A quel genre cinématographique les films de captivité appartiennent-ils ? Réflexions à partir du film Stalag 17

Une annonce de la Cinémathèque française, postée hier sur Facebook, a attiré mon attention : 

« Ce soir sur le grand écran de la salle Langlois, un formidable film d’évasion signé Billy Wilder, avec William Holden, et Otto Preminger en colonel allemand. (…) » 

Ce film, c’est Stalag 17. 

Sorti aux Etats-Unis et en France en 1953, il s’agit du premier film de captivité tourné après La Grande Illusion(1937). Il raconte la vie quotidienne d’un groupe de 630 sergents aviateurs de l’armée des Etats-Unis, prisonniers des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et détenus dans un camp, le Stalag XVII, sur le Danube. Ce qui me fait réagir est la catégorisation « film d’évasion » : si effectivement, une tentative d’évasion échouée constitue l’ouverture du film et une tentative réussie la fin, il n’est pas question que de cela, bien au contraire, ce qui permet de s’interroger sur le genre cinématographique que constitue le film de captivité.

Billy Wilder, le producteur et réalisateur du film, s’interroge lui aussi sur le genre de ce film, faisant déclarer en voix off à l’un de ces personnages, dès les premières images : « Je ne sais pas vous, mais j’éprouve toujours de l’ennui devant ces films de guerre avec des aviateurs, des patrouilles de sous-marins, des hommes grenouilles aux Philippines. Ce qui me gêne, c’est qu’il n’y a jamais aucun film sur les prisonniers de guerre (…) ». Et effectivement, à part La Grande Illusion, aucun film sur la captivité de guerre n’a été tourné avant Stalag 17. Les films de captivité appartiennent-ils aux films de guerre ? Il s’agit effectivement de soldats, puisque les prisonniers sont des soldats non combattants qui restent en uniforme durant toute la captivité. Mais beaucoup d’aspects les éloignent du film de guerre. Aucun combat n’est représenté mais des allusions à la guerre sont présentes : les ennemis sont visibles (la Wehrmacht mais aussi la Gestapo) ; la bataille de Bastogne en décembre 1944 est évoquée durant l’écoute clandestine de la radio, d’autres nationalités de prisonniers sont citées : des Russes, des Polonais, des Tchèques. Mais, à la différence d’un film de guerre, souvent manichéen, patriotique, insistant sur l’aspect horrifique de la guerre, Stalag 17présente d’autres atouts.

Ce film est d’abord un documentaire sur la captivité. Tiré d’une pièce de théâtre éponyme écrite par Donald Bevan et Edmund Trzcinski qui furent eux-mêmes prisonniers de guerre, il présente de manière très précise la vie quotidienne dans un camp, faite d’ennui, de problèmes d’alimentation, d’attente du courrier, d’écoute clandestine des nouvelles de la guerre avec une radio bricolée, de la présence d’autres nationalités, d’un Noël passé en Allemagne… La captivité est expliquée par la voix off et des détails très précis comme la Convention de Genève, qui réglemente la détention des prisonniers de guerre, est citée à plusieurs reprises. De même, la visite d’un délégué de la Croix-Rouge qui préoccupe les Allemands au point de distribuer de nouvelles couvertures ou la présence de femmes militaires soviétiques prisonnières de guerre sont des marques de véracité dans le récit. Edmund Trzcinski joue d’ailleurs un petit rôle dans le film. Présenter Stalag 17sous l’angle de l’évasion, c’est suggérer qu’il s’agit d’un film d’action, et probablement l’associer dans l’esprit du public à La Grande Evasion de John Sturges (1963). Ce film présente finalement peu d’action : il s’agit plutôt d’un huis-clos. Mais un huis-clos avec du suspense : tout le ressort du film repose sur la recherche d’un espion au sein de la baraque 4, qui renseigne les Allemands et est la cause de l’échec de l’évasion qui ouvre le film et de la mort de deux prisonniers de guerre. Et un huis-clos typiquement américain. La recherche d’un espion caché dans le groupe fait immanquablement penser au maccarthysme qui sévit aux Etats-Unis depuis 1950 et touche particulièrement les milieux cinématographiques. En outre, Sefton est un individualiste assumé, un opportuniste qui ne cherche qu’à s’enrichir, y compris en acceptant d’aider le lieutenant Duncan à s’évader alors qu’il avait jusque là toujours repoussé ce genre de projet. C’est aussi un film de Billy Wilder dont le genre de prédilection est la comédie, présentée ici notamment par les deux prisonniers de guerre qui égaient la baraque 4 et cherchent à rentrer en contact avec les femmes soviétiques. S’y ajoute le cynisme personnifié par le personnage de Sefton, incarné par William Holden, qui trafique avec les Allemands et accumule un véritable trésor qu’il renferme dans une cantine. Il parie des cigarettes sur la réussite des évasions, sur des courses de rats. Le cynisme peut-être le fait d’un personnage d’un film de guerre, mais pas du personnage principal comme dans Stalag 17, qui valut à William Holden l’oscar du meilleur acteur et au film un grand succès public, les Américains se reconnaissant dans ce film typiquement américain, traitant seulement huit ans après la guerre des thèmes bien plus riches et nuancés que ne l’aurait fait un film de guerre.

En France, l’accueil fut beaucoup plus mitigé, qu’il s’agisse ou non d’anciens captifs : 

« Quant au contenu du film, il ne me semble pas qu’il appartienne à la critique d’en juger, mais aux prisonniers. Seuls ils pourront dire si certains passages sont ou non invraisemblables, ainsi que « le profane » est tenté de le penser (…). Les auteurs de la pièce Donald Bevan et Edmund Trzcinski, ont été eux-mêmes prisonniers, et c’est, paraît-il, pendant leur détention qu’ils ont jeté les bases de leur œuvre. (…) » (article de Jean Thévenot, Les Lettres françaises, 9 décembre 1953).

« (…) Seul un ancien prisonnier nous dirait s’il est vraisemblable que les quarante pensionnaires d’une baraque aient pu se maquiller « en Hitler » pour narguer le feldwebel. » (Article de J-G. Pierret, Radio Cinéma Télévision, 13 décembre 1953). 

Les prisonniers français, auxquels il a été fait appel, on l’a vu, comme caution morale, réagissent vivement : 

« Ah ! Elle était amusante la captivité vue par Billy Wilder. (…) J’en suis sorti (…) écoeuré de ce travestissement odieux de notre calvaire outre-Rhin. (…) Nous, anciens prisonniers de guerre français, ne laisserons pas déformer par des « Stalag XVII » à la Billy Wilder ce passé de souffrance derrière les barbelés allemands, qui nous appartient. » (Robert Sauvageau, ancien prisonnier au Stalag XVII, Les Lettres françaises, 30 décembre 1953).

Ce qui a été perçu de ce film- et rejeté – c’est l’humour, le divertissement, qui semblent en 1953 totalement hors sujet aux Français pour un film sur la captivité. Les deux pays n’ont pas souffert avec la même ampleur : 102 000 prisonniers de guerre américains détenus en Allemagne contre près de deux millions de prisonniers de guerre français. Les images ne sont effectivement pas innocentes pour les captifs français : les loisirs, le théâtre, c’est ce que beaucoup de Français ont retenu de La Grande Illusion, film pourtant infiniment plus riche sur la captivité et c’est ce que les anciens captifs veulent qu’on oublie. A leur retour, en 1945, les anciens prisonniers peinent à être reconnus comme anciens combattants, et n’obtiennent la carte de combattant qu’en 1949. Mais au-delà de ces préoccupations matérielles, les prisonniers ont souffert en captivité, tous reviennent très amaigris, beaucoup ont déclaré en captivité des maladies chroniques dont ils souffrent toute leur vie. La captivité ne peut être présentée pour eux sous forme de comédie, parce qu’il ne s’agit pas d’aller voir un divertissement quand on évoque la captivité.

Stalag 17 est donc un film bien plus riche qu’un film d’évasion. Il présente des caractéristiques d’un film de guerre – l’action (ici les évasions), la camaraderie entre hommes d’un même groupe, la mort, du respect ou pas face à l’ennemi – mais en y ajoutant une plus grande complexité, de plus grandes nuances tout en respectant une stricte véracité historique. Le huis clos du camp permet le suspense, la comédie, l’espionnage, l’amour (avec les prisonnières soviétiques mais aussi avec le fantasme que constitue Betty Grable), et des allusions à la société américaine qu’ont ressenties les Français sans pouvoir totalement les identifier, ce qui les a conduit à ne pas apprécier Stalag 17. Ils appellent de leurs vœux un « vrai film sur la captivité » au sens d’un film sérieux, et sont exaucés en 1955 avec Les Évadés de Jean-Paul Le Chanois qui précise : « J’ai voulu donner l’image de la réalité en parlant de ces prisonniers de guerre à qui, en France, aucun film n’a été entièrement consacré (…) ». (L’Humanité, 19 décembre 1954)

Noël en captivité


En décembre 1940 se profile pour les prisonniers de guerre un Noël loin de leur famille. Ce n’est pas le premier. Nombre de soldats, mobilisés pendant la Drôle de guerre, ne sont pas rentrés chez eux l’année précédente. Mais les conditions sont différentes : ils sont alors en France et libres. A la fin de l’année 1940, ils sont captifs depuis six mois et commencent à peine à s’organiser. Les prisonniers sont désormais installés dans leur chambrée, dans leur Oflag, dans leur Kommando. La stabilisation de leur adresse – même si de nouvelles affections interviennent durant la guerre – leur permet de recevoir le courrier et les colis et de rétablir les liens avec la famille. Tout n’est pas encore en place, les journaux de camps par exemple, n’apparaissent pas avant l’année 1941. Mais l’approche des fêtes de Noël les plonge dans une réalité qu’ils se refusaient majoritairement à envisager : le basculement vers l’année 1941 signifie le prolongement de leur captivité.

Jusqu’alors, ils sont en attente : les plénipotentiaires du gouvernement du maréchal Pétain ont signé le 22 juin 1940 l’armistice avec les Allemands, et l’article 20 stipule : « les membres des forces armées françaises qui sont prisonniers de guerre de l’armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu’à la conclusion de la paix ». Le chef du Service diplomatique chargé des prisonniers de guerre français en Allemagne, Georges Scapini, se voit confier l’amélioration des conditions de vie des captifs et est envoyé dès le mois de septembre, à Berlin, pour faciliter les discussions. Le 16 novembre 1940, la France devient nation protectrice de ses propres prisonniers, alors que la Convention de Genève avait prévu qu’une nation neutre exercerait ce rôle, en l’occurence les Etats-Unis. Ce changement laisse espérer des négociations d’égal à égal entre la France et l’Allemagne pour la libération des prisonniers. Quelques uns l’ont déjà été – les combattants de la Grande Guerre, les blessés, les pères d’au moins quatre enfants notamment – mais leur libération est prévue par la Convention de Genève et ne résulte pas des négociations entre la France et l’Allemagne. Noël est une date symbolique : ils espéraient être libérés avant Noël tout comme les soldats de la Grande Guerre pensaient que les combats s’arrêteraient avant Noël 1914. Passer Noël dans les Stalags, les Oflags, fait comprendre que la libération ne va pas intervenir avant plusieurs mois.

Bien plus que le jour de l’An, c’est Noël qui importe, comme le montrent les différentes sources. Pour le premier Noël en captivité, il est difficile de trouver des sources directes : les journaux des camps, on l’a dit, n’existent pas encore. Néanmoins des lettres ont été conservées par les familles, et le journal Le Trait d’Union, un des outils de la propagande allemande à l’égard des prisonniers de guerre, daté du 25 décembre 1940 est diffusé dans les Oflags, les Stalags et les Kommandos. Ces sources nous renseignent sur le premier Noël en captivité. André David envoie une carte de sept lignes réglementaires à ses parents (il a 23 ans, est célibataire) le 27 décembre 1940. Le 20 janvier 1941 la carte est reçue : « Voilà les fêtes de Noël passées. Fêtes heureuses, joyeuses, si elles s’écoulent en famille. Donc ici sombres fêtes. Nous avons eu deux jours de repos très appréciables et nous avons reçu du camp 2 Marks de marchandises en dentifrice, cirage… et autres objets ou produits très utiles (…) Meilleurs vœux de nouvel an » (Francine David-Paponnaud, Disparu mais vivant. Prisonnier en Allemagne. Lettres de guerre et de captivité d’André David (1940-1945), L’Harmattan, 2012, p. 111).

Pierre Cros écrit à sa femme, le 27 décembre 1940: « Lu chérie. Voici Noël de passé. Nous avons eu notre messe de minuit et j’ai fait mon Noël en bon chrétien. J’ai bien prié pour vous deux (sa femme Lucienne et sa fille, née à l’automne 1939), car vous êtes ici ma seule pensée… ». (Marie-Claude Angot, D’amour et de guerre. Un couple dans la guerre et la captivité. Mars 1939- avril 1945, Ed2A, collection Histoire, 2012, p. 104). Pour l’année 1940, ces deux jours de repos (qui sont attribués durant toute la captivité) sont l’occasion de ne pas travailler,sauf pour quelques uns, comme l’indique Robert Gaillard, futur prix Renaudot en 1942 : « J’ai passé le plus étrange réveillon et le plus singulier Noël que je connaitrai sans doute de ma vie . (…) Alors que tout le monde s’arrête de travailler, j’ai été affecté à un autre groupe chargé d’abattre les sapins d’une forêt ». (Mes Évasions, 1946, Éditions Dumas, p. 69). Noël est une fête religieuse qui prend un sens particulier en captivité, la religion étant d’un grand secours pour les captifs qui, souvent non ou peu pratiquants avant la guerre, sont nombreux à venir aux offices. En décembre 1940, des chapelles ne sont pas encore construites, et l’office a lieu dans une salle commune. 

La propagande allemande s’empare des fêtes de Noël, synonymes de désarroi pour les prisonniers. Le Trait d’Union y consacre en décembre 1940 un numéro spécial de 12 pages, reproduisant des poèmes français et allemands, expliquant les différences de festivités entre la France et l’Allemagne, mettant en parallèle « O Tannenbaum » et « Mon beau sapin », l’objectif étant de montrer le rapprochement entre les deux peuples, ainsi que l’indique l’éditorial : 

« (…) Un dur destin veut que cette année un grand nombre de soldats français passent Noël loin des leurs, en captivité. A Noël 1939 déjà, beaucoup d’entre eux étaient loin de leur foyer dans de froides positions de campagne ou des casemates étroites, et devaient monter la garde pendant cette fête qui est vraiment consacrée à la famille et à la communauté. C’est grâce à la politique de guerre insensée des chauvinistes de Paris et de Londres que Noël 1939 ne fut pas un Noël de paix. Pendant ces premiers mois d’attente, le Führer de la nouvelle Allemagne lança sans cesse des appels aux peuples et les exhorta à mettre fin à cette lutte insensée. Mais toutes les propositions de paix du Führer furent repoussées par les cliques des bellicistes internationaux. C’est pourquoi l’Allemagne dut accepter la lutte que l’Angleterre et une France vendue à l’Angleterre lui avaient imposée. Dans cette lutte, le vaillant soldat français lui-même n’avait aucune chance de succès. (…) Comme l’Allemagne provoquée est encore en lutte avec l’empire anglais croulant, les soldats français, prisonniers de guerre, doivent passer ce Noël loin des leurs. L’Allemagne n’a pas voulu cela. Puissent la fête de Noël et la fin de l’année inciter particulièrement à méditer sur ces événements et sur les possibilités de l’avenir. Noël 1940 invite tous les peuples européens à réfléchir et à s’éveiller à l’esprit de communauté (…) ».

Philippe Goldman, qui a consacré sa maîtrise d’histoire à ce journal, estime que dès l’automne 1940, l’influence de ce journal a baissé rapidement, les prisonniers étant particulièrement hostiles, pour des raisons évidentes, à la collaboration avec les Allemands, mais reconnaît qu’il est lu car il n’existe pas à cette époque d’autres sources d’informations en français. 

Les autres Noëls, puisqu’il y en eut cinq autres pour beaucoup de prisonniers, se passent différemment, parce que l’organisation des camps est accomplie. La fête de Noël suit un programme précis et détaillé, pour occuper l’esprit des prisonniers, tout entier tourné, plus encore que les autres jours, vers la famille. Les prisonniers assistent à la messe dans des lieux de culte installés durablement dans des locaux dédiés, aménagés en chapelle. Ils rivalisent d’ingéniosité pour réaliser des crèches. Avant ou après la messe de Noël, ils regardent ou participent à des spectacles de théâtre, de musique classique, de jazz, préparés depuis de longs mois, des rencontres sportives organisées dans le camp. Le repas des prisonniers est amélioré par la mise en commun des colis que les familles envoient, colis spécialement préparés pour ces fêtes. Ce que le journal L’Équipe,du Stalag XVIIA, qualifie de « petites fêtes familiales » poursuit deux buts : créer une solidarité en cette période de fête et alimenter la caisse de secours, qui est utilisée notamment pour offrir des cadeaux aux enfants des prisonniers. Lorsqu’ils le peuvent, les captifs demandent à un prisonnier rapatrié d’acheter pour eux un cadeau. Et les courriers avec les épouses évoquent les cadeaux à faire aux enfants, qui sont parfois invités par les municipalités à un goûter de Noël. Enfin, très souvent, les prisonniers envoient à leur famille, à leurs enfants, des poèmes, en espérant que ce Noël loin des leurs est le dernier…

Lettre de Noël

« Je sais, mon cher petit, qu’en l’humble cheminée

Où descendra Noël

Tu as mis, cette année, ainsi que chaque année

Ta lettre pour le ciel

Le vent qui te fait peur quand il est en colère

L’a transmise là-haut.

Et Noël est venu me la lire, en mystère, 

A travers mes barreaux.

Dans sa voix qui tremblait d’une émotion profonde

J’ai reconnu ta voix

Ta voix câline et douce, ô, ta voix toute blonde 

Que j’ai gardée en moi.

Les mots qu’il me disait, je t’entendais les dire

Comme aux soirs d’autrefois.

Lorsque sur mes genoux, tu essayais de lire

Tout un livre à la fois.

Et ta lettre, chéri, dédaignant la fortune

Des joujoux qu’on n’a pas

Demandait, cette année, un peu plus que la lune

Demandait, ton papa.

Oubliant, Cendrillon, Peau d’âne et leurs cortèges

Tu voulais….ton papa

Alors, Noël, s’est tu, dans sa barbe de neige

Et j’ai pleuré tout bas.

Le vieillard tout-puissant ne pouvais satisfaire

A ton ardent désir.

Alors, il appela le vent de la nuit claire, 

Le vent qui fait frémir.

Et, prenant, dans mon coeur tout mon amour immense

Il le mit dans ces vers, 

Le vent te les dira, tout bas, dans le silence, 

Des longs sommeils d’hiver ».

M.G.

Stalag III A, décembre 1940.

D’une captivité à l’autre


Durant la Grande Guerre, 600 000 Français sont faits prisonniers de guerre, principalement pendant les phases de la guerre de mouvement en 1914 et en 1918. Leur capture provoque des débats au sein de l’opinion publique et du gouvernement qui les soupçonnent de ne pas s’être bien battus, surtout s’ils ne sont pas blessés. Après la reddition de la garnison de Maubeuge, en août 1914, qui transforme 50 000 combattants en captifs, le général Joffre donne, le 28 novembre 1914, l’ordre général suivant :

« Tout soldat fait prisonnier par suite de son insouciance ou de sa négligence, tout chef, qui, par manque de fermeté, laisse prendre une partie de sa troupe par l’ennemi, commet une faute des plus graves. Le commandant en chef décide que tout militaire non blessé fait prisonnier sera, à son retour de captivité, l’objet d’une enquête à l’effet de déterminer s’il y a lieu de prendre, envers lui, des sanctions disciplinaires (…) notamment pour capitulation, désertion à l’ennemi ou abandon de poste en présence de l’ennemi ».

A partir de 1917, les prisonniers sont instrumentalisés par le gouvernement pour montrer la barbarie des ennemis et deviennent alors des éléments essentiels de l’armée. Ils sont encouragés à s’évader mais suscitent l’inquiétude s’ils réussissent car ils ont pu être retournés par les Allemands et devenir des espions. La prise en charge des prisonniers par le gouvernement est très faible et c’est l’action de leurs familles, souvent regroupées en associations, et de la Croix-Rouge qui permet l’amélioration de leur quotidien par l’envoi de colis notamment.

Ils sont regroupés dans 120 camps entourés de barbelés, les non officiers travaillent dans des Kommandos. Les règles internationalesqui les protègent sont floues, la conférence de La Haye en 1899 indique que les combattants et les non combattants (qui suivent l’armée sans en faire partie mais en étant légitimés par l’autorité militaire) peuvent être considérés comme des prisonniers de guerre. La conférence de La Haye de 1907 précise les règles de captivité des soldats. Mais ces textes sont méconnus et peu respectés, la protection des captifs s’opère plus sur un mode de réciprocité : ainsi des prisonniers de guerre français travaillent dans les marais du Hanovre en représailles des travaux pénibles auxquels sont soumis des prisonniers de guerre allemands en France. 

Leur retour est difficile. Face à l’omniprésence des Poilus, ils sont exclus des fêtes de la victoire. Les prisonniers morts en captivité ne sont pas inscrits sur les monuments aux morts. Les captifs ne sont reconnus « Morts pour la France » qu’en 1922 et anciens combattants qu’en 1926.

La captivité n’est pas évoquée, à notre connaissance seul le roman Axelle de Pierre Benoit, paru en 1928, évoque un prisonnier désabusé à son retour  :

« De quoi (…) irions-nous nous plaindre ? D’avoir vu notre sacrifice oublié par ceux qui en ont profité , (…) C’est notre faute. On ne donne qu’à ceux qui réclament. Et nous autres, nous étions trop fatigués pour réclamer comme il eut fallu.. » (Livre de Poche, 1948, p. 55).

Cependant la Convention de Genève, en 1929, est entièrement dédiée à la protection des prisonniers de guerre qui sont désormais clairement définis comme étant des soldats.  Et, en 1937, pour la première fois, un film montre la captivité : il s’agit de La Grande Illusionde Jean Renoir. Même si ce film n’évoque que la captivité des officiers, il est d’une importance considérable puisque sont évoqués le quotidien de ces hommes, leurs souffrances, leurs doutes, leur patriotisme, les difficultés des évasions. Jean Renoir a répondu à une interview du Petit Marseillais en 1937 en déclarant : 

« Les héros de La Grande Illusion, les prisonniers de guerre, ont été récompensés de leur modestie par le silence des écrivains romanesques. Ce film veut leur être fidèle ».

Cet énorme succès, présenté comme « le clou de l’exposition universelle » de 1937 à Paris, projeté de 10 heures à 2 heures du matin, est vu par 200 000 personnes en deux mois dans une seule salle. Sélectionné en juillet pour le festival de Venise, il triomphe en Grande-Bretagne, est projeté 36 semaines de suite à New York et reçoit le prix du meilleur film étranger en 1938. En France, et c’est une victoire très symbolique pour les prisonniers de guerre, les anciens combattants qui avaient eu tant de difficultés pour accueillir dans leurs rangs les captifs, apportent leur caution au film, garantissant son authenticité documentaire, et président à son lancement en province : il est projeté le 11 novembre 1937 dans 52 salles.

Ce film est déterminant car grâce à lui, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, la captivité est un aspect connu de la guerre, une éventualité à prendre en compte, présente dans l’esprit des soldats, des hommes mobilisés et de leurs familles, alors même que le président du Conseil, Paul Reynaud, achève son discours radiodiffusé le 10 septembre 1939 par ses mots : « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ». Les scènes de La Grande Illusion sont évoquées par une majorité des prisonniers de guerre de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’on les interroge sur l’image qu’ils avaient des captifs de la Grande Guerre. 

1.800.000 hommes sont faits prisonniers en 1940, la majorité après la demande d’armistice.  Moins de 2 % de ces captifs ont entre 40 et 50 ans. Ils ont participé à la Grande Guerre. Et parfois, ils ont déjà été prisonniers de guerre. C’est le cas du général Giraud. Capturé en août 1914 alors qu’il est gravement blessé, Henri Giraud s’évade d’un hôpital au bout de deux mois. Il a 35 ans. Il est à nouveau capturé en mai 1940 et interné à Koenigstein, près de Dresde. Il s’évade à nouveau, en 1942, de manière rocambolesque, en utilisant une corde sur 50 mètres de hauteur : âgé alors de  63 ans, il souffre d’une blessure à la jambe. L’évasion a été organisée par son épouse, des généraux fidèles et les services secrets britanniques. Mais beaucoup, moins connus, n’ont pas la chance de s’évader. Ils sont rapatriés de manière anticipée entre la fin de l’année 1940 et l’année 1941 grâce à l’action du gouvernement de Pétain qui permet à 59 359 anciens combattants, dont tous n’avaient pas été prisonniers de guerre, de rentrer en France. (bilan dressé par le ministère des anciens combattants en 1947). Cette décision s’explique du côté allemand par le manque de productivité de cette main d’oeuvre âgée et concerne surtout les captifs en Stalag. Les officiers, à l’exemple de Henri Giraud, ne travaillant pas et étant hauts gradés, restent pour l’essentiel dans les Oflags.

Bien que peu nombreux et difficilement chiffrables, ces prisonniers de guerre des deux guerres ont joué un rôle important auprès des plus jeunes dès lors qu’il est apparu évident que l’espoir d’une libération rapide était vain. Les conditions de détention diffèrent peu, surtout au début, entre les deux guerres, et ces hommes facilitent l’acclimatation des nouveaux prisonniers à la captivité. Ils leur expliquent comment masquer des objets durant les fouilles, comment s’organiser dans la chambrée, partager les colis, étayer des tunnels d’évasion… Les prisonniers sont alors abasourdis par la défaite, démunis et  ces anciens jouent un rôle prépondérant. Bien sûr, cette organisation, cette installation pour rendre la captivité la moins pénible possible, s’est opérée partout, mais fut plus rapide dans les camps où ces anciens prisonniers étaient présents.

Après la guerre, les prisonniers de guerre ne sont pas considérés comme des hommes qui se sont mal battus ou des espions, mais plutôt comme des hommes qui n’ont pas eu de chance. Beaucoup plus nombreux, les anciens prisonniers de la Seconde Guerre mondiale sont mieux organisés que ceux de la Première  pour faire entendre leur voix et leurs revendications, et pourtant, il leur faut aussi attendre  – 5 ans au lieu de 8 pour ceux de la Grande Guerre – pour être reconnus comme des combattants. Point de doute sur leur qualité de soldat ou leur patriotisme, mais plus prosaïquement, des difficultés financières empêchent le gouvernement et le Parlement de leur reconnaître ce statut. 

Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 3

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Episode 3 : Les Français sont associés à la captivité 

Bien qu’absents, les prisonniers de guerre sont omniprésents en France. Ils apparaissent d’abord dans les discours officiels puisqu’il sont instrumentalisés, utilisés par le gouvernement pour expliquer les échecs présents comme l’absence d’amélioration des conditions de vie des Français. Mais l’action du gouvernement vise à permettre le retour de captivité de ces chefs de famille, actifs professionnellement, dans la force de l’âge et justifie la promesse d’une réussite future de la Révolution nationale, puisque, selon la propagande gouvernementale, les prisonniers soutiennent Pétain. Ils sont informés de la politique par l’envoi de documentation dans les cercles Pétain, créés grâce à la mission Scapini (voir épisode 2) mais qui n’ont jamais eu de succès véritable. Pétain présente aux Français les prisonniers de guerre comme étant l’élite de la nation, qui eux ne se découragent pas et font confiance au Maréchal.

Le retour de Laval, en mai 1942, est décisif lorsque l’on évoque les liens entre les Français et les prisonniers de guerre. Le 22 juin 1942, au cours du même discours où il « (…) souhaite la victoire de l’Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme, demain s’installerait partout », le chef du gouvernement présente la Relève aux Français : 

« (…) De nombreux ouvriers sont sans travail, alors que l’Allemagne a un besoin urgent de main d’oeuvre. Dans cette situation, un nouvel espoir s’élève pour nos prisonniers. Je sais que ce n’est jamais en vain qu’on fait appel à la raison et à la générosité des ouvriers de France. C’est vers eux que je me tourne maintenant, car c’est d’eux, pour une large part, que dépendra désormais le sort des prisonniers. (…) Pendant ces deux années, beaucoup de ceux qui ont exposé leur vie ont connu la captivité. Pendant ces deux années ces derniers ont vu se prolonger les misères qui continuent à vous être épargnées : l’angoisse d’une séparation prolongée et toutes les cruelles incertitudes qui affaiblissent le seul espoir qui les soutient : celui du retour. C’est pourquoi j’adresse ce soir cet appel à la solidarité française. Le chancelier Hitler – et je l’en remercie – vient de décider la libération d’un nombre important de prisonniers cultivateurs qui pourront revenir en France dès votre arrivée en Allemagne. (…) Ouvriers de France, c’est pour la libération des prisonniers que vous allez travailler en Allemagne ! (…) ». 

Cette politique, qui prône le retour d’un prisonnier contre l’envoi de trois ouvriers spécialisés, est imposée par Fritz Sauckel, le planificateur général pour le recrutement de la main d’oeuvre, qui exige 250 000 travailleurs de la France pour compenser, dans l’économie allemande, les soldats partis sur le front de l’Est. Les prisonniers de guerre deviennent ainsi des appâts et la politique de la Relève est expliquée aux Français par une campagne d’affiches titrées « la Relève commence », « la Relève continue ». Ces affiches sont placardées à des emplacements stratégiques : les boutiques, les cinémas, les magasins, les établissements publics des deux zones. Une grand campagne de publicité dans la presse, mais aussi dans les bandes d’actualités diffusées dans les cinémas avant le film, est construite autour du premier train ramenant des prisonniers de guerre relevés, le 11 août 1942. De même, une consigne à la presse de Jean Bichelonne, ministre de la Production industrielle, doit obligatoirement être publiée en première page le 31 octobre 1942 sur trois têtes de colonnes, par les journaux : « (…)Tout ouvrier défaillant en zone non occupée est cause du départ en zone occupée d’un ouvrier plus âgé ou plus chargé de famille que lui. (…). Les régions qui n’auraient pas fourni les contingents impartis ne pourraient plus espérer le retour pour leurs prisonniers.» 

Néanmoins cette politique est un échec perçu dès septembre 1942 par les Français : au refus de la collaboration s’ajoute la compréhension par les Français que les prisonniers qui rentrent sont moins nombreux que prévus – 60 000 prisonniers de guerre rentrent – , ne sont plus en état physique de travailler pour les Allemands ou bien sont des collaborateurs. Les uns comme les autres seraient rentrés sans la Relève. Cet échec ouvre la voie aux lois du Service du Travail Obligatoire (S.T.O.).

Les prisonniers de guerre sont constamment présents dans l’esprit et dans la vie quotidienne des Français parce qu’eux et leur famille sont aidés par le gouvernement qui organise des collectes à l’occasion de galas, de rencontres sportives, de mariages, de la Semaine du Cinéma, de la fête de Jeanne d’Arc. A partir de février 1941, les enfants des écoles primaires participent aux œuvres du Secours national de la Croix-Rouge et des comités d’aide aux familles de captifs et/ou adoptent un prisonnier qui n’a pas de famille. La presse enfantine aborde le thème des prisonniers : Eric, le héros de la collection Signe de Piste, créé par Serge Dalens, évoque son ami, Christian qui est prisonnier, alors même que Jean-Louis Foncine, autre auteur de la collection, est détenu dans un Oflag. Les livres d’écrivains prisonniers sont primés : le Goncourt est attribué à Henri Pourrat pour Vent de mars en 1941 et Robert Gaillard reçoit le prix Renaudot en 1942 pourLes liens de Chaine. Les prisonniers sont aussi évoqués à la radio, à la fois par une émission informative « Ce que vous devez savoir » à partir d’ avril 1943, à laquelle s’associe la Fédération des associations des femmes de prisonniers de guerre en 1944 . Une autre émission, plus ludique, est diffusée sur la Radiodiffusion nationale qui émet à partir de Vichy, sous l’autorité du vice-président du Conseil, Pierre Laval.. À partir de 1943, chaque dimanche à 12 heures 50, les auditeurs ont rendez-vous avec un feuilleton, « l’Alphabet des familles » qui met en scène une famille dont le père, prisonnier, n’apparaît qu’au travers d’un portrait sur le buffet et de ses lettres, lues aux trois enfants par la mère, interprétée par Françoise Morhange. Deux très grands acteurs complètent la distribution : le grand-père, joué par Pierre Larquey et l’oncle Honoré, personnifié par Pierre Charpin.

Les Français ne réagissent pas négativement à l’égard de ces sollicitations. S’il est difficile d’évaluer l’audience des émissions de radio ou le succès des prix littéraires, il apparaît que les expositions des œuvres réalisées dans les camps par les prisonniers de guerre rencontrent un gros succès. À tel point que les services de propagande de Vichy décident d’exploiter ce « filon » pour appuyer la popularité du Maréchal. Un Train Exposition sillonne la zone libre à partir d’avril 1942, avec quelques haltes dans les grandes villes comme Lyon ou Marseille, associant des œuvres de captivité avec un wagon consacré au Maréchal et placé au centre de ce train. La vente d’une carte postale pour faire la publicité de l’exposition rapporte cinq millions de francs. Mais les Français sont également critiques à l’égard des prisonniers et surtout de leur famille. Ils craignent que les femmes de prisonniers élèvent mal les garçons, privés d’autorité paternelle. Ces femmes sont surveillées et subissent des influences contradictoires : elles sont encouragées par le gouvernement à rester coquettes pour accueillir dignement le mari prisonnier qui peut revenir à tout moment (selon la propagande) mais cette coquetterie semble inutile et donc suspecte aux Français, parce que ce sont des femmes seules qui ne doivent pas chercher à séduire, faisant fi du fait que ces épouses ou fiancées, jeunes, peuvent aussi, par goût personnel, vouloir prendre soin de leur apparence ! Des voisins « bien intentionnés » ont parfois écrit aux prisonniers pour leur annoncer leur infortune, réelle ou supposée. Mais le taux de divorce des couples séparés par la captivité reste équivalent à celui des autres familles : 1,4 % par exemple à la fin de la guerre en région parisienne. Et puis, liée aux difficultés de la vie quotidienne, à partir au tournant des années 1942-1943, une certaine indifférence apparaît dans la population, qu’évoque Léo Malet, qui rentre de captivité en mai 1941, dans son roman-policier, 120 rue de la gare, qui relate le retour d’un prisonnier – Nestor Burma – confronté à des morts dans le milieu des prisonniers de guerre rapatriés.

Mais cette indifférence n’est pas le fait de tous les Français. Certains sont reconnaissants aux prisonniers d’agir pour aider le pays : ainsi le Stalag II B finance la construction d’une école. Un groupe d’une vingtaine d’instituteurs détenus dans le camp, peu nombreux mais très actifs en sont à l’origine. « Ce qu’il faut, ce ne sont plus des gestes qui s’éparpillent. C’est un geste, un seul. Vous voyez cela d’ici : 20 000 prisonniers qui s’unissent, tendent la main vers la France et lui apportent comme ça, avec les plans, la maquette, la décoration et l’argent pour la construire : une École.(…) » (Le Piaf, journal du Stalag II B, numéro de Noël 1942, p. 6). Deuxmillions de francs (100 000 Reichsmark), à raison d’un versement d’un Reichmark par mois et par prisonnier pendant cinq mois sont ainsi réunis.Voulant réaliser en France un geste « qui reste », les captifs dessinent le plan, réalisent les maquettes et envoient le projet clé en mainau gouvernement de Pétain quileur envoie une liste de villages et ce sont les captifs qui désignentle village du Bosquel à 20 kilomètresd’Amiens, rasé durant les combats de juin 1940,pour accueillir le projetproposé à Pétain et non initié par lui ou le Cercle Pétain du Stalag. L’école, construite après la guerre, par crainte des bombardements,est baptisée « les20 000 pierres », parce que les 20 000 prisonniers du Stalag et des Kommandos environnants y ont participé.

D’autres Français soutiennent les prisonniers dans une autre forme d’action : les évasions. Les tentatives furent innombrables, les réussites peu nombreuses (4,32 % d’évasions réussies selon l’Union des Évadés de France) mais parfois retentissantes comme celle du général Giraud en 1942. Des filières d’évasion apparaissent d’abord en Alsace, non pas destinées aux prisonniers mais aux jeunes Alsaciens réfractaires du Reichsarbeitdienst (service du Travail de six mois pour les garçons et les filles de 17 à 25 ans) ou de la Wehrmacht. Mais les évadés des camps sont rapidement aidés par ces filières religieuses ou civiles. Par exemple, sœur Hélène à Metz (Hélène Studler), religieuse de Saint-Vincent de Paul, s’occupe d’abord des familles évacuées des zones frontalières, puis progressivement elle met en place une des plus importantes filières de passages des prisonniers évadés et réfractaires lorrains. Son réseau est formé de religieuses qu’elle connaît personnellement, peu nombreuses, chargées de réceptionner des « colis » à divers endroits, généralement des églises, et de les accompagner jusqu’à la gare (chemin de fer ou bus). Là elles remettent leurs « colis » à des convoyeurs qui les suivent à distance jusqu’à des gares précises (Rosselange, Moyeuvre et Amanvillers). Elles remettent aux évadés des titres de transport et des consignes pour l’arrivée. Les convoyeurs les confient ensuite à des familles ou des organisations qui se chargent de l’hébergement, de l’habillement, de la remise de faux papiers et du passage vers la zone non occupée. François Mitterrand s’évade grâce à ce réseau. Sœur Hélène est arrêtée par la Gestapo, subit huit mois de prison, est libérée sur caution d’une personnalité de Metz. Elle reprend son activité et doit s’enfuir…D’autres filières, civiles celles-là, sont également actives. Ernest Kempnich, horticulteur, de Woippy, près de Metz, fait passer la frontière à des évadés grâce à un transporteur de ses amis qui les cache dans son camion entre des sacs de ciment. Il dispose d’un autre contact, un café de la rue Saint-Jean à Nancy, où se trouve son magasin de fleurs et où les évadés peuvent passer la nuit. Le lendemain il les emmène à la préfecture où ils reçoivent des papiers d’identité ainsi que de l’argent et des billets de train pour Lyon. Il met à l’abri des blessés dans ses serres. Pour cacher son jeu, il trinque avec les Allemands qui viennent lui acheter des fleurs. Dénoncé en décembre 1942 il est relâché faute de preuves. Cependant, inscrit sur une liste de déportation pour la Tchécoslovaquie, il se réfugie chez des amis en Alsace. René Clément s’est inspiré de son histoire pour son film Le Père tranquille,en 1946, avec dans le rôle titre l’acteur Noël-Noël, un ancien prisonnier de guerre. Madame Charlier en Alsace, une mère de famille, fait passer des évadés par les chemins forestiers de montagne. Elle en fait évader 106 durant toute la guerre. Des femmes, des enfants, des adolescents dont le mari ou le père sont prisonniers ou « Malgré nous» (soldats alsaciens enrôlés de force dans l’armée allemande), participent à ces filières. Enfin beaucoup de cheminots aident les évadés à se déplacer en France, à franchir la ligne de démarcation. Nombre d’entre eux sont arrêtés, torturés, condamnés à mort. 

Ces prisonniers, qui parviennent à s’évader, mais aussi des prisonniers rapatriés, participent à la Résistance en France et dans les camps. Le M.N.P.G.D, (12 mars 1944) ( mouvement national des Prisonniers de guerre et déportés) est l’organisation qui, le 12 mars 1944, unifie des organisations de résistance des prisonniers qui se constituent durant les six premiers mois de 1943 : le communiste C.N.P.G.( comité national des prisonniers de guerre), le R.N.P.G. (Rassemblement national des prisonniers de guerre) ougroupePinot-Mitterrand et leM.R.P.G.D.( Mouvement de résistance des prisonniers de guerre et déportés ou « réseau Charette »). Le M.N.P.G.D. adhère aux Forces françaises de l’Intérieur.Les résistants en France se tournent vers les prisonniers, ainsi qu’en attestent de multiples exemples. L‘Humanité clandestinedresse en janvier 1942 la liste des prisonniers tués en captivité, ils font partie de la communauté nationale. Le réseau Combatprésente,après la création de la politique de la Relève, les prisonniers de guerre comme desrésistants. Pierre Seghers pour sa revue Poésie,qui rassemble « ceux qui veulent continuer le combat », réserve des pages aux poètesprisonniers de guerre. Les Éditions de Minuit font aussi paraître des écrits de captifs : La Marque de L’homme, de Claude Morgan ouLHaute Fourchede Pierre Bost. 

Le général de Gaulle crée un Commissariat aux prisonniers de guerre à l’automne 1943 et en confie la direction à Henri Frenay, co-fondateur de Combat. L’objectif est d’envoyer des colis, de parachuter des tracts et des discours de de Gaulle et d’organiser le rapatriement des prisonniers. À cette même époque, le général de Gaulle développe, dans un discours, le thème des trois fronts :«  le front intérieur où l’on se battait par les armes, sur terre, sur mer, dans le ciel ; le front de la résistance intérieure française et enfin le front de la résistance intérieure en Allemagne. » (AN F9 3140). A leur retour (qui est achevé en juillet 1945), les prisonniers sont associés à des commémorations. Durant la cérémonie du 11 novembre 1945, le corps d’un prisonnier de guerre repose dans la crypte du Mont Valérien, le mémorial de la France Combattante, au côté des quinze autres morts pour la France. Maurice Debout, captif au Stalag VII A a été condamné à mort pour refus d’obéissance et fusillé le 13 mars 1944. Malade, il avait refusé de travailler dans la ferme où il était affecté.

À la fin de l’année 1944, les camps de prisonniers de guerre commencent à s’ouvrir. Les captifs sont attendus avec impatience, mais tous ne rentrent pas : environ 21 000 morts ou disparus sont recensés. Ceux qui rentrent ne sont pas en bonne santé : vieillis, ils sont amaigris par les derniers mois de captivité qui ont été difficiles, mais aussi par la libération des camps, surtout si le camp se trouvait à l’est du Reich. Les Allemands, fuyant devant l’avancée soviétique, emmènent avec eux vers l’ouest, dans des marches interminables, les captifs. La santé des anciens prisonniers reste un problème majeur pour bon nombre d’entre eux qui souffrent de séquelles physiques et/ou psychologiques. Les prisonniers ne retrouvent pas forcément leur famille rapidement : des déménagements ont été rendus nécessaires par les bombardements et des recherches sont parfois longues. Les habitations ont pu été détruites par les derniers combats de la Libération, les familles décédées. La famille a changé, la femme et les enfants ont vieilli, grandi.  La femme a travaillé, pris des décisions : le retour à la vie familiale de l’avant-guerre est espéré par l’ancien prisonnier beaucoup plus que par sa femme. Les enfants ne reconnaissent pas toujours leur père, voient arriver d’un mauvais œil cet homme quasi inconnu qui donne des ordres et bouleverse la vie construite entre la mère et ses enfants depuis cinq ans. Et surtout, même s’ils s’en doutaient, les anciens prisonniers découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à avoir souffert de la guerre.

Des places leur sont réservées professionnellement, les diplômes passés en captivité sont validés. Ils sont globalement bien accueillis, considérés, ainsi que le relatent les journaux, comme des hommes malchanceux qui ont perdu leur jeunesse. Quelques rares articles stigmatisent très ponctuellement ces hommes qui organisent des manifestations pour obtenir un costume ou de l’argent qui leur est dû. Mais, contre toute attente, et notamment de la part des prisonniers eux-mêmes qui avaient en captivité préparé leur ligne de défense, très peu de reproches leur sont adressés sur leur soutien au Maréchal qui, on l’a vu dans l’épisode 2, n’a jamais pris l’ampleur que le gouvernement aurait souhaité. Quelques articles évoquent ce sujet durant le procès Pétain, parce que l’abbé Rhodain, l’aumônier des prisonniers pendant la guerre, est un des témoins à décharge qui utilise l’argument de la préoccupation constante du Maréchal pour les captifs. Mais cela ne dure pas, les prisonniers organisant dès l’automne une auto-épuration dans leurs rangs pour pouvoir faire partie de la Fédération des prisonniers de guerre. Ils portent au revers de leur veston, pendant quelques mois après leur retour, l’insigne du barbelé, créé dans les camps, mais l’abandonnent vite. Tous veulent, avec les civils, tourner la page de la guerre.

Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 2

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Episode 2 : La captivité vécue par la famille du prisonnier de guerre.

Les familles commencent à être prévenues de la captivité d’un proche en juillet 1940, mais certaines familles restent dans l’inquiétude et l’incertitude du sort du soldat jusqu’en janvier 1941. Entre ces deux dates, malgré la censure militaire, les Français savent que les combats ont occasionné de très nombreux morts. Après cette date, tous les doutes ne sont pas levés : certaines familles sont informées de la captivité sans autre précision et notamment sans l’adresse du prisonnier; d’autres sont informées que le soldat est vivant, mais le mot prisonnier n’est pas prononcé (voir à ce sujet le témoignage d’une fille de prisonnier : Disparu mais vivant. Prisonnier en Allemagne. Lettres de guerre et de captivité d’André David (1940-1945), Francine David-Paponnaud, L’Harmattan, 2012).

Dès le 6 juin, jour où la Somme est franchie par l’armée allemande, le gouvernement de Paul Reynaud organise un centre d’information sur les prisonniers de guerre, témoignant ainsi indirectement de l’ampleur des captures. La gestion des prisonniers de guerre s’organise  le 28 juillet 1940. En effet, l’État français, qui a remplacé la République depuis que l’Assemblée nationale a donné les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940, s’inspire de l’organisation mise en place durant la Grande Guerre. En juin 1915, pour regrouper des organisations départementales, publiques et privées mais à l’existence et à l’efficacité inégales sur le territoire français, un décret institue une commission indépendante chargée de la répartition et du contrôle de l’utilisation des subventions gouvernementales. Le bras actif de cette commission est le service général du ministère de la Guerre qui encourage la Fédération des œuvres (organisme privé) à créer un Office d’Information qui rassemble la liste de tous les prisonniers fournie par les départements et  tient un fichier constamment réactualisé grâce aux informations de la Croix-Rouge (voir à ce sujet Frédéric Médard, Les Prisonniers en 1914-1918. Acteurs méconnus de la Grande Guerre, éditions Soteca, 2010). L’État français reprend ces principes qui reposaient donc  sur l’État, mais surtout sur les comités départementaux et les secours privés en les centralisant dans la Direction du service des prisonniers de guerre (D.S.P.G.), créée le 28 juillet 1940. Cette centralisation s’explique à la fois par le fonctionnement du régime de l’État français, mais aussi peut-être pour éviter de permettre l’enrichissement de certains fournisseurs face à cette concentration des envois (Odon Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Études et Communication Éditions, 2001). La D.S.P.G., d’abord installée en zone sud puis généralisée à la zone nord, gère les informations, les colis (rapidement appelés « colis Pétain »), les rapatriements. En plus chaque ministère a un service des prisonniers de guerre puisque tous les métiers sont représentés chez ces civils devenus captifs.

En novembre 1940, le Service Diplomatique des prisonniers de guerre (S.D.P.G.) est créé, désigné plus couramment sous l’appellation de « mission Scapini » du nom de l’ambassadeur représentant les captifs auprès des Allemands et gérant cette mission. Georges Scapini est un blessé de la Grande Guerre – il a perdu la vue – et a été membre durant l’entre-deux-guerres, du Comité France-Allemagne. Le S.D.P.G. marque un tournant dans l’histoire de la captivité car, allant à l’encontre des règles édictées par la Convention de Genève en 1929 pour encadrer la captivité, la France propose de devenir la puissance protectrice de ses propres soldats, tâche confiée jusqu’alors à une puissance neutre, en l’occurence les États-Unis. Dès lors la mission Scapini visite les camps, constate les conditions de détention des Français, et tente surtout de faire basculer les camps du côté de l’État français, en diffusant du matériel de propagande et en organisant des cercles de diffusion et de réflexion sur la Révolution nationale, les « cercles Pétain », qui n’eurent jamais un grand succès, qu’il s’agisse des Stalags ou des Oflags.

En parallèle à ces organismes gouvernementaux, la Croix-Rouge se renseigne sur la situation des prisonniers de guerre en visitant les camps, informe les familles, achemine les colis, parraine des prisonniers de guerre sans famille et évalue l’action du gouvernement français à l’égard de ses captifs. Car les prisonniers de guerre servent à justifier la politique de collaboration. Dans son discours du 30 octobre 1940, qui suit la rencontre entre Pétain et Hitler le 24 octobre 1940 à Montoire, Pétain explique aux Français : « (…) C’est dans l’honneur – et pour maintenir l’unité française, une unité de dix siècles, dans le cadre d’une activité constructive du nouvel ordre européen, que j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration. Ainsi, dans un avenir prochain, pourrait être allégé le poids des souffrances de notre pays, amélioré le sort de nos prisonniers, atténuée la charge des frais d’occupation (…) ». Pour beaucoup de Français et notamment pour les familles, améliorer le sort des prisonniers consiste à les faire rentrer le plus vite possible. Mais l’État français privilégie une modification des conditions de vie pour favoriser les prisonniers et leur famille : par exemple les impôts pour les années 1939 et 1940 ne sont pas recouvrés, les familles disposant de revenus inférieurs à 5 000 francs par an sont exonérés d’impôts, à l’exception des taxes foncières, les loyers sont diminués des trois-quarts, les allocations familiales augmentées de deux francs. A partir de 1942 Laval, en tant que chef du gouvernement, crée une nouvelle indemnisation pour les familles et punit, en aggravant la sévérité de la loi, l’adultère commis par des femmes de prisonniers. Enfin, le gouvernement déclare oeuvrer pour le retour des prisonniers, en s’attribuant tous les rapatriements, même ceux prévus par la Convention de Genève (les rapatriements sanitaires concernant les grands malades ou les grands blessés en septembre 1940 sont organisés par l’article 68 par exemple ) ou acceptés par les Allemands comme c’est le cas pour les malades libérés en avril 1941 qui n’étaient plus une force de travail pour les Allemands. Au total, seulement 14 % des prisonniers de guerre sont libérés grâce à l’intervention de Pétain : il s’agit de prisonniers collaborateurs (par exemple Robert Brasillach détenu à l’Oflag VI A, rentre en 1941 et reprend son poste de rédacteur en chef de l’hebdomadaire Je suis partout) et également, entre août 1941 et mai 1942 de spécialistes (ingénieurs agronomes, agriculteurs, cheminots… ) jugés plus utiles dans l’économie française – qui par ailleurs est pillée par les Allemands-. Les retours dus à la Relève (politique mise en place à partir de juin 1942, dont on reparlera, qui consiste à faire rentrer un prisonnier en échange du départ vers l’Allemagne de trois ouvriers) sont exagérés par des reportages diffusés dans les journaux ou aux Actualités filmées mais au final peu nombreux, ne concernant que 60 000 prisonniers inutiles aux Allemands ou collaborateurs.

Les familles, sans le mari, le père ou le fils, connaissent de grandes difficultés qui sont d’abord affectives. Pour tenter de pallier l’absence, les familles installent la photographie du prisonnier, prise dans les camps, sur le buffet de la maison. Les liens reposent aussi sur les services de la poste : deux lettres de vingt-sept lignes et deux cartes postales de sept lignes par mois. Les prisonniers s’exercent à écrire le plus petit possible, en contournant la censure, pour ces envois. Ces liens sont évidemment fondamentaux pour donner des nouvelles, être relié à la vie familiale mais aussi du village, donner des conseils pour l’éducation des enfants… La poste est chargée aussi de l’envoi des colis familiaux, réalisés avec les tickets de rationnement de la famille (aucun ticket supplémentaire pour les familles de prisonnier). La captivité est donc synonyme d’éloignement, mais aussi de sacrifices notamment pour les enfants qui voient partir dans les colis le chocolat ou les confitures. Certaines femmes demandent à Pétain qu’il libère leur mari car elles n’ont pas encore d’enfant et craignent de ne pas en avoir. Des contrats d’épouse permettent de rejoindre leur prisonnier en Allemagne. Qu’elles soient mariées ou compagnes, les femmes peuvent, pour une durée d’un an au minimum, venir travailler en Allemagne. Deux conditions doivent être remplies : que le prisonnier donne son accord et que le couple puisse cohabiter, soit dans l’entreprise de la femme, soit dans celle du prisonnier. Ce contrat ne s’adresse qu’aux femmes de prisonniers détenus en Stalag, les seuls à travailler. Aucun document n’a été trouvé jusqu’alors pour connaître le succès ou l’échec de ce contrat, mais son existence  prouve l’utilisation  du désarroi des épouses.

Les difficultés sont également matérielles. Sur les un million huit cent mille hommes prisonniers en juin 1940, un million six cent mille est marié, avec des difficultés liées à l’application toujours en vigueur  du Code civil napoléonien, qui  considère que les femmes sont des mineures. Une évolution mise en place en 1939 estime que la femme peut agir comme chef de famille si le mari est absent ou empêché, mais peu de femmes en ont vraiment l’habitude. Le prisonnier continue d’ailleurs à jouer un rôle dans l’économie familiale en envoyant des mandats (les prisonniers dans les Stalags sont payés pour leur travail comme le prévoit la convention de Genève, 70 pfennig par jour en moyenne) ou de l’argent provenant de comités d’entraide ou de caisses de secours créés dans chaque Stalag ou Oflag pour aider les prisonniers nécessiteux. Les prisonniers financent aussi des œuvres (le Stalag IX A, par exemple, organise une colonie de vacances à Annecy pour les enfants du Stalag). Mais les femmes doivent néanmoins travailler (80 % des femmes travaillent pendant la guerre – pas seulement les femmes de prisonniers -, contre 30 % en 1936). Elles sont parfois obligées de retourner vivre chez leurs parents ou d’aller dans la belle-famille. Elles s’organisent en associations pour se tenir informées, conserver un bon  moral d’autant que l’image de l’idéal familial pétainiste est difficilement applicable pour les familles de prisonniers.  Les femmes de prisonniers font en outre l’objet  de représentations contradictoires . Elles sont protégées, on l’a vu, sur le plan légal et le gouvernement leur demande de rester coquettes pour préparer le retour du prisonnier. Mais elles sont aussi surveillées  par le gouvernement qui considère qu’elles ne peuvent élever correctement leurs garçons. Il s’agit là d’un point majeur de préoccupation pour les autorités qui craignent le basculement de ces enfants privés de l’autorité paternelle dans la délinquance. L’autre point sensible pour le gouvernement est la prostitution des femmes de prisonniers : Serge Huard, le secrétaire d’État à la Famille en janvier 1942, annonce que 60 % de prostitués de Paris sont des femmes de prisonniers et Maurice Pinot, le chef du Commissariat général aux prisonniers de guerre et aux familles de prisonniers, en 1944, communique le chiffre de 75 % des prostituées de Paris femmes de prisonniers. Sarah Fishman qui a travaillé ce sujet estime ce chiffre à 10 % (Femmes de prisonniers de guerre. 1940-1945, L’Harmattan, 1996). Les femmes de prisonniers sont aussi surveillées par leurs voisins qui, sous couvert de protéger l’honneur du prisonnier de guerre, lui écrivent pour le tenir au courant de son infortune (supposée ou réelle). Le nombre de divorces de prisonniers reste cependant faible, évalué entre 6 à 8% des prisonniers rapatriés soit à peine supérieur à celui de la population dans son ensemble.

Il faut enfin, pour achever cette présentation des familles de prisonniers, indiquer le cas particulier des familles – entre 10 000 et 15 000 personnes – de prisonniers juifs. Si les juifs sont soldats français avant que d’être juifs et sont ainsi protégés (les contraintes, humiliations qui leur sont faites restent très minoritaires, ils restent, pour l’immense majorité d’entre eux des prisonniers français comme les autres), leurs familles sont répertoriées, enfermées et envoyées dans les camps de concentration. « Juifs d’échanges », ces familles doivent permettre la libération d’internés civils allemands. Francine Christophe, fille du prisonnier de guerre puis historien Robert Christophe, a ainsi été déportée avec sa mère, comme 168 femmes et 77 enfants, au camp de Bergen Belsen, où elle survécut avec des conditions particulières : dans un camp annexe, où ces familles subissent les appels interminables, la mauvaise alimentation, le travail pour les femmes, les épidémies de typhus, mais les enfants ne sont pas séparés de leur mère. (Une petite fille privilégiée.Une enfant dans le monde des camps 1942-1945, L’Harmattan, 1996).


Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 1

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Épisode 1 : Des civils deviennent soldats puis prisonniers

Le 2 septembre 1939, la mobilisation générale est décrétée. Intervenant dans un contexte politique tendu, elle ne surprend pas la population, l’armée française a été plusieurs fois mise en alerte depuis 1936 et la remilitarisation de la Rhénanie. La France déclare la guerre à l’Allemagne le lendemain.

La mobilisation s’adresse à cinq millions d’hommes sur 41,2 millions d’habitants soit 12 % de la population. Vingt-neuf classes d’âge sont concernées, de la classe 1909 à la classe 1939, mais les hommes les plus âgés – classes 1909, 1910, 1911, sont démobilisés à la fin de l’année 1939. Seulement 600 000 mobilisés (soit 12 %) ont entre 20 et 25 ans. La moitié des mobilisés est reversée dans les unités combattantes, formées de 20 divisions d’active, bien entraînées avec du matériel performant et de 74 divisions de réserve, rassemblant des hommes plus âgés, moins bien armées. Ces divisions de réserve stationnent à des positions moins stratégiques.

Cette mobilisation est originale pour deux raisons. D’abord parce que le passage de la vie civile aux combats est d’ordinaire très courte. Or en 1939, pour l’essentiel des mobilisés, aucun combat n’éclate entre septembre 1939 et mai 1940, ce qui vaut à cette période l’appellation de Drôle de guerre, selon l’expression de Roland Dorgelès alors correspondant de guerre, dans Gringoire, en octobre 1939. Des escarmouches ont cependant lieu dans la Sarre, des combats opposent à Narvik les alliés aux Allemands en avril 1940, des prisonniers sont capturés des deux côtés : 1 % des prisonniers de guerre français sont capturés durant la Drôle de guerre. L’autre originalité réside dans l’obligation faite aux civils, devenus soldats, de mener une vie de caserne, en moins confortable, avec de nombreux désagréments : le courrier n’est pas distribué de manière satisfaisante entre le soldat et sa famille, si bien que les mandats ne sont pas assurés d’arriver à leur destinataire dans un délai raisonnable. Les vêtements chauds manquent, tout comme le tabac ou la nourriture. Le moral des troupes est faible, les premières permissions, destinées aux plus âgés, commencent à la fin du mois de novembre.

Une organisation se met peu à peu en place  : les affectés spéciaux – en grand partie de la main d’oeuvre industrielle – sontrappelés à l’arrière, près de chez eux, et retrouvent des conditions de vie agréables. Les hommes de plus de 40 ans, réservistes, ont fait venir leur famille auprès d’eux. Ils sont affectés dans les services et dans l’armée de l’intérieur. Enfin, des soldats sont « prêtés » à des civils, notamment des paysans, car l’économie tourne au ralenti par manque de main d’oeuvre. Cette pratique devient officielleen février 1940.

Les familles vivent cette période de la Drôle de guerre dans l’inquiétude et le désarroi. Outre l’attente de combats qui ne commencent pas, l’absence du soutien de famille crée des problèmes financiers, la femme devant avoir la procuration de son mari et apprendre à gérer seule le ménage. La force de travail du mobilisé fait défaut à de nombreuses professions, à commencer par les agriculteurs. Les permissions sont courtes et peu nombreuses.

L’offensive générale allemande commence le 10 mai 1940, la Blitzkrieg assure une progression très rapide dans le territoire français. Les combats sont violents. Les civils vivent ces événements avec inquiétude : non seulement c’est l’armée française qui se bat, mais ce sont aussi les membres de leur famille puisque l’armée française est constituée d’hommes mobilisés. La ligne Maginot étant réputée infranchissable, tout le monde – et pas seulement les Français- estimant que l’armée française est la meilleure armée du monde, la guerre ne peut être perdue. Les civils au plus près des combats, ceux du nord-est de la Seine, sont dans cet état d’esprit. Certes, le secret militaire crée un délai de deux à trois jours pour que des informations soient divulguées, mais ces civils assistent à des combats, voient des colonnes de prisonniers de guerre allemands, observent des colonnes de réfugiés fuyant les zones de front, constatent que les colonnes de prisonniers de guerre français sont de plus en plus nombreuses après le 6 juin date du franchissement de la Somme. Les combats sontrendus difficiles par l’inadéquation munitions/armes, le manque de matériel, les ordres contradictoires,surtout dans les divisions de réserve, rapidement en premières lignes puisque les Allemands n’attaquent pas là où l’armée française l’avait prévu. La ligne Maginot résiste de front, mais est prise à revers par les Allemands. Le maréchal Pétain demande l’armistice le 17 juin mais les civils n’ont pas besoin d’attendre ce jourpour constater la défaite française. Cette date marque un tournant dans la guerre, évidemment, mais aussi dans la captivité.

L’avant 17 juin, c’est la période des combats, des décès – les chiffres sont sujets à discussion, longtemps estimés à 100 000 hommes, revus à la baisse aussi bien par J.L Leleu, F. Passera., J. Quellien et M. Daeffler dans La France pendant la Seconde Guerre mondiale. Atlas Historique, chez Fayard – Ministère de la défense, en 2010 que par L’Histoire militaire de la France de H. Drévillon et O. Wieviorka (2018) qui évaluent les pertes militaires entre 55 000 et 65 000 pendant la Campagne de France. Le nombre de blessés s’élève à plus de 120 000. Durant ces cinq semaines de combat sont capturés 17 % des prisonniers de guerre français. L’après 17 juin est une période de grande confusion. Beaucoup de soldats pensent que l’armistice équivaut à la paix et arrêtent de se battre alors que l’armistice n’est signé que le 22 juin. De plus, la convention d’armistice organise la fin des combats entre deux gouvernements, donc la fin de la guerre, dans l’attente d’un traité de paix négocié. En effet, cette convention « peut-être dénoncée à tout moment pour prendre fin immédiatement par le Gouvernement allemand, si le Gouvernement français ne remplit pas les obligations par lui assumées dans la présente convention » (article 24). Dans la convention, il est prévu dans l’article premier que « les troupes françaises, déjà encerclées par les troupes allemandes, déposent immédiatement les armes ». Mais les soldats ne s’attendent pas à être faits prisonniers. Ils représentent 82 % des prisonniers de guerre français et se désignent parfois sous le terme de « prisonniers d’honneur », pensant être libérés rapidementL’article 20 stipule que « les membres des forces armées françaises qui sont prisonniers de guerre de l’armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu’à la conclusion de la paix. » Pour les soldats, cet article concerne les 17 % déjà prisonniers. Mais qu’ils soient prisonniers avant ou après le 17 juin, tous pensent rentrer bientôt chez eux.

1 850 000 soldats français deviennent prisonniers de guerre dont environ 29 000 officiers. 225 000 parviennent à s’évader ou sont libérés avant d’aller en Allemagne mais 1,6 million sont transférés en Allemagne soit près de 4 % de la population française de 1939. Et un million reste captif jusqu’en 1945. Ils ne subissent pas tous le même sort. Les 17 % capturés avant le 17 juin sont emmenés rapidement en Allemagne. Exténués par la violence des combats, abasourdis par la défaite, ils n’ont pas, sauf à de très rares exceptions, l’énergie pour fuir, et quand bien même ils l’auraient, ils pensent rentrer chez eux très vite. Ils sont emmenés, le plus souvent à pied, en Allemagne, nourris par les Français qui les voient passer, alors même que les Allemands évitent le plus possible les lieux habités par crainte d’une aide, d’une réaction pour les délivrer. Les hommes sont désarmés, sales, les unités mêlées en colonnes de deux, trois ou quatre. Certains sont blessés par les combats, beaucoup de blessures aux pieds sont provoquées par les longues marches (environ 50 km par jour). Les officiers font un effort pour garder une allure convenable, mais les hommes sont de plus en plus indisciplinés. Les prisonniers capturés après le 17 juin sont gardés dans des camps provisoires, les Frontstalags (écoles, casernes…) : les Allemands ne s’attendaient pas à une capture aussi massive, il leur faut s’organiser en Allemagne avant de pouvoir les accueillir. Les prisonniers français stationnent plusieurs semaines, voire plusieurs mois en France. Ils sont nourris en grande partie par la population française, reçoivent parfois la visite de leur famille. Restant pour l’essentiel inactifs, certains sont néanmoins employés alentour par des artisans ou des agriculteurs pour des travaux des champs. Cette possibilité d’employer la main d’oeuvre militaire a été développée, on s’en souvient, pendant la Drôle de guerre. Mais la situation a changé : les soldats sont maintenant prisonniers, sous tutelle des Allemands. Certains se posent des questions mais beaucoup font la démarche de demander cette main d’oeuvre aux Allemands. De petits Frontstalags sont d’ailleurs installés directement à la ferme, le gardien allemand passe tous les deux ou trois jours. Ces hommes sont ensuite emmenés progressivement en Allemagne, par train le plus souvent : certains partent à la fin de l’année 1940. Les soldats coloniaux restent dans les Fronstalags en France. Les Allemands ont de mauvais souvenirs de la présence de ces coloniaux après la Grande guerre, lors de l’occupation de la Rhénanie par l’armée française. Cet épisode est resté sous le terme de « honte noire » (voir à ce sujet le livre de Jean-Yves Le Naour, La Honte noire,Fayard, 2003). Par ailleurs, les coloniaux supportent mal le climat continental, tombent malades et ne peuvent plus travailler. Or si les Allemands gardent les Français prisonniers, c’est pour remplacer les Allemands devenus soldats et assurer le fonctionnement de l’économie du pays.

questionnaire sur la mémoire de la captivité

Bonjour à tous,

Après un long silence, dû à la rédaction d’un livre, je reviens vers le carnet.

J’ai orienté mes recherches sur deux axes complémentaires : l’impact de la captivité sur la société française et la transmission de la mémoire de la captivité par les familles. J’ai construit un questionnaire que je poste aujourd’hui sur mon carnet, pour augmenter mon corpus de sources :

  1. Quel est votre lien avec le prisonnier de guerre (PG) ?
  2. Quels étaient les nom, prénom, date de naissance, profession du PG au moment de sa capture ?
  3. Est-il marié ? A-t-il des enfants ?
  4. Où et dans quelles conditions est-il fait prisonnier ?
  5. Est-il détenu en Stalag ou en Oflag ? Le même ou plusieurs durant sa captivité ?
  6. S’il est détenu en Stalag, à quel Kommando est-il affecté ?
  7. A quelle date et par qui est-il libéré ?
  8. Dans quel état de santé rentre-t-il ? Son caractère a-t-il changé ?
  9. Reprend-il son métier d’avant guerre ou bien en change-t-il ?
  10. A-t-il des enfants après la guerre ?
  11. La captivité est-elle un sujet de conversation dans la famille ?
  12. Y a-t-il des époques plus favorables aux souvenirs  ? (la retraite du PG par exemple)
  13. Des événements précis déclenchent-ils les souvenirs ?
  14. L’ex PG a-t-il un interlocuteur privilégié dans la famille ?
  15. L’ex PG a-t-il conservé des objets, des souvenirs de la captivité ?
  16. La femme du PG évoque-t-elle sa vie durant la captivité de son mari ?
  17. Estimez-vous que la captivité a eu une influence sur la vie familiale ?
  18. A quel moment vous intéressez-vous à la captivité de votre aïeul ? Y-a-t-il un événement déclencheur ?
  19. De quelle manière vous y intéressez-vous ? (lectures, plongée dans les archives familiales …)
  20. Êtes-vous intéressé(e) par la captivité en général ou uniquement par la captivité d’un membre de votre famille ?
  21. Avez-vous sollicité l’ex-PG pour qu’il vous parle de sa captivité ?

N’hésitez pas à rajouter d’autres précisions qui ne figureraient pas dans ce questionnaire. Il est long, merci du temps que vous y consacrerez.

L’entrée en Allemagne

Comme nous sommes en période de vacances, j’ai entrepris de commencer par le quatrième thème, c’est-à-dire le passage de la frontière des prisonniers de guerre et leur entrée en Allemagne.

J’ai commencé par la lecture de témoignages de prisonniers relatés soit immédiatement dans des carnets publiés ensuite ou retrouvés par les familles, soit plus tard – de la fin de la guerre jusqu’aux années 1980, moment où la mémoire des prisonniers de guerre sort de l’ombre -. Pour l’instant, il apparaît que le passage non pas de la mais des frontières (souvent Belgique, Luxembourg puis Allemagne) se fait le plus souvent par train. Les quelques prisonniers qui en parlent évoquent un accueil neutre des Allemands, sans cri ni haine et en sont étonnés.

Mais je me suis également tournée vers le DHI – Institut historique allemand (http://www.dhi-paris.fr/) – pour étudier le passage et le déplacement des prisonniers du côté allemand. Je recommande chaudement le DHI à tous ceux qui ne le connaissent pas  et qui travaillent sur l’Allemagne et les rapports Allemagne-France de l’Antiquité à nos jours. La bibliothèque est magnifique, située dans un hôtel particulier du Marais à Paris, l’accueil est remarquable, les bibliothécaires très efficaces. Ne connaissant pas les sources et archives allemandes, ni où les trouver, j’ai posé des questions hier et ai reçu une réponse très complète quelques heures après. Ce dynamisme est très motivant et va me permettre une vision croisée.

Quatre thèmes d’étude (pour l’instant….)

La lecture du livre de Sylvain Rappaport, La Chaîne des forçats, m’a fourni de nombreuses idées et permis, en complétant avec mes connaissances, d’aboutir à quatre thèmes (pour l’instant…) :

1) La défaite, au regard des vainqueurs, les Allemands; au regard des PG mais aussi de la population française.

2) Le transfert : son organisation  par les Allemands : volonté de créer à ce moment une image particulière ? de mettre en place un transfert rapide ou au contraire lent ?…mais aussi le ressenti des PG.

3) L’intervention d’institutions : le respect de la Convention de Genève ? le rôle de la Croix Rouge ? des Eglises ? du gouvernement français (les PG ne sont pas transférés dès leur capture) et/ou des autorités locales.

4) L’Allemagne : le passage de la frontière fait-il l’objet d’un cérémonial ? les réactions de la population allemande ? les réactions des PG ?

J’ai déjà travaillé sur des sources allemandes (les photographies prises par les soldats allemands du transfert des PG, conservées à l’ECPAD)  et sur les témoignages des Français (PG et civils), mais pas avec ces quatre thèmes. Je fais donc affiner cela et me mettre à la recherche des sources allemandes, car le dernier thème est le plus neuf pour moi. Je suis preneuse de toutes suggestions, concernant notamment les sources en Allemagne.

L’entrée dans la captivité

C’est le ressenti du prisonnier de guerre qui m’intéresse actuellement. Comment se fait et surtout comment est vécue l’entrée dans la captivité pour un soldat français en 1940 ? Je pense ici aux différentes conditions de la capture, mais aussi à tout ce qui dépouille le soldat de son identité militaire (en tenant compte des différences entre les militaires de carrière et les mobilisés) et de la confiscation de ses souvenirs personnels. Puis ce soldat, qui n’en est plus un puisqu’il est désarmé mais reste néanmoins en uniforme, dans un statut étrange, est emmené en Allemagne. Dans quelles conditions et comment perçoit-il ce déplacement et cette arrivée dans un nouveau pays ?

Deux livres m’inspirent actuellement pour y réfléchir :

– les prisonniers de guerre allemands de Fabien Théophilakis, Fayard, 2014

-la chaîne des forçats (1792-1836) de Sylvain Rappaport, Aubier, 2006

Dans un premier temps, je vais m’appuyer sur des témoignages que j’avais recueillis et sur les nombreux livres écrits par les prisonniers de guerre.

Au commencement…

C’est en lisant le livre de Catherine Nay paru en 1984 Le Noir et le Rouge. Histoire d’une ambition, consacré à François Mitterrand, que j’ai trouvé mon sujet de maîtrise. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Mitterrand, en stalag, a participé à la rédaction du journal de son camp. Comme l’étude des journaux constitue généralement les premiers pas d’une recherche historique, je me suis lancée, sur les conseils de Jean-Jacques Becker et Jean-François Sirinelli, dans l’analyse des journaux de trois stalags : L’Equipe du stalag XVIIA, L’Ephémère du stalag IXA – auquel François Mitterrand a participé – et L’Optimiste puis le Piaf, du stalag IIB. Mes axes de recherche étaient doubles : comprendre comment des hommes mobilisés ont vécu une captivité dont la durée leur était inconnue, et tenter d’apporter un éclairage nouveau sur ces hommes de l’entre-deux guerres qui restèrent captifs, en pleine force de l’âge, durant cinq années. Je soutins ma maîtrise en 1987.

Je souhaitais continuer sur ce sujet et notamment sur la propagande notamment celle réalisée par le maréchal Pétain dans les camps mais Yves Durand l’avait déjà largement abordé dans le livre fondateur des recherches sur les prisonniers de guerre paru en 1980 : La captivité : Histoire des prisonniers de guerre français : 1939-1945, FNCPG-CAMT. Une maîtrise, soutenue par Philippe Goldman, avait étudié La propagande allemande auprès des prisonniers de guerre à travers le Trait d’Union, 1940-1945. D’anciens prisonniers de guerre, rencontrés pour ma maîtrise, m’avaient majoritairement exprimé leur déception de ne pas avoir été objets de recherche jusqu’alors. Ils l’expliquaient par le fait que les Français ne les aimaient pas car ils avaient été particulièrement soutenus par la propagande du Maréchal pendant la guerre. Cette réflexion m’avait marqué, mais je n’y avais pas vu (encore) un sujet possible.

Cherchant un sujet de DEA, Jean-Pierre Rioux me signale que les archives du Centre national de la cinématographie sont très peu exploitées. Je commence alors une recherche sur La politique du festival de Cannes (1946-1959) sous la direction de Serge Berstein, que je soutiens en 1994 à l’institut d’études politiques de Paris. Pouvais-je continuer dans cette voie ? Difficilement et pour deux raisons : il est difficile de travailler dans les milieux du cinéma, très fermés et les archives du CNC n’étaient pas classées. Plusieurs années de travail en perspective avant de pouvoir commencer les recherches ! Néanmoins, je ne me suis pas fourvoyée dans ce thème puisque de multiples discussions avec mon frère m’amène à comprendre que je peux continuer à travailler sur le cinéma tout en y associant les prisonniers de guerre, le nombre de films sur ce thème étant important. J’ai élargi cette idée et j’ai donc finalement commencé une thèse sur L’Image des prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale – 1940-2000, sous la direction de Jean-Jacques Becker, que j’ai soutenu en décembre 2002. La réalisation de cette thèse a duré huit années, car je travaillais à temps plein en même temps, professeur d’histoire-géographie en lycée depuis 1992.

Prisonniers de guerre

Ce carnet de recherches a pour but de prolonger le travail de recherche effectué dans le cadre d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à Paris X-Nanterre en 2002, sous la direction de Jean-Jacques Becker. Le sujet en était : ” L’image des prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale (1940-2000)” . À la différence des prisonniers de guerre de la Grande guerre, ceux de la Seconde n’ont jamais été oubliés. Grâce au film La Grande Illusion, qui sort en 1937 et ressort en 1946, ils sont dans tous les esprits, d’autant que chaque famille connaît un prisonnier. Une image schématique, mais dans laquelle les Français se reconnaissent, se développe : les prisonniers sont des victimes, des Français moyens. Cette image naît pendant la guerre et se maintient après, grâce au cinéma, à la littérature, et à des témoignages autocensurés pour correspondre à l’image déjà construite. Craignant de devoir se justifier de la défaite française, les prisonniers de guerre s’auto-épurent en effet et opèrent un tri dans leurs récits : or l’image de l’opinion publique à leur égard n’est négative que durant l’été et l’automne 1945, en liaison avec le procès Pétain. Mais ils sont reconnus officiellement comme des combattants dès 1949. Cette image constamment présente dans la société évolue peu, et seulement en fonction des capacités d’identification et des aspirations des Français : le prisonnier de guerre est un homme ordinaire face au résistant gaullien dans les années 1960 ; il n’aime pas la guerre alors que la décolonisation bat son plein ; il témoigne que l’ennemi peut être humain quand la Guerre froide diabolise l’autre. Dès les années 1950, des voix très minoritaires s’élèvent au sein de la communauté des anciens prisonniers contre cette image qui ne met en valeur ni leurs souffrances particulières, ni les valeurs auxquelles ils sont attachées. Les années 1970, qui éclairent les zones de la Seconde Guerre mondiale jusque là restées dans l’ombre, sont le moment choisi par les prisonniers pour rétablir une image plus conforme à ce qu’ils ont subi, sans succès cependant, les Français ne pouvant s’identifier à une image trop précise. Pour intégrer cet échec, les anciens prisonniers développent aujourd’hui l’idée selon laquelle chaque captivité étant unique, aucune image ne saurait être fidèle. J’ai élargi mes recherches tout d’abord dans un ouvrage paru en 2010 chez Economica : Les Prisonniers de guerre français. Enjeux militaires et stratégiques (1914-1918 et 1940-1945). Je suis actuellement deux axes de recherche : – le transfert des prisonniers de guerre en 1940 et leur arrivée en Allemagne. J’ai commencé à travailler sur le regard des civils sur le transfert des prisonniers de guerre français en Allemagne en 1940, dans une communication au colloque international d’histoire militaire de Trieste (« Conflits militaires et populations civiles : guerres totales, guerres limitées et guerres asymétriques ») en 2008 (Actes édités par la Commission italienne d’histoire militaire à Rome en 2009); – les universités dans les camps de prisonniers de guerre en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (article sur les universités dans les Oflags à paraître dans la revue Inflexions).