Indochine 1945 : des prisonniers de guerre français méconnus.

La parution chez Tallandier du livre de Guillaume Zeller, Les Cages de la Kempeitaï. Les Français sous la terreur japonaise. Indochine mars-août 1945 donne l’occasion d’évoquer les prisonniers de guerre français en Indochine pendant la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller n’évoque pas seulement les militaires prisonniers de guerre, mais tous les Français présents dans la colonie et également les 24 millions d’autochtones, qui, à partir de l’attaque japonaise du 9 mars 1945, furent exécutés immédiatement ou bien emprisonnés et torturés. Cependant, s’il est parfois difficile de séparer le sort des militaire de celui des civils, ce compte-rendu va mettre en évidence le sort des prisonniers de guerre, donc des soldats. Commençant en 1937, lorsque le Japon attaque tour à tour la Mandchourie puis la Chine, Guillaume Zeller dresse avec une grande clarté le tableau d’un territoire très disputé. L’Indochine constitue une des deux voies d’approvisionnement terrestre de la Chine et intéresse le Japon dans sa politique d’expansion, à tel point que l’Amiral Decoux, nommé gouverneur général par Pétain en 1940, accepte de laisser des aérodromes à disposition des Japonais et la possibilité de stationner des troupes sur le territoire du Tonkin. Des combats s’engagent jusqu’en septembre 1940, lorsque Hiro Hito donne l’ordre de cesser l’offensive. Les 2 500 Français faits prisonniers sont alors libérés, mais la menace japonaise continue à planer.

L’armée d’Indochine, dans sa majorité, reste fidèle à Pétain qui mène une politique d’émancipation en direction des Indochinois et de discrimination à l’égard des Juifs, des francs-maçons et des gaullistes. Durant toute la guerre, l’Indochine subit des menaces du Japon, de la Thaïlande qui réclame des territoires, du communisme d’Hô Chi Minh (connu alors sous le nom de Nguyen Ai Quoc), de mouvements nationalistes et des bombardements alliés. Des réseaux résistants hostiles à la politique de neutralité à l’égard du Japon, allié des Nazis, s’organisent dès l’été 1940.

Le coup de force japonais, préparé dès l’automne 1944, intervient le 9 mars 1945 et vise simultanément la totalité du territoire indochinois. Les combats les plus intenses ont lieu au Tonkin, là où l’armée française était la plus nombreuse. 40 000 Européens vivent alors en Indochine, dont 18 000 militaires avec leurs familles résidant dans les citadelles. Tous sont visés par l’attaque rapidement menée,beaucoup sont tués. Les civils ne sont pas épargnés : ils sont pourchassés, violés, massacrés quels que soient l’âge ou le sexe. Mais ce sont surtout les militaires qui sont victimes d’exécutions sommaires. 

Après le mois de mars, alors que la Kempeitaï – la gendarmerie militaire qui gère la répression – torture essentiellement des civils mais aussi des militaires, la plupart des soldats sont concentrés dans des casernes ou des citadelles. Victimes de tortures, sous alimentés, ils travaillent au ravitaillement, à l’entretien des lieux, creusent des tranchés et autres structures militaires. Ces prisons servent de viviers de main d’oeuvre pour envoyer, à partir du mois de juin et alors que la mousson commence, les prisonniers dans des camps de concentration « l’un à Hoa Binh à 60 km à l’ouest de Hanoï, l’autre à Paksong, au Laos, à 50 km à l’est de Paksé » (p. 187). Ils s’y rendent à pied ou en camion et découvrent, au milieu de la jungle un camp principal entourés de petits camps. Ils construisent eux-mêmes leurs abris, sont sous alimentés et construisent des pistes, des fossés, arrachent des souches, construisent des ponts. Les morts sont nombreux, dus aux mauvais traitements, à la sous-alimentation, aux maladies et blessures infectées et laissées sans soin. Les évasions sont empêchées par l’état de santé des prisonniers, mais également par des miradors, des patrouilles, et aussi parle système de la triade : organisés en groupe de trois, si l’un des trois prisonniers s’évade, les deux autres sont fusillés. La mortalité est considérable.

Dans les premiers jours qui suivent le 9 mars, les soldats sont capturés et tués immédiatement : décapités au sabre, tués par des mitrailleuses, achevés à la baïonnette et à coup de pioche. Ainsi dans le secteur de Lang Son, près de 300 prisonniers de guerre sont massacrés le 13 mars. Le bilan est impressionnant : « Presque tous les chefs de corps des différents régiments d’Indochine sont morts ou captifs. Parmi les officiers généraux et supérieurs les plus opérationnels, seuls ont pu échapper au piège le général Sabattier, commandant de la division du Tonkin, le général Alessandri, commandant de la deuxième brigade de cette même division, et le colonel François, chef de corps du 1erRTT ». (p. 132). Certains ont réussi à s’échapper et tentent, avec des civils, de se réfugier dans la brousse, le maquis ou en Chine. Beaucoup finissent par être capturés, les autres meurent d’épuisement ou de maladie.

La capitulation du Japon le 2 septembre 1945 n’entraine pas la libération immédiate des prisonniers de guerre. Les accords de Potsdam prévoient que les Chinois du Guomintang et les Britanniques pénètrent en Indochine, mais le Viet Minh cherche à s’imposer sur le territoire et le Gouvernement provisoire de la République française, exclu de la conférence de Potsdam, veut rétablir son autorité sur la colonie. Enfin les Japonais sont toujours présents. Ils doivent être désarmés au sud de l’Indochine par les Britanniques et au nord par les Chinois. Mais la neutralisation des Japonais est très lente et commence réellement en novembre 1945. Tous ne sont pas désarmés et les Britanniques leur confient même la surveillance d’aérodrome ou de gares. Les Britanniques décident finalement de laisser les Français reprendre le contrôle de la situation. Leclerc arrive à Saïgon le 5 octobre 1945 et les dernières troupes britanniques quittent l’Indochine en mars 1946. Alors, très rapidement, les Japonais sont rapatriés vers leur archipel, le départ total est achevé en mai 1946.

L’arrivée des troupes de l’armée française crée des tensions et des vexations : les prisonniers de guerre sont considérés comme des traitres, qui sont restés loyaux envers Pétain, mais que néanmoins l’armée accepte de réintégrer, alors qu’eux estiment avoir fait leur devoir. Leurs souffrances ne sont pas reconnues. Considérés comme des prisonniers de guerre à l’instar de ceux détenus en Allemagne, ils demandent le statut de déporté, leurs lieux de détention étant reconnus comme des lieux de déportation par un arrêté du Ministère des Anciens combattants et victimes de guerre datant du 22 janvier 1951. Le statut de déporté politique leur est reconnu au début des années 1990. Et seulement deux mentions de « mort en déportation » ont été attribuées en janvier 2016.

Ce livre, bien informé, d’une lecture aisée et stimulante, s’appuie sur des sources historiques et des archives, des travaux universitaires et des témoignages. Il ouvre des pistes de recherche, la principale pour moi étant de réfléchir à la différence de problématique entre ces prisonniers de guerre de 1945 et ceux détenus en Allemagne : leur proximité avec les civils qui ont partagé en partie leur sort ; les lieux de détention classés lieux de déportation ; les exactions commises par les Japonais. Evalués à12 000 en mars 1945 (Jean-Louis Margolin, L’Armée de l’Empereur. Violences et crimes du Japon en guerre. 1937-1945, Armand Colin, 2007), le nombre de survivants n’est pas indiqué par Guillaume Zeller, mais si l’on peut s’appuyer sur l’estimation de Jean-Louis Margolin indiquant que le taux de mortalité en moyenne dans les camps japonais est de 27 %. Plusieurs éléments expliquent cette sauvagerie alors même que le Japon a signé la Convention de Genève dès juillet 1929. En effet, le texte ne fut pas ratifié, et même si les officiers japonais en connaissent l’existence, ils ne le respectent pas, renforcés en cela par la décision, en août 1937, de l’empereur Hiro Hito d’approuver une directive suspendant l’application des conventions internationales sur les prisonniers de guerre. En janvier 1941, le ministre de la guerre, Tôjô Hideki, rédige le code d’honneur de l’armée – Senjinkun-, considérant qu’un prisonnier n’a que deux solutions pour compenser la honte de la capture : le suicide ou la cour martiale. Le mépris dans lequel les Japonais tiennent les prisonniers de guerre est renforcé par les modifications de l’origine des officiers depuis l’ère Meiji, de moins en moins issus de familles samouraï respectant le code d’honneur du Bushido et provenant de plus en plus de familles paysannes pour lesquels la loyauté à l’empereur prime sur tout. Enfin, l’Indochine est attaquée en mars 1945, alors que la défaite japonaise se profile, ce qui explique aussi ces violences extrêmes. 

S’ajoutant à la comparaison entre les captivités françaises de la Seconde Guerre mondiale, d’autres pistes seraient à suivre :dans quelles conditions les prisonniers de guerre ont-ils été libérés ? Comment ont-ils été réintégrés dans l’armée ? Combien d’entre eux ont participé à la guerre d’Indochine qui commence en décembre 1946 ? D’autres recherches en perspective…..



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.