L’entrée dans la captivité

C’est le ressenti du prisonnier de guerre qui m’intéresse actuellement. Comment se fait et surtout comment est vécue l’entrée dans la captivité pour un soldat français en 1940 ? Je pense ici aux différentes conditions de la capture, mais aussi à tout ce qui dépouille le soldat de son identité militaire (en tenant compte des différences entre les militaires de carrière et les mobilisés) et de la confiscation de ses souvenirs personnels. Puis ce soldat, qui n’en est plus un puisqu’il est désarmé mais reste néanmoins en uniforme, dans un statut étrange, est emmené en Allemagne. Dans quelles conditions et comment perçoit-il ce déplacement et cette arrivée dans un nouveau pays ?

Deux livres m’inspirent actuellement pour y réfléchir :

– les prisonniers de guerre allemands de Fabien Théophilakis, Fayard, 2014

-la chaîne des forçats (1792-1836) de Sylvain Rappaport, Aubier, 2006

Dans un premier temps, je vais m’appuyer sur des témoignages que j’avais recueillis et sur les nombreux livres écrits par les prisonniers de guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *