De Gaulle et la captivité de guerre Épisode 1

L’année 2020 résonne dans la mémoire gaulliste. Charles de Gaulle naît le 22 novembre 1890, il y a 130 ans ; il lance, il y a 80 ans, l’appel du 18 juin 1940 ; il meurt il y a 50 ans, le 9 novembre 1970. Le film biographique de Gabriel Le Bomin, qui s’attache à l’année 1940 dans la vie de Charles de Gaulle, sort en mars. Autant de raisons qui nous conduisent à réfléchir au rôle de la captivité dans la vie et la politique du Général, prisonnier durant la Première Guerre mondiale. Jean Lacouture, biographe de Charles de Gaulle indique dans son premier tome (De Gaulle, tome 1, « Le Rebelle », Paris, Seuil, 1984, p. 75-79), que la captivité provoqua chez de Gaulle « de la honte », voire du dégoût » et qu’il est « hanté par le désir d’évasion ». Comment ces mauvais souvenirs influencent-ils le jugement de de Gaulle à l’égard des prisonniers de guerre ?

Épisode 1 : La captivité de Charles de Gaulle

De Gaulle est prisonnier de mars 1916 à novembre 1918. Lors d’une attaque menée par les Allemands le 2 mars, près du village de Douaumont, son bataillon est écrasé. Blessé par un coup de baïonnette à la cuisse, il est capturé, inconscient. Porté disparu, il est cité le 7 mai à l’ordre de l’armée et le père du capitaine de Gaulle déclare que son fils est mort en faisant son devoir. En réalité il est devenu prisonnier de guerre. Soigné à l’hôpital de Mayence, il est détenu successivement dans des Oflags en Westphalie (Osnabrück), Lithuanie (Neisse, Sczucsyn), en Bavière (Ingolstadt à deux reprises, après une incarcération, conséquence d’une tentative d’évasion et à Rosenberg, à Wülzburg), à la prison militaire de Passau, et en Saxe (Magdebourg). Il tente cinq fois de s’évader, sans succès. Les lettres qu’il écrit à sa famille permettent de comprendre les sentiments et les réactions que cette captivité suscite.

La captivité est d’abord qualifiée de lamentable et d’odieuse Ce terme revient constamment dans ses lettres, même s’il opère une différence entre « ceux qui ont été ramassés par l’ennemi sur le champ de bataille au début de la campagne, dans les jours, si lointains où les Français reculaient » (lettre du 6 septembre 1916) et son cas personnel : fait prisonnier après blessure. Le texte de la citation qui accompagne sa nomination à la Légion d’honneur précise les conditions de sa capture : « bien que grièvement blessé d’un coup de baïonnette, a continué à être l’âme de la défense, jusqu’à ce qu’il tombât inanimé sous l’action des gaz ». (Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets, 1905, 1941, Robert Laffont, 2010, p. 468). Durant la Grande Guerre, alors que les Poilus se battent vaillamment, les soupçons à l’égard des prisonniers de guerre sont nombreux : se sont-ils assez battus ? Ont-ils cherché à échapper à la captivité ? En ce qui concerne Charles de Gaulle, aucun doute n’est permis : outre cette blessure, il a déjà été blessé deux fois auparavant et a reçu deux citations. Sa « tristesse de finir ainsi la campagne » (lettre du 12 mai 1916) est due au fait qu'”il n’est plus rien, qu’il ne sert à rien” alors qu’au même moment, ses deux frères, officiers de réserve, se sont engagés ainsi que ses cousins. De Gaulle, officier d’active, capitaine depuis septembre 1915, écrit en septembre 1916 : « Évidemment, pour un officier français, l’état de prisonnier est le pire de tous. Non pas certes au point de vue matériel (…) mais au point de vue moral. » Aussi refuse-t-il fermement, dans sa lettre du 18 mars 1917, malgré les demandes répétées de sa mère, de lui envoyer des photographies : « dans la lamentable situation actuelle, je m’y refuse absolument ». Si, pour ne pas inquiéter ses parents, il indique toujours que sa santé est bonne et que son moral se maintient, il laisse, dans une seule lettre, poindre son état d’esprit réel :

« je suis un enterré vivant. Lisant l’autre jour dans quelque journal le qualificatif de « revenants » appliqué à des prisonniers rentrés en France, je l’ai trouvé lamentablement juste. (…) Travailler à quoi ? Travailler pour quoi ? … Pour travailler, il faut avoir un but. Or quel but puis-je avoir ? Ma carrière, me direz-vous ? Mais, si je ne peux combattre à nouveau d’ici la fin de la guerre, resterai-je dans l’armée ? Et quel avenir médiocre m’y sera fait ? 3 ans, 4 ans de guerre auxquels je n’aurai pas assisté, davantage peut-être ! Pour avoir quelque avenir dans la carrière, en ce qui concerne les officiers de mon âge et qui ont quelque ambition, la première l’indispensable condition sera d’avoir fait la campagne, d’avoir, au fur et à mesure qu’elle changeait de forme, appris à la juger, formé ses raisonnements, trempé son caractère et son autorité. Au point de vue militaire, je ne me fais aucune illusion, je ne serai moi aussi qu’un « revenant ». (lettre du 1erseptembre 1918).

Aussi en vient-il à espérer que la guerre continue : « la guerre se prolongeant plusieurs années encore, je reprends l’espoir d’y participer encore ». (31 mai 1918). De Gaulle veut se battre. Une possibilité s’offre d’un échange contre des officiers allemands mais il craint d’être retenu en Suisse, sans pouvoir reprendre le combat ou alors de rentrer en France sans être envoyé sur le front : « (…) rentrer en France pour aller m’embusquer dans quelque bureau me révolte absolument. Nous sommes beaucoup de cet avis ici. Le sait-on ?» (lettre du 1 er septembre 1918).

Charles de Gaulle décrit, dans les lettres à ses parents, la vie d’un Oflag faite de promenades, d’apprentissage de l’allemand, de discussions, de lectures, de conférences auxquelles il assiste mais aussi qu’il prononce. A la fin de l’année 1916 et au début de l’année 1917, ses conférences sont intitulées « de la guerre. Evolution de la conception et de la forme des attaques » et « de la direction supérieure de la guerre ». La dernière, en novembre 1918, porte sur « La limitation des armements ». Il réclame à sa famille des aliments, du tabac, des bougies, du papier et des crayons mais aussi des vêtements chauds. Car Charles de Gaulle cherche à s’évader.

Un code a été organisé avec sa famille. Il souligne des mots ou des lettres dans ses missives et sa famille lui envoie les objets demandés dans des boites de conserve truquées. Voici un exemple de ces textes, écrit le 5 août 1917 : (Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets, 1905, 1941, Robert Laffont, 2010, p. 330. Les mots du code sont en italiques)

« Nous voilà encore dans la pluie, ce qui nous tient enfermés ensemble. Je vous écris après avoir une heure recousu des boutons !… Un civil – ou presque -, je le deviendrais sans les nouvelles que vous m’envoyez ! Il me faut parfois regarder mes galons pour me souvenir que je porte l’uniforme ; J’ai reçu les passepoils. Dans le prochain paquet, mettez-moi des boutons de toute sorte, et aussi de quoi coudre. Car enfin, c’est dans trois mois l’hiver ! Pour nous qu’arrivera-t-il ensuite ? Simple question de pardessus… A ce propos vous pourrez d’abord m’envoyer un pantalon. Puis en même temps une simple veste d’intérieur ou un gilet ; mais que tout cela n’ait rien de civil !… Vous savez que, sauf celui d’agir hélas ! Je garde mes principes complets ; Pour mes frères, je suis bien content des nouvelles reçues hier de leur part. A l’un et à l’autre, je vous en prie, envoyez mille pensées pour moi. ».

Charles de Gaulle réalise cinq tentatives d’évasion avec d’autres officiers prisonniers. Pour sa première évasion, en septembre 1916, il avale de l’acide picrique (destiné à soigner les engelures) et tente de s’évader de l’hôpital. Il est arrêté le huitième jour, en traversant un village. Lors de la deuxième tentative, il s’évade du château de Rosenberg, en juillet 1917, à l’aide d’une corde réalisée à partir des draps de lit. Souffrant du froid, il se réfugie au bout de dix jours dans un colombier et est repris. La troisième évasion se fait en octobre de la même année, à partir du même Oflag de Rosenberg, par la porte d’entrée. Il est repris le lendemain. Pour chacune des deux évasions de Rosenberg, il accomplit 60 jours d’arrêts (soit 120 jours en tout) dans la forteresse d’Ingolstadt. Charles de Gaulle précise, dans une note rédigée en 1926 pour postuler à la médaille des Évadés, le détail de ses évasions, mais aussi les conditions de détention : « fenêtres closes par volet, pas de lumière, régime alimentaire spécial, rien pour lire ni pour écrire, une demi-heure de promenade par jour dans une cour de 100 mètres carrés ». ( Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets, 1905, 1941, Robert Laffont, 2010, p. 682). Lors de sa quatrième tentative d’évasion, il commence une grève de la faim pour que sa qualité d’officier soit prise en compte. En mai 1918, il s’évade du camp de Wülzburg, là encore un château situé sur un piton rocheux. Il s’enfuit en simulant l’arrestation d’un civil par un pseudo-militaire allemand, la sentinelle leur ouvrant la porte. Ils sont arrêtés au bout de deux jours par des gendarmes qui leur demandent leurs papiers et subissent 60 jours d’arrêts de rigueur. Il fait une nouvelle tentative en juillet 1918, en se cachant dans un panier de linge sale. Il est arrêté dans le train, mais n’effectue pas la peine car l’armistice est signé. Le 12 septembre 1918, il avait d’ailleurs envoyé un courrier à l’Ambassadeur d’Espagne à Berlin, chargé des intérêts des Français aux mains des Allemands, pour lui indiquer que, en violation de l’Accord de Berne du 26 avril 1918 qui stipule que les prisonniers condamnés pendant leur captivité – en l’occurence de Gaulle est condamné à 14 jours de prison pour injure aux gendarmes allemands qui l’ont arrêté lors d’une évasion – doivent effectuer leur peine immédiatement. Or le jugement date du 23 novembre 1917 et la peine n’a toujours pas été effectuée en septembre de l’année suivante. Cette missive très étonnante s’explique par la crainte de Charles de Gaulle de devoir accomplir cette peine au moment où son tour viendrait d’être interné en Suisse, ce qui le maintiendrait en Allemagne.

En 1927, Charles de Gaulle se voit attribuer la médaille des Évadés. L’avis du colonel Laure précise :

« Le capitaine de Gaulle a réussi à s’évader cinq fois des enceintes à l’intérieur desquelles il était retenu prisonnier et à prendre courageusement, au milieu des plus graves difficultés, le chemin de la frontière. Ces cinq entreprises, bien qu’elles n’aient pas été couronnées par le succès final de l’évasion hors du territoire allemand, ont été menées avec une impétuosité, une audace, une ténacité, au mépris des dangers encourus et des sanctions à escompter, qui firent le plus grand honneur au capitaine de Gaulle, et méritent, incontestablement, à cet officier l’attribution de la médaille des Évadés avec une citation dont le présent avis fournit les éléments. »

Cette proposition est approuvée par le maréchal Pétain.

En 1927, la carrière militaire de Charles de Gaulle n’a pas été ralentie par sa captivité. Il participe, en tant qu’instructeur, à partir de 1919, à la formation de la nouvelle armée polonaise chargée de lutter contre l’Armée rouge, et est cité à l’ordre de l’armée pour sa conduite en Pologne. Puis devient professeur d’histoire à l’École militaire de Saint-Cyr. Admis à l’École de guerre en 1922, il est détaché, en 1925, à l’état-major du maréchal Pétain, alors vice-président du Conseil supérieur de la Guerre qui l’impose comme conférencier à l’École de guerre. En octobre 1927, il commande à Trèves le 19ème bataillon de chasseurs à pied.

Ainsi, les craintes de Charles de Gaulle n’étaient pas fondées. La captivité n’a pas entaché sa carrière militaire. Mais nulle doute qu’elle a laissé des traces qui ressurgissent durant la Seconde Guerre mondiale.



Citer ce billet
Evelyne Gayme (2020, 21 février). De Gaulle et la captivité de guerre Épisode 1. Prisonniers de guerre. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/stbt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.