Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 3

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Episode 3 : Les Français sont associés à la captivité 

Bien qu’absents, les prisonniers de guerre sont omniprésents en France. Ils apparaissent d’abord dans les discours officiels puisqu’il sont instrumentalisés, utilisés par le gouvernement pour expliquer les échecs présents comme l’absence d’amélioration des conditions de vie des Français. Mais l’action du gouvernement vise à permettre le retour de captivité de ces chefs de famille, actifs professionnellement, dans la force de l’âge et justifie la promesse d’une réussite future de la Révolution nationale, puisque, selon la propagande gouvernementale, les prisonniers soutiennent Pétain. Ils sont informés de la politique par l’envoi de documentation dans les cercles Pétain, créés grâce à la mission Scapini (voir épisode 2) mais qui n’ont jamais eu de succès véritable. Pétain présente aux Français les prisonniers de guerre comme étant l’élite de la nation, qui eux ne se découragent pas et font confiance au Maréchal.

Le retour de Laval, en mai 1942, est décisif lorsque l’on évoque les liens entre les Français et les prisonniers de guerre. Le 22 juin 1942, au cours du même discours où il « (…) souhaite la victoire de l’Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme, demain s’installerait partout », le chef du gouvernement présente la Relève aux Français : 

« (…) De nombreux ouvriers sont sans travail, alors que l’Allemagne a un besoin urgent de main d’oeuvre. Dans cette situation, un nouvel espoir s’élève pour nos prisonniers. Je sais que ce n’est jamais en vain qu’on fait appel à la raison et à la générosité des ouvriers de France. C’est vers eux que je me tourne maintenant, car c’est d’eux, pour une large part, que dépendra désormais le sort des prisonniers. (…) Pendant ces deux années, beaucoup de ceux qui ont exposé leur vie ont connu la captivité. Pendant ces deux années ces derniers ont vu se prolonger les misères qui continuent à vous être épargnées : l’angoisse d’une séparation prolongée et toutes les cruelles incertitudes qui affaiblissent le seul espoir qui les soutient : celui du retour. C’est pourquoi j’adresse ce soir cet appel à la solidarité française. Le chancelier Hitler – et je l’en remercie – vient de décider la libération d’un nombre important de prisonniers cultivateurs qui pourront revenir en France dès votre arrivée en Allemagne. (…) Ouvriers de France, c’est pour la libération des prisonniers que vous allez travailler en Allemagne ! (…) ». 

Cette politique, qui prône le retour d’un prisonnier contre l’envoi de trois ouvriers spécialisés, est imposée par Fritz Sauckel, le planificateur général pour le recrutement de la main d’oeuvre, qui exige 250 000 travailleurs de la France pour compenser, dans l’économie allemande, les soldats partis sur le front de l’Est. Les prisonniers de guerre deviennent ainsi des appâts et la politique de la Relève est expliquée aux Français par une campagne d’affiches titrées « la Relève commence », « la Relève continue ». Ces affiches sont placardées à des emplacements stratégiques : les boutiques, les cinémas, les magasins, les établissements publics des deux zones. Une grand campagne de publicité dans la presse, mais aussi dans les bandes d’actualités diffusées dans les cinémas avant le film, est construite autour du premier train ramenant des prisonniers de guerre relevés, le 11 août 1942. De même, une consigne à la presse de Jean Bichelonne, ministre de la Production industrielle, doit obligatoirement être publiée en première page le 31 octobre 1942 sur trois têtes de colonnes, par les journaux : « (…)Tout ouvrier défaillant en zone non occupée est cause du départ en zone occupée d’un ouvrier plus âgé ou plus chargé de famille que lui. (…). Les régions qui n’auraient pas fourni les contingents impartis ne pourraient plus espérer le retour pour leurs prisonniers.» 

Néanmoins cette politique est un échec perçu dès septembre 1942 par les Français : au refus de la collaboration s’ajoute la compréhension par les Français que les prisonniers qui rentrent sont moins nombreux que prévus – 60 000 prisonniers de guerre rentrent – , ne sont plus en état physique de travailler pour les Allemands ou bien sont des collaborateurs. Les uns comme les autres seraient rentrés sans la Relève. Cet échec ouvre la voie aux lois du Service du Travail Obligatoire (S.T.O.).

Les prisonniers de guerre sont constamment présents dans l’esprit et dans la vie quotidienne des Français parce qu’eux et leur famille sont aidés par le gouvernement qui organise des collectes à l’occasion de galas, de rencontres sportives, de mariages, de la Semaine du Cinéma, de la fête de Jeanne d’Arc. A partir de février 1941, les enfants des écoles primaires participent aux œuvres du Secours national de la Croix-Rouge et des comités d’aide aux familles de captifs et/ou adoptent un prisonnier qui n’a pas de famille. La presse enfantine aborde le thème des prisonniers : Eric, le héros de la collection Signe de Piste, créé par Serge Dalens, évoque son ami, Christian qui est prisonnier, alors même que Jean-Louis Foncine, autre auteur de la collection, est détenu dans un Oflag. Les livres d’écrivains prisonniers sont primés : le Goncourt est attribué à Henri Pourrat pour Vent de mars en 1941 et Robert Gaillard reçoit le prix Renaudot en 1942 pourLes liens de Chaine. Les prisonniers sont aussi évoqués à la radio, à la fois par une émission informative « Ce que vous devez savoir » à partir d’ avril 1943, à laquelle s’associe la Fédération des associations des femmes de prisonniers de guerre en 1944 . Une autre émission, plus ludique, est diffusée sur la Radiodiffusion nationale qui émet à partir de Vichy, sous l’autorité du vice-président du Conseil, Pierre Laval.. À partir de 1943, chaque dimanche à 12 heures 50, les auditeurs ont rendez-vous avec un feuilleton, « l’Alphabet des familles » qui met en scène une famille dont le père, prisonnier, n’apparaît qu’au travers d’un portrait sur le buffet et de ses lettres, lues aux trois enfants par la mère, interprétée par Françoise Morhange. Deux très grands acteurs complètent la distribution : le grand-père, joué par Pierre Larquey et l’oncle Honoré, personnifié par Pierre Charpin.

Les Français ne réagissent pas négativement à l’égard de ces sollicitations. S’il est difficile d’évaluer l’audience des émissions de radio ou le succès des prix littéraires, il apparaît que les expositions des œuvres réalisées dans les camps par les prisonniers de guerre rencontrent un gros succès. À tel point que les services de propagande de Vichy décident d’exploiter ce « filon » pour appuyer la popularité du Maréchal. Un Train Exposition sillonne la zone libre à partir d’avril 1942, avec quelques haltes dans les grandes villes comme Lyon ou Marseille, associant des œuvres de captivité avec un wagon consacré au Maréchal et placé au centre de ce train. La vente d’une carte postale pour faire la publicité de l’exposition rapporte cinq millions de francs. Mais les Français sont également critiques à l’égard des prisonniers et surtout de leur famille. Ils craignent que les femmes de prisonniers élèvent mal les garçons, privés d’autorité paternelle. Ces femmes sont surveillées et subissent des influences contradictoires : elles sont encouragées par le gouvernement à rester coquettes pour accueillir dignement le mari prisonnier qui peut revenir à tout moment (selon la propagande) mais cette coquetterie semble inutile et donc suspecte aux Français, parce que ce sont des femmes seules qui ne doivent pas chercher à séduire, faisant fi du fait que ces épouses ou fiancées, jeunes, peuvent aussi, par goût personnel, vouloir prendre soin de leur apparence ! Des voisins « bien intentionnés » ont parfois écrit aux prisonniers pour leur annoncer leur infortune, réelle ou supposée. Mais le taux de divorce des couples séparés par la captivité reste équivalent à celui des autres familles : 1,4 % par exemple à la fin de la guerre en région parisienne. Et puis, liée aux difficultés de la vie quotidienne, à partir au tournant des années 1942-1943, une certaine indifférence apparaît dans la population, qu’évoque Léo Malet, qui rentre de captivité en mai 1941, dans son roman-policier, 120 rue de la gare, qui relate le retour d’un prisonnier – Nestor Burma – confronté à des morts dans le milieu des prisonniers de guerre rapatriés.

Mais cette indifférence n’est pas le fait de tous les Français. Certains sont reconnaissants aux prisonniers d’agir pour aider le pays : ainsi le Stalag II B finance la construction d’une école. Un groupe d’une vingtaine d’instituteurs détenus dans le camp, peu nombreux mais très actifs en sont à l’origine. « Ce qu’il faut, ce ne sont plus des gestes qui s’éparpillent. C’est un geste, un seul. Vous voyez cela d’ici : 20 000 prisonniers qui s’unissent, tendent la main vers la France et lui apportent comme ça, avec les plans, la maquette, la décoration et l’argent pour la construire : une École.(…) » (Le Piaf, journal du Stalag II B, numéro de Noël 1942, p. 6). Deuxmillions de francs (100 000 Reichsmark), à raison d’un versement d’un Reichmark par mois et par prisonnier pendant cinq mois sont ainsi réunis.Voulant réaliser en France un geste « qui reste », les captifs dessinent le plan, réalisent les maquettes et envoient le projet clé en mainau gouvernement de Pétain quileur envoie une liste de villages et ce sont les captifs qui désignentle village du Bosquel à 20 kilomètresd’Amiens, rasé durant les combats de juin 1940,pour accueillir le projetproposé à Pétain et non initié par lui ou le Cercle Pétain du Stalag. L’école, construite après la guerre, par crainte des bombardements,est baptisée « les20 000 pierres », parce que les 20 000 prisonniers du Stalag et des Kommandos environnants y ont participé.

D’autres Français soutiennent les prisonniers dans une autre forme d’action : les évasions. Les tentatives furent innombrables, les réussites peu nombreuses (4,32 % d’évasions réussies selon l’Union des Évadés de France) mais parfois retentissantes comme celle du général Giraud en 1942. Des filières d’évasion apparaissent d’abord en Alsace, non pas destinées aux prisonniers mais aux jeunes Alsaciens réfractaires du Reichsarbeitdienst (service du Travail de six mois pour les garçons et les filles de 17 à 25 ans) ou de la Wehrmacht. Mais les évadés des camps sont rapidement aidés par ces filières religieuses ou civiles. Par exemple, sœur Hélène à Metz (Hélène Studler), religieuse de Saint-Vincent de Paul, s’occupe d’abord des familles évacuées des zones frontalières, puis progressivement elle met en place une des plus importantes filières de passages des prisonniers évadés et réfractaires lorrains. Son réseau est formé de religieuses qu’elle connaît personnellement, peu nombreuses, chargées de réceptionner des « colis » à divers endroits, généralement des églises, et de les accompagner jusqu’à la gare (chemin de fer ou bus). Là elles remettent leurs « colis » à des convoyeurs qui les suivent à distance jusqu’à des gares précises (Rosselange, Moyeuvre et Amanvillers). Elles remettent aux évadés des titres de transport et des consignes pour l’arrivée. Les convoyeurs les confient ensuite à des familles ou des organisations qui se chargent de l’hébergement, de l’habillement, de la remise de faux papiers et du passage vers la zone non occupée. François Mitterrand s’évade grâce à ce réseau. Sœur Hélène est arrêtée par la Gestapo, subit huit mois de prison, est libérée sur caution d’une personnalité de Metz. Elle reprend son activité et doit s’enfuir…D’autres filières, civiles celles-là, sont également actives. Ernest Kempnich, horticulteur, de Woippy, près de Metz, fait passer la frontière à des évadés grâce à un transporteur de ses amis qui les cache dans son camion entre des sacs de ciment. Il dispose d’un autre contact, un café de la rue Saint-Jean à Nancy, où se trouve son magasin de fleurs et où les évadés peuvent passer la nuit. Le lendemain il les emmène à la préfecture où ils reçoivent des papiers d’identité ainsi que de l’argent et des billets de train pour Lyon. Il met à l’abri des blessés dans ses serres. Pour cacher son jeu, il trinque avec les Allemands qui viennent lui acheter des fleurs. Dénoncé en décembre 1942 il est relâché faute de preuves. Cependant, inscrit sur une liste de déportation pour la Tchécoslovaquie, il se réfugie chez des amis en Alsace. René Clément s’est inspiré de son histoire pour son film Le Père tranquille,en 1946, avec dans le rôle titre l’acteur Noël-Noël, un ancien prisonnier de guerre. Madame Charlier en Alsace, une mère de famille, fait passer des évadés par les chemins forestiers de montagne. Elle en fait évader 106 durant toute la guerre. Des femmes, des enfants, des adolescents dont le mari ou le père sont prisonniers ou « Malgré nous» (soldats alsaciens enrôlés de force dans l’armée allemande), participent à ces filières. Enfin beaucoup de cheminots aident les évadés à se déplacer en France, à franchir la ligne de démarcation. Nombre d’entre eux sont arrêtés, torturés, condamnés à mort. 

Ces prisonniers, qui parviennent à s’évader, mais aussi des prisonniers rapatriés, participent à la Résistance en France et dans les camps. Le M.N.P.G.D, (12 mars 1944) ( mouvement national des Prisonniers de guerre et déportés) est l’organisation qui, le 12 mars 1944, unifie des organisations de résistance des prisonniers qui se constituent durant les six premiers mois de 1943 : le communiste C.N.P.G.( comité national des prisonniers de guerre), le R.N.P.G. (Rassemblement national des prisonniers de guerre) ougroupePinot-Mitterrand et leM.R.P.G.D.( Mouvement de résistance des prisonniers de guerre et déportés ou « réseau Charette »). Le M.N.P.G.D. adhère aux Forces françaises de l’Intérieur.Les résistants en France se tournent vers les prisonniers, ainsi qu’en attestent de multiples exemples. L‘Humanité clandestinedresse en janvier 1942 la liste des prisonniers tués en captivité, ils font partie de la communauté nationale. Le réseau Combatprésente,après la création de la politique de la Relève, les prisonniers de guerre comme desrésistants. Pierre Seghers pour sa revue Poésie,qui rassemble « ceux qui veulent continuer le combat », réserve des pages aux poètesprisonniers de guerre. Les Éditions de Minuit font aussi paraître des écrits de captifs : La Marque de L’homme, de Claude Morgan ouLHaute Fourchede Pierre Bost. 

Le général de Gaulle crée un Commissariat aux prisonniers de guerre à l’automne 1943 et en confie la direction à Henri Frenay, co-fondateur de Combat. L’objectif est d’envoyer des colis, de parachuter des tracts et des discours de de Gaulle et d’organiser le rapatriement des prisonniers. À cette même époque, le général de Gaulle développe, dans un discours, le thème des trois fronts :«  le front intérieur où l’on se battait par les armes, sur terre, sur mer, dans le ciel ; le front de la résistance intérieure française et enfin le front de la résistance intérieure en Allemagne. » (AN F9 3140). A leur retour (qui est achevé en juillet 1945), les prisonniers sont associés à des commémorations. Durant la cérémonie du 11 novembre 1945, le corps d’un prisonnier de guerre repose dans la crypte du Mont Valérien, le mémorial de la France Combattante, au côté des quinze autres morts pour la France. Maurice Debout, captif au Stalag VII A a été condamné à mort pour refus d’obéissance et fusillé le 13 mars 1944. Malade, il avait refusé de travailler dans la ferme où il était affecté.

À la fin de l’année 1944, les camps de prisonniers de guerre commencent à s’ouvrir. Les captifs sont attendus avec impatience, mais tous ne rentrent pas : environ 21 000 morts ou disparus sont recensés. Ceux qui rentrent ne sont pas en bonne santé : vieillis, ils sont amaigris par les derniers mois de captivité qui ont été difficiles, mais aussi par la libération des camps, surtout si le camp se trouvait à l’est du Reich. Les Allemands, fuyant devant l’avancée soviétique, emmènent avec eux vers l’ouest, dans des marches interminables, les captifs. La santé des anciens prisonniers reste un problème majeur pour bon nombre d’entre eux qui souffrent de séquelles physiques et/ou psychologiques. Les prisonniers ne retrouvent pas forcément leur famille rapidement : des déménagements ont été rendus nécessaires par les bombardements et des recherches sont parfois longues. Les habitations ont pu été détruites par les derniers combats de la Libération, les familles décédées. La famille a changé, la femme et les enfants ont vieilli, grandi.  La femme a travaillé, pris des décisions : le retour à la vie familiale de l’avant-guerre est espéré par l’ancien prisonnier beaucoup plus que par sa femme. Les enfants ne reconnaissent pas toujours leur père, voient arriver d’un mauvais œil cet homme quasi inconnu qui donne des ordres et bouleverse la vie construite entre la mère et ses enfants depuis cinq ans. Et surtout, même s’ils s’en doutaient, les anciens prisonniers découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à avoir souffert de la guerre.

Des places leur sont réservées professionnellement, les diplômes passés en captivité sont validés. Ils sont globalement bien accueillis, considérés, ainsi que le relatent les journaux, comme des hommes malchanceux qui ont perdu leur jeunesse. Quelques rares articles stigmatisent très ponctuellement ces hommes qui organisent des manifestations pour obtenir un costume ou de l’argent qui leur est dû. Mais, contre toute attente, et notamment de la part des prisonniers eux-mêmes qui avaient en captivité préparé leur ligne de défense, très peu de reproches leur sont adressés sur leur soutien au Maréchal qui, on l’a vu dans l’épisode 2, n’a jamais pris l’ampleur que le gouvernement aurait souhaité. Quelques articles évoquent ce sujet durant le procès Pétain, parce que l’abbé Rhodain, l’aumônier des prisonniers pendant la guerre, est un des témoins à décharge qui utilise l’argument de la préoccupation constante du Maréchal pour les captifs. Mais cela ne dure pas, les prisonniers organisant dès l’automne une auto-épuration dans leurs rangs pour pouvoir faire partie de la Fédération des prisonniers de guerre. Ils portent au revers de leur veston, pendant quelques mois après leur retour, l’insigne du barbelé, créé dans les camps, mais l’abandonnent vite. Tous veulent, avec les civils, tourner la page de la guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.