La captivité de Monsieur M. ou comment débuter des recherches sur un prisonnier de guerre

En ce début d’année, j’ai été sollicitée pour aider à débuter des recherches sur un prisonnier de guerre que nous appellerons Monsieur M. Et j’ai pensé qu’il serait intéressant, chers lecteurs, de montrer qu’avec peu de documents et des recherches simples sur internet, on peut faire surgir le parcours d’un captif pendant la Seconde Guerre mondiale.

La famille m’a fourni deux documents : 

  • l’acte de naturalisation de Monsieur M. Né en Pologne, il devient français en décembre 1930 et cette naturalisation est confirmée par le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, en juillet 1941.
  • l’acte de démobilisation qui indique l’identité, la situation familiale, le régiment, le grade, la date de capture, le Stalag, la date de libération du camp, la date d’arrivée à Paris et la date de démobilisation.

En y ajoutant le site Bibliotheca Andana pour le Stalag, le site du régiment et les listes de prisonniers de guerre disponibles sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale, voici ce que j’ai trouvé :

– Monsieur M. est réserviste rappelé sous les drapeaux. A cette époque, il est marié et a un enfant de 7 ans environ et un autre qui vient de naître (ou qui va naître). Il est mobilisé à Niort le 24 août 1939. Il est 2ème classe au 220ème R.A.N.A, le régiment d’artillerie nord-africain.

– son régiment se bat dans les Ardennes en octobre 1939, et au moment de la campagne de France, en mai 1940, combat dans la Meuse et l’Argonne. Il couvre le repli de sa division vers les Vosges et un violent combat, le 13 juin à Charmont dans la Marne, permet la destruction de nombreux blindés allemands mais provoque également la mort de 42 artilleurs français. La batterie est citée à l’ordre de l’armée. Il faudrait chercher précisément à Vincennes s’il a été engagé dans le combat (il appartient au 5ème groupe).

– le chef de corps du régiment est fait prisonnier près de Contrexéville le 21 juin, ce qui correspond exactement à la date et au lieu de capture de Monsieur M. (Forcelles sous Gugney est au Nord de Contrexéville), donc il est fait prisonnier avec son chef de corps. L’unité continue de se battre après, ce qui signifie que cette unité n’a pas entendu ou pas suivi le message de Pétain du 17 juin disant qu’il fallait cesser le combat. Près de la moitié des PG sont faits prisonniers entre le 17 et le 25 juin.

– je ne sais pas où il est détenu en France ensuite. Forcément dans un Frontstalag (camp en France), mais je n’ai pas trouvé lequel : j’ai cherché dans les listes de prisonniers de guerre sur Gallica (Bibliothèque nationale). Ce sont les listes communiquées par les autorités allemandes aux autorités françaises (centre national d’information sur les PG)  : son nom apparaît dans le bulletin n°20, à la date du 23 septembre 1940. Ca signifie que sa famille sait officiellement qu’il est prisonnier de guerre (elle a pu le savoir avant, des prisonniers demandaient aux habitants des lieux où ils étaient capturés de prévenir leur famille). Mais avant le 5 octobre, les autorités allemandes n’indiquent pas le numéro du Frontstalag. Je pense qu’il est possible de trouver ce renseignement dans les archives de la Croix Rouge. Les Allemands indiquent le numéro du Stalag dans ces bulletins à partir du 14 novembre. Les captifs du mois de mai sont convoyés vers l’Allemagne à pied. Ceux du mois de juin, comme Monsieur M., restent plusieurs semaines, voire plusieurs mois dans des Frontstalags. 

– Il fait apparemment toute sa captivité au Stalag XII A : c’est à Limburg, en Hesse, à une centaine de kilomètres à l’Est de Coblence et au Nord de Wiesbaden. Sur le site de Bibliotheca Andana (site belge, fiable, https://www.bibliotheca-andana.be/?page_id=255219) on trouve des numéros du journal du camp (n°3 le 19 janvier 1941, hebdomadaire). Le journal est édité chez un éditeur allemand à Limburg, la convention de Genève prévoit que les PG aient un journal et les Allemands l’encouragent pour occuper les PG. La date de parution est assez précoce, ce qui laisse penser que le camp fonctionne bien à cette date.

– Monsieur M. ne reste probablement pas au camp : dans les Stalags, le camp central est un lieu administratif où les prisonniers restent peu (sauf ceux qui travaillent à la poste, au journal), donc il y a de très fortes probabilités qu’il ait été envoyé pour travailler dans un kommando (les PG servent de main d’oeuvre pour les Allemands, ils remplacent les soldats dans l’économie allemande). Les kommandos au XII A sont variés : kommandos agricoles, kommandos industriels (usine Mercédès-Benz, usine Lang, fabrique d’appareils électriques, de tuyaux, usine de produits chimiques, de cuivres, aciérie Bockling, fonderie, laminoirs), mais aussi usines d’armement (théoriquement les PG ne peuvent travailler dans les usines d’armement d’après la convention de Genève, mais néanmoins, des commandos du XII A travaillent dans des  fabriques de bombes, d’obus, des usines de munitions, de tôles pour blindage) et aussi des mines de cuivre, de plomb et une carrière de pierre. Certains ont aussi construit un terrain d’aviation. Il s’agit ici de gros kommandos (plusieurs centaines d’hommes), mais il a pu aussi être le seul prisonnier chez un paysan ou un boulanger. Là aussi, chercher dans les archives de la Croix-Rouge qui fournit aux familles les adresses pour écrire aux PG (le numéro du kommando devrait être indiqué), ou alors, peut-être, des souvenirs familiaux…Le site de Bibliotheca Andana que j’ai indiqué plus haut fournit aussi des listes d’activités dans les différents kommandos : pour certains, il est indiqué que le travail est pénible, qu’il y a des épidémies (diphtérie, dysenterie par exemple), que les PG reçoivent des vêtements et des chaussures (de la Croix Rouge ou de Pétain), que des PG sont morts lors de bombardements… son camp compte un peu moins de 18 000 hommes en 1945

– Le Stalag XII A est libéré par les Américains le 29 mars 1945, il est indiqué sur l’acte de démobilisation qu’il a été récupéré au cours de l’avance alliée en territoire allemand, ce qui signifie qu’il n’était pas au camp principal mais dans un kommando. Les Stalags de l’Ouest ont globalement attendu que les alliés occidentaux viennent, à la différence des Stalags de l’Est où les Allemands ont fui l’avancée soviétique en déplaçant avec eux les PG. Il arrive à Paris le 18 avril 1945, soit une vingtaine de jours après l’arrivée des Américains. Aucun indice ne permet de savoir s’il est rentré en avion ou en train. Le train est plus probable.

– Ensuite il doit retourner à Niort (là où il a été mobilisé) pour y être démobilisé, c’est-à-dire ne plus être soldat et pouvoir toucher sa solde de soldat. Et ensuite il rentre chez lui, à Nantes (je suppose, c’est son ancienne adresse, sa femme et deux enfants l’y attendent), mais il se peut que la famille se soit déplacée parce que la vie à la campagne est plus facile qu’en ville, que les femmes de PG souvent retournaient vivre chez leurs parents ou beaux parents. Et Nantes a connu beaucoup de bombardements entte 1941 et 1944.

Voilà… pour continuer : les archives de Vincennes ( les archivistes sont très sympathiques et guident très bien) et les archives de la Croix Rouge (un formulaire à compléter) et peut-être des sources familiales qui peuvent ressurgir à la suite de cette première ébauche.



Citer ce billet
Evelyne Gayme (2022, 2 janvier). La captivité de Monsieur M. ou comment débuter des recherches sur un prisonnier de guerre. Prisonniers de guerre. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/stbx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.