A propos de la polémique autour de la vidéo de Gilles Le Gendre : les prisonniers de guerre et la construction européenne

A l’occasion de la campagne pour les élections européennes du 26 mai 2019, une polémique est apparue sur Twitter après que Gilles le Gendre, dans une vidéo pour le parti La République en marche (LREM), ait convoqué le souvenir de son père, officier prisonnier de guerre en Allemagne jusqu’en 1945, pour parler de l’Europe.

La liste Renaissance, au nom de l’alliance LREM, a évoqué de manière tronquée la vidéo que le député de Paris a enregistrée. Leur citation, maladroite – « Celui qui m’a inculqué le rêve européen, c’est mon père. Il était un officier français emprisonné en Allemagne pendant la guerre. Quand il est rentré, il m’a dit ‘il faut construire l’Europe’ » – a fait réagir. Gilles Le Gendre étant né en 1958, certains y ont vu un discours électoral fondé sur des mensonges. Alors que, dans la vidéo, le président du groupe LREM explique : « (…) Quand j’étais enfant, il me racontait sa captivité (…) et il disait ‘ il faut reconstruire l’Europe’ (…). ». 

Ici, ce n’est pas cette polémique qui nous intéresse, mais l’association qu’elle évoque entre la captivité et la construction européenne. 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Français faits prisonniers vivent en Allemagne pendant plusieurs années, au contact avec la population locale pour les captifs des Stalags et au contact d’officiers de nombreuses nationalités pour ceux des Oflags. Gilles Le Gendre dit dans la vidéo que son père parlait de sa captivité « sans haine, sans esprit de vengeance ». Il s’adresse à son fils dans les années 1960, près de vingt ans après les faits, mais peut-être était-il dans cet état d’esprit dès son retour. Beaucoup de prisonniers cependant rentrent avec une volonté de revanche, trouvant, par exemple, que les conditions de détention des prisonniers de guerre allemands en France ne sont pas assez dures.

Mais, à partir de 1949, dans un contexte de Guerre froide et de guerres d’indépendance, des organisations se créent. A l’échelle européenne, la Confédération internationale des anciens prisonniers de guerre (C.I.A.P.G.) est impulsée par des Belges, des Néerlandais et des Français. Les associations d’anciens prisonniers de guerre sont intégrées dans les associations d’anciens combattants et de victimes de guerre. La Fédération mondiale des anciens combattants (F.M.A.C.) est fondée en 1950 à Paris grâce à des Belges, des Français, des Italiens, des Luxembourgeois, des Néerlandais, des Turcs, des Américains et des Yougoslaves. La Confédération européenne des anciens combattants (C.E.A.C.) est initiée en 1962 par des Français, des Allemands, des Britanniques, des Néerlandais, des Italiens, des Luxembourgeois et des Espagnols. 

Toutes souhaitent consolider les liens entre les combattants alliés, nouer des relations avec les anciens adversaires et surtout servir la cause de la liberté, de la coopération entre les peuples pour contribuer à l’instauration d’une paix durable, en prévenant les conflits par le dialogue et le respect des droits de l’homme. L’activité de ces organisations est très rapidement visible : par exemple à propos des débats sur la Communauté européenne de Défense (C.E.D.) en France, la Fédération nationale des combattants prisonniers de guerre (F.N.C.P.G.) en 1952 laisse le choix à ses adhérents mais se déclare pour une unification politique de l’Europe, et demande à la C.I.A.P.G. de prendre contact avec les anciens prisonniers de guerre allemands. 

La première rencontre internationale réunit 20 000 anciens prisonniers à Lourdes en 1953. Dans son journal, Le PG, la F.N.G.P.G. écrit en 1955 : ” Depuis plusieurs année déjà, les congrès nationaux de notre Fédération envisageaient favorablement l’idée d’une réconciliation nécessaire entre les anciens adversaires et d’un rapprochement souhaitable entre les anciens PG français et les anciens PG allemands.“(Le PG, 17 janvier 1955)

En 1957, alors que le traité de Rome vient d’être signé en mars, pour la première fois, la C.I.A.P.G. se réunit en juin à Francfort, sur le sol allemand. La F.N.C.P.G. en profite pour mettre l’accent sur la réconciliation franco-allemande et ce, avant la première rencontre entre le général de Gaulle et le chancelier allemand Adenauer en septembre 1958.

Les anciens prisonniers des deux côtés du Rhin sont particulièrement actifs dans l’organisation de jumelages. Les premiers initiateurs en sont des intellectuels suisses qui organisent des rencontres entre maires français et allemands, aboutissant à l’Union internationale des maires pour la reconstruction de l’Europe et l’établissement de la paix, dès 1948. Le premier jumelage est signé entre Montbéliard et Ludwisgsburg, deux villes au passé historique commun puisqu’elles appartenaient toutes deux au duché du Wurtemberg. Le maire de Montbéliard, Lucien Tharradin, est un ancien prisonnier de guerre, résistant, déporté à Buchenwald. Cent vingt-six jumelages, initiés par d’anciens prisonniers de guerre, sont signés avant 1963, date du traité de l’Elysée instaurant une coopération franco-allemande dans les domaines des relations internationales, de la défense et de l’éducation. 

L’ apport des prisonniers de guerre, et plus largement des anciens combattants, à la construction européenne n’est pas négligeable. Ils prônent le rapprochement entre anciens ennemis, moins de dix ans après la fin de la guerre, alors que certains sont restés prisonniers pendant cinq ans pour les Français, pendant douze ans pour des Allemands en URSS. Le contexte international de l’époque les préoccupe : ont-ils souffert pour rien ? Le père de Gilles Le Gendre « (l)’a obligé à prendre allemand comme première langue, ce qui pour lui représentait quelque chose de très symbolique ». Les actes des organisations d’anciens prisonniers et d’anciens combattants s’effectuent juste avant, ou bien en parallèle du Traité de Rome. Ont-ils influencé la Communauté européenne ? Il est difficile d’être totalement affirmatif à ce sujet, mais ils concourent à l’idée d’Europe en influençant l’opinion publique. Bien plus que les traités ou les rencontres officielles, c’est l’adhésion des populations qui fait l’Europe. A cet égard, l’attitude de nombreux anciens prisonniers fut un exemple.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.