Les civils et les prisonniers de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Episode 2

Le 9 octobre,  au Mémorial des civils dans la Seconde Guerre mondiale à Falaise, j’intervenais sur les civils et les prisonniers de guerre. En voici le texte, présenté par commodité de lecture, en trois épisodes. 

Episode 2 : La captivité vécue par la famille du prisonnier de guerre.

Les familles commencent à être prévenues de la captivité d’un proche en juillet 1940, mais certaines familles restent dans l’inquiétude et l’incertitude du sort du soldat jusqu’en janvier 1941. Entre ces deux dates, malgré la censure militaire, les Français savent que les combats ont occasionné de très nombreux morts. Après cette date, tous les doutes ne sont pas levés : certaines familles sont informées de la captivité sans autre précision et notamment sans l’adresse du prisonnier; d’autres sont informées que le soldat est vivant, mais le mot prisonnier n’est pas prononcé (voir à ce sujet le témoignage d’une fille de prisonnier : Disparu mais vivant. Prisonnier en Allemagne. Lettres de guerre et de captivité d’André David (1940-1945), Francine David-Paponnaud, L’Harmattan, 2012).

Dès le 6 juin, jour où la Somme est franchie par l’armée allemande, le gouvernement de Paul Reynaud organise un centre d’information sur les prisonniers de guerre, témoignant ainsi indirectement de l’ampleur des captures. La gestion des prisonniers de guerre s’organise  le 28 juillet 1940. En effet, l’État français, qui a remplacé la République depuis que l’Assemblée nationale a donné les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940, s’inspire de l’organisation mise en place durant la Grande Guerre. En juin 1915, pour regrouper des organisations départementales, publiques et privées mais à l’existence et à l’efficacité inégales sur le territoire français, un décret institue une commission indépendante chargée de la répartition et du contrôle de l’utilisation des subventions gouvernementales. Le bras actif de cette commission est le service général du ministère de la Guerre qui encourage la Fédération des œuvres (organisme privé) à créer un Office d’Information qui rassemble la liste de tous les prisonniers fournie par les départements et  tient un fichier constamment réactualisé grâce aux informations de la Croix-Rouge (voir à ce sujet Frédéric Médard, Les Prisonniers en 1914-1918. Acteurs méconnus de la Grande Guerre, éditions Soteca, 2010). L’État français reprend ces principes qui reposaient donc  sur l’État, mais surtout sur les comités départementaux et les secours privés en les centralisant dans la Direction du service des prisonniers de guerre (D.S.P.G.), créée le 28 juillet 1940. Cette centralisation s’explique à la fois par le fonctionnement du régime de l’État français, mais aussi peut-être pour éviter de permettre l’enrichissement de certains fournisseurs face à cette concentration des envois (Odon Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Études et Communication Éditions, 2001). La D.S.P.G., d’abord installée en zone sud puis généralisée à la zone nord, gère les informations, les colis (rapidement appelés « colis Pétain »), les rapatriements. En plus chaque ministère a un service des prisonniers de guerre puisque tous les métiers sont représentés chez ces civils devenus captifs.

En novembre 1940, le Service Diplomatique des prisonniers de guerre (S.D.P.G.) est créé, désigné plus couramment sous l’appellation de « mission Scapini » du nom de l’ambassadeur représentant les captifs auprès des Allemands et gérant cette mission. Georges Scapini est un blessé de la Grande Guerre – il a perdu la vue – et a été membre durant l’entre-deux-guerres, du Comité France-Allemagne. Le S.D.P.G. marque un tournant dans l’histoire de la captivité car, allant à l’encontre des règles édictées par la Convention de Genève en 1929 pour encadrer la captivité, la France propose de devenir la puissance protectrice de ses propres soldats, tâche confiée jusqu’alors à une puissance neutre, en l’occurence les États-Unis. Dès lors la mission Scapini visite les camps, constate les conditions de détention des Français, et tente surtout de faire basculer les camps du côté de l’État français, en diffusant du matériel de propagande et en organisant des cercles de diffusion et de réflexion sur la Révolution nationale, les « cercles Pétain », qui n’eurent jamais un grand succès, qu’il s’agisse des Stalags ou des Oflags.

En parallèle à ces organismes gouvernementaux, la Croix-Rouge se renseigne sur la situation des prisonniers de guerre en visitant les camps, informe les familles, achemine les colis, parraine des prisonniers de guerre sans famille et évalue l’action du gouvernement français à l’égard de ses captifs. Car les prisonniers de guerre servent à justifier la politique de collaboration. Dans son discours du 30 octobre 1940, qui suit la rencontre entre Pétain et Hitler le 24 octobre 1940 à Montoire, Pétain explique aux Français : « (…) C’est dans l’honneur – et pour maintenir l’unité française, une unité de dix siècles, dans le cadre d’une activité constructive du nouvel ordre européen, que j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration. Ainsi, dans un avenir prochain, pourrait être allégé le poids des souffrances de notre pays, amélioré le sort de nos prisonniers, atténuée la charge des frais d’occupation (…) ». Pour beaucoup de Français et notamment pour les familles, améliorer le sort des prisonniers consiste à les faire rentrer le plus vite possible. Mais l’État français privilégie une modification des conditions de vie pour favoriser les prisonniers et leur famille : par exemple les impôts pour les années 1939 et 1940 ne sont pas recouvrés, les familles disposant de revenus inférieurs à 5 000 francs par an sont exonérés d’impôts, à l’exception des taxes foncières, les loyers sont diminués des trois-quarts, les allocations familiales augmentées de deux francs. A partir de 1942 Laval, en tant que chef du gouvernement, crée une nouvelle indemnisation pour les familles et punit, en aggravant la sévérité de la loi, l’adultère commis par des femmes de prisonniers. Enfin, le gouvernement déclare oeuvrer pour le retour des prisonniers, en s’attribuant tous les rapatriements, même ceux prévus par la Convention de Genève (les rapatriements sanitaires concernant les grands malades ou les grands blessés en septembre 1940 sont organisés par l’article 68 par exemple ) ou acceptés par les Allemands comme c’est le cas pour les malades libérés en avril 1941 qui n’étaient plus une force de travail pour les Allemands. Au total, seulement 14 % des prisonniers de guerre sont libérés grâce à l’intervention de Pétain : il s’agit de prisonniers collaborateurs (par exemple Robert Brasillach détenu à l’Oflag VI A, rentre en 1941 et reprend son poste de rédacteur en chef de l’hebdomadaire Je suis partout) et également, entre août 1941 et mai 1942 de spécialistes (ingénieurs agronomes, agriculteurs, cheminots… ) jugés plus utiles dans l’économie française – qui par ailleurs est pillée par les Allemands-. Les retours dus à la Relève (politique mise en place à partir de juin 1942, dont on reparlera, qui consiste à faire rentrer un prisonnier en échange du départ vers l’Allemagne de trois ouvriers) sont exagérés par des reportages diffusés dans les journaux ou aux Actualités filmées mais au final peu nombreux, ne concernant que 60 000 prisonniers inutiles aux Allemands ou collaborateurs.

Les familles, sans le mari, le père ou le fils, connaissent de grandes difficultés qui sont d’abord affectives. Pour tenter de pallier l’absence, les familles installent la photographie du prisonnier, prise dans les camps, sur le buffet de la maison. Les liens reposent aussi sur les services de la poste : deux lettres de vingt-sept lignes et deux cartes postales de sept lignes par mois. Les prisonniers s’exercent à écrire le plus petit possible, en contournant la censure, pour ces envois. Ces liens sont évidemment fondamentaux pour donner des nouvelles, être relié à la vie familiale mais aussi du village, donner des conseils pour l’éducation des enfants… La poste est chargée aussi de l’envoi des colis familiaux, réalisés avec les tickets de rationnement de la famille (aucun ticket supplémentaire pour les familles de prisonnier). La captivité est donc synonyme d’éloignement, mais aussi de sacrifices notamment pour les enfants qui voient partir dans les colis le chocolat ou les confitures. Certaines femmes demandent à Pétain qu’il libère leur mari car elles n’ont pas encore d’enfant et craignent de ne pas en avoir. Des contrats d’épouse permettent de rejoindre leur prisonnier en Allemagne. Qu’elles soient mariées ou compagnes, les femmes peuvent, pour une durée d’un an au minimum, venir travailler en Allemagne. Deux conditions doivent être remplies : que le prisonnier donne son accord et que le couple puisse cohabiter, soit dans l’entreprise de la femme, soit dans celle du prisonnier. Ce contrat ne s’adresse qu’aux femmes de prisonniers détenus en Stalag, les seuls à travailler. Aucun document n’a été trouvé jusqu’alors pour connaître le succès ou l’échec de ce contrat, mais son existence  prouve l’utilisation  du désarroi des épouses.

Les difficultés sont également matérielles. Sur les un million huit cent mille hommes prisonniers en juin 1940, un million six cent mille est marié, avec des difficultés liées à l’application toujours en vigueur  du Code civil napoléonien, qui  considère que les femmes sont des mineures. Une évolution mise en place en 1939 estime que la femme peut agir comme chef de famille si le mari est absent ou empêché, mais peu de femmes en ont vraiment l’habitude. Le prisonnier continue d’ailleurs à jouer un rôle dans l’économie familiale en envoyant des mandats (les prisonniers dans les Stalags sont payés pour leur travail comme le prévoit la convention de Genève, 70 pfennig par jour en moyenne) ou de l’argent provenant de comités d’entraide ou de caisses de secours créés dans chaque Stalag ou Oflag pour aider les prisonniers nécessiteux. Les prisonniers financent aussi des œuvres (le Stalag IX A, par exemple, organise une colonie de vacances à Annecy pour les enfants du Stalag). Mais les femmes doivent néanmoins travailler (80 % des femmes travaillent pendant la guerre – pas seulement les femmes de prisonniers -, contre 30 % en 1936). Elles sont parfois obligées de retourner vivre chez leurs parents ou d’aller dans la belle-famille. Elles s’organisent en associations pour se tenir informées, conserver un bon  moral d’autant que l’image de l’idéal familial pétainiste est difficilement applicable pour les familles de prisonniers.  Les femmes de prisonniers font en outre l’objet  de représentations contradictoires . Elles sont protégées, on l’a vu, sur le plan légal et le gouvernement leur demande de rester coquettes pour préparer le retour du prisonnier. Mais elles sont aussi surveillées  par le gouvernement qui considère qu’elles ne peuvent élever correctement leurs garçons. Il s’agit là d’un point majeur de préoccupation pour les autorités qui craignent le basculement de ces enfants privés de l’autorité paternelle dans la délinquance. L’autre point sensible pour le gouvernement est la prostitution des femmes de prisonniers : Serge Huard, le secrétaire d’État à la Famille en janvier 1942, annonce que 60 % de prostitués de Paris sont des femmes de prisonniers et Maurice Pinot, le chef du Commissariat général aux prisonniers de guerre et aux familles de prisonniers, en 1944, communique le chiffre de 75 % des prostituées de Paris femmes de prisonniers. Sarah Fishman qui a travaillé ce sujet estime ce chiffre à 10 % (Femmes de prisonniers de guerre. 1940-1945, L’Harmattan, 1996). Les femmes de prisonniers sont aussi surveillées par leurs voisins qui, sous couvert de protéger l’honneur du prisonnier de guerre, lui écrivent pour le tenir au courant de son infortune (supposée ou réelle). Le nombre de divorces de prisonniers reste cependant faible, évalué entre 6 à 8% des prisonniers rapatriés soit à peine supérieur à celui de la population dans son ensemble.

Il faut enfin, pour achever cette présentation des familles de prisonniers, indiquer le cas particulier des familles – entre 10 000 et 15 000 personnes – de prisonniers juifs. Si les juifs sont soldats français avant que d’être juifs et sont ainsi protégés (les contraintes, humiliations qui leur sont faites restent très minoritaires, ils restent, pour l’immense majorité d’entre eux des prisonniers français comme les autres), leurs familles sont répertoriées, enfermées et envoyées dans les camps de concentration. « Juifs d’échanges », ces familles doivent permettre la libération d’internés civils allemands. Francine Christophe, fille du prisonnier de guerre puis historien Robert Christophe, a ainsi été déportée avec sa mère, comme 168 femmes et 77 enfants, au camp de Bergen Belsen, où elle survécut avec des conditions particulières : dans un camp annexe, où ces familles subissent les appels interminables, la mauvaise alimentation, le travail pour les femmes, les épidémies de typhus, mais les enfants ne sont pas séparés de leur mère. (Une petite fille privilégiée.Une enfant dans le monde des camps 1942-1945, L’Harmattan, 1996).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.