La richesse de sources apparemment rébarbatives : l’étude des listes officielles des prisonniers de guerre

 

Du 12 août 1940 au 15 juin 1941, le Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, installé à Paris, publie la liste officielle des prisonniers français d’après les renseignements fournis par « l’Autorité militaire allemande ». Ces 100 listes, dont la collection complète est visible sur le site de la bibliothèque nationale de France, Gallica, sous des aspects répétitifs, voire rébarbatifs, fournissent de nombreuses informations.

L’utilité de ces listes a varié entre 1940 et 1941. Elles permettent d’abord aux familles, le plus souvent sans nouvelle depuis l’armistice – à la fois parce que les soldats sont dans l’impossibilité d’écrire, mais aussi parce que les services postaux sont désorganisés ou que la famille a fui son domicile- de savoir si le soldat est vivant ou mort. Même si le cas est exceptionnel, certaines familles vont rester dans l’attente de nouvelles jusqu’en janvier 1941. Mais, grâce à ces listes, la majorité des familles est rassurée en août 1940. D’autres sources d’informations existent : les camarades du soldat qui peuvent informer sur son sort, des petits mots laissés à des passants par les soldats pour qu’ils les envoient à leur famille, mais ces listes sont une source officielle.

Certaines listes semblent spécialisées : la liste 6 du 24 août concerne presque exclusivement des soldats coloniaux – mais des noms de soldats coloniaux apparaissent dans presque toutes les listes – , celle du 21 octobre regroupe une majorité de soldats nés à l’étranger (Inde, Espagne, Soudan, Côte d’Ivoire, Pologne, Allemagne, Ecosse…). Cependant, les listes ne semblent pas être constituées en fonction des unités : les listes mélangent les soldats, les régiments, les grades. C’est pourquoi les deux listes du 24 août et du 21 octobre sont remarquables, sans que l’on puisse, pour l’instant, y trouver une explication.

La capture des prisonniers de guerre français s’est déroulée en deux temps : avant l’armistice, sont capturés 17 % des 1,8 million de soldats français qui deviennent prisonniers. Ils sont dirigés directement en Allemagne, le plus souvent à pied. Les captifs d’après l’armistice du 16 juin 1940, constituent le reste. Ils stationnent plusieurs semaines, voire plusieurs mois dans des camps provisoires, les Fronstalags. Le délai de deux mois entre la fin des combats et la parution des listes ne témoigne pas d’une mauvaise volonté de l’Allemagne à remplir les obligations qui lui sont faites par la Convention de Genève de 1929, mais des difficultés rencontrées pour gérer la masse des prisonniers français. L’organisation est maîtrisée en août.

Les informations fournies sont néanmoins sommaires : le nom et le prénom du prisonnier, sa date et son lieu de naissance, son grade et son unité. Le premier prisonnier mentionné est Abalain (Jean), 24-2-11, Port-l’Aurian, 2ème classe, RIC. (Liste officielle n°1, 12 août 1940). La parution de tous ces noms, en rangs très serrés, est irrégulière : 9 listes en août 1940, 14 listes en septembre, 13 listes en octobre, 10 listes en novembre, 12 listes en décembre 1940 et janvier 1941, 8 listes en février, 7 en mars, 9 en avril, 4 en mai et 2 en juin 1941. Chaque liste comporte 32 pages jusqu’au 20 août, puis 64 pages le 22 août, puis à nouveau 32 pages jusqu’au 29 août, date à laquelle la liste 8 est publiée sur 48 pages, puis le rythme est trouvé, 64 pages, et ne change plus jusqu’au dernier numéro, le n° 100, qui fait 32 pages. Cette masse de documents, et donc de noms imprimés, témoigne de manière très impressionnante de l’ampleur de la capture réalisée par les Allemands : près de deux millions de soldats.

A partir de la liste numéro 26, du 5 octobre 1940, le nom du prisonnier est suivi d’un numéro, celui du Frontstalag, camp situé en France dans lequel le prisonnier est retenu. La dernière page indique où est localisé le Frontstalag  : 62 camps sont ainsi dispersés sur tout le territoire et ce nombre ne change pas avant le 8 avril 1941. A cette date, les 23 Frontstalags qui restent retiennent en captivité les prisonniers de guerre coloniaux, maintenus en France pour des raisons raciales et aussi d’efficacité au travail, les hommes venant des colonies tombant proportionnellement plus souvent malades en Allemagne en raison des rigueurs du climat. Ce changement est fondamental car les prisonniers passent du statut d’hommes en vie à celui d’hommes avec une adresse, à laquelle les familles peuvent écrire et envoyer des colis. Les visites sont interdites, mais des familles se déplacent néanmoins à la rencontre de leur père, fils, enfant, dans le Frontstalag indiqué. Sauf erreur, aucune mise à jour n’est faite, aucun prisonnier n’est mentionné deux fois si bien que la mention du nom d’un prisonnier avant le 5 octobre présente l’avantage de rassurer sa famille mais l’inconvénient de ne pas savoir officiellement où lui écrire. Officiellement car les prisonniers parviennent cependant, pour la grande majorité d’entre eux, à envoyer des messages à leur famille.

A partir de la liste numéro 39, en date du 14 novembre 1940, le nom du prisonnier est suivi du numéro de son Stalag ou de son Oflag. Les familles savent alors qu’il est en Allemagne, ce qui induit l’entrée dans une autre forme d’incertitude : la date de la libération et donc du retour du prisonnier. Certes, des discussions ont lieu entre les Allemands et l’État français et le 24 octobre 1940, à Montoire, le Maréchal Pétain justifie la politique de collaboration par la volonté d’obtenir, notamment, le retour des prisonniers. Trois semaines après, une lecture attentive des listes de prisonniers dément la perspective d’un retour rapide des prisonniers puisqu’ils ont désormais une adresse en Allemagne. En novembre également est fondé le Service diplomatique des prisonniers de guerre (S.D.P.G.) ou Mission Scapini, du nom de l’homme placé à sa tête, Georges Scapini. La France devient alors le pays protecteur de ses propres prisonniers de guerre, remplaçant ainsi les Etats-Unis.

Une nouvelle liste des Frontstalags, des Stalags et des Oflags est éditée à la fin de la liste du numéro 88, datée du 8 avril : la captivité est alors parfaitement organisée du côté allemand.

La liste numéro 100, du 15 juin 1941, commence par cet avis, écrit en lettres majuscules : « TOUS LES PRISONNIERS AYANT ÉTÉ EN MESURE DE DONNER DES NOUVELLES À LEUR FAMILLE, IL NE SERA PAS PUBLIÉ D’AUTRES LISTES D’ADRESSES. LE CENTRE NATIONAL D’INFORMATION CONTINUERA À FOURNIR LES RENSEIGNEMENTS QUI LUI SERONT DEMANDÉS ». Cette précision ne change pas grand-chose, ni du côté des prisonniers ni du côté de leurs familles. Tous se sont déjà installés de force dans la captivité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.