Retours d’expériences professionnelles vécues en captivité. Appel à témoignage et réflexions autour du mouvement Freinet.

Un nouvel axe de recherche m’est apparu lors de la rédaction de mon livre Prisonniers de guerre. Vivre la captivité de 1940 à nos jours : le retour d’expérience, c’est-à-dire les usages professionnels modifiés, améliorés ou bien complètement renouvelés par la captivité.

En effet, les captifs en Stalags travaillent en Allemagne, dans les champs ou dans les usines et, pendant toutes les années vécues par force en Allemagne, ils apprennent de nouvelles méthodes, des pratiques différentes. Dans les Oflags, les prisonniers de guerre ne travaillent pas, mais réfléchissent, suivent des cours, confrontent leurs connaissances et leurs pratiques professionnelles avec des Français d’autres régions. Que reste-t-il de tout cela ? Comment penser que ces nouveautés ont été totalement oubliées lorsque le captif est revenu en France ?

Un premier exemple de ces retours d’expérience est observable avec le mouvement Freinet. Célestin Freinet est un instituteur qui, de retour de la Grande Guerre, doit adapter son enseignement modifié par une blessure de guerre, une balle dans le poumon, qui affecte sa voix et son souffle et l’oblige à ne pas parler constamment en classe. S’inspirant notamment de l’Allemand Adolphe Röchl, du pédagogue suisse Adolphe Ferrière et du philosophe américain John Dewey, il met au point des techniques pédagogiques fondées sur la liberté des enfants dans le choix de leurs textes rédigés, de leurs dessins et la prise d’autonomie par la rédaction de journaux, la réunion de coopérative, la mise en place d’une correspondance avec d’autres élèves. Les enfants, acteurs de leur apprentissage, retiennent mieux, sont plus intéressés et progressent davantage. La nature joue un rôle important dans son éducation. Ces idées sont diffusées grâce à des articles et aux congrès nationaux et internationaux auxquels il participe.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, des instituteurs, adhérents du mouvement Freinet, deviennent prisonniers de guerre. Certains d’entre eux ont suivi une préparation militaire supérieure de deux ans, sont devenus élèves-officiers à Saint-Maixent, pour effectuer leur service militaire dans l’infanterie et les chars de combat. Après leur capture, ils sont envoyés dans les Oflags pendant que d’autres instituteurs sont envoyés dans les Stalags. Dans un cas comme dans l’autre, ils participent, comme presque tous les prisonniers (surtout en Oflag puisque le travail n’y est pas autorisé mais aussi dans les Stalags), aux cours qui s’y déroulent, dispensés sur tous les sujets possibles par les prisonniers en fonction de leurs connaissances et de leurs compétences. Ainsi, des instituteurs présentent aux autres captifs, parfois enseignants, mais aussi parents d’élèves, leur nouvelle façon de travailler en classe. Certains camps, les Stalags III A et VII A, l’Oflag IV D, notamment, ont été particulièrement actifs dans cette diffusion des idées de Célestin Freinet.

André Vincenot est jeune instituteur lorsque la guerre commence. Sorti sous-lieutenant de Saint-Maixent en avril 1939, il est fait prisonnier le 23 juin 1940. Dans son Oflag, il maintient le lien avec son métier d’instituteur à la fois par les lettres qu’il écrit à sa femme Paulette, insitutrice également, mais aussi par les réflexions qu’il note dans son carnet de 1940 jusqu’à 1943. Il réfléchit à un groupe scolaire rural moderne, dont il dessine le plan et réalise une maquette. Il envisage tous les aspects de la pédagogie : l’organisation matérielle, les outils pour enseigner, les différentes disciplines. Il souhaite en faire une école joyeuse s’adressant tout autant aux enfants qu’aux parents et envisage, pour convenir à ces deux publics, une bibliothèque, des projections cinématographiques, du théâtre joué par les élèves, une coopérative scolaire pour aider les nécessiteux et développer l’esprit collectif de tous. Un jardin, dessiné très précisément dans son carnet, jouxte ce groupe scolaire, formé d’un potager, d’un verger et d’un jardin de fleurs. Il présente plusieurs avantages, permettant d’étudier et d’expérimenter les lois de la biologie, d’améliorer l’horticulture, et d’inculquer aux élèves le goût du travail bien fait, la patience et de les initier à des activités artistiques comme le dessin.

André Vincenot réfléchit également à la législation scolaire, aux examens et concours, à la discipline, aux matières enseignées, à la rémunération des enseignants et à leur avancement dans la profession. Il envisage un renouvellement des rapports avec les parents d’élèves, réfléchit au dossier médical, à la gestion de la cantine.

Sans pouvoir affirmer qu’André Vincenot était membre du mouvement Freinet avant guerre, son projet en est proche et dans ses notes, il évoque des conférences données à l’Oflag, sans que l’on puisse savoir s’il les prononce ou s’il les écoute. En 1945, de retour de captivité, il redevient instituteur aux côtés de son épouse. Il n’applique pas en totalité le programme qu’il a élaboré à l’Oflag, mais son adhésion aux idées de Célestin Freinet est alors avérée. Il met en place une coopérative scolaire, un journal et projette chaque mois un film éducatif pour les élèves, et un grand film avec les actualités pour les parents, le soir.

Mes recherches commencent sur ce sujet, et cet article est aussi un appel à témoignages. Connaissez-vous un prisonnier de guerre qui a modifié ses usages professionnels après son retour de captivité, en fonction de ce qu’il avait fait, vécu ou observé en Allemagne ?

Merci d’avance pour votre concours.

PS : Les informations sur André Vincenot m’ont été confiées par Marie-Françoise Cénat, sa fille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.