La genèse d’un classique : La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français (1939-1945) de Yves Durand

A l’orée des années 1970, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale évolue, sous l’impulsion de Marcel Ophüls dont le film Le Chagrin et la Pitié, sorti en 1971, donne la parole à des Français dont tous n’ont pas été résistants et de Robert Paxton qui, dans son livre La France de Vichy (1940-1944) paru en 1973 montre la collusion entre Pétain et les Nazis. Des acteurs de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’alors peu ou pas médiatisés, veulent faire entendre leur voix et voir leur mémoire se diffuser. Les prisonniers de guerre sont à la pointe de ce mouvement. 

A la fin du mois d’octobre 1971, lors de son vingtième congrès au Puy-en-Velay, la Fédération nationale des Combattants Prisonniers de guerre (F.N.C.P.G.) estime que le temps est venu de promouvoir l’étude et la recherche concernant la captivité. Ce faisant, elle vise directement le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, instauré en 1951, l’accusant de n’avoir pas privilégié cet axe de recherche historique, ou plutôt de n’avoir pas développé des recherches spécifiques sur la captivité. Durant cette période, un seul article de La Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale est consacré aux prisonniers de guerre : « Les Prisonniers des Kommandos et l’Image de la France » rédigé par François Boudot en 1968.

La Fédération se propose alors de collecter auprès de ses adhérents toute la documentation dont ils pourraient disposer : journaux de camp, tracts, textes, objets, photographies, dessins, paroles et musiques de chansons, récits etc. afin d’organiser une exposition nationale, une bibliothèque de la captivité et un Musée national de la captivité. Pour ce faire, elle prend contact avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale et les archives de guerre, mais compte surtout sur ses adhérents et sur sa propre capacité à les fédérer autour de ce nouveau projet. C’est à la jeunesse que la Fédération pense. Elle veut aider les étudiants des deuxième et troisième cycles à orienter leurs travaux sur la captivité et sur le rôle des associations de combattants prisonniers de guerre dans la nation, envisageant même pour cela la création de bourses d’études. 

D’autres actions ont été envisagées, ainsi un débat aux Dossiers de l’Ecran. Cette émission-phare de la télévision organisait depuis 1967 des débats de société en direct réunissant des spécialistes après la diffusion d’un film. La Fédération essuie un refus de la part du producteur, Armand Jammot,en décembre 1973.

Mais deux grands projets sont lancés en 1974 et annoncés dans le numéro de mai-juin du PG, le journal de la F.N.C.P.G. Le premier concerne l’histoire de la captivité :

« C’est un maître assistant d’histoire contemporaine à l’Université d’Orléans, Yves Durand, qui entreprendra, avec ses élèves, les travaux envisagés par le groupe. Il s’agit là d’une tâche collective immense, donc de longue haleine. »

Lorsque Yves Durand accepte d’écrire l’histoire de la captivité, il a participé pendant plus de dix ans aux travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et il a déjà publié deux ouvrages sur la période 1939-1945 : Vichy. 1940-1944 chez Bordas en 1972 et Libération des pays de Loire chez Hachette en 1974.

«Léopold Moreau –mon collègue au lycée Pothier– m’a proposé de préparer un ouvrage sur la captivité pour le compte de la FNCPG dont il était alors un des principaux dirigeants nationaux en 1975 (…) Cette proposition lui a été inspirée par le fait que j’avais déjà publié deux ouvrages sur la période (…). » (collection personnelle, lettre d’Yves Durand, 7 février 2002)

Léopold Moreau est alors vice-président de la F.N.C.P.G. La Fédération assure la publication et la diffusion par souscription auprès de ses adhérents, facilite les recherches d’Yves Durand, au même titre que l’Union nationale des Amicales de camps, l’Union nationale des Évadés, l’Association des Cheminots combattants anciens prisonniers de guerre et l’association des Combattants prisonniers de guerre de la Seine. Yves Durand n’avait jusqu’alors aucune connaissance précise sur la captivité :

« Ni mes relations, familiales ou autres, ni mes travaux antérieurs n’avaient particulièrement attiré mon attention sur les prisonniers.» (lettre du 7 février 2002)

Les étapes de ce projet peuvent être suivies dans Le PG puisque dans presque tous les numéros à partir de l’été 1974, il est précisé que des étudiants en histoire de l’université d’Orléans-La-Source travaillent sur la captivité et qu’il leur faut du matériel. Ces travaux aboutissent à des devoirs de maîtrise soutenus dans la deuxième moitié des années 1970 : Philippe Goldmann, La Propagande allemande auprès des prisonniers de guerre français à travers le « Trait d’Union » ; Gérard Boyer, Les Prisonniers de guerre du Loiret et leurs familles. 1940-1945 ; Nicole Bonnet, Image du prisonnier de guerre français à travers la presse locale des débuts de la captivité aux lendemains de la Libération. Le plan du livre est adopté au début de l’année 1977 et Yves Durand propose un questionnaire à cent prisonniers de guerre dans chaque association départementale. A partir de 1978, deux étudiantes, installées au siège de la Fédération à Paris, classent les documents et dépouillent les questionnaires. Un conseiller technique assiste la direction fédérale pour la fabrication et l’impression de l’ouvrage et deux sous-commissions sont créées pour la conception et la réalisation du livre et pour la diffusion et le financement. 

Le second projet concerne l’action des prisonniers de guerre évadés et rapatriés avant 1945 a été proposé par Jean Védrine, membre d’honneur de la F.N.C.P.G. et qui a été, durant sa captivité, homme de confiance, puis membre du commissariat de reclassement des prisonniers de guerre où, aux côtés de François Mitterrand, il organise des centres d’entraide et fabrique de faux papiers pour faciliter les évasions. Il est, après la guerre, secrétaire général de la Fédération nationale des prisonniers de guerre. Jean Védrine a mis ses dossiers à la disposition d’Yves Durand. 

Ces deux ouvrages, l’un écrit par un historien, l’autre de manière très scrupuleuse par un témoin, se complètent et répondent à la préoccupation de la F.N.C.P.G., à laquelle d’autres associations de prisonniers de guerre apportent leur concours. La participation des prisonniers de guerre à cette entreprise, des plus connus aux plus anonymes, est immédiate et massive, ce qui montre qu’elle répond à une demande, qui n’était pas visible autrement et qui s’est peut-être révélée avec l’envoi des questionnaires au domicile des anciens prisonniers. 

En 1978, une souscription de 10 000 exemplaires du livre d’Yves Durand est lancée auprès des lecteurs du PG, dont le succès conduit à augmenter le tirage prévu à 20 000 exemplaires. Le samedi 18 octobre 1980 est organisée, au Palais des Congrès de la Porte Maillot, une manifestation pour le lancement et la vente du livre. 22 000 exemplaires ont été vendus fin 1980, qui suscitent une deuxième, puis une troisième édition. Entre 1980 et 1982, 41 000 exemplaires ont été édités. Il constitue, encore à ce jour, le livre de base pour tout chercheur sur la captivité française de la Seconde Guerre mondiale. Le livre de Jean Védrine, Dossier PG-Rapatriés,1940-1945,sort en 1987. Les travaux pour la rédaction d’une histoire de la captivité sont lancés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.