Les journaux des camps, sources directes de la captivité. Episode 1 : la mise en place

A partir de l’été 1941, rarement avant, une organisation se met en place dans les camps de prisonniers. Ils forment alors, ainsi que l’a montré Yves Durand (La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français. 1939-1945,1980), une communauté qui s’est ressaisie après le choc de la défaite et de l’arrivée en Allemagne, et qui se structure face aux Allemands. Ainsi se mettent en place l’encadrement français du camp avec le bureau de l’homme de confiance, la réception régulière de lettres et de colis et l’organisation des loisirs. C’est alors que les journaux apparaissent.

L’instruction et les distractions sont prévues dans la Convention de Genève de 1929, à l’article 17 : « Les belligérants encourageront le plus possible les distractions intellectuelles et sportives organisées par les prisonniers de guerre ». Un officier allemand, le Betreuer, est chargé de la prise en charge idéologique des prisonniers de guerre, pour éviter que leur moral ne soit trop atteint par la captivité ce qui pourrait déboucher sur des révoltes. Il doit aussi déceler ceux susceptibles d’être gagnés à la cause allemande et d’influencer les autres. Un des moyens pour parvenir à ce statu quo, voire à une collaboration, est le journal du camp. Les Allemands fournissent le matériel (papier, machine à ronéotyper) et lisent le journal avant parution de sorte qu’aucun caviardage n’apparaisse. Mais ils n’imposent pas l’équipe rédactionnelle ni les buts du journal. 

Les Français s’emparent rapidement de cette opportunité qui permet à la fois d’unir le camp et les Kommandos, d’informer les prisonniers, de témoigner de la richesse et du dynamisme de leur vie privée de liberté et de symboliser leurs pensées. Tous les camps ont leur journal, qui ne commencent pas à la même période car les Allemands n’insistaient pas si les prisonniers refusaient. Hormis l’activité de censure, les Allemands n’interviennent pas dans la rédaction de ces journaux car les prisonniers connaissent la Convention de Genève. Pour avoir dérogé à cette règle, L’Optimiste, journal du Stalag II B dans lequel le Betreuer était très actif, fut contraint, par les autorités allemandes, de disparaître et fut remplacé par Le Piaf. Par ailleurs, un journal ouvertement collaborationniste, Le Trait d’Union, existe déjà.

Le choix des rédacteurs relève à la fois des Allemands et des Français. Des Allemands parce que le tri qu’ils ont effectué, pour envoyer des hommes travailler en Kommando et pour en garder d’autres, ne relève d’aucun hasard : ils gardent dans le camp tous les hommes qui, dans le civil, sont étudiant, professeur, avocat, journaliste, musicien… L’objectif premier n’est pas de favoriser la création du journal, mais de garder au camp les éléments qui pourraient être les plus subversifs. Les Français choisissent aussi les rédacteurs : le Français contacté par les Allemands constitue l’équipe rédactionnelle en fonction de ses affinités, et des professions. L’équipe rédactionnelle du journal L’Equipe, du Stalag XVII A est composée de Jean Diwo, étudiant et pigiste au journal Paris Soir avant guerre, de trois professeurs d’anglais, d’histoire-géographie et d’espagnol, d’un élève de l’école des Chartes, d’un directeur d’assurance, d’un artiste peintre, d’un dessinateur, d’un typographe, et d’un architecte. Venant de toutes les régions de France, aucun ne se connaît avant guerre. Leur moyenne d’âge est d’environ trente ans. L’Ephémère, journal du Stalag IX A, est rédigé par quatre prêtres, deux acteurs professionnels dont Yves Brainville, et Bernard Monsour, ancien secrétaire de Maurras. Le Piaf, le journal du Stalag II B, rassemble des instituteurs, un garagiste, un militaire de carrière et un journaliste d’une agence de presse. Si l’on cherche des points communs à ces journalistes de captivité, ils sont majoritairement littéraires, avec une surreprésentation du corps enseignant, et sous-officiers. La Convention de Genève de 1929 prévoit que « (…) Les sous-officiers prisonniers de guerre ne pourront être astreints qu’à des travaux de surveillance, à moins qu’ils ne fassent la demande expresse d’une occupation rémunératrice (…) » (article 27). Mais, à partir du printemps 1942, des pressions de plus en plus fortes s’exercent sur les sous-officiers qui refusent de travailler. Les vexations, les humiliations sont les prémices d’un envoi dans des camps disciplinaires à Kobierzyn ou Rawa Ruska. Participer au journal permet de rester au camp en ne cédant pas aux injonctions allemandes contraires à la Convention de Genève. Les rédacteurs du journal occupent souvent d’autres fonctions : président de la Caisse de Secours, directeur de l’université du camp, directeur du groupement artistiques : ce sont des personnalités du camp. La stabilité de l’équipe est forte, mais les colonnes sont ouvertes à des journalistes occasionnels qui envoient des articles : le médecin, le prêtre, les soldats des Kommandos qui envoient des compte-rendus ou des poèmes : 35 % des 500 Kommandos du Stalag XVII A participent au journal.

Les journaux sont distribués gratuitement, envoyés par le service de la poste dans les Kommandos avec les lettres et les colis. Si leur format (plus ou moins A4) évolue peu, le nombre de pages commence modestement (deux à quatre pages) jusqu’à compter une quinzaine de pages et un tirage évoluant entre 1500 et 3000 exemplaires. Parfois présentés comme des bimensuels, ils paraissent le plus souvent une fois par mois. A partir de l’été 1942, la Direction du Service des Prisonniers de guerre se substitue par la force des choses aux Allemands pour approvisionner les camps en papier jusqu’à l’automne 1944. Ce manque de papier force ainsi les Allemands à autoriser l’impression des journaux, qui occasionne un changement important puisque, alors que les machines à ronéotyper étaient dans le camp, les imprimeries sont en ville. Le journal L’Equipebénéficie ainsi de l’imprimerie, à Vienne, du Volkischer Beobachtung, le journal officiel nazi. Les copies sont d’abord envoyées et lorsque la composition du journal est prête, un des journalistes se rend en ville – qui n’est pas toujours à proximité du camp -, accompagné d’un garde, pour relire les épreuves et mettre en page, incluant, comme c’était déjà le cas dans les journaux ronéotypés, des illustrations.

Destinés à être provisoires, les journaux accompagnèrent la vie des prisonniers de guerre durant toute la captivité. Ceux-ci rapportèrent des exemplaires en France à leur libération, d’autres furent trouvés en Allemagne, si bien que des collections presque complètes de très nombreux journaux de camps sont reconstituées et disponibles aux Archives nationales et au Service Historique de la Défense, au château de Vincennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.