Noël en captivité


En décembre 1940 se profile pour les prisonniers de guerre un Noël loin de leur famille. Ce n’est pas le premier. Nombre de soldats, mobilisés pendant la Drôle de guerre, ne sont pas rentrés chez eux l’année précédente. Mais les conditions sont différentes : ils sont alors en France et libres. A la fin de l’année 1940, ils sont captifs depuis six mois et commencent à peine à s’organiser. Les prisonniers sont désormais installés dans leur chambrée, dans leur Oflag, dans leur Kommando. La stabilisation de leur adresse – même si de nouvelles affections interviennent durant la guerre – leur permet de recevoir le courrier et les colis et de rétablir les liens avec la famille. Tout n’est pas encore en place, les journaux de camps par exemple, n’apparaissent pas avant l’année 1941. Mais l’approche des fêtes de Noël les plonge dans une réalité qu’ils se refusaient majoritairement à envisager : le basculement vers l’année 1941 signifie le prolongement de leur captivité.

Jusqu’alors, ils sont en attente : les plénipotentiaires du gouvernement du maréchal Pétain ont signé le 22 juin 1940 l’armistice avec les Allemands, et l’article 20 stipule : « les membres des forces armées françaises qui sont prisonniers de guerre de l’armée allemande resteront prisonniers de guerre jusqu’à la conclusion de la paix ». Le chef du Service diplomatique chargé des prisonniers de guerre français en Allemagne, Georges Scapini, se voit confier l’amélioration des conditions de vie des captifs et est envoyé dès le mois de septembre, à Berlin, pour faciliter les discussions. Le 16 novembre 1940, la France devient nation protectrice de ses propres prisonniers, alors que la Convention de Genève avait prévu qu’une nation neutre exercerait ce rôle, en l’occurence les Etats-Unis. Ce changement laisse espérer des négociations d’égal à égal entre la France et l’Allemagne pour la libération des prisonniers. Quelques uns l’ont déjà été – les combattants de la Grande Guerre, les blessés, les pères d’au moins quatre enfants notamment – mais leur libération est prévue par la Convention de Genève et ne résulte pas des négociations entre la France et l’Allemagne. Noël est une date symbolique : ils espéraient être libérés avant Noël tout comme les soldats de la Grande Guerre pensaient que les combats s’arrêteraient avant Noël 1914. Passer Noël dans les Stalags, les Oflags, fait comprendre que la libération ne va pas intervenir avant plusieurs mois.

Bien plus que le jour de l’An, c’est Noël qui importe, comme le montrent les différentes sources. Pour le premier Noël en captivité, il est difficile de trouver des sources directes : les journaux des camps, on l’a dit, n’existent pas encore. Néanmoins des lettres ont été conservées par les familles, et le journal Le Trait d’Union, un des outils de la propagande allemande à l’égard des prisonniers de guerre, daté du 25 décembre 1940 est diffusé dans les Oflags, les Stalags et les Kommandos. Ces sources nous renseignent sur le premier Noël en captivité. André David envoie une carte de sept lignes réglementaires à ses parents (il a 23 ans, est célibataire) le 27 décembre 1940. Le 20 janvier 1941 la carte est reçue : « Voilà les fêtes de Noël passées. Fêtes heureuses, joyeuses, si elles s’écoulent en famille. Donc ici sombres fêtes. Nous avons eu deux jours de repos très appréciables et nous avons reçu du camp 2 Marks de marchandises en dentifrice, cirage… et autres objets ou produits très utiles (…) Meilleurs vœux de nouvel an » (Francine David-Paponnaud, Disparu mais vivant. Prisonnier en Allemagne. Lettres de guerre et de captivité d’André David (1940-1945), L’Harmattan, 2012, p. 111).

Pierre Cros écrit à sa femme, le 27 décembre 1940: « Lu chérie. Voici Noël de passé. Nous avons eu notre messe de minuit et j’ai fait mon Noël en bon chrétien. J’ai bien prié pour vous deux (sa femme Lucienne et sa fille, née à l’automne 1939), car vous êtes ici ma seule pensée… ». (Marie-Claude Angot, D’amour et de guerre. Un couple dans la guerre et la captivité. Mars 1939- avril 1945, Ed2A, collection Histoire, 2012, p. 104). Pour l’année 1940, ces deux jours de repos (qui sont attribués durant toute la captivité) sont l’occasion de ne pas travailler,sauf pour quelques uns, comme l’indique Robert Gaillard, futur prix Renaudot en 1942 : « J’ai passé le plus étrange réveillon et le plus singulier Noël que je connaitrai sans doute de ma vie . (…) Alors que tout le monde s’arrête de travailler, j’ai été affecté à un autre groupe chargé d’abattre les sapins d’une forêt ». (Mes Évasions, 1946, Éditions Dumas, p. 69). Noël est une fête religieuse qui prend un sens particulier en captivité, la religion étant d’un grand secours pour les captifs qui, souvent non ou peu pratiquants avant la guerre, sont nombreux à venir aux offices. En décembre 1940, des chapelles ne sont pas encore construites, et l’office a lieu dans une salle commune. 

La propagande allemande s’empare des fêtes de Noël, synonymes de désarroi pour les prisonniers. Le Trait d’Union y consacre en décembre 1940 un numéro spécial de 12 pages, reproduisant des poèmes français et allemands, expliquant les différences de festivités entre la France et l’Allemagne, mettant en parallèle « O Tannenbaum » et « Mon beau sapin », l’objectif étant de montrer le rapprochement entre les deux peuples, ainsi que l’indique l’éditorial : 

« (…) Un dur destin veut que cette année un grand nombre de soldats français passent Noël loin des leurs, en captivité. A Noël 1939 déjà, beaucoup d’entre eux étaient loin de leur foyer dans de froides positions de campagne ou des casemates étroites, et devaient monter la garde pendant cette fête qui est vraiment consacrée à la famille et à la communauté. C’est grâce à la politique de guerre insensée des chauvinistes de Paris et de Londres que Noël 1939 ne fut pas un Noël de paix. Pendant ces premiers mois d’attente, le Führer de la nouvelle Allemagne lança sans cesse des appels aux peuples et les exhorta à mettre fin à cette lutte insensée. Mais toutes les propositions de paix du Führer furent repoussées par les cliques des bellicistes internationaux. C’est pourquoi l’Allemagne dut accepter la lutte que l’Angleterre et une France vendue à l’Angleterre lui avaient imposée. Dans cette lutte, le vaillant soldat français lui-même n’avait aucune chance de succès. (…) Comme l’Allemagne provoquée est encore en lutte avec l’empire anglais croulant, les soldats français, prisonniers de guerre, doivent passer ce Noël loin des leurs. L’Allemagne n’a pas voulu cela. Puissent la fête de Noël et la fin de l’année inciter particulièrement à méditer sur ces événements et sur les possibilités de l’avenir. Noël 1940 invite tous les peuples européens à réfléchir et à s’éveiller à l’esprit de communauté (…) ».

Philippe Goldman, qui a consacré sa maîtrise d’histoire à ce journal, estime que dès l’automne 1940, l’influence de ce journal a baissé rapidement, les prisonniers étant particulièrement hostiles, pour des raisons évidentes, à la collaboration avec les Allemands, mais reconnaît qu’il est lu car il n’existe pas à cette époque d’autres sources d’informations en français. 

Les autres Noëls, puisqu’il y en eut cinq autres pour beaucoup de prisonniers, se passent différemment, parce que l’organisation des camps est accomplie. La fête de Noël suit un programme précis et détaillé, pour occuper l’esprit des prisonniers, tout entier tourné, plus encore que les autres jours, vers la famille. Les prisonniers assistent à la messe dans des lieux de culte installés durablement dans des locaux dédiés, aménagés en chapelle. Ils rivalisent d’ingéniosité pour réaliser des crèches. Avant ou après la messe de Noël, ils regardent ou participent à des spectacles de théâtre, de musique classique, de jazz, préparés depuis de longs mois, des rencontres sportives organisées dans le camp. Le repas des prisonniers est amélioré par la mise en commun des colis que les familles envoient, colis spécialement préparés pour ces fêtes. Ce que le journal L’Équipe,du Stalag XVIIA, qualifie de « petites fêtes familiales » poursuit deux buts : créer une solidarité en cette période de fête et alimenter la caisse de secours, qui est utilisée notamment pour offrir des cadeaux aux enfants des prisonniers. Lorsqu’ils le peuvent, les captifs demandent à un prisonnier rapatrié d’acheter pour eux un cadeau. Et les courriers avec les épouses évoquent les cadeaux à faire aux enfants, qui sont parfois invités par les municipalités à un goûter de Noël. Enfin, très souvent, les prisonniers envoient à leur famille, à leurs enfants, des poèmes, en espérant que ce Noël loin des leurs est le dernier…

Lettre de Noël

« Je sais, mon cher petit, qu’en l’humble cheminée

Où descendra Noël

Tu as mis, cette année, ainsi que chaque année

Ta lettre pour le ciel

Le vent qui te fait peur quand il est en colère

L’a transmise là-haut.

Et Noël est venu me la lire, en mystère, 

A travers mes barreaux.

Dans sa voix qui tremblait d’une émotion profonde

J’ai reconnu ta voix

Ta voix câline et douce, ô, ta voix toute blonde 

Que j’ai gardée en moi.

Les mots qu’il me disait, je t’entendais les dire

Comme aux soirs d’autrefois.

Lorsque sur mes genoux, tu essayais de lire

Tout un livre à la fois.

Et ta lettre, chéri, dédaignant la fortune

Des joujoux qu’on n’a pas

Demandait, cette année, un peu plus que la lune

Demandait, ton papa.

Oubliant, Cendrillon, Peau d’âne et leurs cortèges

Tu voulais….ton papa

Alors, Noël, s’est tu, dans sa barbe de neige

Et j’ai pleuré tout bas.

Le vieillard tout-puissant ne pouvais satisfaire

A ton ardent désir.

Alors, il appela le vent de la nuit claire, 

Le vent qui fait frémir.

Et, prenant, dans mon coeur tout mon amour immense

Il le mit dans ces vers, 

Le vent te les dira, tout bas, dans le silence, 

Des longs sommeils d’hiver ».

M.G.

Stalag III A, décembre 1940.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.