D’une captivité à l’autre


Durant la Grande Guerre, 600 000 Français sont faits prisonniers de guerre, principalement pendant les phases de la guerre de mouvement en 1914 et en 1918. Leur capture provoque des débats au sein de l’opinion publique et du gouvernement qui les soupçonnent de ne pas s’être bien battus, surtout s’ils ne sont pas blessés. Après la reddition de la garnison de Maubeuge, en août 1914, qui transforme 50 000 combattants en captifs, le général Joffre donne, le 28 novembre 1914, l’ordre général suivant :

« Tout soldat fait prisonnier par suite de son insouciance ou de sa négligence, tout chef, qui, par manque de fermeté, laisse prendre une partie de sa troupe par l’ennemi, commet une faute des plus graves. Le commandant en chef décide que tout militaire non blessé fait prisonnier sera, à son retour de captivité, l’objet d’une enquête à l’effet de déterminer s’il y a lieu de prendre, envers lui, des sanctions disciplinaires (…) notamment pour capitulation, désertion à l’ennemi ou abandon de poste en présence de l’ennemi ».

A partir de 1917, les prisonniers sont instrumentalisés par le gouvernement pour montrer la barbarie des ennemis et deviennent alors des éléments essentiels de l’armée. Ils sont encouragés à s’évader mais suscitent l’inquiétude s’ils réussissent car ils ont pu être retournés par les Allemands et devenir des espions. La prise en charge des prisonniers par le gouvernement est très faible et c’est l’action de leurs familles, souvent regroupées en associations, et de la Croix-Rouge qui permet l’amélioration de leur quotidien par l’envoi de colis notamment.

Ils sont regroupés dans 120 camps entourés de barbelés, les non officiers travaillent dans des Kommandos. Les règles internationalesqui les protègent sont floues, la conférence de La Haye en 1899 indique que les combattants et les non combattants (qui suivent l’armée sans en faire partie mais en étant légitimés par l’autorité militaire) peuvent être considérés comme des prisonniers de guerre. La conférence de La Haye de 1907 précise les règles de captivité des soldats. Mais ces textes sont méconnus et peu respectés, la protection des captifs s’opère plus sur un mode de réciprocité : ainsi des prisonniers de guerre français travaillent dans les marais du Hanovre en représailles des travaux pénibles auxquels sont soumis des prisonniers de guerre allemands en France. 

Leur retour est difficile. Face à l’omniprésence des Poilus, ils sont exclus des fêtes de la victoire. Les prisonniers morts en captivité ne sont pas inscrits sur les monuments aux morts. Les captifs ne sont reconnus « Morts pour la France » qu’en 1922 et anciens combattants qu’en 1926.

La captivité n’est pas évoquée, à notre connaissance seul le roman Axelle de Pierre Benoit, paru en 1928, évoque un prisonnier désabusé à son retour  :

« De quoi (…) irions-nous nous plaindre ? D’avoir vu notre sacrifice oublié par ceux qui en ont profité , (…) C’est notre faute. On ne donne qu’à ceux qui réclament. Et nous autres, nous étions trop fatigués pour réclamer comme il eut fallu.. » (Livre de Poche, 1948, p. 55).

Cependant la Convention de Genève, en 1929, est entièrement dédiée à la protection des prisonniers de guerre qui sont désormais clairement définis comme étant des soldats.  Et, en 1937, pour la première fois, un film montre la captivité : il s’agit de La Grande Illusionde Jean Renoir. Même si ce film n’évoque que la captivité des officiers, il est d’une importance considérable puisque sont évoqués le quotidien de ces hommes, leurs souffrances, leurs doutes, leur patriotisme, les difficultés des évasions. Jean Renoir a répondu à une interview du Petit Marseillais en 1937 en déclarant : 

« Les héros de La Grande Illusion, les prisonniers de guerre, ont été récompensés de leur modestie par le silence des écrivains romanesques. Ce film veut leur être fidèle ».

Cet énorme succès, présenté comme « le clou de l’exposition universelle » de 1937 à Paris, projeté de 10 heures à 2 heures du matin, est vu par 200 000 personnes en deux mois dans une seule salle. Sélectionné en juillet pour le festival de Venise, il triomphe en Grande-Bretagne, est projeté 36 semaines de suite à New York et reçoit le prix du meilleur film étranger en 1938. En France, et c’est une victoire très symbolique pour les prisonniers de guerre, les anciens combattants qui avaient eu tant de difficultés pour accueillir dans leurs rangs les captifs, apportent leur caution au film, garantissant son authenticité documentaire, et président à son lancement en province : il est projeté le 11 novembre 1937 dans 52 salles.

Ce film est déterminant car grâce à lui, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, la captivité est un aspect connu de la guerre, une éventualité à prendre en compte, présente dans l’esprit des soldats, des hommes mobilisés et de leurs familles, alors même que le président du Conseil, Paul Reynaud, achève son discours radiodiffusé le 10 septembre 1939 par ses mots : « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ». Les scènes de La Grande Illusion sont évoquées par une majorité des prisonniers de guerre de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’on les interroge sur l’image qu’ils avaient des captifs de la Grande Guerre. 

1.800.000 hommes sont faits prisonniers en 1940, la majorité après la demande d’armistice.  Moins de 2 % de ces captifs ont entre 40 et 50 ans. Ils ont participé à la Grande Guerre. Et parfois, ils ont déjà été prisonniers de guerre. C’est le cas du général Giraud. Capturé en août 1914 alors qu’il est gravement blessé, Henri Giraud s’évade d’un hôpital au bout de deux mois. Il a 35 ans. Il est à nouveau capturé en mai 1940 et interné à Koenigstein, près de Dresde. Il s’évade à nouveau, en 1942, de manière rocambolesque, en utilisant une corde sur 50 mètres de hauteur : âgé alors de  63 ans, il souffre d’une blessure à la jambe. L’évasion a été organisée par son épouse, des généraux fidèles et les services secrets britanniques. Mais beaucoup, moins connus, n’ont pas la chance de s’évader. Ils sont rapatriés de manière anticipée entre la fin de l’année 1940 et l’année 1941 grâce à l’action du gouvernement de Pétain qui permet à 59 359 anciens combattants, dont tous n’avaient pas été prisonniers de guerre, de rentrer en France. (bilan dressé par le ministère des anciens combattants en 1947). Cette décision s’explique du côté allemand par le manque de productivité de cette main d’oeuvre âgée et concerne surtout les captifs en Stalag. Les officiers, à l’exemple de Henri Giraud, ne travaillant pas et étant hauts gradés, restent pour l’essentiel dans les Oflags.

Bien que peu nombreux et difficilement chiffrables, ces prisonniers de guerre des deux guerres ont joué un rôle important auprès des plus jeunes dès lors qu’il est apparu évident que l’espoir d’une libération rapide était vain. Les conditions de détention diffèrent peu, surtout au début, entre les deux guerres, et ces hommes facilitent l’acclimatation des nouveaux prisonniers à la captivité. Ils leur expliquent comment masquer des objets durant les fouilles, comment s’organiser dans la chambrée, partager les colis, étayer des tunnels d’évasion… Les prisonniers sont alors abasourdis par la défaite, démunis et  ces anciens jouent un rôle prépondérant. Bien sûr, cette organisation, cette installation pour rendre la captivité la moins pénible possible, s’est opérée partout, mais fut plus rapide dans les camps où ces anciens prisonniers étaient présents.

Après la guerre, les prisonniers de guerre ne sont pas considérés comme des hommes qui se sont mal battus ou des espions, mais plutôt comme des hommes qui n’ont pas eu de chance. Beaucoup plus nombreux, les anciens prisonniers de la Seconde Guerre mondiale sont mieux organisés que ceux de la Première  pour faire entendre leur voix et leurs revendications, et pourtant, il leur faut aussi attendre  – 5 ans au lieu de 8 pour ceux de la Grande Guerre – pour être reconnus comme des combattants. Point de doute sur leur qualité de soldat ou leur patriotisme, mais plus prosaïquement, des difficultés financières empêchent le gouvernement et le Parlement de leur reconnaître ce statut. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.