Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 2 : censure et autocensure

Les journaux des camps sont pour les prisonniers des sources d’informations concernant les activités, les loisirs dans le camp. Prodiguant des cours, réalisant des compte-rendus de livres, ils ont un intérêt culturel certain, tout en offrant aussi des pages de détente, avec histoires drôles, mots croisés, dessins humoristiques, mais aussi permettent aux captifs de diffuser les contes et poèmes qu’ils écrivent.

Bien que prévus par la Convention de Genève, les journaux sont soumis à la censure des Allemands et les rédacteurs doivent donc s’abstenir de tout article à caractère politique. Pour l’essentiel, cette interdiction a été suivie, mais des allusions plus ou moins voilées échappent à la surveillance. Ainsi le remplacement à la tête du Commissariat général aux prisonniers de Maurice Pinot par André Masson, en janvier 1943, fait l’objet de commentaires. Ce Commissariat accueille les prisonniers rapatriés, les aide à se réinsérer et assiste les familles. Maurice Pinot y menait une action efficace et reconnue, mais il est remplacé par André Masson, un ancien prisonnier de guerre rapatrié, mais surtout un collaborateur notoire. Les prisonniers réagissent à cette nomination de deux manières : ils utilisent d’abord, pour la commenter, la presse collaborationniste à laquelle ils ont le droit de s’abonner. Ainsi, citant le journal L’Oeuvre,du 27 mars 1943 qui écrivait : « l’union des prisonniers ne doit pas être une massonnerie », les rédacteurs de L’Equipe(Stalag XVII A) utilisent ce qui est une faute de frappe et/ou d’orthographe (deux « s » à la place d’un « ç ») pour ajouter : « c’est tout-à-fait notre avis » et d’expliquer : 

« Nous nous sommes toujours refusé à dire le bien que nous ne pensions pas de M. André Masson (…). Pour tout dire, M. André Masson ne nous intéresse pas (…) » (n°42, mars 1944). 

Un autre moyen, pour contourner la censure, est de dessiner : un numéro d’avril 1942 du journal L’Equipe est illustré de cloches ailées lâchant des bombes sur la terre. Sous le titre “histoire vraie”, sans aucune légende, un dessin dans le journal  L’Ephémère représente un homme et une femme – qui est en fait un homme grimé – croisant sur une route un soldat allemand et un autre met en scène un prisonnier sur le quai d’une gare, gardé par un soldat allemand et qui regarde une femme qui n’a de féminin que les vêtements (journal du Stalag IX A, février 1944 et mai 1944). Il s’agit ici d’indiquer que des évasions ont réussi.

Cependant ces allusions sont rares, n’apparaissant réellement qu’en 1944, alors que la discipline allemande s’est relâchée, les gardiens étant désormais des hommes plus âgés et moins fanatisés que les jeunes, partis sur le front russe depuis la deuxième moitié de l’année 1942. 

Il est cependant de nombreux sujets, non politiques, qui n’apparaissent pas ou très peu dans le journal du camp. Car à la censure il faut ajouter l’autocensure, qui touche des thèmes variés mais délicats à évoquer pour le prisonnier.

L’évocation des femmes est rarissime dans les journaux des camps. Certains poèmes y font allusion, la femme – épouse ou fiancée – étant totalement idéalisée : elle aime, elle attend, elle est loyale, sincère, elle veille sur elle et sur la maison, elle attend le retour du prisonnier. Cependant un journal, Le Piaf, du Stalag II B, crée dès le premier numéro une rubrique féminine, intitulée « au creux de la main d’une femme ». Ecrite par des prisonniers du camp, elle imagine les lettres qu’une femme envoie à son mari. A travers elle, apparaissent les sujets qui tiennent à coeur aux prisonniers et qu’ils n’abordent pas, à commencer par l’infidélité, crainte majeure des prisonniers prise très au sérieux par le gouvernement de Vichy qui promulgue des lois contre ceux qui détournent les femmes des captifs. L’intérêt de cette rubrique est qu’elle tient lieu de soupape de sécurité. Abordant avec tact des questions épineuses, elle calme et raisonne le prisonnier, comme une épouse le ferait avec son mari. Signant les articles « Elle….sans lui », les rédacteurs traitent ainsi, en transgressant l’autocensure, de thèmes qui n’ont pas toujours un rapport avec les femmes mais qui préoccupent la population du Stalag. Citons pêle-mêle les prisonniers libérés, rentrés en France, qui n’écrivent pas ; les profiteurs de guerre ; les civils qui oublient les prisonniers ; le marché noir dans le camp, les « gangs » qui se créent et se réservent les travaux les moins difficiles, ainsi que l’évoque François Mitterrand : 

« Il y avait l’esprit du « gang » et l’esprit « du gang » commandait aux membres du « gang » de s’emparer de cette place où l’on triait des pommes pourries et des pommes pas pourries. Et au bout de 8 jours ou de 10 jours, comme je n’étais pas membre du « gang » je fus – comme tant d’autres – réservé pour les travaux plus durs. » ( Leçons de choses de la captivité, Paris, les grandes éditions françaises, 1947)

Les journaux n’évoquent pas non plus le travail des prisonniers. D’abord parce qu’ils se sont fixés pour but de distraire les prisonniers, leur changer les idées, leur remonter le moral. Mais aussi parce que le travail, aussi pénible physiquement soit-il, est surtout perçu comme une mise en esclavage du soldat (l’expression revient souvent chez les prisonniers) obligé de travailler pour l’ennemi. Même les sous-officiers – et ceci malgré la Convention de Genève – sont astreints à travailler.

Enfin, ce n’est qu’en lisant entre les lignes que l’on peut découvrir certains aspects de la vie des prisonniers. Ainsi les compte-rendus sportifs indiquent que les Français affrontent dans des matchs de football, par exemple, des Serbes, des Italiens, des Yougoslaves, des Polonais…. Seuls les prisonniers belges bénéficient de leur propre page dans les journaux, comme les Bretons, les Corses ou les Auvergnats peuvent écrire des articles régionaux. Les soldats des autres nationalités ne sont pas évoqués parce qu’ils ne sont pas considérés comme des ressortissants de pays étrangers, mais comme des prisonniers. A l’exception des Soviétiques, auxquels il n’est pas fait allusion, pour des raisons de censure, tous les captifs sont traités de la même façon par les Allemands.

Soumis à la censure mais aussi à une autocensure que les prisonniers se sont tacitement imposés, les journaux des camps témoignent, tout autant par ce qu’ils disent que par ce qu’ils taisent, des difficiles années de captivité.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.