De Gaulle et la captivité de guerre

Épisode 3 : De Gaulle et les prisonniers de la Seconde Guerre mondiale

L’opinion du général de Gaulle à l’égard des prisonniers de guerre semble très négative si l’on s’en tient à ce qu’il déclara à François Mitterrand lors de leur entrevue à Alger à la fin de l’année 1943 : « Un mouvement de résistance des prisonniers de guerre, et pourquoi pas celui des coiffeurs ? » (cité par Maurice Pinot in Jean Védrine, dossier P.G .-Rapatriés. 1981). Dans la réalité, les convictions de De Gaulle à l’égard des captifs sont bien plus complexes et nuancées, en raison de son passé de prisonnier de guerre, de ses liens personnels avec certains prisonniers, et aussi du contexte historique complexe et mouvant de l’époque.

Nous n’allons pas revenir sur la captivité personnelle de Charles de Gaulle, évoquée dans les épisodes 1 et 2. Comme beaucoup de militaires de carrière prisonniers de guerre, il pense que la captivité est une honte car elle prive le pays de soldats. La seule voie possible réside dans l’évasion, pour reprendre le combat, dans l’armée.

Le général de Gaulle est lié personnellement à des captifs, et notamment à son neveu, Michel Cailliau, le fils de Marie-Agnès, sa sœur aînée. Cailliau, prisonnier au Stalag XI B fonde en juin 1941 un groupe qui favorise les évasions mais prépare aussi l’après-évasion. Les anciens prisonniers doivent maintenir des contacts avec le camp, aider les évasions en envoyant des papiers officiels en blanc, par exemple, rassembler des informations et préparer des regroupements pour résister activement. Michel Cailliau est rapatrié en mars 1942, comme faux-malade, et prend contact avec le capitaine Thomas-Duffort. Ce dernier travaille à la Direction générale des Prisonniers de Guerre, organisme gouvernemental pour aider et gérer les prisonniers. Mais il appartient en parallèle à la Résistance et avec Michel Cailliau, ils créent le Mouvement de Résistance des Prisonniers de Guerre et Déportés (M.R.P.G.D.), désigné aussi comme le réseau Charette (pseudonyme de Cailliau) qui prend une grande ampleur dans toute la France et dispose d’un budget envoyé par Londres. A la suite d’une visite à Londres en juin 1943, de Gaulle envisage d’imposer son neveu comme chef du futur mouvement de résistance P.G. unifiée. En effet, d’autres mouvements de résistance se sont constitués parmi les prisonniers. Le Rassemblement national des Prisonniers de Guerre (R.N.P.G.) s’organise début 1943 autour du Commissariat au Reclassement des Prisonniers et aux Familles de Prisonniers de Guerre, réunit différents groupes de résistance PG et est mis en place notamment par Antoine Mauduit, Maurice Pinot et François Mitterrand. Il devient rapidement le groupe le plus influent, désigné aussi sous le nom Mouvement Pinot-Mitterrand et financé par l’organisation de résistance de l’armée (O.R.A.) et par le mouvement « Combat ». A partir du printemps 1943, Pinot veut assurer à son groupe la reconnaissance du Conseil National de la Résistance, donc une reconnaissance officielle de De Gaulle. C’est donc dans ce but que François Mitterrand se rend à Alger et subit l’accueil glacial de De Gaulle, évoqué au début de cet article. Or on vient de voir que De Gaulle n’est pas hostile à un mouvement de résistance PG puisqu’il financer celui de son neveu. En réalité, il faut rechercher dans l’influence initiale giraudiste au sein du mouvement Pinot-Mitterrand l’acrimonie du général. Un Mouvement de Résistance des Prisonniers est accepté avec soutien politique, matériel et financier, à la condition d’une fusion, sous la direction de Cailliau, des trois groupes : le M.R.P.G.D, le R.N.P.G. et le C.N.P.G. (Comité National des Prisonniers de Guerre), communiste. Le 12 janvier 1944, le Gouvernement Provisoire annonce à la BBC l’unification de la Résistance Prisonniers – réalisée officiellement le 12 mars 1944 -, sous le nom de M.N.P.G.D (Mouvement national des Prisonniers de Guerre et Déportés). Cailliau est écarté de la direction, les responsables de son mouvement, le R.N.P.G., estimant « ses opinions nationalistes et réactionnaires incompatibles avec l’orientation du mouvement unitaire » (Christophe Lewin, Le Retour des prisonniers de guerre français, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 52). En avril 1944, le M.N.P.G.D. adhère aux Forces françaises de l’intérieur.

L’intérêt de Charles de Gaulle pour les prisonniers ne concerne pas que ceux qui, évadés ou rapatriés, participent à la Résistance. Il s’intéresse aussi aux prisonniers restés captifs en Allemagne, ces 1,8 million d’hommes qui constituent les forces vives de la nation. Dès la constitution à Alger du Comité français de Libération nationale, la création d’un Commissariat aux prisonniers est envisagée, puis confiée, le 9 novembre 1943, à Henri Frenay – prisonnier en juin 1940, échappé quatre jours plus tard et fondateur du mouvement de Résistance « Combat » -. À cette occasion, Charles de Gaulle développe le thème des trois fronts : «  le front intérieur où l’on se battait par les armes, sur terre, sur mer, dans le ciel ; le front de la résistance intérieure française et enfin le front de la résistance intérieure en Allemagne ». (AN F9 3140). Les prisonniers sont considérés comme des résistants, soit parce qu’ils se sont évadés (4,37 % de réussite, mais les tentatives d’évasion furent innombrables, et de Gaulle, qui essaya par cinq fois de s’évader sans y parvenir, le sait), soit parce qu’ils ont résisté en travaillant très lentement, en sabotant le travail qu’on leur imposait. La première tâche de Henri Frenay est le ravitaillement des prisonniers et à cet effet sont organisés à Alger et Casablanca dès novembre 1943, deux centres de confection de colis auxquels s’ajoutent des colis américains, canadiens et britanniques, si bien que le gouvernement provisoire de la République française a  finalement envoyé 1 500 000 colis par mois durant le premier semestre de l’année 1944. La propagande n’est pas absente de ces envois puisque des recueils des discours du général de Gaulle depuis 1940 sont distribués. Henri Frenay est également chargé du rapatriement des prisonniers et de leur réintégration en France. Pour les prisonniers de guerre militaires de carrière et les réservistes est créée une Commission d’épuration et de réintégration le 27 juin 1944. Enfin la guerre n’étant pas achevée, une ordonnance datée du 28 novembre 1944 adressée par le ministre de la Guerre aux gouverneurs militiaires et commandants de régions militaires précise que les officiers de carrière en captivité font partie de plein droit de l’armée de la Libération. L’armée a besoin d’hommes pour relever les régiments de l’armée (pour cette même raison, les FFI sont intégrés dans l’armée). Les officiers de carrière captifs sont évidemment connus par les membres de l’A.S (Armée secrète) et de l’O.R.A (organisation de résistance de l’armée) : ils ont été formés dans les mêmes écoles militaires, ont parfois combattu ensemble. Il ne peut être question de se priver des cadres ayant une technique réelle sur le champ de bataille. Les Oflags constituent donc un vivier que la nouvelle armée ne peut négliger, en s’entourant de toutes les précautions nécessaires, notamment la Commission d’épuration et de réintégration. Enfin le général de Gaulle, en intégrant les anciens prisonniers de guerre, chercher à créer un soutien de la population française envers son armée en utilisant les sentiments des Français pour leurs prisonniers.

L’opinion publique est également préparée au retour des prisonniers. L’exposition « le Front des barbelés » est inaugurée au Grand Palais par le général de Gaulle dès le 1er janvier 1945, sur le modèle des expositions concernant les prisonniers de guerre que le gouvernement de Vichy a organisées durant toute la guerre. Enfin, une Campagne nationale du retour, mise sur pied en février 1945, vise à la fois à obtenir des fonds pour l’habillement, le ravitaillement et les transports de ceux qui rentrent et à faire connaître les réalités de la captivité pour faciliter la réintégration.

De Gaulle intègre les prisonniers dans les commémorations. Dès le 2 avril 1945, ceux qui ont commencé à rentrer prennent part à la « journée des drapeaux », présidée par le général. Il s’agit des drapeaux cachés ou détruits pendant l’Occupation, qui sont remis à nouveau à leurs régiments. Cette journée s’accompagne d’un défilé militaire dans Paris. Ils participent également au défilé du 14 juillet et à la commémoration du 11 novembre, au cours de laquelle quinze dépouilles mortelles de Français morts à l’ennemi, dont un prisonnier de guerre, Maurice Debout, fusillé pour avoir refusé de travailler dans son Stalag, sont placés dans la crypte du fort du Mont-Valérien, site choisi pour honorer la mémoire des morts pour la France durant la Seconde Guerre mondiale.

Charles de Gaulle a été prisonnier de guerre. Il a tenté de s’évader, sans y parvenir. Il a souffert de cette condition, de cette honte selon les lettres écrites à sa famille, au point qu’il soumet, dès qu’il en la possibilité, une demande pour bénéficier de la Médaille des Évadés. Il a été réintégré très rapidement dans l’armée pour aller se battre en Pologne. Il resta fidèle à ses compagnons de captivité toute sa vie, ainsi qu’on l’a vu dans l’épisode 2. Comment croire qu’il aurait pu mépriser les captifs de la Seconde Guerre mondiale ? Face à une phrase négative – mais restée célèbre – prononcée dans des conditions très particulières, tout montre au contraire son profond respect pour les captifs.



Citer ce billet
Evelyne Gayme (2020, 13 juillet). De Gaulle et la captivité de guerre. Prisonniers de guerre. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/stbv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.