Les prisonniers de guerre participent à la reconstruction d’un village

Ammerschwihr est une petite ville alsacienne d’un millier d’habitants, à proximité de Riquewihr et de Kaysersberg. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la localité, sur la route de Colmar, est directement touchée par les combats de la Poche de Colmar en décembre 1944 : obus au phosphore et bombardements de l’aviation américaine détruisent la cité durant trois semaines. Les habitants sont évacués, puis en 1945, un village provisoire de baraquements en bois est construit. La ville est en effet détruite à 85 % et le vignoble, miné par les Allemands, touché par les bombardements, est à reconstituer.

La Fédération nationale des prisonniers de guerre (F.N.P.G.) entreprend – avec la Société coopérative de reconstruction créée est 1948 et le projet de Charles-Gustave Stoskopf, l’architecte alsacien – de participer à la reconstruction de ce village.

Le lien entre cette cité et les prisonniers de guerre est intense. Lorsque les soldats français devenus prisonniers sont conduits à pied vers les Stalags et les Oflags en Allemagne,en juin 1940, les habitants d’Ammerschwihr distribuent généreusement nourriture et boissons. Et un homme,  Philippe Rieder, crée dès 1940 une filière de passage clandestin pour les prisonniers  évadés qui cherchent à entrer sur le territoire français et/ou à passer la ligne de démarcation.

L’Alsace est annexée dès juillet 1940, et dirigée par le Gauleiter Robert Wagner, qui germanise la population et implante, à toutes les échelles, le parti nazi. La population est totalement sous contrôle : l’allemand est la seule langue autorisée, le droit allemand est appliqué. Dès le mois de juillet 1940, le camp de Schirmeck est ouvert pour les Alsaciens récalcitrants face à l’obligation d’intégrer les organisations allemandes et notamment le Reichsarbeitsdienst (R.A.D.), Service du travail, et l’armée allemande. Malgré les menaces, les Alsaciens tentent de s’opposer à cette politique – seulement 3 % adhèrent au parti nazi – et des passeurs s’organisent en liaison avec des Alsaciens installés hors d’Alsace. Ils commencent d’abord par cacher et permettre le départ de jeunes Alsaciens qui refusent d’intégrer le R.A.D. puis l’armée allemande; ce qui représente environ 15% des incorporés. Ce chiffre peut sembler faible, mais les représailles sur les familles sont dissuasives et la peine de mort appliquée en cas de capture. Ceux qui ne peuvent fuir deviennent des « Malgré-nous ». Puis ces passeurs étendent leurs actions sur les prisonniers de guerre évadés qui arrivent en Alsace, les guidant à travers les Vosges. Des dizaines de filières permettent à environ 20 000 personnes de fuir.

Philippe Rieder est donc l’un de ces passeurs. Membre de réseaux affiliés au réseau « Notre-Dame » du colonel Rémy, il devient, après la guerre, maire d’Ammerschwihr de 1945 à 1953 et conseiller général du canton de Kaysersberg. Dans ces mêmes réseaux travaillent Adrien Sadoul, prisonnier de guerre rapatrié en avril 1941, et Jean Bertin, également prisonnier de guerre, rapatrié sanitaire en mars 1941 grâce à de faux papiers. Adrien Sadoul, président de la Cour d’Appel de Metz et membre de la F.N.P.G,  et Jean Bertin, président de la F.N.P.G se rendent en 1946 à Ammerschwihr et la décision est  prise par la Fédération, dont le vice-président, François Mitterrand, est également présent, d’aider à la reconstruction du village en bâtissant une nouvelle école et en remettant en état la maison forestière, vitale pour ce village entouré de forêts et de vignes. Ces deux constructions sont prioritaires pour le relèvement d’Ammerschwihr. Le président de la République, Vincent Auriol, accepte la présidence d’honneur du comité d’experts de la F.N.P.G., chargé du « crédit moral et matériel indispensable auprès des pouvoirs publics ». Deux millions de francs sont affectés par la Fédération au village, grâce aux versements des associations départementales de prisonniers de guerre. Certaines recueillent de l’argent, d’autres envoient des livres pour l’école et des arbres. Trois salles de classe portent les noms d’Allier, Loiret et Creuse, départements particulièrement généreux.

La maison forestière est reconstruite au printemps 1948 et l’inauguration, en présence de François Mitterrand, ministre des Anciens Combattants, de Pierre Pflimlin, ministre de l’Agriculture et du général Guillaume, commandant des troupes d’occupation française en Allemagne et de la fanfare des prisonniers de guerre des Vosges, a lieu le 4 avril, jour de la pose de la première pierre du groupe scolaire.

Formé de dix salles de classe, le groupe prévoit trois bâtiments : une école maternelle, l’école des garçons et l’école des filles, incluant aussi le logement des enseignants et des sœurs enseignantes. Un ancien prisonnier de guerre, Louis Gilbert Keller, ancien élève de l’École nationale des Beaux Arts de Paris décore l’école des garçons de scènes des contes et légendes d’Alsace, et  l’école des filles de personnages de l’Histoire de France. Ce groupe scolaire, alors l’un des plus modernes de France, est inauguré le 26 octobre 1952, en présence des responsables de la Fédération mais aussi d’André Marie, ministre de l’Éducation nationale et de Claudius Petit, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme.

La Fédération offre enfin à l’église du village deux vitraux récupérés dans les combles du siège de la F.N.C.P.G. à Paris.

Par les inscriptions sur la maison forestière, devenue maison d’habitation, et sur le groupe scolaire, le souvenir des liens entre ce village durement éprouvé pendant la guerre et les prisonniers de guerre persiste de nos jours.

Notes : 

Les photographies sont issues de ma collection personnelle

La F.N.P.G. devient Fédération des Combattants prisonniers de guerre en 1949 (F.N.C.P.G.)

Merci à monsieur Francis Lichtlé pour les précisions apportées : son livre, La reconstruction d’Ammerschwihr (éditions J.D.Reber) détaille toute la renaissance du village.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.