La captivité en bande dessinée : objet historique ou historien ?

L’ouverture le 24 janvier du 46ème festival d’Angoulême incite à se pencher sur les bandes dessinées qui ont pour sujet la captivité française de la Seconde Guerre mondiale.

J’en ai recensé cinq : Le Carnet de Roger de Florent Silloray en 2011, les trois tomes que Jacques Tardi a consacrés à la captivité de son père (Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B,Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, mon retour en France et Moi René Tardi prisonnier au Stalag II B,après la guerre, respectivement en 2012, 2014 et 2018), et Plus près de toi de Kris et Fournier en 2017.En utilisant la distinction faite par Pascal Ory (« trois questions à Pascal Ory, historien de la culture et de la bande dessinée », casesdhistoire.com),faut-il qualifier ces BD d’historiennes ou d’historiques ? En d’autres termes, ces BD reconstituent-elles la captivité de manière très précise et documentée, présentant un moyen plus ludique et pédagogique pour connaître les prisonniers de guerre, « une écriture visuelle de l’histoire » comme dit Pascal Ory ? Ou bien utilisent-elles le contexte de la captivité pour créer des personnages et des intrigues imaginaires ? Et que nous disent-elles de l’image de la captivité à l’orée du XXIe siècle, alors qu’elles paraissent toutes à partir de 2011 ?

Ce tir groupé de l’édition fournit un premier indice. Si l’on se renseigne sur les auteurs, le père de Jacques Tardi a été prisonnier de guerre, tout comme le grand-père de Florent Silloray. Rien de tel cependant pour Kris et Fournier, même si l’aIeul de Kris a combattu dans une compagnie de tirailleurs sénégalais. Et ces différences, dans les cas de ces BD de captivité, trace la limite entre l’historien et l’historique.

Jacques Tardi et Florent Silloray veulent témoigner d’un moment de l’histoire vécu par un membre de leur famille et le transmettre par le moyen de la BD. Ce faisant, ils s’inscrivent dans la vague de témoignages d’enfants de prisonniers de guerre, qui, à partir des années 2000, éprouvent la nécessité, le plus souvent sous forme de livres, mais aussi de blogs ou de BD dans les cas qui nous intéressent, de raconter l’histoire du père – parfois du grand-père-. Ce déclic est provoqué par la mort des parents, la découverte de lettres, d’objets qui éclairent un passé parfois tu, entraperçu, rarement bien connu. Les enfants ont manqué de temps – et parfois d’envie – pour écouter l’ancien prisonnier raconter ses souvenirs, lorsqu’il acceptait de le faire. Dans les années 2000-2010, la génération des captifs disparaît, leurs enfants quittent la vie active pour devenir de nouveaux retraités prenant conscience d’être parmi les derniers témoins qui ont connu les prisonniers. Leur temps devenu libre leur permet de se consacrer à la diffusion de ces captivités individuelles. Il s’agit aussi de rendre hommage à leurs parents.

Le cheminement est très souvent le même : la découverte/connaissance de la captivité fait l’objet d’un mûrissement avant de déclencher le témoignage par le dessin. Jacques Tardi veut soulager son père envahi par ses souvenirs de captivité. Il l’encourage à se raconter sur des cahiers à partir de 2012, mais ne les utilise pas. Florent Silloray découvre à la mort de son grand-père, en 2002, des photographies puis le carnet de prisonnier. Il se livre alors à des recherches et des lectures. C’est la deuxième étape. La troisième est souvent constituée d’un voyage vers l’Allemagne, dans les traces du captif. Florent Silloray part dans les Ardennes françaises durant l’été 2008 pour rechercher les décors et retrouve quelques lieux où son grand-père est passé. En 2010, il se rend en Allemagne, sur le site du Stalag IV B où son aïeul a passé deux mois en 1940, puis dans un autre Stalag où il a travaillé. Une rencontre avec le directeur du centre de documentation des prisonniers de guerre de Torgau, près de Leipzig, lui fournit informations précises, documents et photographies. Il commence alors à réaliser l’album. Jacques Tardi part vers la Pologne en 2013 avec son épouse, dont le père fut également prisonnier de guerre et suit la trajectoire de son père, notamment sur la route du retour vers la France en 1945. Là encore, des historiens locaux sont contactés qui fournissent documents et archives. Les enfants de Jacques Tardi participent à la confection de la BD.

Florent Silloray, alors illustrateur jeunesse, et Jacques Tardi, auteur de BD bien connu, utilisent le moyen qui leur est familier pour raconter l’histoire : le dessin. Mais les deux s’inscrivent eux-mêmes dans la BD, au côté du prisonnier, utilisant ainsi des procédés graphiques originaux. Florent Silloray alterne l’histoire de son grand-père, dessinée dans des ton sepia, avec son propre voyage en Allemagne, en couleur. Les photographies du carnet du grand-père sont reproduites en pages de garde. Jacques Tardi se représente aussi, mais au côté de son père, en enfant qui pose des questions au prisonnier, commente ses réponses, apporte des précisions historiques. Et il en profite pour formuler les interrogations jamais évoquées devant le père. 

Il s’agit dans les deux cas d’une BD historienne. Les sources sont citées, d’abord celles qui sont à l’origine de l’entreprise : 

« le carnet de Rogerest tiré du véritable carnet de moleskine noir que Roger, jeune maraîcher nantais de 27 ans, écrivit dès sa mobilisation et durant toute sa captivité – plus de 5 ans- dans un camp de travail pour prisonniers de guerre. A la mine de plomb, dans une écriture serré et minuscule, il a consigné, au risque de sa vie, jour après jour, son quotidien de soldat, puis de prisonnier. Certaines dates ou lieux peuvent avoir été mal notés ou mal orthographiés, nous avons choisi de ne pas les modifier ». (note de l’éditeur page 6). 

Cette note est précédée de l’indication des sources en Allemagne, et suivi d’une préface d’Isabelle Bournier, directrice culturelle et pédagogique du Mémorial de Caen.

Dans le premier tome de la BD de Tardi, un carnet qui reconstitue les carnets d’écoliers utilisés par René Tardi pour confier sa captivité, illustré de quelques dessins que l’ancien prisonnier a réalisé, indique la genèse de l’ouvrage. Une bibliographie générale – très peu de livres spécialisés sur la captivité, « un bouquin généraliste sur le sujet », quelques livres de témoignages, des films, des vues du Stalag trouvées sur internet – est indiquée à la fin des tomes 2 et 3.

Jacques Tardi a été contacté par des enfants et petits-enfants de prisonniers de guerre à la suite de la parution des albums.

Il ne s’agit pas d’une BD historienne avec Plus près de toi, mais d’une BD historique. Kris a souhaité dans ce nouveau projet, revenir en Bretagne et travailler « sur un sujet peu documenté » (interview réalisé sur CasesdHistoire, Les voix de l’histoire, 2017.https://www.youtube.com/watch?v=1gkGjBzpEcU),en l’occurence la vie d’un village sous l’Occupation. Kris sait que la Bretagne est une des régions qui a accueilli le plus de prisonniers indigènes, soldats prisonniers de guerre retenus dans les Frontstalags en France parce que les Nazis ne les voulaient pas sur le sol allemand. Il y est sensibilisé par son histoire familiale, comme l’indique la note indiquée en page 2 :

« Cette histoire est dédiée à tous les soldats ayant combattu pour la France sans en avoir pour autant la nationalité pleine et entière. Particulièrement aux tirailleurs africains du Bataillon de Marche N°5 de la 1ère Division de la France Libre qui ont accompagné mon arrière-grand-père, le capitaine Henri Hennebaut, de 1940 à 1945, partout où la France avait décidé d’exister encore… ».

Le projet intéresse le dessinateur Fournier parce qu’il est breton et parce qu’il n’avait jamais dessiné la guerre. Le contexte est réel, Kris s’est documenté, notamment auprès d’Armelle Mabon (Prisonniers de guerre « indigènes ». Visages oubliés de la France occupée. Paris, La Découverte, 2010), certaines anecdotes sont vraies, mais les personnages sont imaginaires. Un tome 2 va suivre. Cet album remporte un grand succès notamment auprès des adolescents.

Les BD sur la captivité française de la Seconde Guerre mondiale parues jusqu’a présent, qu’elles soient historiennes ou historiques, sont d’une grande qualité et permettent une transmission accessible, minutieuse et valable de l’histoire de la captivité. Leur grand succès auprès du public constitue donc une excellente nouvelle.

-FOURNIER et KRIS, Plus près de toi, Paris,Dupuis, collection Aire libre, 2017.

– SILLORAY Florent, Le Carnet de Roger, Paris,Editions Sarbacane, 2011.

– TARDI Jacques, Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, Paris, Casterman, 2012.

– TARDI Jacques, Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, mon retour en France, Paris, Casterman, 2014.

– TARDI Jacques, Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B, après la guerreParis, Casterman, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.