La face cachée de la captivité ou De l’importance des témoignages

La captivité française de la Seconde Guerre mondiale est de mieux en mieux connue. Après le livre fondateur de Yves Durand (voir dans ce carnet le billet du 9 mars 2019 ), des études plus spécialisées ont été réalisées concernant, par exemple, l’histoire de la Fédération des prisonniers de guerre (Le Retour des prisonniers de guerre français, Christophe Léwin, 1986), les femmes de prisonniers (Femmes de prisonniers de guerre, Sarah Fishman, 1996), les prisonniers de guerre en URSS (Catherine Klein-Gousseff, Retours d’URSS. Les prisonniers de guerre et les internés français dans les archives soviétiques, 2001) l’image des prisonniers (L’image des prisonniers de guerre français, mon doctorat soutenu en 2002), les prisonniers indigènes (Prisonniers de guerre indigènes, Armelle Mabon, 2010)…. Actuellement, les recherches s’orientent vers des études plus locales de Kommandos, de Stalags ou d’Oflags et aussi des études thématiques, comme Christophe Woerhle qui a notamment travaillé sur les prisonniers de guerre français dans l’industrie allemande.

Des prisonniers de guerre, parallèlement au travail des historiens, et/ou parfois cités par eux, ont fait paraître leurs souvenirs, ont confié des objets, des cartes postales. Mais de nombreux documents sont restés dans l’ombre, non répertoriés dans les archives, donnés aux enfants pour une lecture familiale, ou relégués – oubliés ?- dans des tiroirs. Jusqu’à ce que ces enfants, les petits-enfants, souvent à l’occasion du décès de l’ancien prisonniers, mais aussi de celui de son épouse, s’en emparent, les lisent et prennent conscience de l’histoire vécue par leurs parents. Tout un pan de l’histoire familiale, masqué jusqu’alors – parce qu’on ne voulait plus en parler, parce qu’il ne faut pas ressasser les mauvais souvenirs, parce que la vie continue, parce que ces vieilles histoires n’intéressent plus les jeunes…..- se révèle ainsi.

Ces témoignages permettent de comprendre des comportements parfois étonnants, ainsi que l’explique Hélène Cénat, évoquant son grand-père :

« Pourquoi fumait-il cette marque de cigarettes empestant une pièce à la vitesse de la lumière ? Où avait-il pris l’habitude de fumer du tabac brun ? (…) Pourquoi nous criait-il dessus lorsque nos jeux devenaient trop bruyants ? (…) Pourquoi passait-il tant de temps à faire de l’exercice physique à heure fixe, vêtu de son jogging vert ? (…) Pourquoi craignait-il de voyager ? (…) Tant de questions sans réponse…Heureusement que les lettres qu’il a écrites, pendant sa captivité, à ma petite mamie, à Paulette, ont été redécouvertes. (…) » (Prisonniers de guerre. Vivre la captivité, pages 11-12)

Ces documents montrent également aux enfants que leurs parents ont fait l’histoire. Et il s’agit bien ici de leurs parents, et pas seulement du père prisonnier. La vie familiale en France, pendant la captivité, avec ses angoisses, ses difficultés, leur apparaît à travers des lettres, des souvenirs de bribes de conversation qui, assemblés, permettent de reconstituer le puzzle de ces petites histoires qui, réunies, constituent l’histoire de la captivité.

Mais cette histoire, grâce aux témoignages, se présente sous un angle nouveau. En donnant aussi la parole aux femmes, aux enfants, à la famille des prisonniers de guerre, l’on se rend compte que la captivité n’a pas affecté que les prisonniers de guerre. Nombreux dans l’entourage des prisonniers souhaitaient faire connaître ces histoires sans savoir comment y parvenir.

Lorsque j’ai publié sur ce carnet, en novembre 2017, un questionnaire concernant l’impact de la captivité sur les familles, les réponses ont été nombreuses. Lorsque j’ai parlé de ce projet à des familles de prisonniers que je connaissais, l’adhésion a été immédiate. Lorsque j’ai fait des conférences au Mémorial des Déportés de la Mayenne, ou au Mémorial des civils dans la guerre à Falaise, l’affluence était nombreuse, attentive et les discussions passionnantes. Tous ces témoignages écrits, oraux, tous ces documents confiés, m’ont permis d’écrire ce livre, qui met en lumière, contextualise les témoignages et les recoupe avec des sources officielles.

Ce billet est l’occasion pour moi de remercier tous les témoins qui m’ont fait confiance et apporté leur concours, et de les assurer de l’importance fondamentale des témoignages et des archives privées pour l’histoire contemporaine.


Merci donc à

– Mesdames Viard, de Villeroché, Marouby-Terriou, Perrin, Nicole et Baudet.

– Messieurs Lecomte, Rouvière, Langereau, Darquie, Sledzikowski, Vacheron, Madkour, et Pinçon-Desaize.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.