L’entrée en Allemagne

Comme nous sommes en période de vacances, j’ai entrepris de commencer par le quatrième thème, c’est-à-dire le passage de la frontière des prisonniers de guerre et leur entrée en Allemagne.

J’ai commencé par la lecture de témoignages de prisonniers relatés soit immédiatement dans des carnets publiés ensuite ou retrouvés par les familles, soit plus tard – de la fin de la guerre jusqu’aux années 1980, moment où la mémoire des prisonniers de guerre sort de l’ombre -. Pour l’instant, il apparaît que le passage non pas de la mais des frontières (souvent Belgique, Luxembourg puis Allemagne) se fait le plus souvent par train. Les quelques prisonniers qui en parlent évoquent un accueil neutre des Allemands, sans cri ni haine et en sont étonnés.

Mais je me suis également tournée vers le DHI – Institut historique allemand (http://www.dhi-paris.fr/) – pour étudier le passage et le déplacement des prisonniers du côté allemand. Je recommande chaudement le DHI à tous ceux qui ne le connaissent pas  et qui travaillent sur l’Allemagne et les rapports Allemagne-France de l’Antiquité à nos jours. La bibliothèque est magnifique, située dans un hôtel particulier du Marais à Paris, l’accueil est remarquable, les bibliothécaires très efficaces. Ne connaissant pas les sources et archives allemandes, ni où les trouver, j’ai posé des questions hier et ai reçu une réponse très complète quelques heures après. Ce dynamisme est très motivant et va me permettre une vision croisée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *