Le Passage du Rhin d’André Cayatte : un film extra-ordinaire sur la captivité

Les films évoquant la captivité ont souvent rencontré un très grand succès. La Grande Illusion reçoit le prix du meilleur ensemble artistique à Venise en 1937, et celui du meilleur film étranger décerné par la critique américaine en 1938. L’acteur principal de Stalag 17, William Holden, reçoit l’Oscar en 1953. Les Evadés de Jean Paul le Chanois, est récompensé par le Grand Prix du cinéma français en 1955. Et Le Pont de la rivière Kwaï, sorti en 1960, reçoit sept Oscars (meilleur film, meilleur acteur, meilleur réalisateur, meilleure musique, meilleur scénario adapté, meilleure photographie, meilleur montage), trois Golden Globe (meilleurs acteur, réalisateur et film dramatique) et trois British Film Award (meilleurs film, réalisateur et scénario).

La rétrospective au Festival Lumière à Lyon, du 12 au 20 octobre 2019, plusieurs rééditions de films chez Gaumont, remettent en lumière le réalisateur André Cayatte, et nous donne l’occasion d’évoquer son film, Le Passage du Rhin, primé par le Lion d’or de la Mostra de Venise en 1960.

Ce film s’inscrit dans le genre des films de captivité, à la suite de ceux cités précédemment, auxquels il faut ajouter La Vache et le Prisonnier de Henri Verneuil, sorti en 1959, énorme succès mais film non primé, et avant Les Culottes rouges d’Alex Joffé en 1962, Le Caporal Épinglé de Jean Renoir la même année ou La Grande Evasion de John Sturges en 1963. Ces films de guerre, qui montrent peu – ou pas du tout – les combats, illustrent la captivité à partir d’histoires véridiques et permettent aux spectateurs de réfléchir sur les conséquences de la guerre sur des hommes qui passent, pour certains, cinq années de leur vie dans les Stalags ou les Oflags. Ils sont résistants ou attentistes, se rapprochent ou pas des Allemands. Ils connaissent la faim, l’attente, la crainte pour leur famille qui subit elle aussi les difficultés de vie quotidienne liées à la guerre, et les bombardements. De l’entraide, de la coopération, mais aussi des bassesses, se développent dans ce monde clos. Le grand succès critique et populaire de ces films s’explique par la compétence des réalisateurs (aux noms déjà cités, rajoutons Billy Wilder pour Stalag 17 ou David Lean pour Le Pont de la Rivière Kwaï), par la qualité des acteurs (Pierre Fresnay, Fernandel, Bourvil, Alec Guiness, Jean-Pierre Cassel, Claude Brasseur, Laurent Terzieff, Charles Aznavour…) mais aussi par la résonance qu’ils prennent dans le contexte historique d’après guerre. En effet, qu’il s’agisse de la Guerre froide ou des guerres de décolonisation, s’il n’est plus question d’une mobilisation générale qui implique tous les hommes en âge de se battre, des combats ont toujours lieu, des soldats sont tués et d’autres deviennent prisonniers de guerre. Les films de captivité permettent d’apporter une voix différente, parfois discordante par rapport aux discours officiels, sur la guerre.

Le Passage du Rhin ne fait pas exception. Il conte l’histoire de deux hommes. L’un, Jean, veut faire la guerre et ne songe qu’à s’enfuir lorsqu’il est fait prisonnier. Il finit par rejoindre Londres. L’autre, Roger, fait la guerre par obligation et se trouve mieux en Allemagne qu’en France, car il y es bien considéré et finit par se rendre indispensable, les Allemands valides étant recrutés par l’armée. A la fin de la guerre, Jean devenu journaliste, est mis en difficulté car sa femme a été la maîtresse du chef de la Gestapo à Paris. Roger n’est pas bien reçu par sa famille qui l’accuse d’avoir été un « planqué » pendant la guerre. Beaucoup de prisonniers ont été, à leur retour en France, victimes de sous-entendus, voire même d’attaques directes, et leur vie pendant la guerre fut comparée à celle des résistants et, dans les années 1960, à celle des déportés. Leur guerre n’aurait pas été si difficile. Ces atteintes portées à l’honneur des prisonniers n’est pas nouvelle : la Fédération nationale des prisonniers de guerre mène, jusqu’en 1949, combat pour l’obtention de la carte du combattant pour les captifs et de nombreux romans – 120 , rue de la Gare de Léo Malet dès 1943 ou La Peau et les Os de Georges Hyvernaud en 1949 par exemple – s’en font l’écho. Le Passage du Rhin n’est pas non plus le premier film à montrer le retour des prisonniers : Retour à la vie, en 1949, est un film à sketchs ayant pour thème commun le retour à une vie normale. Quatre sketchs concernent le retour de prisonniers de guerre et le cinquième, d’ailleurs réalisé par André Cayatte, montre le retour d’une déportée dans sa famille.

Mais Le Passage du Rhin est le premier film à montrer un prisonnier retournant vivre en Allemagne parce qu’il s’y sent mieux qu’en France. « Là-bas, je servais à quelque chose, les autres avaient besoin de moi, pour la première fois de ma vie » fait dire André Cayatte à Roger, joué par Charles Aznavour. En effet, le prisonnier, dans ce film, finit par être le seul homme valide du village allemand où il travaille, dans un Kommando agricole. Il devient peu à peu un homme important vers lequel la population, désemparée, se tourne. C’est donc un sujet d’une grande originalité que choisit André Cayatte, qui explique que le Lion d’or lui ait été remis sous les huées du public et que Louis Marcorelles, critique à France-Observateur, écrive le 10 novembre 1960 : « (…) Il (le film) risque de passer pour une défense de la collaboration ». André Cayatte est connu pour s’attaquer, dans ces films, aux injustices et pour vouloir traquer les représentations dominantes, non d’une manière aigrie, mais en montrant au public la complexité des situations et la nécessité de regarder avant de juger.

Le sujet de ce film lui est inspiré par son passé de prisonnier de guerre, capturé alors qu’il est aspirant d’infanterie sur la ligne Maginot. Mais, à la différence du personnage de Roger, c’est un homme engagé – il a publié avant guerre des ouvrages contre l’Allemagne en tant que journaliste et a rejoint les Brigades internationales lors de la Guerre d’Espagne – qui s’est évadé. Il ne s’agit donc pas d’un récit autobiographique. S’il écrit de scénario de ce film avec Armand Jammot, c’est aussi parce que, le 3 août 1959, l’émission « Cinq colonnes à la une », l’une des émissions les plus regardées alors, diffuse un reportage intitulé « Prisonniers du coeur». Interviewés par Michel Péricard, trois anciens prisonniers du Stalag V A expliquent pourquoi, après leur libération et leur retour en France, ils ont choisi de revenir vivre en Allemagne, où ils se sont mariés. Tous trois travaillaient dans un Kommando agricole, tous se sentent seuls quand ils reviennent en France alors que, les familles chez qui ils ont travaillé en Allemagne sont privées d’hommes pour continuer l’exploitation des fermes. Environ un millier de Français ont fait le choix du retour en Allemagne. André Cayatte a discuté avec ces hommes qui sont intégrés en Allemagne mais sont toujours français et il choisit d’évoquer non pas leur histoire précise mais une histoire inspirée de leurs récits. Autour de ce thème central sont aussi évoqués dans le film la résistance, la collaboration, de manière complexe : par exemple le personnage de Jean, n’hésite pas à utiliser et trahir l’amour qu’une jeune fille allemande éprouve sincèrement pour lui, pour s’enfuir de captivité et devenir résistant en rejoignant Londres. Ainsi dans ce film, tous les résistants ne sont pas sympathiques ni tous les collaborateurs repoussants. Dans l’interview donnée à son biographe, Guy Braucourt (André Cayatte, Seghers, 1969), le réalisateur confie :

« Le Passage du Rhin par contre est un film très important pour moi. Un film que j’ai eu du mal à réaliser en France car une chose que les Français n’acceptaient pas à l’époque c’est l’idée qu’un Français revienne en Allemagne à la fin de la guerre, qu’il se sente davantage chez lui là-bas que dans son propre pays ! Et une fois le film sorti je me suis fait injurier par certains journaux qui ont parlé de film répugnant, de film payé par la propagande allemande… alors qu’en Allemagne cette histoire ne provoque guère de réaction parce que les gens trouvent tout naturel qu’un Français vienne vivre chez eux ».

Ce film occupe cependant, en 1960, la deuxième place pour le nombre d’entrées, 293 253 spectateurs l’ayant vu et Le Film français attribue ce succès au fait « que c’est un sujet humain ». En 1971, c’est le film qui est choisi, après Stalag 17 quelques années plus tôt, pour illustrer la captivité dans l’émission-phare de télévision «  Les Dossiers de l’Ecran» et lancer un débat après sa diffusion. Mais la Fédération nationale des combattants prisonniers de guerre proteste contre ce choix, considèrant que ce film ne donne pas une image véridique de la captivité, et témoignant ainsi du caractère extra-ordinaire et de l’importance de ce film dans les représentations de la captivité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.