Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 1

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Épisode 1 : Des civils deviennent soldats puis prisonniers

Le 2 septembre 1939, la mobilisation générale est décrétée. Intervenant dans un contexte politique tendu, elle ne surprend pas la population, l’armée française a été plusieurs fois mise en alerte depuis 1936 et la remilitarisation de la Rhénanie. La France déclare la guerre à l’Allemagne le lendemain.

La mobilisation s’adresse à cinq millions d’hommes sur 41,2 millions d’habitants soit 12 % de la population. Vingt-neuf classes d’âge sont concernées, de la classe 1909 à la classe 1939, mais les hommes les plus âgés – classes 1909, 1910, 1911, sont démobilisés à la fin de l’année 1939. Seulement 600 000 mobilisés (soit 12 %) ont entre 20 et 25 ans. La moitié des mobilisés est reversée dans les unités combattantes, formées de 20 divisions d’active, bien entraînées avec du matériel performant et de 74 divisions de réserve, rassemblant des hommes plus âgés, moins bien armées. Ces divisions de réserve stationnent à des positions moins stratégiques.

Cette mobilisation est originale pour deux raisons. D’abord parce que le passage de la vie civile aux combats est d’ordinaire très courte. Or en 1939, pour l’essentiel des mobilisés, aucun combat n’éclate entre septembre 1939 et mai 1940, ce qui vaut à cette période l’appellation de Drôle de guerre, selon l’expression de Roland Dorgelès alors correspondant de guerre, dans Gringoire, en octobre 1939. Des escarmouches ont cependant lieu dans la Sarre, des combats opposent à Narvik les alliés aux Allemands en avril 1940, des prisonniers sont capturés des deux côtés : 1 % des prisonniers de guerre français sont capturés durant la Drôle de guerre. L’autre originalité réside dans l’obligation faite aux civils, devenus soldats, de mener une vie de caserne, en moins confortable, avec de nombreux désagréments : le courrier n’est pas distribué de manière satisfaisante entre le soldat et sa famille, si bien que les mandats ne sont pas assurés d’arriver à leur destinataire dans un délai raisonnable. Les vêtements chauds manquent, tout comme le tabac ou la nourriture. Le moral des troupes est faible, les premières permissions, destinées aux plus âgés, commencent à la fin du mois de novembre.

Une organisation se met peu à peu en place  : les affectés spéciaux – en grand partie de la main d’oeuvre industrielle – sontrappelés à l’arrière, près de chez eux, et retrouvent des conditions de vie agréables. Les hommes de plus de 40 ans, réservistes, ont fait venir leur famille auprès d’eux. Ils sont affectés dans les services et dans l’armée de l’intérieur. Enfin, des soldats sont « prêtés » à des civils, notamment des paysans, car l’économie tourne au ralenti par manque de main d’oeuvre. Cette pratique devient officielleen février 1940.

Les familles vivent cette période de la Drôle de guerre dans l’inquiétude et le désarroi. Outre l’attente de combats qui ne commencent pas, l’absence du soutien de famille crée des problèmes financiers, la femme devant avoir la procuration de son mari et apprendre à gérer seule le ménage. La force de travail du mobilisé fait défaut à de nombreuses professions, à commencer par les agriculteurs. Les permissions sont courtes et peu nombreuses.

L’offensive générale allemande commence le 10 mai 1940, la Blitzkrieg assure une progression très rapide dans le territoire français. Les combats sont violents. Les civils vivent ces événements avec inquiétude : non seulement c’est l’armée française qui se bat, mais ce sont aussi les membres de leur famille puisque l’armée française est constituée d’hommes mobilisés. La ligne Maginot étant réputée infranchissable, tout le monde – et pas seulement les Français- estimant que l’armée française est la meilleure armée du monde, la guerre ne peut être perdue. Les civils au plus près des combats, ceux du nord-est de la Seine, sont dans cet état d’esprit. Certes, le secret militaire crée un délai de deux à trois jours pour que des informations soient divulguées, mais ces civils assistent à des combats, voient des colonnes de prisonniers de guerre allemands, observent des colonnes de réfugiés fuyant les zones de front, constatent que les colonnes de prisonniers de guerre français sont de plus en plus nombreuses après le 6 juin date du franchissement de la Somme. Les combats sontrendus difficiles par l’inadéquation munitions/armes, le manque de matériel, les ordres contradictoires,surtout dans les divisions de réserve, rapidement en premières lignes puisque les Allemands n’attaquent pas là où l’armée française l’avait prévu. La ligne Maginot résiste de front, mais est prise à revers par les Allemands. Le maréchal Pétain demande l’armistice le 17 juin mais les civils n’ont pas besoin d’attendre ce jourpour constater la défaite française. Cette date marque un tournant dans la guerre, évidemment, mais aussi dans la captivité.

L’avant 17 juin, c’est la période des combats, des décès – les chiffres sont sujets à discussion, longtemps estimés à 100 000 hommes, revus à la baisse aussi bien par J.L Leleu, F. Passera., J. Quellien et M. Daeffler dans La France pendant la Seconde Guerre mondiale. Atlas Historique, chez Fayard – Ministère de la défense, en 2010 que par L’Histoire militaire de la France de H. Drévillon et O. Wieviorka (2018) qui évaluent les pertes militaires entre 55 000 et 65 000 pendant la Campagne de France. Le nombre de blessés s’élève à plus de 120 000. Durant ces cinq semaines de combat sont capturés 17 % des prisonniers de guerre français. L’après 17 juin est une période de grande confusion. Beaucoup de soldats pensent que l’armistice équivaut à la paix et arrêtent de se battre alors que l’armistice n’est signé que le 22 juin. De plus, la convention d’armistice organise la fin des combats entre deux gouvernements, donc la fin de la guerre, dans l’attente d’un traité de paix négocié. En effet, cette convention « peut-être dénoncée à tout moment pour prendre fin immédiatement par le Gouvernement allemand, si le Gouvernement français ne remplit pas les obligations par lui assumées dans la présente convention » (article 24). Dans la convention, il est prévu dans l’article premier que « les troupes françaises, déjà encerclées par les troupes allemandes, déposent immédiatement les armes ». Mais les soldats ne s’attendent pas à être faits prisonniers. Ils représentent 82 % des prisonniers de guerre français et se désignent parfois sous le terme de « prisonniers d’honneur », pensant être libérés rapidementL’article 20 stipule que « les membres des forces armées françaises qui sont prisonniers de guerre de l’armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu’à la conclusion de la paix. » Pour les soldats, cet article concerne les 17 % déjà prisonniers. Mais qu’ils soient prisonniers avant ou après le 17 juin, tous pensent rentrer bientôt chez eux.

1 850 000 soldats français deviennent prisonniers de guerre dont environ 29 000 officiers. 225 000 parviennent à s’évader ou sont libérés avant d’aller en Allemagne mais 1,6 million sont transférés en Allemagne soit près de 4 % de la population française de 1939. Et un million reste captif jusqu’en 1945. Ils ne subissent pas tous le même sort. Les 17 % capturés avant le 17 juin sont emmenés rapidement en Allemagne. Exténués par la violence des combats, abasourdis par la défaite, ils n’ont pas, sauf à de très rares exceptions, l’énergie pour fuir, et quand bien même ils l’auraient, ils pensent rentrer chez eux très vite. Ils sont emmenés, le plus souvent à pied, en Allemagne, nourris par les Français qui les voient passer, alors même que les Allemands évitent le plus possible les lieux habités par crainte d’une aide, d’une réaction pour les délivrer. Les hommes sont désarmés, sales, les unités mêlées en colonnes de deux, trois ou quatre. Certains sont blessés par les combats, beaucoup de blessures aux pieds sont provoquées par les longues marches (environ 50 km par jour). Les officiers font un effort pour garder une allure convenable, mais les hommes sont de plus en plus indisciplinés. Les prisonniers capturés après le 17 juin sont gardés dans des camps provisoires, les Frontstalags (écoles, casernes…) : les Allemands ne s’attendaient pas à une capture aussi massive, il leur faut s’organiser en Allemagne avant de pouvoir les accueillir. Les prisonniers français stationnent plusieurs semaines, voire plusieurs mois en France. Ils sont nourris en grande partie par la population française, reçoivent parfois la visite de leur famille. Restant pour l’essentiel inactifs, certains sont néanmoins employés alentour par des artisans ou des agriculteurs pour des travaux des champs. Cette possibilité d’employer la main d’oeuvre militaire a été développée, on s’en souvient, pendant la Drôle de guerre. Mais la situation a changé : les soldats sont maintenant prisonniers, sous tutelle des Allemands. Certains se posent des questions mais beaucoup font la démarche de demander cette main d’oeuvre aux Allemands. De petits Frontstalags sont d’ailleurs installés directement à la ferme, le gardien allemand passe tous les deux ou trois jours. Ces hommes sont ensuite emmenés progressivement en Allemagne, par train le plus souvent : certains partent à la fin de l’année 1940. Les soldats coloniaux restent dans les Fronstalags en France. Les Allemands ont de mauvais souvenirs de la présence de ces coloniaux après la Grande guerre, lors de l’occupation de la Rhénanie par l’armée française. Cet épisode est resté sous le terme de « honte noire » (voir à ce sujet le livre de Jean-Yves Le Naour, La Honte noire,Fayard, 2003). Par ailleurs, les coloniaux supportent mal le climat continental, tombent malades et ne peuvent plus travailler. Or si les Allemands gardent les Français prisonniers, c’est pour remplacer les Allemands devenus soldats et assurer le fonctionnement de l’économie du pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.