À propos

L’objectif de ce blog est de partager mes recherches, d’échanger avec des chercheurs et des témoins ou leurs descendants. Je suis également à la recherche de témoignages (sous toutes les formes, papiers personnels, archives, témoignages oraux) sur l’histoire des prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, suggestions ou à m’indiquer des pistes de recherche

5 réflexions sur « À propos »

  1. Madame

    Je viens vers vous car j »ai été contacté via le réseau Facebook par un passionné d’histoire qui a appris que j’avais travaillé durant mes études sur les prisonniers de guerre en Allemagne (1988/91).

    Sous la direction d’Yves Durand qui était spécialiste de la captivité à l’université d’Orléans, j’ai donc réalisé un mémoire de maîtrise puis un DEA sur les prisonniers de guerre du Wehrkries IV en Saxe. Si j’ ai obtenu mes examens, il y encore un tome qui reste inachevé alors qu’il est presque terminé et surtout je n’ ai utilisé à mon sens que près de 30 ou 40 % de toutes les notes que j’ai pu prendre.
    De même, je dispose d’une cinquantaine de cassettes audio d’interview de PG (genre walkman) stockés dans le garage de mes parents et que je n’ai pas pris le temps de donner aux archives nationales ou aux archives militaires.
    En fait, je cherche un étudiant qui serait intéressé par l’étude des prisonniers de guerre dans cette région d’Allemagne et qui serait à même de reprendre sous la direction d’un professeur émérite toutes mes notes pour poursuivre le travail engagé.
    Auriez-vous des contacts auprès de professeurs universitaires spécialistes de la question ou bien d’étudiants avec qui vous êtes en contact et qui souhaiteraient s’engager dans ses études.
    J’habite toujours dans Loiret à une vingtaine de kilomètres d’Orléans
    merci d’avance pour votre réponse
    JM Roig
    directeur de collège à Cléry-Saint -André dans le Loiret
    0675747866

    • Bonjour Monsieur,

      Merci pour votre message. Je ne dirige pas de recherches et ne suis pas en contact avec le monde étudiant. Mais vos archives pourraient effectivement être déposées au Service Historique de l’Armée, à Vincennes.
      Je travaille actuellement sur ce que j’appelle pour l’instant « le retour d’expérience » des prisonniers de guerre : comment les connaissances, les techniques professionnelles, les gestes appris en captivité ont été réutilisés après la guerre professionnellement par les PG. Ou bien la captivité a-t-elle provoqué une réorientation professionnelle ?
      Avez-vous des archives concernant ces thèmes ?
      En vous remerciant encore de votre message
      Bien cordialement
      Evelyne Gayme

  2. Bonjour,

    je vous envoie ce message afin de vous demander conseille. je suis étudiant à l’université de Bourgogne à la faculté de sciences humaines et plus spécifiquement en master d’histoire. je souhaite écrire mon mémoire de master 1 sur le Fronstalag 155, qui fut établi sur la base aérienne 102 de Longvic-lès-Dijon de juillet 1940 à avril 1941. De là ont transité entre 30.000 et 40.000 prisonniers de guerres français, dont un nombre non négligeable provenaient des colonies françaises ( les fameux tirailleurs sénégalais).
    Cependant, et c’est là que requière vos conseils, je n’arrive guère à trouver de témoignages et des documents mentionnant ce camps de transit, où alors de manière si éparse que je ne peux espérer écrire près de 100 pages sur le sujet…

    Avez-vous une méthodologie particulière à me conseiller? Des archives spécifiques?

    Respectueusement votre.

    Paul Dellac-Héberlé

    • Bonjour,
      Sur les Frontstalags, les archives nationales à Paris ont conservé les copies de dossiers par Frontstalags qui se trouvent aussi au Bureau des Archives des victimes des conflits contemporains à Caen : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/series/pdf/619MI.pdf

      Sinon l’historienne spécialiste des PG indigènes, c’est Armelle Mabon qui est maitre de conférences à l’Université de Bretagne Sud : armelle.mabon@univ-ubs.fr. Dans son livre PG « Indigènes », La Découverte, 2010, elle indique des sources au Service historique de la Défense à Vincennes et au centre des Archives d’outre mer. Je vous conseille d’entrer en contact avec elle et avec les services d’archives.
      Sinon sur le lieu d’implantation du Frontstalag, peut-être des traces à la mairie, à la bibliothèque…ou si vous avez des noms de PG, peut-être savez-vous chez qui ils étaient employés (paysans, petites entreprises locales…) , ou bien de quel territoire ils venaient et écrire aux mairies locales. Peut-être des PG décédés, allez voir les carrés militaires dans les cimetières
      Si vous n’avez pas assez de sources, ce peut-être intéressant de comparer plusieurs frontstalags. Je ne connais pas spécifiquement ce camp évidemment, mais savez-vous pourquoi il ferme en avril 1941. Par quoi est-il remplacé ? Où sont envoyés les coloniaux après avril 41 ? . Vous pourriez alors faire l’histoire d’un lieu avec ces différentes utilisations.
      Désolée de ne pas pouvoir être plus précise
      Cordialement
      E. Gayme

  3. Bonjour,

    Je souhaiterais vous faire partager « KG, récit d’un évadé », un film documentaire réalisé sur l’évasion de mon grand-père, Jean Guillermo, prisonnier de guerre dans un kommando du stalag VC en Allemagne en 1941. Ce film démontre concrètement qu’une chaîne humaine, spontanée et solidaire dans l’Alsace, la Lorraine, la Champagne-Ardenne de 1941 a permis la survie d’un homme.

    Mettant en scène de nombreuses archives (photos, films), ce document illustre mot pour mot son rapport d’évasion. Cette histoire, vraie, est une aventure humaine. Celle d’une quête de la liberté, pleine d’espoir et d’émotion, dont l’issue est le fruit de femmes et d’hommes de bonne volonté et de la détermination d’un homme.

    Au service du devoir de mémoire, ce film est un objet pédagogique pour tout public.

    Voir « KG, récit d’un évadé » : https://youtu.be/hbkgavl_6aA

    N’hésitez pas à partager cette vidéo auprès de vos publics, sur votre site, réseaux sociaux…

    Cordialement,
    Mathieu Guillermo

Répondre à Evelyne Gayme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.