questionnaire sur la mémoire de la captivité

Bonjour à tous,

Après un long silence, dû à la rédaction d’un livre, je reviens vers le carnet.

J’ai orienté mes recherches sur deux axes complémentaires : l’impact de la captivité sur la société française et la transmission de la mémoire de la captivité par les familles. J’ai construit un questionnaire que je poste aujourd’hui sur mon carnet, pour augmenter mon corpus de sources :

  1. Quel est votre lien avec le prisonnier de guerre (PG) ?
  2. Quels étaient les nom, prénom, date de naissance, profession du PG au moment de sa capture ?
  3. Est-il marié ? A-t-il des enfants ?
  4. Où et dans quelles conditions est-il fait prisonnier ?
  5. Est-il détenu en Stalag ou en Oflag ? Le même ou plusieurs durant sa captivité ?
  6. S’il est détenu en Stalag, à quel Kommando est-il affecté ?
  7. A quelle date et par qui est-il libéré ?
  8. Dans quel état de santé rentre-t-il ? Son caractère a-t-il changé ?
  9. Reprend-il son métier d’avant guerre ou bien en change-t-il ?
  10. A-t-il des enfants après la guerre ?
  11. La captivité est-elle un sujet de conversation dans la famille ?
  12. Y a-t-il des époques plus favorables aux souvenirs  ? (la retraite du PG par exemple)
  13. Des événements précis déclenchent-ils les souvenirs ?
  14. L’ex PG a-t-il un interlocuteur privilégié dans la famille ?
  15. L’ex PG a-t-il conservé des objets, des souvenirs de la captivité ?
  16. La femme du PG évoque-t-elle sa vie durant la captivité de son mari ?
  17. Estimez-vous que la captivité a eu une influence sur la vie familiale ?
  18. A quel moment vous intéressez-vous à la captivité de votre aïeul ? Y-a-t-il un événement déclencheur ?
  19. De quelle manière vous y intéressez-vous ? (lectures, plongée dans les archives familiales …)
  20. Êtes-vous intéressé(e) par la captivité en général ou uniquement par la captivité d’un membre de votre famille ?
  21. Avez-vous sollicité l’ex-PG pour qu’il vous parle de sa captivité ?

N’hésitez pas à rajouter d’autres précisions qui ne figureraient pas dans ce questionnaire. Il est long, merci du temps que vous y consacrerez.


18 réflexions au sujet de « questionnaire sur la mémoire de la captivité »

  1. 1.
    Quel est votre lien avec le prisonnier de guerre (PG) ?
    Le PG est mon père

    2. Quels étaient les nom, prénom, date de naissance, profession du PG au moment de sa capture ?
    TERRIOU Martial, Jean né le 5 mai 1913 à Corrèze (CORREZE), boucher, charcutier, traiteur

    3. Est-il marié ? A-t-il des enfants ? Célibataire, sans enfants au moment de sa capture

    4. Où et dans quelles conditions est-il fait prisonnier ? A été capturé le 18 juin 1940, le lieu ne m’est pas connu, transféré au Frontstalag 133 (Au Colombier Rennes-Ile et Vilaine liste 71.262 du 1er aout 1940) matricule allemand 11718 ES 183

    5. Est-il détenu en Stalag ou en Oflag ? Le même ou plusieurs durant sa captivité ?
    Stalags IV A (HOHENSTEIN) puis IV C (WISTRITZ)

    6. S’il est détenu en Stalag, à quel Kommando est-il affecté ?
    Je ne sais pas

    7. A quelle date et par qui est-il libéré ?
    Rapatrié en France le 6 juin 1945. Je me souviens l’avoir entendu dire que sachant que les Russes approchaient, il était parti avec des camarades vers l’armée américaine

    8. Dans quel état de santé rentre-t-il ? Son caractère a-t-il changé ?
    Très amaigri et peu expansif.

    9. Reprend-il son métier d’avant guerre ou bien en change-t-il ?
    Il le reprend après une formation à Paris auprès de grandes maisons ; formation proposée par ses parents pour lui laisser le temps de se réadapter

    10. A-t-il des enfants après la guerre ?
    4

    11. La captivité est-elle un sujet de conversation dans la famille ?
    Non

    12. Y a-t-il des époques plus favorables aux souvenirs ? (la retraite du PG par exemple)
    Non

    13. Des événements précis déclenchent-ils les souvenirs ?
    Non

    14. L’ex PG a-t-il un interlocuteur privilégié dans la famille ?
    Je ne le pense pas

    15. L’ex PG a-t-il conservé des objets, des souvenirs de la captivité ?
    Oui des pipes en bois

    16. La femme du PG évoque-t-elle sa vie durant la captivité de son mari ?
    Il n’était pas encore marié

    17. Estimez-vous que la captivité a eu une influence sur la vie familiale ?
    Oui, pour lui sa famille était la chose la plus importante dans sa vie et il était un père très affectueux

    18. A quel moment vous intéressez-vous à la captivité de votre aïeul ? Y-a-t-il un événement déclencheur ?
    J’ai toujours voulu connaître ce qu’il avait vécu mais il ne tenait pas à en parler. J’ai eu quelques bribes lorsque j’ai commencé à apprendre l’allemand mais c’est lorsque une tante m’a donné l’adresse du stalag lors d’une conversation juste avant de mourir accidentellement quelques heures plus tard que je me suis sentie responsable de la mémoire familiale

    19. De quelle manière vous y intéressez-vous ? (lectures, plongée dans les archives familiales …)
    Plongée dans les archives (peu nombreuses car sans doute dispersées) et sur internet. Déplacement et lettres aux archives de camp, grande aide de Loïc Pinson-Desaize

    20. Êtes-vous intéressé(e) par la captivité en général ou uniquement par la captivité d’un membre de votre famille ?
    Je commence mes recherches autour de mon père mais suis également intéressée par l’ensemble de cette période
    j’envisage de faire le trajet sur les pas de mon père et d’aller sur place pour m’imprégner de quelque chose de ce qu’il a pu vivre

    21. Avez-vous sollicité l’ex-PG pour qu’il vous parle de sa captivité ?
    J’ai répondu plus haut

    • Bonjour Madame,

      Merci pour vos réponses qui vont me permettre de préciser mes recherches. Je vous tiens au courant et reviens vers vous si nécessaire.
      Bien cordialement
      Evelyne Gayme

  2. Je n’ai pas connu mon père décédé ,avant ma naissance, le 18 mai 1948 je suis né en novembre 1948. J’ai toujours eu besoin se savoir et il n’y a que très récemment avec les possibilités de communication que j’ai découvert un peu son parcours de prisonnier,c’est pour moi très important,il y a 70 ans que mon père me manque. Je veux bien essayer de répondre au questionnaire avec les éléments que j’ai pu avoir.

    • Bonsoir Monsieur,
      Merci pour votre aide dans mes recherches. Je me permettrai de faire à nouveau appel à vous si nécessaire.
      Bien cordialement
      Evelyne Gayme

  3. Bonjour Madame

    Réponse à votre questionnaire

    1) le PG est mon père
    2) LANGEREAU Louis né le 22 février 1914
    3) Non célibataire pas d’enfants
    4) il est fait prisonnier le 15 juin 1940 lors de la campagne de la MEUSE à BRABAN le ROI
    5) Stalag IVA d’ELSTERHORST puis HOHNSTEIN et IVC WISTRIZ du 07 au 21 Mai 1945 .
    6) Komando travail en forêts CUNNESDORF et ferme Allemande
    7) Libéré le 21 Mai 1945 par l’armée russe
    8) pas d’infos
    9) oui. agriculteur
    10) oui . 7 enfants
    11) Rarement
    12) oui le 21 mai date anniversaire de sa libération par les russes
    13) réunion de famille ( en comité restreint)
    14) Moi même
    15) oui. 1 petit album photos , livret militaire et cartes postales
    16) Non
    17) je ne sais pas
    18) Après son décès en juillet 1990
    19) Archives familiales , lecture d’ouvrages sur la seconde guerre mondiale
    20) Je suis intéressé sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et sur la vie des camps en général
    21) Hélas non à mon plus grand regret . j’ai respecté son silence

    • Bonsoir Monsieur,

      Merci de m’aider dans mes recherches en me donnant ces renseignements concernant votre père. J’affine mon questionnement et je reviens si nécessaire vers vous.
      Bien cordialement
      Evelyne Gayme

  4. Bonjour,

    ci-dessous ma réponse à votre questionnaire:
    1. Il s’agit de mon père
    2. DARQUIE Roland, né le 13/06/1915 à Bordeaux, employé de bureau/aide comptable
    3. Célibataire sans enfant
    4. Fait prisonnier à Forcelles-sous-Gugney (Meurthe et Moselle) le 22/06/1940. Il passe par le Front Stalag 193 à Sainte Menehould (notamment le 23/09/1940).
    5. Il est interné au Stalag IVB à Mülhberg (Elbe) sous le matricule 11477. Puis il sera affecté le 1/4/1941 au Stalag IVG à Espenhain au centre d’Oschaltz à 10 km de Leipzig.
    6. Appartient au Kommando 781.
    7. Il s’échappe début avril 1945, dans cette période troublée, avant la libération du camp par les américains le 18/05/1945. Rapatrié le 6/5/1945 via le centre de Longuyon. Il revient d’abord à Bordeaux chez sa mère.
    8. Amaigri, il passe au Centre de Libération des Prisonniers le 12/05/1945 et obtient 30 jours de convalescence et 30 jours de permission.
    9. Mobilisé en 1939 après 2 ans de service militaire, cela fait environ 7 ans qu’il a quitté son métier, il décide alors de s’engager dans l’armée.
    10. Il se marie en septembre1945 avec ma mère qu’il a connue durant la « drôle de guerre » dans les Ardennes et qui a joué le rôle de « marraine de guerre ». Par précaution, ils attendrons 1 an avant d’avoir un premier enfant puis un deuxième 3 ans après.
    11. Sujet évoqué assez rarement en famille.
    12. Il en parlera plus sur la fin de sa vie, notamment avec ses petits enfants.
    13. Réunions de familles.
    14. A priori non.
    15. Quelques documents d’identité, quelques photos et quelques documents concernant son activité d’animateur au Kommando 781. (voir ci-dessous)
    16. Pas de souvenirs sur ce plan.
    17. Probablement, mais difficile de définir l’influence.
    18. Durant ma propre retraite, je me suis intéressé à la généalogie familiale et notamment à la carrière militaire de mon père que j’ai essayé de reconstituer.
    19. Quelques archives familiales, fiche matricule et carnet militaire, archives de Caen, archives du CICR, archives de ITS en Allemagne, participation à un groupe Facebook des Stalags IV.
    20. Plus intéressé par celle d’un ou des membres de ma famille que par la captivité en général.
    21. Non, hélas, trop tard…

    Au Stalag IVG, kommando 781, Il animait Le Cercle Arts et Musique (CAM) fondé en mai 1941. Cette entité donnait régulièrement des spectacles de théâtre, des concerts de musique classique ou de jazz… J’ai pu récupérer des témoignages sur son activité dans ce cadre, dont un article d’un journal du Stalag IVG.

    • Bonsoir Monsieur,
      Merci pour vos réponses détaillées. Je me permettrai de revenir vers vous si nécessaire.
      Bien cordialement
      Evelyne Gayme

  5. 1) Le PG est mon père
    2) André Eugène PERRIN né le 13 septembre 1910 à Colombe (Isère), 5ième enfant d’une fratrie de 7. Il travaillait à la ferme avec ses parents.
    3) Il était fiancé avec Louise PILON et n’avaient pas d’enfants.
    4) Il est fait prisonnier à Fourmies le 17 mai 1940 pendant le repli de la 1ière DINA (Division d’Infanterie d’Afrique du Nord). Il a été incorporé au 28eme régiment des tirailleurs tunisiens.
    5) Il arrive au Stalag IVB entre le 23 et le 27 mai 1940. En 1941 transfert au stalag IVE en provenance du stalag IVD (renseignements obtenus auprès du CICR en 2011).
    6) Matricule 23424 Kdo Ei15W
    7) Libéré le 13 avril 1945 du stalag IVD (Torgau)
    8) Rentre très affaibli. A pris toute sa vie un médicament pour  »tapisser » son estomac abîmé lorsqu’il travaillait dans les mines de sels.
    9) Après la guerre il se marie. Travaille comme livreur de vins et spiritueux, puis en usine comme conducteur de four métallurgique.
    10) Il a eu 3 enfants après la guerre
    11) Il refusait de parler de sa captivité en famille car  »c’était trop moche » mais en parlait lors des réunions d’anciens combattants.
    12) non
    13) Lors du passage du film la vache et le prisonnier à la télévision, il a évoqué quelques bribes de souvenirs à ma demande (les prisonniers qui se déplacent pour fausser le comptage et qui imitent le bruit de la scie).
    14) non
    15) Oui, mais ils étaient dans une valise en bois cachée à la cave. Je l’ai retrouvée 10 ans après son décès en vidant la cave.
    16) Sa fiancée lui écrivait et envoyait des colis. Elle recevait quelques cartes postales après censure. Documents retrouvés dans la valise en bois après le décès de mes parents.
    17) oui.
    18) Lorsque j’ai voulu faire l’arbre généalogique de la famille. L’élément déclencheur des recherches sur cette période est la découverte de la valise en bois avec son matricule, quelques photos et sa carte de prisonnier de guerre, ainsi que des reichchmarks réservés aux prisonniers.
    19) J’ai recherché sur internet ce qu’il y avait sur les stalags, puis j’ai écrit au CICR, j’ai interrogé des amis de mon père, etc…
    20) En lisant les témoignages sur certains blogs, je peux essayer de comprendre comment était vécue cette période car mon père n’en parlait pas …
    21) Je lui ai posé des questions mais il refusait de répondre  »trop moche »
    Il réagissait parfois sur des infos télévisées sur les camps mais ne donnait aucune explication.

    note : La veille de son décès, je suis allée le voir à l’hôpital, il était en position fœtale et  »absent ». Mon compagnon l’a appelé fort et en réaction il m’a saisi le poignet en disant  »il faut m’emmener à l’hôpital car si les boches me prennent ils vont me torturer » J’ai eu beau lui dire qu’il était à l’hôpital, il ne m’entendait pas et répétait la même phrase. Il est décédé dans la nuit qui a suivie.
    Là j’ai compris que cette période l’avait fortement traumatisée pour que ce soit sa dernière pensée.

    J’espère que ces quelques informations pourront vous être utiles. N’hésitez pas à me contacter si besoin.

    Jacqueline Perrin

    • Bonsoir Madame,

      Merci beaucoup pour vos réponses, très précises et qui vont m’être utiles. J’affine mon questionnement et je vous recontacte.

      Bien Cordialement

      Evelyne Gayme

  6. Bonjour,voici mes réponses à votre questionnaire.
    1-le PG est mon père
    2-Vacheron Marcel né le 17/01/1918 à Cours Rhône,tisserand dans une usine de fabrication de couvertures
    3-Célibataire
    4-il a été fait prisonnier à Champagney Haute Saône le 18/06/1940
    5-Il a été détenu au stalag IVc à Brüx en Tchécoslovaquie(pays des Sudetes)
    6- ?(Dans ses notes il évoque du 01/01/1941 au 22/02/1941:travail aux wagons,à la férailles,à la butte,à la terrasse,au déchargement de sable,à la route,au charbon;du 21/02/1942 à sa libération le 19/06/1941 à la filature
    7-Le 19/06/1941,libéré comme soutien de famille aprés le décès de ses parents(père le 24/10/1940,mère le 29/01/1941),il était l’aîné de 5 enfants;ce sont le maire et le curé de la commune qui ont fait des démarches afin qu’il puisse être libéré.
    8-état de santé moyen par carence d’alimentation
    9-Il reprend son travail dans son usine d’avant guerre et complète les revenus de la famille par le système D
    10-Oui un seul
    11-Rarement
    12-Non
    13-Oui
    14-Oui,moi même,depuis ma petite enfance,il me racontait sa captivité d’une façon édulcoré le soir avant de m’endormir(c’est resté dans ma mémoire)
    15-Oui,un carnet de notes ou il a consigné ses activités durant sa captivité(travail,jours de repos,visite à l’infirmerie,les noms de camarades de captivité avec leurs adresses,l’itinéraire de son voyage de retour par le train)ainsi qu’un calendrier du soldat français 1940 ou il décrit les derniers jours de combat avant sa capture.
    16-néant
    17-oui
    18-depuis ma jeunesse
    19-archives,sites et blog informatique
    20-en général
    21-oui

    • Bonjour Monsieur,

      Merci pour vos réponses qui me sont précieuses. Je reviendrai vers vous pour des compléments lorsque j’aurai affiner mon questionnement.

      Bien cordialement

  7. Nom-prinom :MADKOUR Lamri
    Date Nissance :12/03/1913
    Li de Nissance:Colbert, Algérie
    Fiile de:Haouas
    Grad:Soldat 2è' » classe
    15″* » R.T.t
    Matricule:3199
    N’ prisonnier:18.06.1940, Semur (Côte d’Or)
    1947 Frontstalag 155
    Prisonnier de guerre en mains allemandes transféré du
    Frontstalag 155, Dijon, au Frontstalag 121, Courcy in
    Epinal, entre le 22.12.1940 et le 24.12.1940 (selon une
    liste reçue le 2l .06.1941 et une liste datée du 22.01.1941)
    Transféré du Frontstalag l2l au Frontstalag 16l, Nancy,
    le 08.04.1941 (selon une liste datée du 24.04.1941)
    Arrivé au Frontstalag 16l le 08.04.1941, venant du
    Frontstalag l2I, Epinal (selon une liste datée du
    t0.04.1941)
    Transféré du Frontstalag 222 au Frontstalag 221, St-
    Médard, le 15.08.1942 (selon une liste reçue 01/11/1943)
    Transféré du Frontstalag 194 au Frontstalag L95 le
    04.1L.1942, puis transféré du Frontstalag 195 au
    Frontstalag 221 le 13.1I.1942 (selon une liste datée du 23/11/1942 Fin du service militaire 08/07/1945

    • Merci beaucoup pour avoir rempli mon questionnaire. Vos informations me sont précieuses.
      Je reviendrai vers vous si nécessaire pour des questions plus précises.

      Très cordialement

  8. Je viens de me rendre compte d’une erreur sur l’année de naissance de mon père ; il faut lire « 1910 » et non pas « 1940 »

    • Bonjour Madame,

      Merci pour vos réponses qui m’aident dans mes recherches. Avez-vous achevé les votres ? Comptez-vous les conserver en rédigeant un manuscrit ? voire même les diffuser ?
      Je me permettrai de revenir vers vous si j’ai besoin de précisions supplémentaires.

      Cordialement

      Evelyne Gayme

  9. Bonjour,

    Je réponds avec plaisir à votre questionnaire.
    1) Le PG est mon père
    2) Il s’agit de Eugène DRILLAT, né le 4 Mai 1909, ingénieur.
    3) Au moment de sa capture, il est célibataire, mais fiancé à ma mère.Il n’a pas d’enfants
    4) Il est fait prisonnier le 31 Mai 1940 à Loos, dans la banlieue de Lille.
    5) Officier de réserve (Lieutenant d’artillerie), il est détenu en Oflag. Il reste dans le même camp durant toute sa captivité, mais celui-ci (l’Oflag IID-IIB) est transféré en Mai 1942 de Gross-Born (Poméranie Occidentale) à Arnswalde, (même province).
    6) Sans objet
    7) Il est libéré par les Américains à Soest (Westphalie), le 8 mai 1945.
    8) Il est dans un état d’épuisement extrême, dû à la dénutrition et à la traversée finale de l’Allemagne presque entièrement à pied. Il a perdu plus de 20 kilos. Son caractère a changé. Le jeune homme est devenu un homme mûr, marqué par une certaine amertume et désillusion, qui ne le quitteront plus.
    9) Il reprend son métier d’ingénieur dans l’usine qui l’employait avant-guerre, mais son poste ne lui a pas été conservé. Il doit donc reprendre sa carrière quasiment à zéro.
    10) Oui. Il a deux filles
    11) Non. Presque jamais.
    12) Il est vrai que l’âge venant, il éprouvera un besoin plus grand de raconter ce qu’il a vécu. Il reprendra alors, pour le clarifier et le compléter, le récit de « sa » campagne de France, rédigé au début de sa captivité, mais ne nous le donnera pas à lire.
    13) Oui, des petits détails matériels surtout. Il s’offusque par exemple du gaspillage alimentaire, qui lui rappelle les restrictions dont ils étaient victimes. Pour lui, tout se réutilise: la captivité l’a rendu « radin », incapable de jeter quelque chose qui « pourrait encore servir »….
    14) Non, pas particulièrement. A nous, ses filles, il n’essaiera jamais de raconter par le détail son aventure.
    15) Oui. En-dehors de son récit de campagne, il a rapporté de nombreuses photos, sa plaque de prisonnier et quelques lettres.
    16) Sa femme, (ma mère) évoque elle aussi très rarement sa vie durant cette période. En revanche, c’est surtout par elle que j’apprends ce qu’a vécu mon père.
    17) Non, pas particulièrement. En tout cas, en tant qu’enfant, je n’ai pas eu à en souffrir.
    18) J’ai commencé à m’intéresser à cette période de la vie de mon père surtout après son décès, quand j’ai eu accès à ses papiers personnels, et particulièrement après la découverte de sa correspondance, conservée intégralement par ma mère.
    19) Je m’y intéresse à double titre: d’abord comme fille, car la lecture de sa correspondance m’a beaucoup appris sur mon père, et aussi en tant qu’historienne (je suis agrégée d’histoire) et j’ai entrepris de rédiger un ouvrage sur cette période de sa vie, à partir de sa correspondance. (cf. ci-dessous, après le questionnaire)
    20) Je suis intéressée par la captivité des PG en général.
    21) Trop rarement, malheureusement. Lorsque j’étais jeune, j’avoue n’avoir pas pleinement pris conscience de l’importance capitale de cette expérience dans sa vie. Je sentais aussi beaucoup de réticences de sa part à en parler. Je l’ai donc au total trop peu sollicité de son vivant .

    Je me permets de rajouter ces quelques lignes à mes réponses.
    Etant historienne (agrégée d’histoire, ancienne élève de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud), maintenant retraitée, je suis en train de rédiger un ouvrage sur la captivité de mon père, à partir de sa correspondance. J’ai en effet hérité de 220 lettres écrites par lui entre juin 1940 et janvier 1945 , adressées principalement à sa fiancée, à sa mère et à sa soeur . J’en ai rapidement réalisé l’ intérêt historique, et après une analyse détaillée de ce corpus, j’ai décidé d’axer mon étude non seulement sur l’environnement matériel du camp et les activités auxquelles s’adonnaient les PG, mais surtout (c’est ma problématique principale) sur l’itinéraire politique de mon père au cours de ces cinq années, que l’on pourrait intituler, en caricaturant un peu : « De Pétain à De Gaulle ».
    M’intéressant vivement à vos travaux et à vos problématiques, je me permets de vous demander si vous accepteriez de relire mon manuscrit, lorsque celui-ci sera terminé (dans les 6 mois à venir au plus tard)? Ce serait pour moi une aide précieuse.
    Il vous est possible de me répondre directement par e-mail à l’adresse que je vous indique ci-dessous. Je vous en remercie vivement à l’avance.
    Geneviève BAUDET-DRILLAT

    • bonjour Madame,

      Merci beaucoup pour vos réponses très complètes qui enrichissent mes sources. Je serais évidemment ravie de relire votre manuscrit lorsqu’il sera achevé, votre problématique est très originale par rapport à tous les livres d’enfants de prisonniers que j’ai pu lire. Souvent les options politiques semblent taboues.
      Je vous laisse mon adresse mail : evelyne-gayme@orange.fr.
      Je me permettrai peut-être de revenir vers vous avant, si d’autres questions surgissent.
      Bien cordialement
      E.Gayme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *