Compte-rendu du guide d’orientation sur les prisonniers de guerre dans les fonds d’archives : indispensable mais à compléter

De retour sur ce blog, je vais vous présenter un livre indispensable d’Alain Alexandra : Retrouver un prisonnier de guerre XVIIIe – XXe siècles. Guide d’orientation dans les fonds d’archives, Paris, Archives & Culture, Service historique de la Défense, 2021, 111 pages.

Alain Alexandra, qui dirige la division des archives des victimes des conflits contemporains du Service historique de la Défense (SHD) à Caen, a eu l’excellente idée de rédiger un guide d’orientation des fonds d’archives pour retrouver un prisonnier de guerre, captif entre les XVIIIe et XXe siècles. Depuis les années 1990, la volonté des descendants de prisonniers de guerre (PG) de retrouver ou de se renseigner sur leur parent captif durant la Seconde Guerre mondiale –  conflit ayant compté le plus grand nombre de PG avec 1 850 000 hommes – croît chaque année. Les autres captivités sont, par ricochet, redécouvertes.

Les PG recherchés dans ce livre sont des militaires capturés par l’armée ennemie. Les otages civils ne sont logiquement pas évoqués puisque Monsieur Alexandra a axé son travail sur les archives de la captivité militaire. Il s’adresse aux historiens, aux généalogistes « pour répondre à quelques questions simples » (p. 3) et liste d’abord les principaux lieux de conservation d’archives, classés par conflit avec parfois des captures d’écran pour présenter le site, comme avec le Comité International de la Croix-Rouge. Si l’essentiel des lieux de conservation d’archives sont indiqués dans ce guide, on peut cependant y ajouter les archives privées déposées à la bibliothèque de Sciences Pô à Paris, les archives que les associations d’anciens prisonniers de guerre, comme la FNCPG-ATM, possèdent, soit sous forme de papier soit informatisée, ou comme l’association Mémoire et Avenir qui numérise des archives et des objets. Enfin, le guide ne fait pas mention des archives photographiques disponibles à l’ECPAD, au fort d’Ivry.

Chaque période – l’Ancien Régime jusqu’en 1871, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et l’Indochine – commence par un témoignage qui permet de prendre la mesure de cette captivité et de fournir un exemple des formes et aspects que prennent les sources. Une riche iconographie accompagne le livre, tout à la fois illustrative et explicative. Et, par guerre, les cotes détaillées des archives sont listées, ce qui est, pour commencer une recherche, un gain de temps considérable.

Penchons-nous plus particulièrement sur les archives des prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale (à partir de la page 50) – ce thème étant plus particulièrement l’objet de ce blog -. Un lexique introduit le sujet, suivi par un témoignage et des pages bien venues concernant la contextualisation, de la capture en France ou sur les terrains de combat de la France libre, jusqu’au départ vers l’Allemagne, leur vie en Allemagne. Les archives créées par la politique de Vichy pour gérer les PG dans leur vie quotidienne dans les camps et pour le rapatriement sont présentées ainsi que des précisions offrant des pistes de recherche pour les cas moins connus peut-être des Alsaciens-Mosellans qui ont servi dans l’armée allemande et sont capturés par les Soviétiques, ou bien les PG aux mains des Japonais. Enfin les mémoires et les témoignages après la captivité ont aussi fait l’objet de dépôts dans les archives et leurs cotes sont aussi mentionnées.

Ce guide est donc tout à fait utile et c’est pour cette raison qu’il est d’autant plus nécessaire d’évoquer quelques faiblesses, erreurs et oublis dans la bibliographie.

Certes, elle ne constitue pas l’objet principal de cet ouvrage, mais toute recherche s’accompagne obligatoirement de lectures pour contextualiser les sources, les comprendre, et ouvrir vers des pistes de recherches plus approfondies. L’introduction de cette bibliographie indique p. 93 qu’elle s’appuie sur « de livres rares, récits personnels de captivité (qui) sont conservés à la bibliothèque du Service historique de la Défense à Vincennes ». Plusieurs aspects rendent cette bibliographie peu pratique à utiliser. D’abord, les livres ne sont pas cités par ordre alphabétique, ni par ordre chronologique. Ensuite, les témoignages des prisonniers ne sont pas différenciés des ouvrages écrits par leurs enfants. Si ces derniers se sont appuyés sur des sources, des écrits provenant des PG, on ne peut néanmoins pas les placer sur le même plan. Enfin, dans la bibliographie figurent aussi des travaux d’historiens, sans qu’ils soient mentionnés comme tels. Ils sont mélangés avec les témoignages. Certains de ces ouvrages sont curieusement classés. Ainsi le livre de Sarah Fishman sur les femmes de prisonniers de guerre se retrouve dans la rubrique « les prisonniers de guerre libérés par les Soviétiques » (p. 105) et le livre de Christophe Lewin, Le Retour des prisonniers de guerre français : naissance et développement de la FNPG est inscrit dans la rubrique « Militaires de l’armée française internés en Suisse » (p. 105). Ni l’un ni l’autre ne sont à leur place. Pour finir, même si tous les travaux d’historiens ne peuvent évidemment être indiqués, il manque dans la bibliographie des livres fondamentaux, comme celui de François Roth, La guerre de 1870, sorti en 1990. Il faut absolument mentionner le livre d’Odon Abbal, sur la Première Guerre mondiale, Soldats oubliés : les prisonniers de guerre, sorti en 2001 et qui, le premier, fait le point sur cette captivité minoritaire face aux Poilus. Une étude d’Odon Abbal est indiquée, mais pas le livre principal. Et comment parler des prisonniers de la Seconde Guerre mondiale sans indiquer le livre d’Yves Durand, La Captivité, histoire des prisonniers de guerre français, sorti en 1980 ? Il s’agit du premier livre d’un historien faisant le point sur la captivité, la base de toutes les recherches historiques qui ont suivi sur la captivité de ce conflit.

Au final, ce guide est fondamental pour les recherches sur les prisonniers de guerre français dans les archives mais nécessite d’être complété et parfois corrigé dans la bibliographie.



Citer ce billet
Evelyne Gayme (2021, 20 octobre). Compte-rendu du guide d’orientation sur les prisonniers de guerre dans les fonds d’archives : indispensable mais à compléter. Prisonniers de guerre. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/stbw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.