A la recherche des prisonniers de guerre… … dans quelques ouvrages récents sur la guerre

Les mois qui viennent de s’écouler ont vu fleurir des ouvrages généralistes sur la guerre. Qu’il s’agisse du Dictionnaire de la guerre et de la paix, rédigé sous la direction de Benoît Durieux, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et Frédéric Ramel, et paru aux PUF en 2017 ou d’Une histoire de la guerre du XIXème siècle à nos jours, sous la direction de Bruno Cabanes, édité chez Seuil en 2018, ces deux ouvrages permettent de réfléchir à la définition, aux évolutions et aux conséquences des conflits et à leur impact sur les soldats. L’occasion est aussi donnée d’y rechercher les prisonniers de guerre. Le Dictionnaire de la guerre et de la paix ne propose pas d’entrée « prisonnier de guerre », « captivité », « stalag » ou « oflag ». Certes aucun dictionnaire ne prétend à l’exhaustivité. Cependant, le prisonnier appartient doublement à l’univers guerrier : s’il n’est plus un combattant, il reste néanmoins un soldat, fait prisonnier pendant une guerre, ainsi que son nom l’indique. De manière moins directe, il ressortit également au domaine de la paix puisque nombre de prisonniers de guerre ont, après leur libération, oeuvrer pour le rapprochement entre les peuples, aussi bien dans les organisations de jumelages interurbains que dans des organisations internationales d’anciens prisonniers de guerre, rapprochant des ennemis de jadis.

Pour trouver les prisonniers de guerre dans le Dictionnaire, qui s’adresse aux « étudiants, chercheurs, enseignants, journalistes, praticiens, grand public » (avant-propos), donc à un public vaste, il est donc nécessaire de faire appel à des connaissances et de la logique.

L’organisation fournissant informations aux familles, aide et soutien aux captifs étant le Comité international de la Croix-Rouge, j’en recherche l’entrée et y lit la description du rôle et de l’action du CICR. L’allusion à « l’élaboration d’un droit international humanitaire contemporain » m’incite à poursuivre dans cette direction. Le premier texte définissant précisément les combattants prisonniers de guerre, les séparant des civils, étant la Convention de Genève, je cherche ces entrées….. qui n’apparaissent pas. En fait, les Conventions de Genève sont expliquées dans l’entrée « Humanitaire (Guerre et ) » qu’il faut compléter par l’entrée « droit des conflits armés » pour avoir une évolution historique de la notion ainsi que la différence avec les Conventions de La Haye (qui s’occupent de la conduite des hostilités quand Genève tente de garantir un traitement humain pour les captifs). L’entrée « Crimes de guerre » permet d’accéder à l’évolution du statut de prisonnier de guerre, d’abord appliqué indistinctement aux civils et aux militaires, avant qu’une différence plus précise ne soit instaurée. Enfin l’entrée « victime » évoque le « Droit international humanitaire » et la protection spéciale accordée en 1929 aux captifs.

Comité international de la Croix-rouge ; crimes de guerre ; victimes ; Humanitaire ; droit des conflits armés : l’axe, pour décrire la captivité de guerre, est juridique et humanitaire. C’est une image juste, évidemment, mais qui, outre la complexité pour la retrouver dans l’ouvrage, présente deux limites. Elle n’insiste pas, au-delà des définitions, sur la spécificité des prisonniers (ce que les anciens prisonniers de guerre déplorent constamment). Ils sont des victimes, tout comme les « blessés militaires, malades et naufragés, personnel sanitaire, civils dans les territoires occupés et la population civile ». Les différences de traitement entre officiers et non gradés, entre nationalités durant notamment les deux guerres mondiales, ne sont pas évoquées. Le nombre de soldats concernés durant la Guerre de Sécession, la Guerre de 1870, les guerres mondiales, l’Indochine, l’Algérie, le Vietnam…. aurait mérité une entrée, s’appuyant sur les recherches historiques récentes : Raphaëlle Branche pour la guerre d’Algérie (Prisonniers du FLN, Payot, 2014), Fabien Théofilakis pour les prisonniers allemands de la Seconde Guerre mondiale en France (Les Prisonniers de guerre allemands (France, 1944-1949), Fayard, 2014)…. jusqu’à Delphine Richard qui vient de se voir attribuer la bourse de doctorat de la fondation Heilbronn pour son travail sur Les Prisonniers de guerre juifs de France , 1940-1945. L’essor de cette branche de l’histoire militaire est grandissant depuis le livre fondateur de Yves Durand en 1980 (La Captivité. Histoire des Prisonniers de guerre français (1939-1945).

Une Histoire de la Guerre du XIXè siècle à nos jours s’appuie sur un plan thématique en quatre parties : la guerre moderne, mondes combattants, expériences de guerre et sorties de guerre. Un article entier, intitulé « des prisonniers par millions » apparaît dans « mondes combattants ». Ecrit par Fabien Théofilakis, il présente une évolution de la captivité depuis 1793, montrant que la figure du citoyen-soldat oblige les belligérants à garder sur leur sol les soldats ennemis prisonniers qui combattent pour leur patrie, à la différence des mercenaires des périodes précédentes. En découlent la construction de camps et autres pontons, une différence de traitement entre les officiers et les hommes de troupe, l’importance de l’intendance pour gérer la multitude de prisonniers et l’apparition d’un droit humanitaire les protégeant. « Rien n’est plus révélateur de la nature des régimes politiques et du type de confrontation à l’oeuvre pendant le conflit que le traitement des prisonniers » (p. 371) : cette réflexion au sujet de la Seconde Guerre mondiale peut s’appliquer à tous les conflits et l’article poursuit la réflexion jusqu’à la fin de la Guerre froide. Les nouvelles conflictualités (guérillas, terrorisme, mercenaires…) voient décliner le nombre de prisonniers de guerre nationaux, mais interrogent sur le niveau de protection des individus pris en combattant. S’achevant sur des renvois « le temps du citoyen-soldat », « ce que dit le droit » et « les mythes de l’impérialisme britannique », qui permettent un approfondissement, cet article accorde une importance non négligeable (onze pages) aux prisonniers de guerre et démontre, s’il en était besoin, qu’ils ont toute leur place dans un ouvrage sur la guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.