1949 : La carte de combattant est accordée aux prisonniers de guerre

Le 1er janvier 1946 , Le PG, journal de la Fédération nationale des prisonniers de guerre (FNPG) édite une affiche qui réclame, outre des revendications matérielles et financières, la défense de l’honneur des prisonniers de guerre. Les combattants ont besoin de la reconnaissance du pays alors qu’ils ont subi un double traumatisme : les combats de 1940 et la captivité : 

(…) L’obtention d’une pension, d’une décoration, la mention d’un nom dans un document historique ou autre, ne sont pas des satisfactions régressives, comme des récompenses à un élève méritant. Ils assurent aux anciens combattants que la collectivité reconnaît sa dette et que les années de souffrances, inscrites dans leur chair et leur esprit, reçoivent un sens. Ces témoignages de reconnaissance (…) ne signifient absolument pas un sentiment de supériorité sociale mais, au contraire, la réassurance que le lien avec la nation et l’État est clairement affirmé. Cette reconnaissance est une condition fondamentale pour la réintégration du combattant dans la vie du temps de paix ; elle renforce sa cohérence existentielle, c’est-à-dire psychosociale, qui a été ébranlée par l’expérience inoubliable de la guerre ». (Claude Barrois, Psychanalyse du guerrier, Paris, Hachette, 1993)

Leur honneur a été bafoué au printemps 1945 et notamment lors du procès Pétain, durant lequel Daladier déclara que la France était mieux armée que l’Allemagne, rejetant la responsabilité de la débâcle sur les combattants de 1940. Ainsi, les anciens prisonniers souffrent du silence des Français, de la presse et du Gouvernement à l’occasion de la cérémonie organisée le 27 juillet 1947 pour le rapatriement des corps des prisonniers de guerre morts en captivité, ainsi que de ce retour tardif. Or, ce sont des raisons essentiellement financières qui l’expliquent. Tout fait défaut avant 1947 : les cercueils, les produits de désinfection pour les opérations d’exhumation et les transports. 

Recevoir la carte de combattant, voici l’objectif  des anciens prisonniers et de leur Fédération, forte d’un million de membres en 1946. Ils pensent l’obtenir sans difficulté puisque les anciens captifs de la Grande Guerre en avaient bénéficié. La première fédération des prisonniers de guerre avait été créée dans ce but en janvier 1921, regroupant vite 60 000 membres. C’est en 1922 que la médaille de la Victoire, refusée en 1920, leur permettait d’être reconnus comme combattants et de bénéficier des avantages financiers correspondant à ce statut. Or les espoirs des prisonniers de la Seconde Guerre mondiale sont rapidement déçus : ils ne sont pas considérés comme des combattants. La Convention de Genève qui les protège durant la guerre, les trahit un peu en l’occurence puisqu’ils sont considérés comme des « soldats non combattants ». Leurs contre-arguments sont cependant précis et affutés : ils ont combattu, ont fait leur devoir. S’ils ont été maintenus captifs par les Allemands, c’est bien pour ne pas reprendre le combat. Ils sont donc, durant leur captivité, des combattants potentiels ainsi que le prouvent les consignes que diffusent auprès d’eux les Résistants par le poste « honneur et patrie » pour mener le combat sur le sol ennemi; c’est également ce qu’atteste le général De Gaulle dès 1943 en qualifiant de front des barbelés, « le front de la Résistance intérieure en Allemagne ». D’autres décorations sanctionnent, selon eux, les actions d’éclat, mais la carte du combattant gratifie le fait d’avoir combattu.

Les refus essuyés sont perçus comme des injustices, des vexations, une atteinte à l’honneur des prisonniers. Or il faut attendre 1949 pour que la carte du combattant soit attribuée, les prisonniers étant victimes des remaniements gouvernementaux nombreux sous la IVe République. Qu’on en juge : en 1946, le ministre de tutelle des prisonniers, Laurent Casanova, communiste, annonce son désir d’accorder la carte. Mais l’Union française d’associations de combattants –UFAC- s’y oppose, à moins que le prisonnier ait appartenu à une unité combattante. La FNPG refuse cette condition, la captivité étant pour elle le prolongement du combat, et n’accepte comme limitation à l’obtention de la carte qu’une attitude antipatriotique dans les camps ou durant l’Occupation. En janvier 1947, c’est François Mitterrand, membre fondateur de la FNPG et donc ancien prisonnier, qui est nommé ministre. Il se heurte au refus de l’UFAC et aux hésitations du Conseil des ministres concernant le coût budgétaire que provoquerait l’acceptation d’une telle mesure. Mais finalement, la détermination de la Fédération, une grande manifestation nationale des anciens prisonniers de guerre et l’insistance de François Mitterrand débouchent sur le décret du 29 janvier 1948 octroyant la carte de combattant aux prisonniers de guerre -l’arrêté d’application date du 4 mai-.

« La carte du combattant est attribuée pour les opérations commencées le 3 septembre 1939– aux militaires mobilisés ou engagés dans les armées de Terre, de Mer ou de l’Air, ayant combattu en France ou hors de France, ayant subi la captivité ou ayant été blessés. »

Mais l’UFAC dépose en décembre 1948 un pourvoi en cassation contre l’arrêté du 4 mai. La Fédération réagit immédiatement en donnant la parole aux prisonniers pour montrer leur  diversité et leur importance dans la société. S’expriment alors Jacques Perret, l’auteur du Caporal épinglé, puis Jacques Hélian, musicien dans l’orchestre de Ray Ventura;  le journaliste Marcel Roels,; Maurice Bruezière, professeur de lettres au lycée Condorcet; Roger Pecheyrand, instituteur et lauréat de l’Académie française;  Monsieur Lantheaume, docteur en médecine;  Édouard Jolly, docteur en droit et avocat; Roger Debouzy, rédacteur en chef-adjoint du journal parlé de la Radiodiffusion française;  Georges Lepeltier, président de la FNCPG;  A. Roze, inspecteur de l’enseignement primaire;  Robert Merle, l’auteur de Week End à Zuydcoote et  le général Loizeau. 

Néanmoins, en ce début d’année 1949, le décret Mitterrand est suspendu. Il faut avoir appartenu à une unité combattante durant 90 jours avant la captivité pour être considéré comme un ancien combattant, et les prisonniers de guerre de 1940 ne répondent pas à cette condition, pour cause de Blitzkrieg. Une grande avancée est réalisée, le 2 août 1949, par le ministre des Anciens Combattants Victimes de guerre, R. Bétolaud, qui décide par décret que les prisonniers de guerre obtiennent la carte de combattant s’ils ont participé à des opérations de combat qu’elle qu’en soit la durée et s’ils ont été détenus et gardés militairement en territoire occupé par l’ennemi pendant au moins six mois ou immatriculés comme prisonniers de guerre dans un camp en territoire ennemi pendant au moins 90 jours. Contre toute attente, ce décret provoque une manifestation dans Paris de 80 000 prisonniers, car les délais indiqués exclus des évadés et des internés en camps de représailles. L’instabilité gouvernementale inhérente à la IVe République porte à la tête du ministère des Anciens Combattants Victimes de guerre, M. Jacquinot, un indépendant, qui réalise l’action décisive en publiant le 23 décembre 1949, après pression de l’amicale des parlementaires anciens prisonniers de guerre un décret d’attribution de la carte du combattant avec arrêté d’application immédiat. Les points 4 et 5 concernent les prisonniers de guerre : 

« (les militaires) (…)

-qui ont été soit détenus comme prisonniers de guerre pendant six mois en territoire occupé par l’ennemi soit immatriculés dans un camp en territoire ennemi, sous réserve d’avoir appartenu, au moment de leur capture, sans condition de durée de séjour et pendant la période où elle avait cette qualité, à une unité combattante.

-qui ont été détenus comme prisonniers de guerre pendant six mois en territoire occupé par l’ennemi, soit immatriculés dans un camp en territoire ennemi où ils ont été détenus pendant 90 jours au moins, sous réserve d’avoir appartenu, antérieurement à leur capture ou postérieurement à leur détention, sans condition de durée de séjour et pendant la période où elle avant cette qualité, à une unité combattante. (..) »

Les principales modifications reposent sur la non-indication de la durée d’appartenance à une unité combattante, qui permet à de nombreux prisonniers de guerre de bénéficier du statut de combattant et sur le fait que le prisonnier de guerre peut ne pas avoir appartenu à une unité combattante au moment de sa capture.

Ce décret permet à neuf prisonniers sur dix d’obtenir la carte de combattant. Mais d’autres revendications, financières et matérielles, restées sans solution, amènent les anciens captifs à rester mobilisés à l’orée des années 1950.


2 réflexions sur « 1949 : La carte de combattant est accordée aux prisonniers de guerre »

  1. Bonjour mon père fut prisonnier en Allemagne ,travail obligatoire ,enfant j’ai vue le document ,un livret .Aujourd’hui mon père est mort les documents perdues ,y a t’il un moyen de trouver une copie ou des traces ?? merci a vous

    • Bonjour Monsieur,
      Je ne sais pas si je vais pouvoir vous répondre. Si votre père dépendait du service du travail obligatoire (STO) en Allemagne, il n’était pas prisonnier de guerre, et je ne suis pas spécialiste du STO. Un livre est consacré aux Français du STO : Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie. 1942-1945, par Patrice Arnaud, CNRS éditions, paru en 2010. Il indique que les archives du STO se trouvent aux Archives nationales. Je vous donne l’adresse du site, sur lequel vous pouvez commencer les recherches en indiquant le nom de votre père : https://francearchives.fr/findingaid/e23a95cb07394cb2e45d882ac239712fb5ee6131
      En espérant que vos recherches réussiront
      Cordialement
      E. Gayme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.