A quel genre cinématographique les films de captivité appartiennent-ils ? Réflexions à partir du film Stalag 17

Une annonce de la Cinémathèque française, postée hier sur Facebook, a attiré mon attention : 

« Ce soir sur le grand écran de la salle Langlois, un formidable film d’évasion signé Billy Wilder, avec William Holden, et Otto Preminger en colonel allemand. (…) » 

Ce film, c’est Stalag 17. 

Sorti aux Etats-Unis et en France en 1953, il s’agit du premier film de captivité tourné après La Grande Illusion(1937). Il raconte la vie quotidienne d’un groupe de 630 sergents aviateurs de l’armée des Etats-Unis, prisonniers des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et détenus dans un camp, le Stalag XVII, sur le Danube. Ce qui me fait réagir est la catégorisation « film d’évasion » : si effectivement, une tentative d’évasion échouée constitue l’ouverture du film et une tentative réussie la fin, il n’est pas question que de cela, bien au contraire, ce qui permet de s’interroger sur le genre cinématographique que constitue le film de captivité.

Billy Wilder, le producteur et réalisateur du film, s’interroge lui aussi sur le genre de ce film, faisant déclarer en voix off à l’un de ces personnages, dès les premières images : « Je ne sais pas vous, mais j’éprouve toujours de l’ennui devant ces films de guerre avec des aviateurs, des patrouilles de sous-marins, des hommes grenouilles aux Philippines. Ce qui me gêne, c’est qu’il n’y a jamais aucun film sur les prisonniers de guerre (…) ». Et effectivement, à part La Grande Illusion, aucun film sur la captivité de guerre n’a été tourné avant Stalag 17. Les films de captivité appartiennent-ils aux films de guerre ? Il s’agit effectivement de soldats, puisque les prisonniers sont des soldats non combattants qui restent en uniforme durant toute la captivité. Mais beaucoup d’aspects les éloignent du film de guerre. Aucun combat n’est représenté mais des allusions à la guerre sont présentes : les ennemis sont visibles (la Wehrmacht mais aussi la Gestapo) ; la bataille de Bastogne en décembre 1944 est évoquée durant l’écoute clandestine de la radio, d’autres nationalités de prisonniers sont citées : des Russes, des Polonais, des Tchèques. Mais, à la différence d’un film de guerre, souvent manichéen, patriotique, insistant sur l’aspect horrifique de la guerre, Stalag 17présente d’autres atouts.

Ce film est d’abord un documentaire sur la captivité. Tiré d’une pièce de théâtre éponyme écrite par Donald Bevan et Edmund Trzcinski qui furent eux-mêmes prisonniers de guerre, il présente de manière très précise la vie quotidienne dans un camp, faite d’ennui, de problèmes d’alimentation, d’attente du courrier, d’écoute clandestine des nouvelles de la guerre avec une radio bricolée, de la présence d’autres nationalités, d’un Noël passé en Allemagne… La captivité est expliquée par la voix off et des détails très précis comme la Convention de Genève, qui réglemente la détention des prisonniers de guerre, est citée à plusieurs reprises. De même, la visite d’un délégué de la Croix-Rouge qui préoccupe les Allemands au point de distribuer de nouvelles couvertures ou la présence de femmes militaires soviétiques prisonnières de guerre sont des marques de véracité dans le récit. Edmund Trzcinski joue d’ailleurs un petit rôle dans le film. Présenter Stalag 17sous l’angle de l’évasion, c’est suggérer qu’il s’agit d’un film d’action, et probablement l’associer dans l’esprit du public à La Grande Evasion de John Sturges (1963). Ce film présente finalement peu d’action : il s’agit plutôt d’un huis-clos. Mais un huis-clos avec du suspense : tout le ressort du film repose sur la recherche d’un espion au sein de la baraque 4, qui renseigne les Allemands et est la cause de l’échec de l’évasion qui ouvre le film et de la mort de deux prisonniers de guerre. Et un huis-clos typiquement américain. La recherche d’un espion caché dans le groupe fait immanquablement penser au maccarthysme qui sévit aux Etats-Unis depuis 1950 et touche particulièrement les milieux cinématographiques. En outre, Sefton est un individualiste assumé, un opportuniste qui ne cherche qu’à s’enrichir, y compris en acceptant d’aider le lieutenant Duncan à s’évader alors qu’il avait jusque là toujours repoussé ce genre de projet. C’est aussi un film de Billy Wilder dont le genre de prédilection est la comédie, présentée ici notamment par les deux prisonniers de guerre qui égaient la baraque 4 et cherchent à rentrer en contact avec les femmes soviétiques. S’y ajoute le cynisme personnifié par le personnage de Sefton, incarné par William Holden, qui trafique avec les Allemands et accumule un véritable trésor qu’il renferme dans une cantine. Il parie des cigarettes sur la réussite des évasions, sur des courses de rats. Le cynisme peut-être le fait d’un personnage d’un film de guerre, mais pas du personnage principal comme dans Stalag 17, qui valut à William Holden l’oscar du meilleur acteur et au film un grand succès public, les Américains se reconnaissant dans ce film typiquement américain, traitant seulement huit ans après la guerre des thèmes bien plus riches et nuancés que ne l’aurait fait un film de guerre.

En France, l’accueil fut beaucoup plus mitigé, qu’il s’agisse ou non d’anciens captifs : 

« Quant au contenu du film, il ne me semble pas qu’il appartienne à la critique d’en juger, mais aux prisonniers. Seuls ils pourront dire si certains passages sont ou non invraisemblables, ainsi que « le profane » est tenté de le penser (…). Les auteurs de la pièce Donald Bevan et Edmund Trzcinski, ont été eux-mêmes prisonniers, et c’est, paraît-il, pendant leur détention qu’ils ont jeté les bases de leur œuvre. (…) » (article de Jean Thévenot, Les Lettres françaises, 9 décembre 1953).

« (…) Seul un ancien prisonnier nous dirait s’il est vraisemblable que les quarante pensionnaires d’une baraque aient pu se maquiller « en Hitler » pour narguer le feldwebel. » (Article de J-G. Pierret, Radio Cinéma Télévision, 13 décembre 1953). 

Les prisonniers français, auxquels il a été fait appel, on l’a vu, comme caution morale, réagissent vivement : 

« Ah ! Elle était amusante la captivité vue par Billy Wilder. (…) J’en suis sorti (…) écoeuré de ce travestissement odieux de notre calvaire outre-Rhin. (…) Nous, anciens prisonniers de guerre français, ne laisserons pas déformer par des « Stalag XVII » à la Billy Wilder ce passé de souffrance derrière les barbelés allemands, qui nous appartient. » (Robert Sauvageau, ancien prisonnier au Stalag XVII, Les Lettres françaises, 30 décembre 1953).

Ce qui a été perçu de ce film- et rejeté – c’est l’humour, le divertissement, qui semblent en 1953 totalement hors sujet aux Français pour un film sur la captivité. Les deux pays n’ont pas souffert avec la même ampleur : 102 000 prisonniers de guerre américains détenus en Allemagne contre près de deux millions de prisonniers de guerre français. Les images ne sont effectivement pas innocentes pour les captifs français : les loisirs, le théâtre, c’est ce que beaucoup de Français ont retenu de La Grande Illusion, film pourtant infiniment plus riche sur la captivité et c’est ce que les anciens captifs veulent qu’on oublie. A leur retour, en 1945, les anciens prisonniers peinent à être reconnus comme anciens combattants, et n’obtiennent la carte de combattant qu’en 1949. Mais au-delà de ces préoccupations matérielles, les prisonniers ont souffert en captivité, tous reviennent très amaigris, beaucoup ont déclaré en captivité des maladies chroniques dont ils souffrent toute leur vie. La captivité ne peut être présentée pour eux sous forme de comédie, parce qu’il ne s’agit pas d’aller voir un divertissement quand on évoque la captivité.

Stalag 17 est donc un film bien plus riche qu’un film d’évasion. Il présente des caractéristiques d’un film de guerre – l’action (ici les évasions), la camaraderie entre hommes d’un même groupe, la mort, du respect ou pas face à l’ennemi – mais en y ajoutant une plus grande complexité, de plus grandes nuances tout en respectant une stricte véracité historique. Le huis clos du camp permet le suspense, la comédie, l’espionnage, l’amour (avec les prisonnières soviétiques mais aussi avec le fantasme que constitue Betty Grable), et des allusions à la société américaine qu’ont ressenties les Français sans pouvoir totalement les identifier, ce qui les a conduit à ne pas apprécier Stalag 17. Ils appellent de leurs vœux un « vrai film sur la captivité » au sens d’un film sérieux, et sont exaucés en 1955 avec Les Évadés de Jean-Paul Le Chanois qui précise : « J’ai voulu donner l’image de la réalité en parlant de ces prisonniers de guerre à qui, en France, aucun film n’a été entièrement consacré (…) ». (L’Humanité, 19 décembre 1954)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.