, L’Armée de l’Empereur. Violences et crimes du Japon en guerre. 1937-1945, Armand Colin, 2007), le nombre de survivants n’est pas indiqué par Guillaume Zeller, mais si l’on peut s’appuyer sur l’estimation de Jean-Louis Margolin indiquant que le taux de mortalité en moyenne dans les camps japonais est de 27 %. Plusieurs éléments expliquent cette sauvagerie alors même que le Japon a signé la Convention de Genève dès juillet 1929. En effet, le texte ne fut pas ratifié, et même si les officiers japonais en connaissent l’existence, ils ne le respectent pas, renforcés en cela par la décision, en août 1937, de l’empereur Hiro Hito d’approuver une directive suspendant l’application des conventions internationales sur les prisonniers de guerre. En janvier 1941, le ministre de la guerre, Tôjô Hideki, rédige le code d’honneur de l’armée – Senjinkun-, considérant qu’un prisonnier n’a que deux solutions pour compenser la honte de la capture : le suicide ou la cour martiale. Le mépris dans lequel les Japonais tiennent les prisonniers de guerre est renforcé par les modifications de l’origine des officiers depuis l’ère Meiji, de moins en moins issus de familles samouraï respectant le code d’honneur du Bushido et provenant de plus en plus de familles paysannes pour lesquels la loyauté à l’empereur prime sur tout. Enfin, l’Indochine est attaquée en mars 1945, alors que la défaite japonaise se profile, ce qui explique aussi ces violences extrêmes. 

S’ajoutant à la comparaison entre les captivités françaises de la Seconde Guerre mondiale, d’autres pistes seraient à suivre :dans quelles conditions les prisonniers de guerre ont-ils été libérés ? Comment ont-ils été réintégrés dans l’armée ? Combien d’entre eux ont participé à la guerre d’Indochine qui commence en décembre 1946 ? D’autres recherches en perspective…..


La captivité en bande dessinée : objet historique ou historien ?

L’ouverture le 24 janvier du 46ème festival d’Angoulême incite à se pencher sur les bandes dessinées qui ont pour sujet la captivité française de la Seconde Guerre mondiale.

J’en ai recensé cinq : Le Carnet de Roger de Florent Silloray en 2011, les trois tomes que Jacques Tardi a consacrés à la captivité de son père (Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B,Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, mon retour en France et Moi René Tardi prisonnier au Stalag II B,après la guerre, respectivement en 2012, 2014 et 2018), et Plus près de toi de Kris et Fournier en 2017.En utilisant la distinction faite par Pascal Ory (« trois questions à Pascal Ory, historien de la culture et de la bande dessinée », casesdhistoire.com),faut-il qualifier ces BD d’historiennes ou d’historiques ? En d’autres termes, ces BD reconstituent-elles la captivité de manière très précise et documentée, présentant un moyen plus ludique et pédagogique pour connaître les prisonniers de guerre, « une écriture visuelle de l’histoire » comme dit Pascal Ory ? Ou bien utilisent-elles le contexte de la captivité pour créer des personnages et des intrigues imaginaires ? Et que nous disent-elles de l’image de la captivité à l’orée du XXIe siècle, alors qu’elles paraissent toutes à partir de 2011 ?

Ce tir groupé de l’édition fournit un premier indice. Si l’on se renseigne sur les auteurs, le père de Jacques Tardi a été prisonnier de guerre, tout comme le grand-père de Florent Silloray. Rien de tel cependant pour Kris et Fournier, même si l’aIeul de Kris a combattu dans une compagnie de tirailleurs sénégalais. Et ces différences, dans les cas de ces BD de captivité, trace la limite entre l’historien et l’historique.

Jacques Tardi et Florent Silloray veulent témoigner d’un moment de l’histoire vécu par un membre de leur famille et le transmettre par le moyen de la BD. Ce faisant, ils s’inscrivent dans la vague de témoignages d’enfants de prisonniers de guerre, qui, à partir des années 2000, éprouvent la nécessité, le plus souvent sous forme de livres, mais aussi de blogs ou de BD dans les cas qui nous intéressent, de raconter l’histoire du père – parfois du grand-père-. Ce déclic est provoqué par la mort des parents, la découverte de lettres, d’objets qui éclairent un passé parfois tu, entraperçu, rarement bien connu. Les enfants ont manqué de temps – et parfois d’envie – pour écouter l’ancien prisonnier raconter ses souvenirs, lorsqu’il acceptait de le faire. Dans les années 2000-2010, la génération des captifs disparaît, leurs enfants quittent la vie active pour devenir de nouveaux retraités prenant conscience d’être parmi les derniers témoins qui ont connu les prisonniers. Leur temps devenu libre leur permet de se consacrer à la diffusion de ces captivités individuelles. Il s’agit aussi de rendre hommage à leurs parents.

Le cheminement est très souvent le même : la découverte/connaissance de la captivité fait l’objet d’un mûrissement avant de déclencher le témoignage par le dessin. Jacques Tardi veut soulager son père envahi par ses souvenirs de captivité. Il l’encourage à se raconter sur des cahiers à partir de 2012, mais ne les utilise pas. Florent Silloray découvre à la mort de son grand-père, en 2002, des photographies puis le carnet de prisonnier. Il se livre alors à des recherches et des lectures. C’est la deuxième étape. La troisième est souvent constituée d’un voyage vers l’Allemagne, dans les traces du captif. Florent Silloray part dans les Ardennes françaises durant l’été 2008 pour rechercher les décors et retrouve quelques lieux où son grand-père est passé. En 2010, il se rend en Allemagne, sur le site du Stalag IV B où son aïeul a passé deux mois en 1940, puis dans un autre Stalag où il a travaillé. Une rencontre avec le directeur du centre de documentation des prisonniers de guerre de Torgau, près de Leipzig, lui fournit informations précises, documents et photographies. Il commence alors à réaliser l’album. Jacques Tardi part vers la Pologne en 2013 avec son épouse, dont le père fut également prisonnier de guerre et suit la trajectoire de son père, notamment sur la route du retour vers la France en 1945. Là encore, des historiens locaux sont contactés qui fournissent documents et archives. Les enfants de Jacques Tardi participent à la confection de la BD.

Florent Silloray, alors illustrateur jeunesse, et Jacques Tardi, auteur de BD bien connu, utilisent le moyen qui leur est familier pour raconter l’histoire : le dessin. Mais les deux s’inscrivent eux-mêmes dans la BD, au côté du prisonnier, utilisant ainsi des procédés graphiques originaux. Florent Silloray alterne l’histoire de son grand-père, dessinée dans des ton sepia, avec son propre voyage en Allemagne, en couleur. Les photographies du carnet du grand-père sont reproduites en pages de garde. Jacques Tardi se représente aussi, mais au côté de son père, en enfant qui pose des questions au prisonnier, commente ses réponses, apporte des précisions historiques. Et il en profite pour formuler les interrogations jamais évoquées devant le père. 

Il s’agit dans les deux cas d’une BD historienne. Les sources sont citées, d’abord celles qui sont à l’origine de l’entreprise : 

« le carnet de Rogerest tiré du véritable carnet de moleskine noir que Roger, jeune maraîcher nantais de 27 ans, écrivit dès sa mobilisation et durant toute sa captivité – plus de 5 ans- dans un camp de travail pour prisonniers de guerre. A la mine de plomb, dans une écriture serré et minuscule, il a consigné, au risque de sa vie, jour après jour, son quotidien de soldat, puis de prisonnier. Certaines dates ou lieux peuvent avoir été mal notés ou mal orthographiés, nous avons choisi de ne pas les modifier ». (note de l’éditeur page 6). 

Cette note est précédée de l’indication des sources en Allemagne, et suivi d’une préface d’Isabelle Bournier, directrice culturelle et pédagogique du Mémorial de Caen.

Dans le premier tome de la BD de Tardi, un carnet qui reconstitue les carnets d’écoliers utilisés par René Tardi pour confier sa captivité, illustré de quelques dessins que l’ancien prisonnier a réalisé, indique la genèse de l’ouvrage. Une bibliographie générale – très peu de livres spécialisés sur la captivité, « un bouquin généraliste sur le sujet », quelques livres de témoignages, des films, des vues du Stalag trouvées sur internet – est indiquée à la fin des tomes 2 et 3.

Jacques Tardi a été contacté par des enfants et petits-enfants de prisonniers de guerre à la suite de la parution des albums.

Il ne s’agit pas d’une BD historienne avec Plus près de toi, mais d’une BD historique. Kris a souhaité dans ce nouveau projet, revenir en Bretagne et travailler « sur un sujet peu documenté » (interview réalisé sur CasesdHistoire, Les voix de l’histoire, 2017.https://www.youtube.com/watch?v=1gkGjBzpEcU),en l’occurence la vie d’un village sous l’Occupation. Kris sait que la Bretagne est une des régions qui a accueilli le plus de prisonniers indigènes, soldats prisonniers de guerre retenus dans les Frontstalags en France parce que les Nazis ne les voulaient pas sur le sol allemand. Il y est sensibilisé par son histoire familiale, comme l’indique la note indiquée en page 2 :

« Cette histoire est dédiée à tous les soldats ayant combattu pour la France sans en avoir pour autant la nationalité pleine et entière. Particulièrement aux tirailleurs africains du Bataillon de Marche N°5 de la 1ère Division de la France Libre qui ont accompagné mon arrière-grand-père, le capitaine Henri Hennebaut, de 1940 à 1945, partout où la France avait décidé d’exister encore… ».

Le projet intéresse le dessinateur Fournier parce qu’il est breton et parce qu’il n’avait jamais dessiné la guerre. Le contexte est réel, Kris s’est documenté, notamment auprès d’Armelle Mabon (Prisonniers de guerre « indigènes ». Visages oubliés de la France occupée. Paris, La Découverte, 2010), certaines anecdotes sont vraies, mais les personnages sont imaginaires. Un tome 2 va suivre. Cet album remporte un grand succès notamment auprès des adolescents.

Les BD sur la captivité française de la Seconde Guerre mondiale parues jusqu’a présent, qu’elles soient historiennes ou historiques, sont d’une grande qualité et permettent une transmission accessible, minutieuse et valable de l’histoire de la captivité. Leur grand succès auprès du public constitue donc une excellente nouvelle.

-FOURNIER et KRIS, Plus près de toi, Paris,Dupuis, collection Aire libre, 2017.

– SILLORAY Florent, Le Carnet de Roger, Paris,Editions Sarbacane, 2011.

– TARDI Jacques, Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, Paris, Casterman, 2012.

– TARDI Jacques, Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, mon retour en France, Paris, Casterman, 2014.

– TARDI Jacques, Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, après la guerreParis, Casterman, 2018.

A quel genre cinématographique les films de captivité appartiennent-ils ? Réflexions à partir du film Stalag 17

Une annonce de la Cinémathèque française, postée hier sur Facebook, a attiré mon attention : 

« Ce soir sur le grand écran de la salle Langlois, un formidable film d’évasion signé Billy Wilder, avec William Holden, et Otto Preminger en colonel allemand. (…) » 

Ce film, c’est Stalag 17. 

Sorti aux Etats-Unis et en France en 1953, il s’agit du premier film de captivité tourné après La Grande Illusion(1937). Il raconte la vie quotidienne d’un groupe de 630 sergents aviateurs de l’armée des Etats-Unis, prisonniers des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et détenus dans un camp, le Stalag XVII, sur le Danube. Ce qui me fait réagir est la catégorisation « film d’évasion » : si effectivement, une tentative d’évasion échouée constitue l’ouverture du film et une tentative réussie la fin, il n’est pas question que de cela, bien au contraire, ce qui permet de s’interroger sur le genre cinématographique que constitue le film de captivité.

Billy Wilder, le producteur et réalisateur du film, s’interroge lui aussi sur le genre de ce film, faisant déclarer en voix off à l’un de ces personnages, dès les premières images : « Je ne sais pas vous, mais j’éprouve toujours de l’ennui devant ces films de guerre avec des aviateurs, des patrouilles de sous-marins, des hommes grenouilles aux Philippines. Ce qui me gêne, c’est qu’il n’y a jamais aucun film sur les prisonniers de guerre (…) ». Et effectivement, à part La Grande Illusion, aucun film sur la captivité de guerre n’a été tourné avant Stalag 17. Les films de captivité appartiennent-ils aux films de guerre ? Il s’agit effectivement de soldats, puisque les prisonniers sont des soldats non combattants qui restent en uniforme durant toute la captivité. Mais beaucoup d’aspects les éloignent du film de guerre. Aucun combat n’est représenté mais des allusions à la guerre sont présentes : les ennemis sont visibles (la Wehrmacht mais aussi la Gestapo) ; la bataille de Bastogne en décembre 1944 est évoquée durant l’écoute clandestine de la radio, d’autres nationalités de prisonniers sont citées : des Russes, des Polonais, des Tchèques. Mais, à la différence d’un film de guerre, souvent manichéen, patriotique, insistant sur l’aspect horrifique de la guerre, Stalag 17présente d’autres atouts.

Ce film est d’abord un documentaire sur la captivité. Tiré d’une pièce de théâtre éponyme écrite par Donald Bevan et Edmund Trzcinski qui furent eux-mêmes prisonniers de guerre, il présente de manière très précise la vie quotidienne dans un camp, faite d’ennui, de problèmes d’alimentation, d’attente du courrier, d’écoute clandestine des nouvelles de la guerre avec une radio bricolée, de la présence d’autres nationalités, d’un Noël passé en Allemagne… La captivité est expliquée par la voix off et des détails très précis comme la Convention de Genève, qui réglemente la détention des prisonniers de guerre, est citée à plusieurs reprises. De même, la visite d’un délégué de la Croix-Rouge qui préoccupe les Allemands au point de distribuer de nouvelles couvertures ou la présence de femmes militaires soviétiques prisonnières de guerre sont des marques de véracité dans le récit. Edmund Trzcinski joue d’ailleurs un petit rôle dans le film. Présenter Stalag 17sous l’angle de l’évasion, c’est suggérer qu’il s’agit d’un film d’action, et probablement l’associer dans l’esprit du public à La Grande Evasion de John Sturges (1963). Ce film présente finalement peu d’action : il s’agit plutôt d’un huis-clos. Mais un huis-clos avec du suspense : tout le ressort du film repose sur la recherche d’un espion au sein de la baraque 4, qui renseigne les Allemands et est la cause de l’échec de l’évasion qui ouvre le film et de la mort de deux prisonniers de guerre. Et un huis-clos typiquement américain. La recherche d’un espion caché dans le groupe fait immanquablement penser au maccarthysme qui sévit aux Etats-Unis depuis 1950 et touche particulièrement les milieux cinématographiques. En outre, Sefton est un individualiste assumé, un opportuniste qui ne cherche qu’à s’enrichir, y compris en acceptant d’aider le lieutenant Duncan à s’évader alors qu’il avait jusque là toujours repoussé ce genre de projet. C’est aussi un film de Billy Wilder dont le genre de prédilection est la comédie, présentée ici notamment par les deux prisonniers de guerre qui égaient la baraque 4 et cherchent à rentrer en contact avec les femmes soviétiques. S’y ajoute le cynisme personnifié par le personnage de Sefton, incarné par William Holden, qui trafique avec les Allemands et accumule un véritable trésor qu’il renferme dans une cantine. Il parie des cigarettes sur la réussite des évasions, sur des courses de rats. Le cynisme peut-être le fait d’un personnage d’un film de guerre, mais pas du personnage principal comme dans Stalag 17, qui valut à William Holden l’oscar du meilleur acteur et au film un grand succès public, les Américains se reconnaissant dans ce film typiquement américain, traitant seulement huit ans après la guerre des thèmes bien plus riches et nuancés que ne l’aurait fait un film de guerre.

En France, l’accueil fut beaucoup plus mitigé, qu’il s’agisse ou non d’anciens captifs : 

« Quant au contenu du film, il ne me semble pas qu’il appartienne à la critique d’en juger, mais aux prisonniers. Seuls ils pourront dire si certains passages sont ou non invraisemblables, ainsi que « le profane » est tenté de le penser (…). Les auteurs de la pièce Donald Bevan et Edmund Trzcinski, ont été eux-mêmes prisonniers, et c’est, paraît-il, pendant leur détention qu’ils ont jeté les bases de leur œuvre. (…) » (article de Jean Thévenot, Les Lettres françaises, 9 décembre 1953).

« (…) Seul un ancien prisonnier nous dirait s’il est vraisemblable que les quarante pensionnaires d’une baraque aient pu se maquiller « en Hitler » pour narguer le feldwebel. » (Article de J-G. Pierret, Radio Cinéma Télévision, 13 décembre 1953). 

Les prisonniers français, auxquels il a été fait appel, on l’a vu, comme caution morale, réagissent vivement : 

« Ah ! Elle était amusante la captivité vue par Billy Wilder. (…) J’en suis sorti (…) écoeuré de ce travestissement odieux de notre calvaire outre-Rhin. (…) Nous, anciens prisonniers de guerre français, ne laisserons pas déformer par des « Stalag XVII » à la Billy Wilder ce passé de souffrance derrière les barbelés allemands, qui nous appartient. » (Robert Sauvageau, ancien prisonnier au Stalag XVII, Les Lettres françaises, 30 décembre 1953).

Ce qui a été perçu de ce film- et rejeté – c’est l’humour, le divertissement, qui semblent en 1953 totalement hors sujet aux Français pour un film sur la captivité. Les deux pays n’ont pas souffert avec la même ampleur : 102 000 prisonniers de guerre américains détenus en Allemagne contre près de deux millions de prisonniers de guerre français. Les images ne sont effectivement pas innocentes pour les captifs français : les loisirs, le théâtre, c’est ce que beaucoup de Français ont retenu de La Grande Illusion, film pourtant infiniment plus riche sur la captivité et c’est ce que les anciens captifs veulent qu’on oublie. A leur retour, en 1945, les anciens prisonniers peinent à être reconnus comme anciens combattants, et n’obtiennent la carte de combattant qu’en 1949. Mais au-delà de ces préoccupations matérielles, les prisonniers ont souffert en captivité, tous reviennent très amaigris, beaucoup ont déclaré en captivité des maladies chroniques dont ils souffrent toute leur vie. La captivité ne peut être présentée pour eux sous forme de comédie, parce qu’il ne s’agit pas d’aller voir un divertissement quand on évoque la captivité.

Stalag 17 est donc un film bien plus riche qu’un film d’évasion. Il présente des caractéristiques d’un film de guerre – l’action (ici les évasions), la camaraderie entre hommes d’un même groupe, la mort, du respect ou pas face à l’ennemi – mais en y ajoutant une plus grande complexité, de plus grandes nuances tout en respectant une stricte véracité historique. Le huis clos du camp permet le suspense, la comédie, l’espionnage, l’amour (avec les prisonnières soviétiques mais aussi avec le fantasme que constitue Betty Grable), et des allusions à la société américaine qu’ont ressenties les Français sans pouvoir totalement les identifier, ce qui les a conduit à ne pas apprécier Stalag 17. Ils appellent de leurs vœux un « vrai film sur la captivité » au sens d’un film sérieux, et sont exaucés en 1955 avec Les Évadés de Jean-Paul Le Chanois qui précise : « J’ai voulu donner l’image de la réalité en parlant de ces prisonniers de guerre à qui, en France, aucun film n’a été entièrement consacré (…) ». (L’Humanité, 19 décembre 1954)

Noël en captivité


En décembre 1940 se profile pour les prisonniers de guerre un Noël loin de leur famille. Ce n’est pas le premier. Nombre de soldats, mobilisés pendant la Drôle de guerre, ne sont pas rentrés chez eux l’année précédente. Mais les conditions sont différentes : ils sont alors en France et libres. A la fin de l’année 1940, ils sont captifs depuis six mois et commencent à peine à s’organiser. Les prisonniers sont désormais installés dans leur chambrée, dans leur Oflag, dans leur Kommando. La stabilisation de leur adresse – même si de nouvelles affections interviennent durant la guerre – leur permet de recevoir le courrier et les colis et de rétablir les liens avec la famille. Tout n’est pas encore en place, les journaux de camps par exemple, n’apparaissent pas avant l’année 1941. Mais l’approche des fêtes de Noël les plonge dans une réalité qu’ils se refusaient majoritairement à envisager : le basculement vers l’année 1941 signifie le prolongement de leur captivité.

Jusqu’alors, ils sont en attente : les plénipotentiaires du gouvernement du maréchal Pétain ont signé le 22 juin 1940 l’armistice avec les Allemands, et l’article 20 stipule : « les membres des forces armées françaises qui sont prisonniers de guerre de l’armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu’à la conclusion de la paix ». Le chef du Service diplomatique chargé des prisonniers de guerre français en Allemagne, Georges Scapini, se voit confier l’amélioration des conditions de vie des captifs et est envoyé dès le mois de septembre, à Berlin, pour faciliter les discussions. Le 16 novembre 1940, la France devient nation protectrice de ses propres prisonniers, alors que la Convention de Genève avait prévu qu’une nation neutre exercerait ce rôle, en l’occurence les Etats-Unis. Ce changement laisse espérer des négociations d’égal à égal entre la France et l’Allemagne pour la libération des prisonniers. Quelques uns l’ont déjà été – les combattants de la Grande Guerre, les blessés, les pères d’au moins quatre enfants notamment – mais leur libération est prévue par la Convention de Genève et ne résulte pas des négociations entre la France et l’Allemagne. Noël est une date symbolique : ils espéraient être libérés avant Noël tout comme les soldats de la Grande Guerre pensaient que les combats s’arrêteraient avant Noël 1914. Passer Noël dans les Stalags, les Oflags, fait comprendre que la libération ne va pas intervenir avant plusieurs mois.

Bien plus que le jour de l’An, c’est Noël qui importe, comme le montrent les différentes sources. Pour le premier Noël en captivité, il est difficile de trouver des sources directes : les journaux des camps, on l’a dit, n’existent pas encore. Néanmoins des lettres ont été conservées par les familles, et le journal Le Trait d’Union, un des outils de la propagande allemande à l’égard des prisonniers de guerre, daté du 25 décembre 1940 est diffusé dans les Oflags, les Stalags et les Kommandos. Ces sources nous renseignent sur le premier Noël en captivité. André David envoie une carte de sept lignes réglementaires à ses parents (il a 23 ans, est célibataire) le 27 décembre 1940. Le 20 janvier 1941 la carte est reçue : « Voilà les fêtes de Noël passées. Fêtes heureuses, joyeuses, si elles s’écoulent en famille. Donc ici sombres fêtes. Nous avons eu deux jours de repos très appréciables et nous avons reçu du camp 2 Marks de marchandises en dentifrice, cirage… et autres objets ou produits très utiles (…) Meilleurs vœux de nouvel an » (Francine David-Paponnaud, Disparu mais vivant. Prisonnier en Allemagne. Lettres de guerre et de captivité d’André David (1940-1945), L’Harmattan, 2012, p. 111).

Pierre Cros écrit à sa femme, le 27 décembre 1940: « Lu chérie. Voici Noël de passé. Nous avons eu notre messe de minuit et j’ai fait mon Noël en bon chrétien. J’ai bien prié pour vous deux (sa femme Lucienne et sa fille, née à l’automne 1939), car vous êtes ici ma seule pensée… ». (Marie-Claude Angot, D’amour et de guerre. Un couple dans la guerre et la captivité. Mars 1939- avril 1945, Ed2A, collection Histoire, 2012, p. 104). Pour l’année 1940, ces deux jours de repos (qui sont attribués durant toute la captivité) sont l’occasion de ne pas travailler,sauf pour quelques uns, comme l’indique Robert Gaillard, futur prix Renaudot en 1942 : « J’ai passé le plus étrange réveillon et le plus singulier Noël que je connaitrai sans doute de ma vie . (…) Alors que tout le monde s’arrête de travailler, j’ai été affecté à un autre groupe chargé d’abattre les sapins d’une forêt ». (Mes Évasions, 1946, Éditions Dumas, p. 69). Noël est une fête religieuse qui prend un sens particulier en captivité, la religion étant d’un grand secours pour les captifs qui, souvent non ou peu pratiquants avant la guerre, sont nombreux à venir aux offices. En décembre 1940, des chapelles ne sont pas encore construites, et l’office a lieu dans une salle commune. 

La propagande allemande s’empare des fêtes de Noël, synonymes de désarroi pour les prisonniers. Le Trait d’Union y consacre en décembre 1940 un numéro spécial de 12 pages, reproduisant des poèmes français et allemands, expliquant les différences de festivités entre la France et l’Allemagne, mettant en parallèle « O Tannenbaum » et « Mon beau sapin », l’objectif étant de montrer le rapprochement entre les deux peuples, ainsi que l’indique l’éditorial : 

« (…) Un dur destin veut que cette année un grand nombre de soldats français passent Noël loin des leurs, en captivité. A Noël 1939 déjà, beaucoup d’entre eux étaient loin de leur foyer dans de froides positions de campagne ou des casemates étroites, et devaient monter la garde pendant cette fête qui est vraiment consacrée à la famille et à la communauté. C’est grâce à la politique de guerre insensée des chauvinistes de Paris et de Londres que Noël 1939 ne fut pas un Noël de paix. Pendant ces premiers mois d’attente, le Führer de la nouvelle Allemagne lança sans cesse des appels aux peuples et les exhorta à mettre fin à cette lutte insensée. Mais toutes les propositions de paix du Führer furent repoussées par les cliques des bellicistes internationaux. C’est pourquoi l’Allemagne dut accepter la lutte que l’Angleterre et une France vendue à l’Angleterre lui avaient imposée. Dans cette lutte, le vaillant soldat français lui-même n’avait aucune chance de succès. (…) Comme l’Allemagne provoquée est encore en lutte avec l’empire anglais croulant, les soldats français, prisonniers de guerre, doivent passer ce Noël loin des leurs. L’Allemagne n’a pas voulu cela. Puissent la fête de Noël et la fin de l’année inciter particulièrement à méditer sur ces événements et sur les possibilités de l’avenir. Noël 1940 invite tous les peuples européens à réfléchir et à s’éveiller à l’esprit de communauté (…) ».

Philippe Goldman, qui a consacré sa maîtrise d’histoire à ce journal, estime que dès l’automne 1940, l’influence de ce journal a baissé rapidement, les prisonniers étant particulièrement hostiles, pour des raisons évidentes, à la collaboration avec les Allemands, mais reconnaît qu’il est lu car il n’existe pas à cette époque d’autres sources d’informations en français. 

Les autres Noëls, puisqu’il y en eut cinq autres pour beaucoup de prisonniers, se passent différemment, parce que l’organisation des camps est accomplie. La fête de Noël suit un programme précis et détaillé, pour occuper l’esprit des prisonniers, tout entier tourné, plus encore que les autres jours, vers la famille. Les prisonniers assistent à la messe dans des lieux de culte installés durablement dans des locaux dédiés, aménagés en chapelle. Ils rivalisent d’ingéniosité pour réaliser des crèches. Avant ou après la messe de Noël, ils regardent ou participent à des spectacles de théâtre, de musique classique, de jazz, préparés depuis de longs mois, des rencontres sportives organisées dans le camp. Le repas des prisonniers est amélioré par la mise en commun des colis que les familles envoient, colis spécialement préparés pour ces fêtes. Ce que le journal L’Équipe,du Stalag XVIIA, qualifie de « petites fêtes familiales » poursuit deux buts : créer une solidarité en cette période de fête et alimenter la caisse de secours, qui est utilisée notamment pour offrir des cadeaux aux enfants des prisonniers. Lorsqu’ils le peuvent, les captifs demandent à un prisonnier rapatrié d’acheter pour eux un cadeau. Et les courriers avec les épouses évoquent les cadeaux à faire aux enfants, qui sont parfois invités par les municipalités à un goûter de Noël. Enfin, très souvent, les prisonniers envoient à leur famille, à leurs enfants, des poèmes, en espérant que ce Noël loin des leurs est le dernier…

Lettre de Noël

« Je sais, mon cher petit, qu’en l’humble cheminée

Où descendra Noël

Tu as mis, cette année, ainsi que chaque année

Ta lettre pour le ciel

Le vent qui te fait peur quand il est en colère

L’a transmise là-haut.

Et Noël est venu me la lire, en mystère, 

A travers mes barreaux.

Dans sa voix qui tremblait d’une émotion profonde

J’ai reconnu ta voix

Ta voix câline et douce, ô, ta voix toute blonde 

Que j’ai gardée en moi.

Les mots qu’il me disait, je t’entendais les dire

Comme aux soirs d’autrefois.

Lorsque sur mes genoux, tu essayais de lire

Tout un livre à la fois.

Et ta lettre, chéri, dédaignant la fortune

Des joujoux qu’on n’a pas

Demandait, cette année, un peu plus que la lune

Demandait, ton papa.

Oubliant, Cendrillon, Peau d’âne et leurs cortèges

Tu voulais….ton papa

Alors, Noël, s’est tu, dans sa barbe de neige

Et j’ai pleuré tout bas.

Le vieillard tout-puissant ne pouvais satisfaire

A ton ardent désir.

Alors, il appela le vent de la nuit claire, 

Le vent qui fait frémir.

Et, prenant, dans mon coeur tout mon amour immense

Il le mit dans ces vers, 

Le vent te les dira, tout bas, dans le silence, 

Des longs sommeils d’hiver ».

M.G.

Stalag III A, décembre 1940.

D’une captivité à l’autre


Durant la Grande Guerre, 600 000 Français sont faits prisonniers de guerre, principalement pendant les phases de la guerre de mouvement en 1914 et en 1918. Leur capture provoque des débats au sein de l’opinion publique et du gouvernement qui les soupçonnent de ne pas s’être bien battus, surtout s’ils ne sont pas blessés. Après la reddition de la garnison de Maubeuge, en août 1914, qui transforme 50 000 combattants en captifs, le général Joffre donne, le 28 novembre 1914, l’ordre général suivant :

« Tout soldat fait prisonnier par suite de son insouciance ou de sa négligence, tout chef, qui, par manque de fermeté, laisse prendre une partie de sa troupe par l’ennemi, commet une faute des plus graves. Le commandant en chef décide que tout militaire non blessé fait prisonnier sera, à son retour de captivité, l’objet d’une enquête à l’effet de déterminer s’il y a lieu de prendre, envers lui, des sanctions disciplinaires (…) notamment pour capitulation, désertion à l’ennemi ou abandon de poste en présence de l’ennemi ».

A partir de 1917, les prisonniers sont instrumentalisés par le gouvernement pour montrer la barbarie des ennemis et deviennent alors des éléments essentiels de l’armée. Ils sont encouragés à s’évader mais suscitent l’inquiétude s’ils réussissent car ils ont pu être retournés par les Allemands et devenir des espions. La prise en charge des prisonniers par le gouvernement est très faible et c’est l’action de leurs familles, souvent regroupées en associations, et de la Croix-Rouge qui permet l’amélioration de leur quotidien par l’envoi de colis notamment.

Ils sont regroupés dans 120 camps entourés de barbelés, les non officiers travaillent dans des Kommandos. Les règles internationalesqui les protègent sont floues, la conférence de La Haye en 1899 indique que les combattants et les non combattants (qui suivent l’armée sans en faire partie mais en étant légitimés par l’autorité militaire) peuvent être considérés comme des prisonniers de guerre. La conférence de La Haye de 1907 précise les règles de captivité des soldats. Mais ces textes sont méconnus et peu respectés, la protection des captifs s’opère plus sur un mode de réciprocité : ainsi des prisonniers de guerre français travaillent dans les marais du Hanovre en représailles des travaux pénibles auxquels sont soumis des prisonniers de guerre allemands en France. 

Leur retour est difficile. Face à l’omniprésence des Poilus, ils sont exclus des fêtes de la victoire. Les prisonniers morts en captivité ne sont pas inscrits sur les monuments aux morts. Les captifs ne sont reconnus « Morts pour la France » qu’en 1922 et anciens combattants qu’en 1926.

La captivité n’est pas évoquée, à notre connaissance seul le roman Axelle de Pierre Benoit, paru en 1928, évoque un prisonnier désabusé à son retour  :

« De quoi (…) irions-nous nous plaindre ? D’avoir vu notre sacrifice oublié par ceux qui en ont profité , (…) C’est notre faute. On ne donne qu’à ceux qui réclament. Et nous autres, nous étions trop fatigués pour réclamer comme il eut fallu.. » (Livre de Poche, 1948, p. 55).

Cependant la Convention de Genève, en 1929, est entièrement dédiée à la protection des prisonniers de guerre qui sont désormais clairement définis comme étant des soldats.  Et, en 1937, pour la première fois, un film montre la captivité : il s’agit de La Grande Illusionde Jean Renoir. Même si ce film n’évoque que la captivité des officiers, il est d’une importance considérable puisque sont évoqués le quotidien de ces hommes, leurs souffrances, leurs doutes, leur patriotisme, les difficultés des évasions. Jean Renoir a répondu à une interview du Petit Marseillais en 1937 en déclarant : 

« Les héros de La Grande Illusion, les prisonniers de guerre, ont été récompensés de leur modestie par le silence des écrivains romanesques. Ce film veut leur être fidèle ».

Cet énorme succès, présenté comme « le clou de l’exposition universelle » de 1937 à Paris, projeté de 10 heures à 2 heures du matin, est vu par 200 000 personnes en deux mois dans une seule salle. Sélectionné en juillet pour le festival de Venise, il triomphe en Grande-Bretagne, est projeté 36 semaines de suite à New York et reçoit le prix du meilleur film étranger en 1938. En France, et c’est une victoire très symbolique pour les prisonniers de guerre, les anciens combattants qui avaient eu tant de difficultés pour accueillir dans leurs rangs les captifs, apportent leur caution au film, garantissant son authenticité documentaire, et président à son lancement en province : il est projeté le 11 novembre 1937 dans 52 salles.

Ce film est déterminant car grâce à lui, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, la captivité est un aspect connu de la guerre, une éventualité à prendre en compte, présente dans l’esprit des soldats, des hommes mobilisés et de leurs familles, alors même que le président du Conseil, Paul Reynaud, achève son discours radiodiffusé le 10 septembre 1939 par ses mots : « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ». Les scènes de La Grande Illusion sont évoquées par une majorité des prisonniers de guerre de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’on les interroge sur l’image qu’ils avaient des captifs de la Grande Guerre. 

1.800.000 hommes sont faits prisonniers en 1940, la majorité après la demande d’armistice.  Moins de 2 % de ces captifs ont entre 40 et 50 ans. Ils ont participé à la Grande Guerre. Et parfois, ils ont déjà été prisonniers de guerre. C’est le cas du général Giraud. Capturé en août 1914 alors qu’il est gravement blessé, Henri Giraud s’évade d’un hôpital au bout de deux mois. Il a 35 ans. Il est à nouveau capturé en mai 1940 et interné à Koenigstein, près de Dresde. Il s’évade à nouveau, en 1942, de manière rocambolesque, en utilisant une corde sur 50 mètres de hauteur : âgé alors de  63 ans, il souffre d’une blessure à la jambe. L’évasion a été organisée par son épouse, des généraux fidèles et les services secrets britanniques. Mais beaucoup, moins connus, n’ont pas la chance de s’évader. Ils sont rapatriés de manière anticipée entre la fin de l’année 1940 et l’année 1941 grâce à l’action du gouvernement de Pétain qui permet à 59 359 anciens combattants, dont tous n’avaient pas été prisonniers de guerre, de rentrer en France. (bilan dressé par le ministère des anciens combattants en 1947). Cette décision s’explique du côté allemand par le manque de productivité de cette main d’oeuvre âgée et concerne surtout les captifs en Stalag. Les officiers, à l’exemple de Henri Giraud, ne travaillant pas et étant hauts gradés, restent pour l’essentiel dans les Oflags.

Bien que peu nombreux et difficilement chiffrables, ces prisonniers de guerre des deux guerres ont joué un rôle important auprès des plus jeunes dès lors qu’il est apparu évident que l’espoir d’une libération rapide était vain. Les conditions de détention diffèrent peu, surtout au début, entre les deux guerres, et ces hommes facilitent l’acclimatation des nouveaux prisonniers à la captivité. Ils leur expliquent comment masquer des objets durant les fouilles, comment s’organiser dans la chambrée, partager les colis, étayer des tunnels d’évasion… Les prisonniers sont alors abasourdis par la défaite, démunis et  ces anciens jouent un rôle prépondérant. Bien sûr, cette organisation, cette installation pour rendre la captivité la moins pénible possible, s’est opérée partout, mais fut plus rapide dans les camps où ces anciens prisonniers étaient présents.

Après la guerre, les prisonniers de guerre ne sont pas considérés comme des hommes qui se sont mal battus ou des espions, mais plutôt comme des hommes qui n’ont pas eu de chance. Beaucoup plus nombreux, les anciens prisonniers de la Seconde Guerre mondiale sont mieux organisés que ceux de la Première  pour faire entendre leur voix et leurs revendications, et pourtant, il leur faut aussi attendre  – 5 ans au lieu de 8 pour ceux de la Grande Guerre – pour être reconnus comme des combattants. Point de doute sur leur qualité de soldat ou leur patriotisme, mais plus prosaïquement, des difficultés financières empêchent le gouvernement et le Parlement de leur reconnaître ce statut. 

Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 3

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Episode 3 : Les Français sont associés à la captivité 

Bien qu’absents, les prisonniers de guerre sont omniprésents en France. Ils apparaissent d’abord dans les discours officiels puisqu’il sont instrumentalisés, utilisés par le gouvernement pour expliquer les échecs présents comme l’absence d’amélioration des conditions de vie des Français. Mais l’action du gouvernement vise à permettre le retour de captivité de ces chefs de famille, actifs professionnellement, dans la force de l’âge et justifie la promesse d’une réussite future de la Révolution nationale, puisque, selon la propagande gouvernementale, les prisonniers soutiennent Pétain. Ils sont informés de la politique par l’envoi de documentation dans les cercles Pétain, créés grâce à la mission Scapini (voir épisode 2) mais qui n’ont jamais eu de succès véritable. Pétain présente aux Français les prisonniers de guerre comme étant l’élite de la nation, qui eux ne se découragent pas et font confiance au Maréchal.

Le retour de Laval, en mai 1942, est décisif lorsque l’on évoque les liens entre les Français et les prisonniers de guerre. Le 22 juin 1942, au cours du même discours où il « (…) souhaite la victoire de l’Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme, demain s’installerait partout », le chef du gouvernement présente la Relève aux Français : 

« (…) De nombreux ouvriers sont sans travail, alors que l’Allemagne a un besoin urgent de main d’oeuvre. Dans cette situation, un nouvel espoir s’élève pour nos prisonniers. Je sais que ce n’est jamais en vain qu’on fait appel à la raison et à la générosité des ouvriers de France. C’est vers eux que je me tourne maintenant, car c’est d’eux, pour une large part, que dépendra désormais le sort des prisonniers. (…) Pendant ces deux années, beaucoup de ceux qui ont exposé leur vie ont connu la captivité. Pendant ces deux années ces derniers ont vu se prolonger les misères qui continuent à vous être épargnées : l’angoisse d’une séparation prolongée et toutes les cruelles incertitudes qui affaiblissent le seul espoir qui les soutient : celui du retour. C’est pourquoi j’adresse ce soir cet appel à la solidarité française. Le chancelier Hitler – et je l’en remercie – vient de décider la libération d’un nombre important de prisonniers cultivateurs qui pourront revenir en France dès votre arrivée en Allemagne. (…) Ouvriers de France, c’est pour la libération des prisonniers que vous allez travailler en Allemagne ! (…) ». 

Cette politique, qui prône le retour d’un prisonnier contre l’envoi de trois ouvriers spécialisés, est imposée par Fritz Sauckel, le planificateur général pour le recrutement de la main d’oeuvre, qui exige 250 000 travailleurs de la France pour compenser, dans l’économie allemande, les soldats partis sur le front de l’Est. Les prisonniers de guerre deviennent ainsi des appâts et la politique de la Relève est expliquée aux Français par une campagne d’affiches titrées « la Relève commence », « la Relève continue ». Ces affiches sont placardées à des emplacements stratégiques : les boutiques, les cinémas, les magasins, les établissements publics des deux zones. Une grand campagne de publicité dans la presse, mais aussi dans les bandes d’actualités diffusées dans les cinémas avant le film, est construite autour du premier train ramenant des prisonniers de guerre relevés, le 11 août 1942. De même, une consigne à la presse de Jean Bichelonne, ministre de la Production industrielle, doit obligatoirement être publiée en première page le 31 octobre 1942 sur trois têtes de colonnes, par les journaux : « (…)Tout ouvrier défaillant en zone non occupée est cause du départ en zone occupée d’un ouvrier plus âgé ou plus chargé de famille que lui. (…). Les régions qui n’auraient pas fourni les contingents impartis ne pourraient plus espérer le retour pour leurs prisonniers.» 

Néanmoins cette politique est un échec perçu dès septembre 1942 par les Français : au refus de la collaboration s’ajoute la compréhension par les Français que les prisonniers qui rentrent sont moins nombreux que prévus – 60 000 prisonniers de guerre rentrent – , ne sont plus en état physique de travailler pour les Allemands ou bien sont des collaborateurs. Les uns comme les autres seraient rentrés sans la Relève. Cet échec ouvre la voie aux lois du Service du Travail Obligatoire (S.T.O.).

Les prisonniers de guerre sont constamment présents dans l’esprit et dans la vie quotidienne des Français parce qu’eux et leur famille sont aidés par le gouvernement qui organise des collectes à l’occasion de galas, de rencontres sportives, de mariages, de la Semaine du Cinéma, de la fête de Jeanne d’Arc. A partir de février 1941, les enfants des écoles primaires participent aux œuvres du Secours national de la Croix-Rouge et des comités d’aide aux familles de captifs et/ou adoptent un prisonnier qui n’a pas de famille. La presse enfantine aborde le thème des prisonniers : Eric, le héros de la collection Signe de Piste, créé par Serge Dalens, évoque son ami, Christian qui est prisonnier, alors même que Jean-Louis Foncine, autre auteur de la collection, est détenu dans un Oflag. Les livres d’écrivains prisonniers sont primés : le Goncourt est attribué à Henri Pourrat pour Vent de mars en 1941 et Robert Gaillard reçoit le prix Renaudot en 1942 pourLes liens de Chaine. Les prisonniers sont aussi évoqués à la radio, à la fois par une émission informative « Ce que vous devez savoir » à partir d’ avril 1943, à laquelle s’associe la Fédération des associations des femmes de prisonniers de guerre en 1944 . Une autre émission, plus ludique, est diffusée sur la Radiodiffusion nationale qui émet à partir de Vichy, sous l’autorité du vice-président du Conseil, Pierre Laval.. À partir de 1943, chaque dimanche à 12 heures 50, les auditeurs ont rendez-vous avec un feuilleton, « l’Alphabet des familles » qui met en scène une famille dont le père, prisonnier, n’apparaît qu’au travers d’un portrait sur le buffet et de ses lettres, lues aux trois enfants par la mère, interprétée par Françoise Morhange. Deux très grands acteurs complètent la distribution : le grand-père, joué par Pierre Larquey et l’oncle Honoré, personnifié par Pierre Charpin.

Les Français ne réagissent pas négativement à l’égard de ces sollicitations. S’il est difficile d’évaluer l’audience des émissions de radio ou le succès des prix littéraires, il apparaît que les expositions des œuvres réalisées dans les camps par les prisonniers de guerre rencontrent un gros succès. À tel point que les services de propagande de Vichy décident d’exploiter ce « filon » pour appuyer la popularité du Maréchal. Un Train Exposition sillonne la zone libre à partir d’avril 1942, avec quelques haltes dans les grandes villes comme Lyon ou Marseille, associant des œuvres de captivité avec un wagon consacré au Maréchal et placé au centre de ce train. La vente d’une carte postale pour faire la publicité de l’exposition rapporte cinq millions de francs. Mais les Français sont également critiques à l’égard des prisonniers et surtout de leur famille. Ils craignent que les femmes de prisonniers élèvent mal les garçons, privés d’autorité paternelle. Ces femmes sont surveillées et subissent des influences contradictoires : elles sont encouragées par le gouvernement à rester coquettes pour accueillir dignement le mari prisonnier qui peut revenir à tout moment (selon la propagande) mais cette coquetterie semble inutile et donc suspecte aux Français, parce que ce sont des femmes seules qui ne doivent pas chercher à séduire, faisant fi du fait que ces épouses ou fiancées, jeunes, peuvent aussi, par goût personnel, vouloir prendre soin de leur apparence ! Des voisins « bien intentionnés » ont parfois écrit aux prisonniers pour leur annoncer leur infortune, réelle ou supposée. Mais le taux de divorce des couples séparés par la captivité reste équivalent à celui des autres familles : 1,4 % par exemple à la fin de la guerre en région parisienne. Et puis, liée aux difficultés de la vie quotidienne, à partir au tournant des années 1942-1943, une certaine indifférence apparaît dans la population, qu’évoque Léo Malet, qui rentre de captivité en mai 1941, dans son roman-policier, 120 rue de la gare, qui relate le retour d’un prisonnier – Nestor Burma – confronté à des morts dans le milieu des prisonniers de guerre rapatriés.

Mais cette indifférence n’est pas le fait de tous les Français. Certains sont reconnaissants aux prisonniers d’agir pour aider le pays : ainsi le Stalag II B finance la construction d’une école. Un groupe d’une vingtaine d’instituteurs détenus dans le camp, peu nombreux mais très actifs en sont à l’origine. « Ce qu’il faut, ce ne sont plus des gestes qui s’éparpillent. C’est un geste, un seul. Vous voyez cela d’ici : 20 000 prisonniers qui s’unissent, tendent la main vers la France et lui apportent comme ça, avec les plans, la maquette, la décoration et l’argent pour la construire : une École.(…) » (Le Piaf, journal du Stalag II B, numéro de Noël 1942, p. 6). Deuxmillions de francs (100 000 Reichsmark), à raison d’un versement d’un Reichmark par mois et par prisonnier pendant cinq mois sont ainsi réunis.Voulant réaliser en France un geste « qui reste », les captifs dessinent le plan, réalisent les maquettes et envoient le projet clé en mainau gouvernement de Pétain quileur envoie une liste de villages et ce sont les captifs qui désignentle village du Bosquel à 20 kilomètresd’Amiens, rasé durant les combats de juin 1940,pour accueillir le projetproposé à Pétain et non initié par lui ou le Cercle Pétain du Stalag. L’école, construite après la guerre, par crainte des bombardements,est baptisée « les20 000 pierres », parce que les 20 000 prisonniers du Stalag et des Kommandos environnants y ont participé.

D’autres Français soutiennent les prisonniers dans une autre forme d’action : les évasions. Les tentatives furent innombrables, les réussites peu nombreuses (4,32 % d’évasions réussies selon l’Union des Évadés de France) mais parfois retentissantes comme celle du général Giraud en 1942. Des filières d’évasion apparaissent d’abord en Alsace, non pas destinées aux prisonniers mais aux jeunes Alsaciens réfractaires du Reichsarbeitdienst (service du Travail de six mois pour les garçons et les filles de 17 à 25 ans) ou de la Wehrmacht. Mais les évadés des camps sont rapidement aidés par ces filières religieuses ou civiles. Par exemple, sœur Hélène à Metz (Hélène Studler), religieuse de Saint-Vincent de Paul, s’occupe d’abord des familles évacuées des zones frontalières, puis progressivement elle met en place une des plus importantes filières de passages des prisonniers évadés et réfractaires lorrains. Son réseau est formé de religieuses qu’elle connaît personnellement, peu nombreuses, chargées de réceptionner des « colis » à divers endroits, généralement des églises, et de les accompagner jusqu’à la gare (chemin de fer ou bus). Là elles remettent leurs « colis » à des convoyeurs qui les suivent à distance jusqu’à des gares précises (Rosselange, Moyeuvre et Amanvillers). Elles remettent aux évadés des titres de transport et des consignes pour l’arrivée. Les convoyeurs les confient ensuite à des familles ou des organisations qui se chargent de l’hébergement, de l’habillement, de la remise de faux papiers et du passage vers la zone non occupée. François Mitterrand s’évade grâce à ce réseau. Sœur Hélène est arrêtée par la Gestapo, subit huit mois de prison, est libérée sur caution d’une personnalité de Metz. Elle reprend son activité et doit s’enfuir…D’autres filières, civiles celles-là, sont également actives. Ernest Kempnich, horticulteur, de Woippy, près de Metz, fait passer la frontière à des évadés grâce à un transporteur de ses amis qui les cache dans son camion entre des sacs de ciment. Il dispose d’un autre contact, un café de la rue Saint-Jean à Nancy, où se trouve son magasin de fleurs et où les évadés peuvent passer la nuit. Le lendemain il les emmène à la préfecture où ils reçoivent des papiers d’identité ainsi que de l’argent et des billets de train pour Lyon. Il met à l’abri des blessés dans ses serres. Pour cacher son jeu, il trinque avec les Allemands qui viennent lui acheter des fleurs. Dénoncé en décembre 1942 il est relâché faute de preuves. Cependant, inscrit sur une liste de déportation pour la Tchécoslovaquie, il se réfugie chez des amis en Alsace. René Clément s’est inspiré de son histoire pour son film Le Père tranquille,en 1946, avec dans le rôle titre l’acteur Noël-Noël, un ancien prisonnier de guerre. Madame Charlier en Alsace, une mère de famille, fait passer des évadés par les chemins forestiers de montagne. Elle en fait évader 106 durant toute la guerre. Des femmes, des enfants, des adolescents dont le mari ou le père sont prisonniers ou « Malgré nous» (soldats alsaciens enrôlés de force dans l’armée allemande), participent à ces filières. Enfin beaucoup de cheminots aident les évadés à se déplacer en France, à franchir la ligne de démarcation. Nombre d’entre eux sont arrêtés, torturés, condamnés à mort. 

Ces prisonniers, qui parviennent à s’évader, mais aussi des prisonniers rapatriés, participent à la Résistance en France et dans les camps. Le M.N.P.G.D, (12 mars 1944) ( mouvement national des Prisonniers de guerre et déportés) est l’organisation qui, le 12 mars 1944, unifie des organisations de résistance des prisonniers qui se constituent durant les six premiers mois de 1943 : le communiste C.N.P.G.( comité national des prisonniers de guerre), le R.N.P.G. (Rassemblement national des prisonniers de guerre) ougroupePinot-Mitterrand et leM.R.P.G.D.( Mouvement de résistance des prisonniers de guerre et déportés ou « réseau Charette »). Le M.N.P.G.D. adhère aux Forces françaises de l’Intérieur.Les résistants en France se tournent vers les prisonniers, ainsi qu’en attestent de multiples exemples. L‘Humanité clandestinedresse en janvier 1942 la liste des prisonniers tués en captivité, ils font partie de la communauté nationale. Le réseau Combatprésente,après la création de la politique de la Relève, les prisonniers de guerre comme desrésistants. Pierre Seghers pour sa revue Poésie,qui rassemble « ceux qui veulent continuer le combat », réserve des pages aux poètesprisonniers de guerre. Les Éditions de Minuit font aussi paraître des écrits de captifs : La Marque de L’homme, de Claude Morgan ouLHaute Fourchede Pierre Bost. 

Le général de Gaulle crée un Commissariat aux prisonniers de guerre à l’automne 1943 et en confie la direction à Henri Frenay, co-fondateur de Combat. L’objectif est d’envoyer des colis, de parachuter des tracts et des discours de de Gaulle et d’organiser le rapatriement des prisonniers. À cette même époque, le général de Gaulle développe, dans un discours, le thème des trois fronts :«  le front intérieur où l’on se battait par les armes, sur terre, sur mer, dans le ciel ; le front de la résistance intérieure française et enfin le front de la résistance intérieure en Allemagne. » (AN F9 3140). A leur retour (qui est achevé en juillet 1945), les prisonniers sont associés à des commémorations. Durant la cérémonie du 11 novembre 1945, le corps d’un prisonnier de guerre repose dans la crypte du Mont Valérien, le mémorial de la France Combattante, au côté des quinze autres morts pour la France. Maurice Debout, captif au Stalag VII A a été condamné à mort pour refus d’obéissance et fusillé le 13 mars 1944. Malade, il avait refusé de travailler dans la ferme où il était affecté.

À la fin de l’année 1944, les camps de prisonniers de guerre commencent à s’ouvrir. Les captifs sont attendus avec impatience, mais tous ne rentrent pas : environ 21 000 morts ou disparus sont recensés. Ceux qui rentrent ne sont pas en bonne santé : vieillis, ils sont amaigris par les derniers mois de captivité qui ont été difficiles, mais aussi par la libération des camps, surtout si le camp se trouvait à l’est du Reich. Les Allemands, fuyant devant l’avancée soviétique, emmènent avec eux vers l’ouest, dans des marches interminables, les captifs. La santé des anciens prisonniers reste un problème majeur pour bon nombre d’entre eux qui souffrent de séquelles physiques et/ou psychologiques. Les prisonniers ne retrouvent pas forcément leur famille rapidement : des déménagements ont été rendus nécessaires par les bombardements et des recherches sont parfois longues. Les habitations ont pu été détruites par les derniers combats de la Libération, les familles décédées. La famille a changé, la femme et les enfants ont vieilli, grandi.  La femme a travaillé, pris des décisions : le retour à la vie familiale de l’avant-guerre est espéré par l’ancien prisonnier beaucoup plus que par sa femme. Les enfants ne reconnaissent pas toujours leur père, voient arriver d’un mauvais œil cet homme quasi inconnu qui donne des ordres et bouleverse la vie construite entre la mère et ses enfants depuis cinq ans. Et surtout, même s’ils s’en doutaient, les anciens prisonniers découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à avoir souffert de la guerre.

Des places leur sont réservées professionnellement, les diplômes passés en captivité sont validés. Ils sont globalement bien accueillis, considérés, ainsi que le relatent les journaux, comme des hommes malchanceux qui ont perdu leur jeunesse. Quelques rares articles stigmatisent très ponctuellement ces hommes qui organisent des manifestations pour obtenir un costume ou de l’argent qui leur est dû. Mais, contre toute attente, et notamment de la part des prisonniers eux-mêmes qui avaient en captivité préparé leur ligne de défense, très peu de reproches leur sont adressés sur leur soutien au Maréchal qui, on l’a vu dans l’épisode 2, n’a jamais pris l’ampleur que le gouvernement aurait souhaité. Quelques articles évoquent ce sujet durant le procès Pétain, parce que l’abbé Rhodain, l’aumônier des prisonniers pendant la guerre, est un des témoins à décharge qui utilise l’argument de la préoccupation constante du Maréchal pour les captifs. Mais cela ne dure pas, les prisonniers organisant dès l’automne une auto-épuration dans leurs rangs pour pouvoir faire partie de la Fédération des prisonniers de guerre. Ils portent au revers de leur veston, pendant quelques mois après leur retour, l’insigne du barbelé, créé dans les camps, mais l’abandonnent vite. Tous veulent, avec les civils, tourner la page de la guerre.

Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 2

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Episode 2 : La captivité vécue par la famille du prisonnier de guerre.

Les familles commencent à être prévenues de la captivité d’un proche en juillet 1940, mais certaines familles restent dans l’inquiétude et l’incertitude du sort du soldat jusqu’en janvier 1941. Entre ces deux dates, malgré la censure militaire, les Français savent que les combats ont occasionné de très nombreux morts. Après cette date, tous les doutes ne sont pas levés : certaines familles sont informées de la captivité sans autre précision et notamment sans l’adresse du prisonnier; d’autres sont informées que le soldat est vivant, mais le mot prisonnier n’est pas prononcé (voir à ce sujet le témoignage d’une fille de prisonnier : Disparu mais vivant. Prisonnier en Allemagne. Lettres de guerre et de captivité d’André David (1940-1945), Francine David-Paponnaud, L’Harmattan, 2012).

Dès le 6 juin, jour où la Somme est franchie par l’armée allemande, le gouvernement de Paul Reynaud organise un centre d’information sur les prisonniers de guerre, témoignant ainsi indirectement de l’ampleur des captures. La gestion des prisonniers de guerre s’organise  le 28 juillet 1940. En effet, l’État français, qui a remplacé la République depuis que l’Assemblée nationale a donné les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940, s’inspire de l’organisation mise en place durant la Grande Guerre. En juin 1915, pour regrouper des organisations départementales, publiques et privées mais à l’existence et à l’efficacité inégales sur le territoire français, un décret institue une commission indépendante chargée de la répartition et du contrôle de l’utilisation des subventions gouvernementales. Le bras actif de cette commission est le service général du ministère de la Guerre qui encourage la Fédération des œuvres (organisme privé) à créer un Office d’Information qui rassemble la liste de tous les prisonniers fournie par les départements et  tient un fichier constamment réactualisé grâce aux informations de la Croix-Rouge (voir à ce sujet Frédéric Médard, Les Prisonniers en 1914-1918. Acteurs méconnus de la Grande Guerre, éditions Soteca, 2010). L’État français reprend ces principes qui reposaient donc  sur l’État, mais surtout sur les comités départementaux et les secours privés en les centralisant dans la Direction du service des prisonniers de guerre (D.S.P.G.), créée le 28 juillet 1940. Cette centralisation s’explique à la fois par le fonctionnement du régime de l’État français, mais aussi peut-être pour éviter de permettre l’enrichissement de certains fournisseurs face à cette concentration des envois (Odon Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Études et Communication Éditions, 2001). La D.S.P.G., d’abord installée en zone sud puis généralisée à la zone nord, gère les informations, les colis (rapidement appelés « colis Pétain »), les rapatriements. En plus chaque ministère a un service des prisonniers de guerre puisque tous les métiers sont représentés chez ces civils devenus captifs.

En novembre 1940, le Service Diplomatique des prisonniers de guerre (S.D.P.G.) est créé, désigné plus couramment sous l’appellation de « mission Scapini » du nom de l’ambassadeur représentant les captifs auprès des Allemands et gérant cette mission. Georges Scapini est un blessé de la Grande Guerre – il a perdu la vue – et a été membre durant l’entre-deux-guerres, du Comité France-Allemagne. Le S.D.P.G. marque un tournant dans l’histoire de la captivité car, allant à l’encontre des règles édictées par la Convention de Genève en 1929 pour encadrer la captivité, la France propose de devenir la puissance protectrice de ses propres soldats, tâche confiée jusqu’alors à une puissance neutre, en l’occurence les États-Unis. Dès lors la mission Scapini visite les camps, constate les conditions de détention des Français, et tente surtout de faire basculer les camps du côté de l’État français, en diffusant du matériel de propagande et en organisant des cercles de diffusion et de réflexion sur la Révolution nationale, les « cercles Pétain », qui n’eurent jamais un grand succès, qu’il s’agisse des Stalags ou des Oflags.

En parallèle à ces organismes gouvernementaux, la Croix-Rouge se renseigne sur la situation des prisonniers de guerre en visitant les camps, informe les familles, achemine les colis, parraine des prisonniers de guerre sans famille et évalue l’action du gouvernement français à l’égard de ses captifs. Car les prisonniers de guerre servent à justifier la politique de collaboration. Dans son discours du 30 octobre 1940, qui suit la rencontre entre Pétain et Hitler le 24 octobre 1940 à Montoire, Pétain explique aux Français : « (…) C’est dans l’honneur – et pour maintenir l’unité française, une unité de dix siècles, dans le cadre d’une activité constructive du nouvel ordre européen, que j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration. Ainsi, dans un avenir prochain, pourrait être allégé le poids des souffrances de notre pays, amélioré le sort de nos prisonniers, atténuée la charge des frais d’occupation (…) ». Pour beaucoup de Français et notamment pour les familles, améliorer le sort des prisonniers consiste à les faire rentrer le plus vite possible. Mais l’État français privilégie une modification des conditions de vie pour favoriser les prisonniers et leur famille : par exemple les impôts pour les années 1939 et 1940 ne sont pas recouvrés, les familles disposant de revenus inférieurs à 5 000 francs par an sont exonérés d’impôts, à l’exception des taxes foncières, les loyers sont diminués des trois-quarts, les allocations familiales augmentées de deux francs. A partir de 1942 Laval, en tant que chef du gouvernement, crée une nouvelle indemnisation pour les familles et punit, en aggravant la sévérité de la loi, l’adultère commis par des femmes de prisonniers. Enfin, le gouvernement déclare oeuvrer pour le retour des prisonniers, en s’attribuant tous les rapatriements, même ceux prévus par la Convention de Genève (les rapatriements sanitaires concernant les grands malades ou les grands blessés en septembre 1940 sont organisés par l’article 68 par exemple ) ou acceptés par les Allemands comme c’est le cas pour les malades libérés en avril 1941 qui n’étaient plus une force de travail pour les Allemands. Au total, seulement 14 % des prisonniers de guerre sont libérés grâce à l’intervention de Pétain : il s’agit de prisonniers collaborateurs (par exemple Robert Brasillach détenu à l’Oflag VI A, rentre en 1941 et reprend son poste de rédacteur en chef de l’hebdomadaire Je suis partout) et également, entre août 1941 et mai 1942 de spécialistes (ingénieurs agronomes, agriculteurs, cheminots… ) jugés plus utiles dans l’économie française – qui par ailleurs est pillée par les Allemands-. Les retours dus à la Relève (politique mise en place à partir de juin 1942, dont on reparlera, qui consiste à faire rentrer un prisonnier en échange du départ vers l’Allemagne de trois ouvriers) sont exagérés par des reportages diffusés dans les journaux ou aux Actualités filmées mais au final peu nombreux, ne concernant que 60 000 prisonniers inutiles aux Allemands ou collaborateurs.

Les familles, sans le mari, le père ou le fils, connaissent de grandes difficultés qui sont d’abord affectives. Pour tenter de pallier l’absence, les familles installent la photographie du prisonnier, prise dans les camps, sur le buffet de la maison. Les liens reposent aussi sur les services de la poste : deux lettres de vingt-sept lignes et deux cartes postales de sept lignes par mois. Les prisonniers s’exercent à écrire le plus petit possible, en contournant la censure, pour ces envois. Ces liens sont évidemment fondamentaux pour donner des nouvelles, être relié à la vie familiale mais aussi du village, donner des conseils pour l’éducation des enfants… La poste est chargée aussi de l’envoi des colis familiaux, réalisés avec les tickets de rationnement de la famille (aucun ticket supplémentaire pour les familles de prisonnier). La captivité est donc synonyme d’éloignement, mais aussi de sacrifices notamment pour les enfants qui voient partir dans les colis le chocolat ou les confitures. Certaines femmes demandent à Pétain qu’il libère leur mari car elles n’ont pas encore d’enfant et craignent de ne pas en avoir. Des contrats d’épouse permettent de rejoindre leur prisonnier en Allemagne. Qu’elles soient mariées ou compagnes, les femmes peuvent, pour une durée d’un an au minimum, venir travailler en Allemagne. Deux conditions doivent être remplies : que le prisonnier donne son accord et que le couple puisse cohabiter, soit dans l’entreprise de la femme, soit dans celle du prisonnier. Ce contrat ne s’adresse qu’aux femmes de prisonniers détenus en Stalag, les seuls à travailler. Aucun document n’a été trouvé jusqu’alors pour connaître le succès ou l’échec de ce contrat, mais son existence  prouve l’utilisation  du désarroi des épouses.

Les difficultés sont également matérielles. Sur les un million huit cent mille hommes prisonniers en juin 1940, un million six cent mille est marié, avec des difficultés liées à l’application toujours en vigueur  du Code civil napoléonien, qui  considère que les femmes sont des mineures. Une évolution mise en place en 1939 estime que la femme peut agir comme chef de famille si le mari est absent ou empêché, mais peu de femmes en ont vraiment l’habitude. Le prisonnier continue d’ailleurs à jouer un rôle dans l’économie familiale en envoyant des mandats (les prisonniers dans les Stalags sont payés pour leur travail comme le prévoit la convention de Genève, 70 pfennig par jour en moyenne) ou de l’argent provenant de comités d’entraide ou de caisses de secours créés dans chaque Stalag ou Oflag pour aider les prisonniers nécessiteux. Les prisonniers financent aussi des œuvres (le Stalag IX A, par exemple, organise une colonie de vacances à Annecy pour les enfants du Stalag). Mais les femmes doivent néanmoins travailler (80 % des femmes travaillent pendant la guerre – pas seulement les femmes de prisonniers -, contre 30 % en 1936). Elles sont parfois obligées de retourner vivre chez leurs parents ou d’aller dans la belle-famille. Elles s’organisent en associations pour se tenir informées, conserver un bon  moral d’autant que l’image de l’idéal familial pétainiste est difficilement applicable pour les familles de prisonniers.  Les femmes de prisonniers font en outre l’objet  de représentations contradictoires . Elles sont protégées, on l’a vu, sur le plan légal et le gouvernement leur demande de rester coquettes pour préparer le retour du prisonnier. Mais elles sont aussi surveillées  par le gouvernement qui considère qu’elles ne peuvent élever correctement leurs garçons. Il s’agit là d’un point majeur de préoccupation pour les autorités qui craignent le basculement de ces enfants privés de l’autorité paternelle dans la délinquance. L’autre point sensible pour le gouvernement est la prostitution des femmes de prisonniers : Serge Huard, le secrétaire d’État à la Famille en janvier 1942, annonce que 60 % de prostitués de Paris sont des femmes de prisonniers et Maurice Pinot, le chef du Commissariat général aux prisonniers de guerre et aux familles de prisonniers, en 1944, communique le chiffre de 75 % des prostituées de Paris femmes de prisonniers. Sarah Fishman qui a travaillé ce sujet estime ce chiffre à 10 % (Femmes de prisonniers de guerre. 1940-1945, L’Harmattan, 1996). Les femmes de prisonniers sont aussi surveillées par leurs voisins qui, sous couvert de protéger l’honneur du prisonnier de guerre, lui écrivent pour le tenir au courant de son infortune (supposée ou réelle). Le nombre de divorces de prisonniers reste cependant faible, évalué entre 6 à 8% des prisonniers rapatriés soit à peine supérieur à celui de la population dans son ensemble.

Il faut enfin, pour achever cette présentation des familles de prisonniers, indiquer le cas particulier des familles – entre 10 000 et 15 000 personnes – de prisonniers juifs. Si les juifs sont soldats français avant que d’être juifs et sont ainsi protégés (les contraintes, humiliations qui leur sont faites restent très minoritaires, ils restent, pour l’immense majorité d’entre eux des prisonniers français comme les autres), leurs familles sont répertoriées, enfermées et envoyées dans les camps de concentration. « Juifs d’échanges », ces familles doivent permettre la libération d’internés civils allemands. Francine Christophe, fille du prisonnier de guerre puis historien Robert Christophe, a ainsi été déportée avec sa mère, comme 168 femmes et 77 enfants, au camp de Bergen Belsen, où elle survécut avec des conditions particulières : dans un camp annexe, où ces familles subissent les appels interminables, la mauvaise alimentation, le travail pour les femmes, les épidémies de typhus, mais les enfants ne sont pas séparés de leur mère. (Une petite fille privilégiée.Une enfant dans le monde des camps 1942-1945, L’Harmattan, 1996).


Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 1

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Épisode 1 : Des civils deviennent soldats puis prisonniers

Le 2 septembre 1939, la mobilisation générale est décrétée. Intervenant dans un contexte politique tendu, elle ne surprend pas la population, l’armée française a été plusieurs fois mise en alerte depuis 1936 et la remilitarisation de la Rhénanie. La France déclare la guerre à l’Allemagne le lendemain.

La mobilisation s’adresse à cinq millions d’hommes sur 41,2 millions d’habitants soit 12 % de la population. Vingt-neuf classes d’âge sont concernées, de la classe 1909 à la classe 1939, mais les hommes les plus âgés – classes 1909, 1910, 1911, sont démobilisés à la fin de l’année 1939. Seulement 600 000 mobilisés (soit 12 %) ont entre 20 et 25 ans. La moitié des mobilisés est reversée dans les unités combattantes, formées de 20 divisions d’active, bien entraînées avec du matériel performant et de 74 divisions de réserve, rassemblant des hommes plus âgés, moins bien armées. Ces divisions de réserve stationnent à des positions moins stratégiques.

Cette mobilisation est originale pour deux raisons. D’abord parce que le passage de la vie civile aux combats est d’ordinaire très courte. Or en 1939, pour l’essentiel des mobilisés, aucun combat n’éclate entre septembre 1939 et mai 1940, ce qui vaut à cette période l’appellation de Drôle de guerre, selon l’expression de Roland Dorgelès alors correspondant de guerre, dans Gringoire, en octobre 1939. Des escarmouches ont cependant lieu dans la Sarre, des combats opposent à Narvik les alliés aux Allemands en avril 1940, des prisonniers sont capturés des deux côtés : 1 % des prisonniers de guerre français sont capturés durant la Drôle de guerre. L’autre originalité réside dans l’obligation faite aux civils, devenus soldats, de mener une vie de caserne, en moins confortable, avec de nombreux désagréments : le courrier n’est pas distribué de manière satisfaisante entre le soldat et sa famille, si bien que les mandats ne sont pas assurés d’arriver à leur destinataire dans un délai raisonnable. Les vêtements chauds manquent, tout comme le tabac ou la nourriture. Le moral des troupes est faible, les premières permissions, destinées aux plus âgés, commencent à la fin du mois de novembre.

Une organisation se met peu à peu en place  : les affectés spéciaux – en grand partie de la main d’oeuvre industrielle – sontrappelés à l’arrière, près de chez eux, et retrouvent des conditions de vie agréables. Les hommes de plus de 40 ans, réservistes, ont fait venir leur famille auprès d’eux. Ils sont affectés dans les services et dans l’armée de l’intérieur. Enfin, des soldats sont « prêtés » à des civils, notamment des paysans, car l’économie tourne au ralenti par manque de main d’oeuvre. Cette pratique devient officielleen février 1940.

Les familles vivent cette période de la Drôle de guerre dans l’inquiétude et le désarroi. Outre l’attente de combats qui ne commencent pas, l’absence du soutien de famille crée des problèmes financiers, la femme devant avoir la procuration de son mari et apprendre à gérer seule le ménage. La force de travail du mobilisé fait défaut à de nombreuses professions, à commencer par les agriculteurs. Les permissions sont courtes et peu nombreuses.

L’offensive générale allemande commence le 10 mai 1940, la Blitzkrieg assure une progression très rapide dans le territoire français. Les combats sont violents. Les civils vivent ces événements avec inquiétude : non seulement c’est l’armée française qui se bat, mais ce sont aussi les membres de leur famille puisque l’armée française est constituée d’hommes mobilisés. La ligne Maginot étant réputée infranchissable, tout le monde – et pas seulement les Français- estimant que l’armée française est la meilleure armée du monde, la guerre ne peut être perdue. Les civils au plus près des combats, ceux du nord-est de la Seine, sont dans cet état d’esprit. Certes, le secret militaire crée un délai de deux à trois jours pour que des informations soient divulguées, mais ces civils assistent à des combats, voient des colonnes de prisonniers de guerre allemands, observent des colonnes de réfugiés fuyant les zones de front, constatent que les colonnes de prisonniers de guerre français sont de plus en plus nombreuses après le 6 juin date du franchissement de la Somme. Les combats sontrendus difficiles par l’inadéquation munitions/armes, le manque de matériel, les ordres contradictoires,surtout dans les divisions de réserve, rapidement en premières lignes puisque les Allemands n’attaquent pas là où l’armée française l’avait prévu. La ligne Maginot résiste de front, mais est prise à revers par les Allemands. Le maréchal Pétain demande l’armistice le 17 juin mais les civils n’ont pas besoin d’attendre ce jourpour constater la défaite française. Cette date marque un tournant dans la guerre, évidemment, mais aussi dans la captivité.

L’avant 17 juin, c’est la période des combats, des décès – les chiffres sont sujets à discussion, longtemps estimés à 100 000 hommes, revus à la baisse aussi bien par J.L Leleu, F. Passera., J. Quellien et M. Daeffler dans La France pendant la Seconde Guerre mondiale. Atlas Historique, chez Fayard – Ministère de la défense, en 2010 que par L’Histoire militaire de la France de H. Drévillon et O. Wieviorka (2018) qui évaluent les pertes militaires entre 55 000 et 65 000 pendant la Campagne de France. Le nombre de blessés s’élève à plus de 120 000. Durant ces cinq semaines de combat sont capturés 17 % des prisonniers de guerre français. L’après 17 juin est une période de grande confusion. Beaucoup de soldats pensent que l’armistice équivaut à la paix et arrêtent de se battre alors que l’armistice n’est signé que le 22 juin. De plus, la convention d’armistice organise la fin des combats entre deux gouvernements, donc la fin de la guerre, dans l’attente d’un traité de paix négocié. En effet, cette convention « peut-être dénoncée à tout moment pour prendre fin immédiatement par le Gouvernement allemand, si le Gouvernement français ne remplit pas les obligations par lui assumées dans la présente convention » (article 24). Dans la convention, il est prévu dans l’article premier que « les troupes françaises, déjà encerclées par les troupes allemandes, déposent immédiatement les armes ». Mais les soldats ne s’attendent pas à être faits prisonniers. Ils représentent 82 % des prisonniers de guerre français et se désignent parfois sous le terme de « prisonniers d’honneur », pensant être libérés rapidementL’article 20 stipule que « les membres des forces armées françaises qui sont prisonniers de guerre de l’armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu’à la conclusion de la paix. » Pour les soldats, cet article concerne les 17 % déjà prisonniers. Mais qu’ils soient prisonniers avant ou après le 17 juin, tous pensent rentrer bientôt chez eux.

1 850 000 soldats français deviennent prisonniers de guerre dont environ 29 000 officiers. 225 000 parviennent à s’évader ou sont libérés avant d’aller en Allemagne mais 1,6 million sont transférés en Allemagne soit près de 4 % de la population française de 1939. Et un million reste captif jusqu’en 1945. Ils ne subissent pas tous le même sort. Les 17 % capturés avant le 17 juin sont emmenés rapidement en Allemagne. Exténués par la violence des combats, abasourdis par la défaite, ils n’ont pas, sauf à de très rares exceptions, l’énergie pour fuir, et quand bien même ils l’auraient, ils pensent rentrer chez eux très vite. Ils sont emmenés, le plus souvent à pied, en Allemagne, nourris par les Français qui les voient passer, alors même que les Allemands évitent le plus possible les lieux habités par crainte d’une aide, d’une réaction pour les délivrer. Les hommes sont désarmés, sales, les unités mêlées en colonnes de deux, trois ou quatre. Certains sont blessés par les combats, beaucoup de blessures aux pieds sont provoquées par les longues marches (environ 50 km par jour). Les officiers font un effort pour garder une allure convenable, mais les hommes sont de plus en plus indisciplinés. Les prisonniers capturés après le 17 juin sont gardés dans des camps provisoires, les Frontstalags (écoles, casernes…) : les Allemands ne s’attendaient pas à une capture aussi massive, il leur faut s’organiser en Allemagne avant de pouvoir les accueillir. Les prisonniers français stationnent plusieurs semaines, voire plusieurs mois en France. Ils sont nourris en grande partie par la population française, reçoivent parfois la visite de leur famille. Restant pour l’essentiel inactifs, certains sont néanmoins employés alentour par des artisans ou des agriculteurs pour des travaux des champs. Cette possibilité d’employer la main d’oeuvre militaire a été développée, on s’en souvient, pendant la Drôle de guerre. Mais la situation a changé : les soldats sont maintenant prisonniers, sous tutelle des Allemands. Certains se posent des questions mais beaucoup font la démarche de demander cette main d’oeuvre aux Allemands. De petits Frontstalags sont d’ailleurs installés directement à la ferme, le gardien allemand passe tous les deux ou trois jours. Ces hommes sont ensuite emmenés progressivement en Allemagne, par train le plus souvent : certains partent à la fin de l’année 1940. Les soldats coloniaux restent dans les Fronstalags en France. Les Allemands ont de mauvais souvenirs de la présence de ces coloniaux après la Grande guerre, lors de l’occupation de la Rhénanie par l’armée française. Cet épisode est resté sous le terme de « honte noire » (voir à ce sujet le livre de Jean-Yves Le Naour, La Honte noire,Fayard, 2003). Par ailleurs, les coloniaux supportent mal le climat continental, tombent malades et ne peuvent plus travailler. Or si les Allemands gardent les Français prisonniers, c’est pour remplacer les Allemands devenus soldats et assurer le fonctionnement de l’économie du pays.