De Gaulle et la captivité de guerre

Épisode 2 : Charles de Gaulle et sa captivité  : Une expérience occultée ?

De Gaulle ne parle pas de sa captivité. Pendant la guerre, il a honte de sa situation qu’il décrit comme lamentable et refuse d’envoyer à sa mère les photos qu’elle lui réclame. Mais refuser d’en parler n’est pas la faire disparaître.

Charles de Gaulle a laissé très peu de traces de sa captivité dans ses notes, ses lettres et ses Mémoires, même si, au détour d’un texte écrit probablement après la mort de Foch, en 1929, pour un discours du maréchal Pétain, il écrit : « l’épreuve de la guerre impose à ceux qui la supportent une telle dépense d’eux-mêmes que le degré en dépasse l’expression ». (Lettres, notes et carnets, Robert Laffont, collection Bouquins, p. 713). Mais l’allusion est sibylline. Il se confie à sa nièce, Geneviève de Gaulle, en mai 1945. Elle sort du camp de concentration de Ravensbrück et, opérant un rapprochement entre les deux captivités, il lui confie que la Première Guerre lui a « laminé l’âme ». (La Première Guerre de Charles de Gaulle. 1914-1918, Frédérique Neau-Dufour, éditions Tallandier, Texto, 2015, p. 318). L’expression est trop douloureuse pour désigner les combats. En tant que Saint-Cyrien, Charles de Gaulle est formé pour se battre… mais pas pour être captif. C’est donc bien sa captivité qu’il évoque alors.

La captivité est formatrice pour de Gaulle. Comme l’affirme Jean-Jacques Becker, dans l’article « Grande Guerre » du Dictionnaire Charles de Gaulle (Robert Laffont, collection Bouquins, 2006) : «  On peut se demander si le jeune capitaine, s’il avait fait la guerre jusqu’au bout, serait devenu le général de Gaulle ». Son premier livre, La Discorde chez l’ennemi, est largement inspiré de ses réflexions de prisonnier et des conférences qu’il dispensa dans les différents Oflags. Il y a analysé les rapports entre la France et l’Allemagne, entre la France et le monde, y a réfléchi sur l’armée française, ses tactiques et son commandement. Il a fait cinq tentatives d’évasion pour reprendre le combat.

La captivité a également irrigué la vie de De Gaulle par les rencontres qu’il y a faites et le réseau relationnel construit alors, auquel il est resté fidèle toute sa vie.

Dès 1924, Charles de Gaulle se tourne vers Etienne Répessé, qui travaille chez Berger-Levrault, pour être son éditeur. Les deux hommes se sont rencontrés au 33e régiment d’infanterie à Arras en 1909. Mais surtout, ils ont été prisonniers de guerre ensemble, au Fort IX d’Ingolstadt. Répessé devient le directeur littéraire de son premier ouvrage, La Discorde chez l’ennemi. Il s’agit de la réunion de conférences prononcées à l’Ecole supérieure de guerre, au début des années 1920, qui s’appuient sur les lectures de la presse allemande et des informations recueillies pendant qu’il était prisonnier. Le Fil de l’épée et Vers l’armée de métier sont aussi publiés par Etienne Répessé, respectivement en 1932 et 1934.

La captivité ressurgit plus brutalement en 1927. Charles de Gaulle remplit un dossier pour pouvoir bénéficier de la médaille des Évadés, créée à partir d’une proposition de loi rédigée par Marcel Diamant-Berger, que de Gaulle a connu au Fort IX d’Ingolstadt. L’évasion est en effet un devoir chez les officiers qui peuvent ainsi, s’ils réussissent, reprendre le combat, et cette médaille permet de valoriser les prisonniers de guerre longtemps négligés en comparaison des Poilus. De Gaulle rédige un compte-rendu officiel ne mentionnant que les tentatives mises à exécution, n’indiquant pas qu’il était devenu, aux dires des officiers prisonniers à ses côtés, un spécialiste des évasions, interrogeant les captifs qui arrivaient dans l’Oflag pour constituer une sorte de guide des moyens d’évasion à envisager dans les différents camps, à tel point que le général de Goÿs a déclaré : « Vous verrez, un jour il sera professeur d’évasion à l’École de guerre » (Mémoires de Marcel Diamant-Berger, cité par Frédérique Neau Dufour p. 223). Pour chaque tentative, il cite des témoins : le colonel Tardiù et le général de Goÿs de Mezeyrac pour le camp d’Ingolstadt, le lieutenant-colonel de Corn et le commandant Chassepot pour le camp de Rosenberg, le colonel Catroux, M. Roederer, lieutenant de réserve et l’abbé Michel, l’aumônier du camp, pour le camp de Wülzburg. La médaille des Évadés lui est décernée en octobre 1927.

Dans les deux ouvrages qu’il rédige dans les années 1930, Vers l’armée de métier en 1934 et La France et son armée en 1938, Charles de Gaulle s’appuie, en les développant, sur des réflexions issues de la captivité. Les conférences dispensées dans les Oflags, et dont certaines sont reproduites dans les Lettres, notes et carnets, révèlent qu’il est favorable à une spécialisation de l’infanterie en particulier et des corps d’armée en général. Il préconise également de porter une attention toute particulière au matériel et à l’utilisation des chars, notamment pour économiser l’infanterie. Enfin, il a réfléchi aux qualités que doit avoir un chef. La captivité fut donc très formatrice pour la pensée militaire et morale de De Gaulle.

Dans les années 1930, il ne semble pas que de Gaulle ait été en contact direct avec ses camarades de captivité. Une réunion, évoquée à plusieurs reprises mais par des sources indirectes, mentionne un déjeuner à Paris en 1936 entre une vingtaine d’anciens du Fort IX dont Rémy Roure, Goÿs de Mezeyrac, de Gaulle et Toukhatchevski. Ces hommes étaient ensemble dans la chambre 13 du Fort IX du camp d’Ingolstadt. Toukhatchevski est arrivé dans ce camp en même temps que de Gaulle. Si la rencontre de Paris n’est pas formellement avérée, il est assuré que c’est Thoukhatchevski, alors ministre adjoint de la Défense en URSS et élevé au rang de maréchal, qui fait traduire en russe Vers l’armée de métier en 1935.

Durant la Seconde Guerre mondiale, certains anciens camarades de captivité de De Gaulle se rallient à la France libre. Le général Catroux, gouverneur général de l’Indochine française en 1939, remplacé le 25 juin 1940, entend l’appel du 18 juin et profite d’une escale à Singapour, alors territoire britannique, pour rejoindre de Gaulle. Il est alors le général le plus gradé – cinq étoiles – à agir ainsi. Lors de leur rencontre, c’est Catroux qui salue de Gaulle, dont le grade est pourtant subalterne, en tant que chef politique. A la fin de la campagne de Syrie, de Gaulle le nomme Haut-Commissaire au Levant et, au nom de la France libre, Catroux reconnaît l’indépendance du Liban et de la Syrie. De Gaulle le nomme ensuite gouverneur général de l’Algérie à partir de 1943 . Compagnon de la Libération, Georges Catroux devient ministre de l’Afrique du Nord dans le premier gouvernement de Charles de Gaulle, puis Ambassadeur en URSS à partir d’octobre 1945. D’autres anciens prisonniers, côtoyés par de Gaulle à Ingolstadt, le rejoignent pendant la guerre. Le général Lelong, engagé dans les Forces françaises libres, se bat en Syrie, au Maroc, au Tchad, à Madagascar. Le général Petit, camarade de promotion de De Gaulle à Saint-Cyr, devient le chef d’état-major de De Gaulle à Londres, et est à l’origine de l’escadrille Normandie-Niemen.

A Londres en 1942, lors d’une rencontre avec Alexandre Bogomolov, l’ambassadeur de l’URSS accrédité auprès des gouvernements alliés, de Gaulle évoque sa captivité : « j’ai longtemps vécu dans une chambre avec Toukhatchevski ». A cette date, le maréchal est mort depuis 1937, exécuté sur ordre de Staline. De Gaulle n’y fait plus ouvertement allusion avant sa visite officielle à Moscou en 1966, où il demande à rencontrer les deux sœurs du maréchal, ce qui lui est refusé. (De Gaulle et Toukhatchevski, Marina Arzakanian, « Revue historique des armées », 267/2012)

Du côté des civils, le journaliste Rémy Roure a soutenu, dans l’entre-deux-guerres, les thèses de De Gaulle sur les chars. Dans une lettre envoyée en novembre 1938, de Gaulle évoque à son égard « une fidèle affection » (Lettres, notes et carnets. 1905-1941, Robert Laffont, collection Bouquins, 2010, p. 872). Rémy Roure fonde avec François de Menthon le mouvement Liberté avant de cofonder le mouvement et le journal Combat. Il prône, à la différence de Henri Frenay, un rapprochement rapide de son mouvement avec de Gaulle. Arrêté sur dénonciation, blessé, torturé, déporté à Buchenwald en mai 1944, il est libéré en avril 1945 et devient Compagnon de la Libération. 

Lorsqu’il écrit ses Mémoires, entre 1946 et 1958, Charles de Gaulle songe à en confier l’édition à Berger-Levrault et donc à son ami Répessé, qui vient d’éditer les Discours et messages (1940-1946) en 1946. Max Gallo indique, dans le tome 3 de son livre De Gaulle, paru en 2012, que les éditions Plon sont finalement choisies « (…) pour offrir à ce livre toutes ses chances, et le placer dans un lignage digne de l’histoire qu’il évoque ». En effet, Poincaré, Clemenceau, Joffre, Foch, Churchill, ont été publiés par Plon, ainsi que La France et son armée en 1938. Mais il écrit à Etienne Répessé : « Si je vous ai fait de la peine, soyez sûr que je serais plus chagriné que vous ». Et il répond aux vœux de Répessé en janvier 1959 : « (…) A mesure des années, j’apprécie davantage le trésor des souvenirs que nous laisse notre jeunesse (…) ». Enfin, en 1969, de Gaulle écrit à Etienne Répessé :

« Mon cher ami,

Je crois qu’il peut y avoir intérêt à ce que soient publiés dans leur ensemble tous les discours publics que j’ai prononcés depuis que les événements m’ont poussé sur la scène. Je crois aussi que les Discours et messages que la maison Berger-Levrault a publiés (période 1940-1946) ne peuvent pas être séparés du tout. J’approuve donc entièrement que vous autorisiez la librairie Plon à les reprendre en même temps qu’elle fera paraître tous les autres. (…) Voici pour moi, mon cher ami, une bonne occasion de vous redire mes sentiments bien fidèlement dévoués. » (in Lettres, notes et carnets, tome 13, Robert Laffont, collection Bouquins, 2014).

Ce courrier témoigne des liens nés entre les deux hommes en captivité, et toujours présents cinquante années après au point qu’une maison d’édition propose de céder ses droits à une autre.

Cette même année 1969, de Gaulle rend hommage au général Catroux, dans un toast prononcé au palais de l’Elysée :

« Mon Général,

Depuis bien longtemps tout ce qui vous concerne concerne beaucoup de monde tant est grand le poids de votre personnalité. Permettez-moi de vous dire que, pour ma part, je m’en suis aperçu, et cela dès le jour où nous nous sommes connus au cours d’une épreuve commune, celle de la captivité (…) ».

Charles de Gaulle prononce un long discours en décembre 1969 en l’église Saint-Louis-des-Invalides, lors des funérailles du général Catroux, avec lequel il avait tenté une évasion durant sa captivité.

Trois mois avant sa mort, Charles de Gaulle évoque une dernière fois la captivité, dans une lettre à Marcel Diamant-Berger,  revenant sur la mort de l’abbé Michel :

« Mon cher Diamant-Berger,

C’est avec une profonde émotion que j’avais appris la mort du chanoine Michel, notre ancien camarade de captivité au Fort IX. Aussi, ai-je été très touché de ce que vous avez eu la délicate pensée de m’écrire à son sujet.

Vous savez que je ne reçois personne actuellement. Mais je ne vous oublie pas et vous pouvez être certain que je lirai avec intérêt votre livre sur le « Masque de Fer » quand il paraîtra.

Veuillez croire, mon cher Diamant-Berger, à mes sentiments bien cordiaux ».(Espoir, revue de la Fondation Charles de Gaulle, n° 14, 1976).

Comme de nombreux anciens prisonniers, Charles de Gaulle n’évoque pas volontiers la captivité. Comme de nombreux officiers de carrière, il considère cet épisode comme inutile et sans gloire, pendant que ses camarades continuent à se battre. Mais la captivité reste, comme pour beaucoup, constitutive de sa personnalité et de sa carrière militaire. Sa fidélité aux hommes qui furent captifs avec lui témoigne de la longévité de l’expérience de la captivité.



Citer ce billet
Evelyne Gayme (2020, 30 juin). De Gaulle et la captivité de guerre. Prisonniers de guerre. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/stbu

6 réflexions sur « De Gaulle et la captivité de guerre »

  1. Un petit point de détail provenant des carnets de mon grand père le Général Petit. Le 23 février 1936 eut lieu une réunion des anciens du fort IX. C’était un diner offert au maréchal Touhkachevski chez Lerue à la Madeleine. Y assistait: le maréchal, De Gaulle, mon grand père et une quinzaine de camarades du Fort IX d’Ingoldstadt.
    A noter qu’il y a eu un récit de ce repas dans un journal français dont j’ai une copie.

    • Bonjour Monsieur,

      J’ai effectivement trouvé trace de cette réunion, mais mes sources n’étaient pas formelles à ce sujet. Pouvez-vous m’indiquer le journal qui le mentionne? je le trouverai sûrement à la Bibliothèque nationale
      Bien cordialement
      E. Gayme

    • La date de ce diner est en fait le 12 février 1936 et non le 23. J’ai une copie de l’article signé par René Thomasset mais je n’ai pas le nom du journal. Je peux vous envoyer une copie de l’article par mail.
      Cordialement

      • Bonjour Monsieur,

        Merci pour ces précisions, je vais modifier la date dans mon article. Je serais effectivement intéressée par la copie de l’article que vous me proposez. Voici mon mail : evelyne-gayme@orange.fr

        Cordialement
        Evelyne Gayme

  2. Bonjour Mme Gayme
    Le plaisir de lire vos articles
    En Vous espérant en bonne forme
    Cordialement
    François Soffer
    SEcretaire sama
    Membre c f h m

    • Bonjour Monsieur,

      Les confinements ont été compliqués et j’ai eu du mal à écrire – et à poursuivre mes recherches – durant cette période. Je m’y remets doucement.
      En vous espérant en bonne forme également

      Bien cordialement

      Evelyne Gayme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.